Le meurtrier de Samuel Paty était en contact avec un djihadiste en Syrie

Un policier français se tient à côté d'un portrait du professeur de français Samuel Paty exposé sur la façade de l'Opéra Comique de Montpellier. (PascalGUYOT/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 23 octobre 2020

Le meurtrier de Samuel Paty était en contact avec un djihadiste en Syrie

  • L'identité de ce djihadiste n'a pas été établie à ce stade mais la personne en relation avec le meurtrier, localisée grâce à son adresse IP, serait basée à Idleb, le dernier grand bastion djihadiste et rebelle dans le nord-ouest de la Syrie
  • «Aujourd'hui, il y a un sujet de protection des professeurs mais aussi de reconnaissance des professeurs»

PARIS: Les syndicats enseignants étaient réunis jeudi matin pour évoquer la journée du 2 novembre où un hommage sera rendu à Samuel Paty dans les établissements scolaires alors que les derniers éléments de l'enquête établissent un lien entre son meurtrier et un djihadiste russophone en Syrie.

L'identité de ce djihadiste n'a pas été établie à ce stade, a expliqué jeudi à l'AFP une source proche du dossier. Selon le journal Le Parisien, la personne en relation avec le meurtrier, localisée grâce à son adresse IP, serait basée à Idleb, considérée comme le dernier grand bastion djihadiste et rebelle dans le nord-ouest de la Syrie.

Abdoullakh Anzorov, réfugié d'origine russe tchétchène, avait envoyé le 16 octobre sur les réseaux sociaux, un message audio en russe hésitant après avoir posté la photo du professeur d'histoire décapité à Conflans-Saint-Honorine (Yvelines).

Dans ce message ponctué d'épithètes coraniques, dont l'AFP a eu connaissance et qui a été authentifié par les enquêteurs, l'assaillant est essoufflé. Il explique avoir «vengé le prophète», en reprochant à Samuel Paty de l'avoir «montré de manière insultante». «Frères, priez pour qu'Allah m'accepte en martyr», dit-il selon une traduction de l'AFP. 

Ce message a été relayé dans une vidéo diffusée sur Instagram, notamment. Il était accompagné des deux tweets du meurtrier (dont l'un était la photo de la victime) dans lesquels il reconnaissait avoir tué Samuel Paty.

Il contient aussi deux mots en russe faisant référence à l'organisation État islamique, selon une traduction de l'AFP. L'enquête a mis au jour une radicalisation rapide d'Abdoullakh Anzorov. 

Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie de 47 ans, a été tué dix jours après avoir montré à ses élèves de 4e des caricatures de Mahomet lors d'un cours sur la liberté d'expression. Parmi les sept personnes mises en examen mercredi soir pour l'assassinat du professeur, – dont six pour «complicité d'assassinat terroriste» – figurent deux élèves de 14 et 15 ans du collège où il enseignait et un parent d'élève qui avait appelé sur Internet à la mobilisation après les cours de M. Paty sur la liberté d'expression.

Selon un sondage Ifop pour Sud-Radio et Cnews publié jeudi, près de huit Français sur dix trouvent «justifié» que les professeurs utilisent des caricatures moquant les religions dans un cours sur la liberté d'expression.

Grenelle de l'éducation

Auditionné devant le Sénat jeudi matin, le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a indiqué que le rapport commandé auprès de l'Inspection générale de l'Éducation nationale pour établir l'enchaînement des faits au collège de Conflans-Sainte-Honorine devrait lui être remis «en début de semaine prochaine».

Cette intervention était précédée d'une rencontre dans la matinée avec les syndicats enseignants pour évoquer la journée du 2 novembre, qui correspondra à la rentrée après les vacances de la Toussaint. Interrogé sur le contenu de cette journée, M. Blanquer a d'ores et déjà demandé à «tous les élus de la République, les conseillers municipaux, les maires, les sénateurs, d'être présents auprès des professeurs le jour de cette rentrée». 

Dans l'après-midi, le lancement d'un «Grenelle de l'éducation» devrait mettre davantage les professeurs «au centre de la société» après l'assassinat de Samuel Paty, qui a remis en lumière le difficile métier d'enseignant. Censé durer trois mois, il doit notamment déboucher sur une augmentation des salaires des enseignants ou encore sur des mesures de protection supplémentaires.

«Aujourd'hui, il y a un sujet de protection des professeurs mais aussi de reconnaissance des professeurs. Cette question existait avant et nous devons lui apporter une réponse, c'est pourquoi nous travaillons depuis plusieurs mois avec les organisations syndicales», avait annoncé mercredi M. Blanquer lors de la séance des questions au gouvernement au Sénat.

Le Grenelle de l'éducation «repose sur des mots clés, celui de la reconnaissance financière, la coopération, c'est-à-dire le travail en équipe, la modernisation et la protection», a détaillé le ministre. 

«Le sursaut national doit nous conduire à considérer que le professeur est central dans notre société et que chacun d'entre nous dans notre vie de parent d'élève, de citoyen, doit respecter les professeurs et avoir des discours qui mettent le professeur au centre de notre société», a-t-il affirmé.

Ajoutant sa voix au débat politique des derniers jours, M. Blanquer a dénoncé jeudi matin sur Europe 1 «l'islamo-gauchisme» qui «fait des ravages à l'université», prenant notamment pour cibles le syndicat étudiant Unef et La France Insoumise. «Ces gens-là favorisent une idéologie qui ensuite, de loin en loin, mène au pire», a-t-il asséné.


France : La «frilosité» des banques en question dans le financement de l'industrie de défense

L'industrie de défense française s'inquiète d'être étouffée par des difficultés croissantes à se financer auprès des banques. (AFP)
Short Url
  • Afin de continuer de fournir à la France les moyens d'une politique de défense souveraine, les industriels de l'armement ont besoin d'investissements dans la durée pour développer leurs programmes et de financements pour l'export, qui représente la moitié
  • Les refus de financements bancaires «mettent en péril» des entreprises dont les revenus ont été amputés par la crise et posent selon le Gicat «un réel et profond problème quant à la pérennité de notre industrie de défense et de sécurité»

L'industrie de défense française s'inquiète d'être étouffée par des difficultés croissantes à se financer auprès des banques, qui ont renforcé le contrôle de leurs opérations dans ce secteur sensible face aux risques juridiques et d'image.

Afin de continuer de fournir à la France les moyens d'une politique de défense souveraine, les industriels de l'armement ont besoin d'investissements dans la durée pour développer leurs programmes et de financements pour l'export, qui représente la moitié de leur activité.

Or "les entreprises de défense se heurtent de plus en plus fréquemment à un phénomène de frilosité bancaire", a affirmé le délégué général pour l'armement (DGA) Joël Barre en octobre devant les sénateurs. Selon le responsable des programmes d'armement du ministère des Armées, "il convient de s'inquiéter du comportement des banques".

"La crise du Covid-19 a accéléré et aggravé ce problème", estime de son côté le Groupement des industries françaises de défense et de sécurité terrestres (Gicat) dans une note dévoilée par La Tribune et que l'AFP a consultée.

Les refus de financements bancaires "mettent en péril" des entreprises dont les revenus ont été amputés par la crise et posent selon le Gicat "un réel et profond problème quant à la pérennité de notre industrie de défense et de sécurité".

"Il y a certaines banques qui décident de ne plus financer aucun programme d'armement, d'autres banques qui vont être extrêmement sensibles au type de matériel ou au type de pays, en dehors même de toutes les autorisations que l'on a pu obtenir, et enfin certaines qui s’appuient sur les règles européennes les plus restrictives", a détaillé le directeur de la stratégie de Thales, Philippe Keryer, lors du Paris Air Forum, organisé cette semaine par La Tribune. 

Le député Jean-Louis Thiériot, chargé d'une mission d'information "flash" sur cette question par la commission de la Défense, pointe notamment le problème du financement pour l'export "en raison des règles de compliance (conformité, NDLR), de l'extraterritorialité du droit américain, des choix de responsabilité sociétale (RSE) qui font qu'un certain nombre de banques n'osent pas aller sur la défense".

- "Au garde-à-vous" -

Interrogé par l'AFP, un banquier français sous couvert d'anonymat se défend de tout retrait du secteur, disant son établissement "au garde-à-vous derrière l'industrie de la défense française".

"La politique n'est pas restrictive mais elle donne un cadre", nuance-t-il. La banque "peut être amenée à décliner certaines opérations" portant sur certains matériels, certains pays ou "vues comme trop risquées d'un point de vue d'image".

Les campagnes des ONG ne sont cependant que "l'épaisseur du trait par rapport au vrai renforcement de politique des banques" sur les risques juridiques, estime pour sa part Stéphane Audrand, ancien banquier devenu consultant spécialisé en maîtrise des risques, et pour qui il existe une tendance lourde en Europe.

Il faut que les entreprises françaises, surtout les plus petites, gagnent en "maturité" dans leur capacité à répondre aux demandes bancaires de conformité, explique-t-il à l'AFP.

"Quand une PME française arrive la bouche en cœur avec un nouveau produit (...) qu’elle veut exporter vers des pays du Golfe, qu’on ne sait pas très bien qui sont les intermédiaires, le banquier dit non pour des raisons de sécurité financière, de risques de corruption", expose-t-il.

D'autant que le travail de vérification de conformité est "le même pour 20 millions ou 20 milliards d'euros" de contrat, ajoute le banquier sous couvert d'anonymat, en évoquant un "accompagnement des PME à partir d'un certain seuil".

Avec le risque qu'une PME n'arrive pas à se tourner vers l'export ou trouve des financements ailleurs.

"Certaines entreprises de défense sont obligées de se financer à l'extérieur, notamment au Moyen-Orient", selon le sénateur Cédric Perrin, qui suggère "l'idée d'un fonds souverain" dédié.

L'Etat a créé le fonds Definvest, dont la dotation a doublé mais est limitée à 100 millions d'euros. Dix-huit millions d'euros ont déjà été investis dans neuf entreprises, selon BPIfrance.

Pour Stéphane Audrand, "l'Etat doit prendre ses responsabilités" et se tourner vers les banques publiques.

Selon lui, "à partir du moment où l'État s'engage dans des partenariats (avec un pays étranger) et octroie une licence d'exportation, il faut qu'il admette que les banques françaises n'ont pas vocation à servir de manière aveugle la politique étrangère de la France".


"Sécurité globale": "marche" interdite, les syndicats de journalistes déclinent une rencontre avec Castex

Le défilé prévu samedi de République à Bastille a été interdit pour éviter notamment la propagation du coronavirus, selon l'arrêté préfectoral, qui autorise toutefois un rassemblement place de la République. (AFP).
Short Url
  • Le collectif opposé à la proposition de loi "Sécurité globale" a dénoncé jeudi l'interdiction par la préfecture d'une "marche des libertés" prévue samedi à Paris
  • Le défilé a été interdit pour éviter notamment la propagation du coronavirus, selon l'arrêté préfectoral, qui autorise toutefois un rassemblement place de la République

PARIS: Le collectif opposé à la proposition de loi "Sécurité globale" a dénoncé jeudi l'interdiction par la préfecture d'une "marche des libertés" prévue samedi à Paris, les syndicats de journalistes boycottant en réponse une invitation du Premier ministre à les rencontrer.


Le défilé prévu samedi de République à Bastille a été interdit pour éviter notamment la propagation du coronavirus, selon l'arrêté préfectoral, qui autorise toutefois un rassemblement place de la République. 


Le SNJ, premier syndicat de journalistes, évoque un procédé "inacceptable, alors que des marches sont autorisées dans d'autres villes en France".


La coordination "Stop loi Sécurité globale", dont il fait partie aux côtés d'autres syndicats de la profession, mais aussi d'ONG et d'associations comme la Ligue des droits de l'homme (LDH), a toutefois décidé de maintenir cette marche et l'a expliqué dans une lettre au préfet de police de Paris, Didier Lallement. 


"Nous irons et nous marcherons pour défendre" la "liberté", parce que "le monde nous regarde", lui écrivent les signataires, conscients des "risques" encourus après les "coups" reçus lundi par des journalistes et des manifestants lors de l'évacuation musclée d'un camp de migrants, Place de la République.


Mais "nous ne nous rendrons pas" à "l'invitation de Monsieur le Premier Ministre", qui devait recevoir des représentants de la presse ce jeudi à 17h00, trois jours après l'échec de discussions avec le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.


Contactée par l'AFP, la secrétaire générale du SNJ, Dominique Pradalié, a précisé que l'interdiction de la marche n'était pas la seule raison du boycott des syndicats. 


Selon elle, Matignon refuse de recevoir les membres de la coordination représentant les citoyens tels que la LDH. Cela revient "à isoler les journalistes alors qu'on ne se bat pas pour les journalistes mais pour le droit d'informer et d'être informé", a-t-elle expliqué. 


La proposition de loi "Sécurité globale" et son très controversé article 24, qui vise à pénaliser la diffusion malveillante de l'image des policiers, a été adoptée en première lecture à l'Assemblée nationale mardi, avant son examen au Sénat. 


La mobilisation contre le texte ne cesse cependant de grossir: mercredi, le Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM) a à son tour réclamé le retrait de l'article 24, invoquant de "lourdes menaces sur la liberté d'informer". 

 


Professeur assassiné en France: quatre collégiens de plus mis en examen

Une affiche représentant le professeur de français Samuel Paty placée sur la façade de l'hôtel de ville de Conflans-Sainte-Honorine. (Thomas COEX / AFP)
Short Url
  • Quatre collégiens ont été mis en examen mercredi dans l'enquête sur l'assassinat du professeur Samuel Paty
  • Trois de ces mineurs, âgés de 13 ou 14 ans, sont poursuivis pour "complicité d'assassinat terroriste", soupçonnés d'avoir désigné la victime à l'assaillant le Russe Tchétchène radicalisé

PARIS: Quatre collégiens ont été mis en examen mercredi dans l'enquête sur l'assassinat du professeur Samuel Paty, décapité le 16 octobre dernier près de Paris, après avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves, venant s'ajouter à deux de leurs camarades inculpés pour "complicité d'assassinat terroriste", peu après les faits, selon une source judiciaire.

Trois de ces mineurs, âgés de 13 ou 14 ans, sont poursuivis pour "complicité d'assassinat terroriste", soupçonnés d'avoir désigné la victime à l'assaillant le Russe Tchétchène radicalisé Abdoullakh Anzorov devant leur collège de Conflans-Sainte-Honorine, près de Paris, a précisé cette source à l'AFP. 

Le quatrième adolescent, mis en examen pour "dénonciation calomnieuse", est la fille de Brahim Chnina, un parent d'élève à l'origine d'une campagne en ligne contre M. Paty, qui est lui-même poursuivi et écroué.

Les quatre adolescents ont été placés en garde à vue, entre lundi et mardi, à la demande des juges d'instructions anti-terroristes du tribunal de Paris, chargés de l'enquête. Tous ont été remis en liberté, sous contrôle judiciaire, après leur mise en examen, selon la source judiciaire.

Ces nouvelles inculpations portent à 14 le nombre de personnes poursuivies dans cette affaire.

Deux premiers collégiens de 14 et 15 ans avaient été mis en examen pour "complicité d'assassinat terroriste" le 21 octobre, accusés d'avoir désigné l'enseignant à l'assaillant en échange d'une somme de "300 à 350 euros", avait indiqué le procureur antiterroriste Jean-François Ricard.

Brahim Chnina, le parent d'élève à l'origine de la campagne de dénigrement du professeur sur les réseaux sociaux, et un militant islamiste qui l'avait soutenu, Abdelhakim Sefrioui, sont également poursuivis pour "complicité".

Ils avaient accusé le professeur de "discrimination" envers les élèves musulmans sur la foi du récit de la fille de M. Chnina, élève de M. Paty. 

Cette dernière n'avait pas assisté au cours sur la liberté d'expression où le professeur avait montré des caricatures de Mahomet, le 6 octobre.

Le père et la fille étaient allés porter plainte au commissariat contre M. Paty le 7 octobre.

Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie de 47 ans, a été décapité le 16 octobre à la sortie de son collège par M. Anzorov, un réfugié de 18 ans.

Radicalisé depuis plusieurs mois, selon sa famille, mais inconnu des services de renseignement, M. Anzorov avait été abattu par la police peu après son crime.