Liban: Le Hezbollah opposé à l'extraction de gaz par Israël d'un champ offshore

Le Liban doit empêcher Israël d'extraire du gaz d'un champ offshore controversé, déclare le chef du mouvement chiite Hezbollah (Photo, AFP).
Le Liban doit empêcher Israël d'extraire du gaz d'un champ offshore controversé, déclare le chef du mouvement chiite Hezbollah (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 10 juin 2022

Liban: Le Hezbollah opposé à l'extraction de gaz par Israël d'un champ offshore

  • Le Liban et Israël avaient entamé en octobre 2020 des négociations sous l'égide de Washington pour délimiter leur frontière maritime
  • Les pourparlers ont été suspendus en mai 2021 à la suite de différends concernant la surface de la zone contestée

BEYROUTH:Le Liban doit empêcher Israël d'extraire du gaz d'un champ offshore controversé, a déclaré jeudi soir le chef du mouvement chiite Hezbollah, mettant en garde une société d'exploration gazière mandatée par Israël contre le lancement d'une telle opération.

"L'objectif immédiat devrait être d'empêcher l'ennemi d'extraire du pétrole et du gaz sur le champ gazier de Karish", a déclaré Hassan Nasrallah lors d'un discours télévisé.

Le chef du Hezbollah a averti que son mouvement armé "ne restera pas les mains croisées face au pillage (par Israël, NDLR) des richesses naturelles du Liban (...) qui représente le seul espoir de salut pour le peuple libanais".

Hassan Nasrallah réagissait à l'arrivée dimanche au champ gazier de Karish d'un navire de l'entreprise britannique Energean Plc afin de commencer à l'exploiter, selon un communiqué de la compagnie.

Cette annonce a suscité l'indignation de hauts responsables libanais, dont le président Michel Aoun et le Premier ministre sortant Najib Mikati, qui ont dénoncé lundi une "provocation" et réclamé une médiation américaine au sujet de la délimitation des frontières maritimes entre les deux pays.

Le Liban et Israël, officiellement toujours en guerre, avaient entamé en octobre 2020 des négociations sous l'égide de Washington pour délimiter leur frontière maritime, afin de lever les obstacles à la prospection d'hydrocarbures.

Mais les pourparlers ont été suspendus en mai 2021 à la suite de différends concernant la surface de la zone contestée.

Pour le Liban, le champ de Karish se trouve dans une partie des eaux contestées avec Israël, tandis que l'Etat hébreu estime qu'il est situé dans sa zone économique exclusive.

La compagnie Energean "devrait retirer immédiatement son navire et éviter de se laisser entraîné dans cette agression (...) contre le Liban", a ajouté Hassan Nasrallah.

Jeudi, M. Aoun a dit que le Liban demanderait au médiateur américain Amos Hochstein de "reprendre ses efforts pour relancer les négociations indirectes" avec Israël.

Le Liban veut un accord qui lui permette d'"investir dans ses ressources off-shore en gaz et en pétrole et protéger la sécurité et la stabilité dans le secteur frontalier", a-t-il dit dans un communiqué.

Israël avait prévenu mercredi qu'il accordait "la priorité à la protection de ses acquis stratégiques" et dit qu'il était prêt à les défendre.


Le roi Salmane nomme le prince héritier au poste de Premier ministre d'Arabie saoudite

Le roi Salmane a nommé mardi le prince héritier Mohammed ben Salmane comme Premier ministre d'Arabie saoudite (Photo, AN).
Le roi Salmane a nommé mardi le prince héritier Mohammed ben Salmane comme Premier ministre d'Arabie saoudite (Photo, AN).
Short Url
  • Le roi Salmane a nommé mardi le prince héritier Mohammed ben Salmane comme Premier ministre d'Arabie saoudite
  • Selon les décrets royaux émis par le roi, le prince Khalid ben Salmane deviendra ministre de la Défense dans le cadre d'un remaniement ministériel, a rapporté l'agence de presse saoudienne

RIYAD: Le roi Salmane a nommé mardi le prince héritier Mohammed ben Salmane comme Premier ministre d'Arabie saoudite.

Selon les décrets royaux émis par le roi, le prince Khalid ben Salmane deviendra ministre de la Défense dans le cadre d'un remaniement ministériel, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

D’autres informations suivront..

 


La Ligue arabe et l’Égypte condamnent les violations israéliennes répétées du caractère sacré d’Al-Aqsa

La police israélienne détient un Palestinien alors qu’elle escorte un groupe de colons juifs à l’intérieur de la mosquée Al-Aqsa dans la vieille ville de Jérusalem, mardi 27 septembre 2022. (Photo AP)
La police israélienne détient un Palestinien alors qu’elle escorte un groupe de colons juifs à l’intérieur de la mosquée Al-Aqsa dans la vieille ville de Jérusalem, mardi 27 septembre 2022. (Photo AP)
Short Url
  • La tension est montée lundi à Jérusalem avec les incursions de centaines de colons juifs dans la mosquée
  • Selon un communiqué de la Ligue arabe, les forces israéliennes et les colons ont pris d’assaut Al-Aqsa et arrêté plusieurs Palestiniens qui se trouvaient à l’intérieur

LE CAIRE: La Ligue arabe et l’Égypte ont condamné la prise d’assaut de la mosquée Al-Aqsa par les forces israéliennes et plusieurs colons, tenant le gouvernement israélien pour responsable  de la situation.

La tension est montée lundi avec les incursions de centaines de colons juifs dans la mosquée, sous la protection de la police israélienne, pour marquer le début de Roch Hachana.

Les groupes juifs extrémistes ont poursuivi leurs appels pour obtenir l’autorisation d’entrer dans l’enceinte lundi et mardi pour célébrer le nouvel an juif. Selon un communiqué de la Ligue arabe, les forces israéliennes et les colons ont pris d’assaut Al-Aqsa et arrêté plusieurs Palestiniens qui se trouvaient à l’intérieur, afin d’imposer une partition temporelle et spatiale de la mosquée, «ce qui implique de modifier la situation historique et juridique existante». 

Le communiqué indique que la poursuite de cette politique de la part du gouvernement israélien constitue une «violation flagrante du droit international» et une provocation pour les Palestiniens et les musulmans en général. Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a souligné que ce qui s’est passé est un «crime inacceptable» et a exhorté la communauté internationale à assumer ses responsabilités et à faire face à la «dangereuse escalade israélienne».

«Jérusalem-Est est une terre occupée conformément au droit international et aux résolutions de l’ONU et du Conseil de sécurité, et elle ne doit pas être traitée autrement», a-t-il tweeté.

Le ministère égyptien des Affaires étrangères précise dans un communiqué que la poursuite des pratiques provocatrices à proximité des lieux saints islamiques dans la zone du mont du Temple aggraverait les tensions et alimenterait la violence. L’Égypte condamne les violations répétées et croissantes du caractère sacré de la mosquée Al-Aqsa, «perpétrées par des éléments extrémistes juifs sous les yeux des forces d’occupation israéliennes». 

Elle a fait remarquer que les restrictions imposées à la circulation des fidèles palestiniens et à l’accomplissement de leurs rites religieux, ainsi que les tentatives incessantes de modifier le statut juridique et historique de Jérusalem, demeurent une violation du droit international et une escalade dangereuse qui compromet les chances de parvenir à un règlement global de la cause palestinienne et à la solution à deux États.

Adnan al-Hussayni, chef du département de Jérusalem de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), a imputé au gouvernement israélien la responsabilité de toute répercussion causée par l’escalade. M. Al-Hussayni a appelé le monde arabe et islamique à prendre une position sérieuse pour soutenir le peuple palestinien face à l’agression de l’occupation israélienne.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.co


Le développement de l’Algérie se poursuivra grâce au soutien des États membres de l’ONU, selon Ramtane Lamamra

Le ministre des Affaires étrangères algérien, Ramtane Lamamra. (Photo, AN)
Le ministre des Affaires étrangères algérien, Ramtane Lamamra. (Photo, AN)
Short Url
  • Alger cherche à devenir un membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU
  • La candidature de l’Algérie est approuvée par l’Union africaine, la Ligue des États arabes et l’Organisation de la coopération islamique

LONDRES: Le développement de l’Algérie demeure sur la bonne voie et se poursuivra grâce au soutien des États membres de l’ONU, a affirmé lundi le ministre des Affaires étrangères du pays, Ramtane Lamamra.

Dans son discours lors du débat de l’Assemblée générale des Nations unies, M. Lamamra a également réaffirmé la volonté de son pays de devenir un membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU. «Mon pays est membre de l’ONU et célèbre son 60e anniversaire d’indépendance», a-t-il déclaré. «Il poursuit résolument le processus d’édification d'une Algérie nouvelle sous la direction du président Abdelmadjid Tebboune.»

«Mon pays réaffirme son respect des valeurs et des principes (de l’ONU) et sa détermination à rétablir le rôle de l’action multilatérale dans le maintien de la paix et de la sécurité internationales et la réalisation d’un développement global, équitable et durable», a-t-il ajouté.

M. Lamamra a souligné l’engagement de l’Algérie à l’égard des principes de la charte de l’ONU, à l’approche des élections prévues en juin prochain concernant l’adhésion au Conseil de sécurité.

«L’Algérie est consciente de l’ampleur des défis sans précédent qui se posent aux niveaux international et régional», a-t-il indiqué. «Par conséquent, elle a présenté sa candidature au poste de membre non permanent du Conseil de sécurité, une candidature approuvée par l’Union africaine, la Ligue des États arabes et l’Organisation de la coopération islamique.»

M. Lamamra a également confirmé que l’Algérie accueillerait un sommet pour les États arabes les 1er et 2 novembre, et qu’Alger «aspirait à faire de cet événement une étape décisive dans le travail commun des États arabes en vue de relever les défis régionaux et internationaux actuels».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com