Le TFTC sanctionne 16 personnes, organismes et groupes pour financement du terrorisme

Les membres du TFTC, dont l'Arabie saoudite, ont sanctionné 16 personnes, organismes et groupes affiliés à diverses organisations terroristes. (Fichier/Shutterstock)
Les membres du TFTC, dont l'Arabie saoudite, ont sanctionné 16 personnes, organismes et groupes affiliés à diverses organisations terroristes. (Fichier/Shutterstock)
Short Url
Publié le Mardi 07 juin 2022

Le TFTC sanctionne 16 personnes, organismes et groupes pour financement du terrorisme

  • Deux de ces groupes sont des milices terroristes basées à Bahreïn et soutenues par l'Iran
  • Cela fait la cinquième année que le TFTC mène une série d'actions coordonnées visant le financement du terrorisme

DJEDDAH: Les membres du Terrorist Financing Targeting Center (Centre de ciblage du financement du terrorisme), dont l’Arabie saoudite, ont sanctionné 16 personnes, organismes et groupes affiliés à diverses organisations terroristes régionales.

Cela fait la cinquième année que le TFTC mène une série d’actions coordonnées visant le financement du terrorisme afin de renforcer les capacités régionales des États membres. Parmi les cibles visées, selon un communiqué de la présidence saoudienne de la sécurité d’État, on compte trois personnes liées au Corps des gardiens de la révolution islamique et à la Force Al-Qods (CGRI-FQ), quatre personnes et une entreprise liées à Daech, six financiers du groupe Boko Haram, ainsi que les groupes terroristes Saraya al-Ashtar et Saraya al-Mukhtar.

Cette classification est une preuve de l’engagement des États membres à poursuivre la réalisation des objectifs du centre. Elle envoie également un message à la communauté internationale sur la coopération fructueuse entre les États-Unis et les pays du Golfe pour faire face au financement du terrorisme via cette entité multilatérale.

Le TFTC a coordonné six étapes de classification conjointe contre 82 individus et entités terroristes depuis sa création en 2017. (Photo, Shutterstock)

Le centre a été créé pour renforcer les efforts multilatéraux entre les États-Unis et les pays du Golfe – Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Bahreïn, Koweït, Oman et Qatar – pour lutter contre les réseaux régionaux de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme.

Les noms des individus figurant dans la liste du TFTC sont le Libanais Ali al-Qousayer, les Iraniens Miqdad Amini et Mourtada Minai, qui font partie de deux réseaux dirigés et financés par les CGRI, la Force Al-Qods et le Hezbollah, l’Afghan Esmatullah Khalouzi, intervenant comme financier international de Daech au Khorasan, et le Syrien Alaa Khanfourah, lié à Daech.

Six ressortissants nigérians figurent également sur la liste: Abderrahmane Ado Moussa, Salihu Youssef Admu, Bachir Ali Youssef, Mohammed Ibrahim Issa, Ibrahim Ali al-Hassan et Suraju Abu Bakr Mohammed. Les six hommes, qui opéraient pour le compte de Boko Haram, ont mis en place une cellule aux Émirats arabes unis afin de collecter des fonds pour le groupe.

Les Syriens Baraa al-Qaterji et Houssam Rushdi al-Qaterji, qui ont fondé l’entreprise Al-Qaterji Company, ont été désignés pour avoir facilité les ventes de pétrole à Daech et pour avoir coopéré avec des organisations terroristes comme le CGRI.

Selon le communiqué, Saraya al-Ashtar et Saraya al-Mukhtar sont des milices terroristes basées à Bahreïn qui reçoivent un soutien financier, militaire et logistique du CGRI. Dans un autre communiqué publié lundi, le Département américain du Trésor a accusé Saraya al-Mukthar de «paver la voie pour l'Iran afin qu’il exerce d'avantage d'influence sur Bahreïn et au-delà». «Le groupe a planifié des attaques visant le personnel américain à Bahreïn et a offert à plusieurs reprises des primes pour récompenser les meurtres de responsables bahreïnis», a-t-il ajouté.

Saraya al-Ashtar, également connu sous le nom de «Brigades al-Ashtar» (AAB), «a revendiqué de nombreuses attaques terroristes contre des cibles policières et sécuritaires à Bahreïn», indique le communiqué, ajoutant que le groupe «appelle également à la violence contre les gouvernements bahreïni, britannique, saoudien et américain sur les réseaux sociaux».

Le TFTC a mis en place six étapes de classification conjointe contre 82 individus et entités terroristes depuis sa création en 2017. Ces classifications ont visé Daech et ses groupes affiliés, Al-Qaïda, le CGRI et le Hezbollah.

En outre, le TFTC affirme que ces désignations de personnes ont pour objectif de perturber le financement du terrorisme et qu’il continuera à coordonner ces mesures perturbatrices, à améliorer la coordination des renseignements pour débusquer le financement du terrorisme. Enfin, il contribuera au développement des compétences des États membres pour s’attaquer aux activités qui constituent une menace pour leur sécurité nationale.

Tous les fonds et avoirs appartenant aux personnes, organismes et groupes énumérés ci-dessus doivent être gelés. Il est interdit d'effectuer des transactions directes ou indirectes avec eux, à leur profit ou en leur nom, déclare le TFTC.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Iran condamne les frappes israéliennes contre le port de Hodeida au Yémen

L'opération sur Hodeida a été lancée au lendemain d'une attaque de drone houthi qui a tué une personne à Tel-Aviv, après avoir déjoué le système de défense israélien. (AFP)
L'opération sur Hodeida a été lancée au lendemain d'une attaque de drone houthi qui a tué une personne à Tel-Aviv, après avoir déjoué le système de défense israélien. (AFP)
Short Url
  • Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanani, "a fermement condamné" ces attaques", indique le communiqué iranien
  • Y voyant "l'expression du comportement agressif du régime israélien", il a "mis en garde contre le risque d'escalade des tensions et de propagation de la guerre dans la région", ajoute le texte

TEHERAN: L'Iran a "fermement condamné" dimanche les frappes israéliennes menées la veille contre le port de Hodeida tenu par les rebelles Houthis au Yémen, mettant en garde contre une "escalade des tensions" dans la région.

Les frappes aériennes sur ce port stratégique de l'ouest du Yémen, point d'entrée essentiel pour le carburant et l'aide humanitaire, sont les premières revendiquées par Israël dans le pays le plus pauvre de la péninsule arabique, situé à environ 1.800 kilomètres de distance.

Elles ont provoqué la mort de six personnes, fait trois disparus et 83 blessés, selon un bilan révisé dimanche du ministère de la Santé des Houthis.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanani, "a fermement condamné" ces attaques", indique le communiqué iranien.

Y voyant "l'expression du comportement agressif du régime israélien", il a "mis en garde contre le risque d'escalade des tensions et de propagation de la guerre dans la région", ajoute le texte.

Dimanche, les rebelles yéménites, soutenus par l'Iran, ont menacé Israël d'une "réponse énorme" à ces attaques, alors que les pompiers luttent toujours contre l'énorme incendie déclenché par les frappes israéliennes.

L'opération sur Hodeida a été lancée au lendemain d'une attaque de drone houthi qui a tué une personne à Tel-Aviv, après avoir déjoué le système de défense israélien.

Les Houthis, qui contrôlent de larges pans du Yémen, ont ouvert un front contre Israël, disant agir en "solidarité" avec les Palestiniens de Gaza, où Israël mène depuis neuf mois une opération militaire d'envergure contre le mouvement islamiste Hamas, dont l'attaque sur le sol israélien du 7 octobre a déclenché le conflit.

Depuis le début de la guerre à Gaza, Téhéran, qui soutient également le puissant mouvement libanais Hezbollah, engagé dans des violences quotidiennes avec Israël, se présente  comme le premier soutien du mouvement palestinien Hamas contre Israël.


Yémen: un incendie fait rage à Hodeida, après des frappes israéliennes meurtrières

Les pompiers luttent toujours dimanche contre les flammes dans le port de Hodeida, tenu par les rebelles Houthis au Yémen, quelques heures après que des frappes israéliennes y ont déclenché un gigantesque incendie et tué trois personnes. (AFP).
Les pompiers luttent toujours dimanche contre les flammes dans le port de Hodeida, tenu par les rebelles Houthis au Yémen, quelques heures après que des frappes israéliennes y ont déclenché un gigantesque incendie et tué trois personnes. (AFP).
Short Url
  • Les frappes de samedi sur ce port stratégique de l'ouest du Yémen, point d'entrée essentiel pour le carburant et l'aide humanitaire, sont les premières revendiquées par Israël
  • La "réponse des rebelles à l'agression israélienne contre notre pays est inévitable et sera énorme", a déclaré dimanche Yahya Saree, leur porte-parole militaire

HODEIDA: Les pompiers luttent toujours dimanche contre les flammes dans le port de Hodeida, tenu par les rebelles Houthis au Yémen, quelques heures après que des frappes israéliennes y ont déclenché un gigantesque incendie et tué trois personnes, selon les rebelles, qui menacent Israël d'une réponse "énorme".

Les frappes de samedi sur ce port stratégique de l'ouest du Yémen, point d'entrée essentiel pour le carburant et l'aide humanitaire, sont les premières revendiquées par Israël dans le pays le plus pauvre de la péninsule arabique, situé à environ 1.800 kilomètres de distance.

La "réponse des rebelles à l'agression israélienne contre notre pays est inévitable et sera énorme", a déclaré dimanche Yahya Saree, leur porte-parole militaire.

Il a déclaré que les rebelles avaient tiré des missiles balistiques en direction d'Eilat, station balnéaire israélienne sur le mer Rouge. Un missile tiré depuis le Yémen a été intercepté, avait indiqué l'armée israélienne, précisant que "le projectile n'a pas pénétré en territoire israélien".

Lancés au lendemain d'une attaque de drone houthi qui a tué une personne à Tel-Aviv, après avoir déjoué le système de défense israélien, les raids aériens sur Hodeida ont provoqué la mort de trois personnes et en ont blessé 87, dont beaucoup souffrent de graves brûlures, a déclaré le ministère de la Santé des Houthis.

D'autres opérations contre les Houthis suivront "s'ils osent nous attaquer", a déclaré samedi le ministre israélien de la défense, Yoav Gallant.

D'épais panaches de fumée noire enveloppent dimanche le ciel au-dessus de Hodeida, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Un employé du port, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a indiqué que les réservoirs de carburant et la centrale électrique étaient toujours en flammes. D'après lui, il faudrait plusieurs jours pour contenir l'incendie, un point de vue partagé par les experts du Yémen, au vu notamment du manque d'équipement des pompiers.

Selon Mohammed Albasha, analyste principal du Moyen-Orient pour le groupe américain Navanti, le feu pourrait atteindre les installations de stockage de nourriture.

L'attaque "va avoir des conséquences humanitaires désastreuses sur les millions de Yéménites" dans les vastes zones du pays contrôlées par les Houthis, a déclaré Nicholas Brumfield, un expert du Yémen sur X.

Le gouvernement yéménite, internationalement reconnu et soutenu par l'Arabie saoudite dans sa guerre menée depuis 2014 contre les Houthis, a condamné les frappes israéliennes, tenant Israël "pour responsable de l'aggravation de la crise humanitaire".

Il a mis en garde les rebelles, soutenus par Téhéran et qui disent agir en solidarité avec les Palestiniens de Gaza, contre le risque d'entraîner le pays dans des "batailles insensées servant les intérêts du régime iranien et son projet expansionniste dans la région".


L'armée jordanienne abat un drone transportant de la drogue en provenance de Syrie

Un responsable militaire a déclaré samedi que les forces armées avaient abattu le drone à l'intérieur du territoire jordanien. (Agence Petra)
Un responsable militaire a déclaré samedi que les forces armées avaient abattu le drone à l'intérieur du territoire jordanien. (Agence Petra)
Short Url
  • Les autorités militaires jordaniennes ont déjoué une tentative d'utilisation d'un drone pour transporter des stupéfiants dans le royaume depuis la Syrie, a rapporté l'agence de presse nationale Petra
  • Un responsable militaire a déclaré samedi que les forces armées avaient abattu le drone à l'intérieur du territoire jordanien

AMMAN : Les autorités militaires jordaniennes ont déjoué une tentative d'utilisation d'un drone pour transporter des stupéfiants dans le royaume depuis la Syrie, a rapporté l'agence de presse nationale Petra.

Un responsable militaire a déclaré samedi que les forces armées avaient abattu le drone à l'intérieur du territoire jordanien.

« Les forces des gardes-frontières de la région militaire de l'Est, en coordination avec les services de sécurité et le département de lutte contre les stupéfiants, ont détecté une tentative de passage illégal de la frontière entre la Syrie et la Jordanie par un drone », indique le communiqué.

Les articles saisis ont été confisqués et remis aux autorités compétentes.