VivaTech: métavers et cryptomonnaies au menu de la sixième édition

Une femme visite l'exposition organisée et présentée sur le stand de la société française de cosmétiques L'Oréal lors du salon des startups et de l'innovation Vivatech, à Paris le 16 mai 2019. (AFP)
Une femme visite l'exposition organisée et présentée sur le stand de la société française de cosmétiques L'Oréal lors du salon des startups et de l'innovation Vivatech, à Paris le 16 mai 2019. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 13 juin 2022

VivaTech: métavers et cryptomonnaies au menu de la sixième édition

  • VivaTech proposera encore cette année un site internet donnant accès à toutes les conférences en ligne et à des stands virtuels
  • Dans les thématiques mises en valeur figurent les incontournables métavers et «web3», ces nouveaux concepts qui agitent le monde de la tech

PARIS: Le salon VivaTech, rendez-vous majeur du numérique en France, met l'accent sur le métavers pour sa sixième édition qui débute mercredi et où sont attendues plusieurs têtes d'affiches de la "tech" ainsi que des patrons de grands groupes français.

"Cette édition sonne notre retour, j'espère en fanfare, mais sans tenter d'égaler notre record atteint en 2019", soit 124.000 visiteurs, prévient Maurice Lévy, président du conseil de surveillance de Publicis qui organise le salon avec le groupe Le Parisien-Les Échos.

En 2020, le salon avait été annulé du fait de la pandémie et l'édition 2021 avait eu lieu en format hybride, avec une limitation de la jauge physique (5 000 personnes maximum en même temps). Au total, 140 000 personnes avaient participé, dont 26 000 en présentiel.

VivaTech proposera encore cette année un site internet donnant accès à toutes les conférences en ligne et à des stands virtuels.

Parmi les têtes d'affiche annoncées, VivaTech accueillera Changpeng Zhao, le patron de Binance, la plus grande plateforme mondiale d'échanges de cryptomonnaies, Ryan Roslansky, le patron du réseau social LinkedIn, ainsi que plusieurs dirigeants des géants de la tech, du CAC40 (LVMH, Renault, Orange, Bouygues...) et représentants des principales startup françaises.

L'Inde à l'honneur

Dans les thématiques mises en valeur figurent les incontournables métavers et "web3", ces nouveaux concepts qui agitent le monde de la tech, avec plusieurs démonstrations notamment de Meta (Facebook) et des conférences.

Le métavers désigne un univers numérique immersif, censé prolonger la réalité physique via la réalité augmentée ou virtuelle et faire passer le web de la 2D à la 3D, tandis que le "web3" est l'appellation donnée à la nouvelle version décentralisée d'internet.

"Tous les ans, nous mettons un +focus+ sur une technologie qui nous semble particulièrement intéressante et prometteuse. Pour 2022, on ne pouvait pas faire l'impasse sur +web3+ et métavers avec toutes les promesses et les discussions (qu'ils suscitent), mais parfois aussi des doutes voire des déceptions", souligne François Bitouzet, successeur de Julie Ranty au poste de directeur général de VivaTech à partir du 1er juillet prochain.

"On invite cette année à rentrer dans le coeur du sujet, à expérimenter et décrypter pour que chacun puisse se faire un avis concret sur là où on en est après les effets d'annonces", ajoute-t-il.

L'environnement et l'enjeu de la décarbonation seront aussi des thèmes centraux, avec la présentation de plusieurs innovations comme Bioo (Espagne, décomposition organique naturelle des plantes transformée en source d'énergie) ou Pentaform (Royaume-Uni, ordinateur en plastique recyclé à consommation réduite d'électricité).

Au rayon "mobilité", le salon verra pour la première fois la présence de Tesla, qui présentera le premier modèle issu de sa "Gigafactory" de Berlin, ou encore celle de Robert Miller, l'un des dirigeants de "Hyperloop TT", l'autre projet d'Elon Musk dans ce secteur (des capsules pressurisées circulant à très grande vitesse dans des tubes).

Parmi les innovations à suivre dans ce domaine: Jetson, le drone volant capable de transporter une personne, ou encore Poimo, le scooter électrique japonais qui peut se dégonfler pour tenir dans un sac à dos.

L'Inde sera mise à l'honneur à l'occasion du 75e anniversaire de son indépendance, dans un salon qui renforce son ancrage international avec la présence de 30 pays, dont sept africains, contre 22 en 2019.


Les entreprises étrangères emploient plus de 2 millions de personnes en France, selon l'Insee

Des personnes entrent au siège de l'INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques), le 14 juin 2019 à Monrouge, près de Paris. (Photo d'illustration, AFP)
Des personnes entrent au siège de l'INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques), le 14 juin 2019 à Monrouge, près de Paris. (Photo d'illustration, AFP)
Short Url
  • Les entreprises américaines sont les premières pourvoyeuses étrangères d'emplois en France, avec 461 600 emplois
  • En termes de salaires, ces emplois coûtent plus cher aux entreprises étrangères qu'à leurs concurrentes françaises

PARIS: Les quelque 17.000 entreprises sous contrôle étranger employaient en 2020 2,1 millions de personnes sur le territoire français, selon des données publiées jeudi par l'Insee.

Alors que le gouvernement se félicite régulièrement d'attirer des investissements étrangers en France, les entreprises américaines sont les premières pourvoyeuses étrangères d'emplois en France, avec 461.600 emplois.

L'Allemagne (341.500) et la Suisse (249.600) se hissent ensuite sur le podium, devant un groupe de quatre pays dont les entreprises emploient plus de 100.000 personnes (dans l'ordre: le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Belgique et le Japon), précise l'Institut national de la statistique et des études économiques.

Près d'un emploi sur deux sous contrôle étranger (46%) est offert dans des entreprises de taille intermédiaire (de 250 à 4.999 salariés salariés), et 38% dans de grandes entreprises (5.000 salariés et plus).

Un gros tiers des postes proposés en France par des sociétés étrangères le sont dans le secteur industriel (34,1%), qui devance le commerce (27,5%) et les services administratifs et de soutien aux entreprises (17,7%).

"A l'inverse, seul 1% des emplois sur le sol français des entreprises sous contrôle étranger est dans le secteur de la construction", indique l'Insee.

Au total, "12% des emplois français du secteur marchand (hors secteurs agricole et financier, NDLR) sont sous contrôle étranger."

En termes de salaires, ces emplois coûtent plus cher aux entreprises étrangères qu'à leurs concurrentes françaises.

"A 60.000 euros, les coûts salariaux moyens par tête en France sont plus élevés dans ces entreprises que dans les multinationales sous contrôle français (55.500 euros)", particulièrement dans le secteur du commerce, compare l'Insee.

"Les groupes étrangers sont relativement plus présents dans des secteurs où les frais de personnel par salarié sont les plus élevés", indique l'Institut à l'AFP pour justifier ce différentiel.

La France s'enorgueillit d'être le pays le plus attractif en Europe pour les investisseurs étrangers par le nombre de projets -- 1.222 en 2021, selon le baromètre du cabinet EY.

Mais les projets accueillis par la France sont en moyenne plus petits, avec 38 emplois créés, contre 45 en Allemagne et 68 au Royaume-Uni.

Et selon la Conférence des nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced), sur la période 2015-2020, les entreprises françaises ont davantage investi à l'étranger que les firmes étrangères ne l'ont fait dans l'Hexagone.


Electricité: le gouvernement étend son aide aux entreprises en 2023

Le ministre français de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire après la réunion hebdomadaire du cabinet à l'Elysée présidentielle à Paris le 7 décembre 2022. (Photo, AFP)
Le ministre français de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire après la réunion hebdomadaire du cabinet à l'Elysée présidentielle à Paris le 7 décembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • A coups de dizaines de milliards d'euros, la France a multiplié les mesures de soutien pour maintenir le pouvoir d'achat des ménages et des entreprises face à l'inflation et l'explosion des prix de l'énergie
  • Initialement destiné à s'arrêter fin 2022, le « guichet électricité» prévu par le gouvernement pour aider les petites entreprises à payer leurs factures sera ainsi finalement prolongé en 2023

PARIS: Pour aider les petites entreprises étranglées par la crise énergétique, le gouvernement va prolonger en 2023 un dispositif prenant en charge une partie de leur facture d'électricité, tout en voulant siffler la fin du "quoi qu'il en coûte" pour préserver les finances publiques.

Gel des prix de l'électricité, chèques énergétiques, remise sur les carburants... A coups de dizaines de milliards d'euros, la France a multiplié les mesures de soutien pour maintenir le pouvoir d'achat des ménages et des entreprises face à l'inflation et l'explosion des prix de l'énergie observées depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Des artisans comme les boulangers et les bouchers avaient toutefois tiré la sonnette d'alarme, estimant être laissés pour compte et insuffisamment soutenus.

Initialement destiné à s'arrêter fin 2022, le "guichet électricité" prévu par le gouvernement pour aider les petites entreprises à payer leurs factures sera ainsi finalement prolongé en 2023, a annoncé jeudi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire sur RMC.

«Pas d'hécatombe»

Ce dispositif s'ajoutera à l'"amortisseur", un autre système entrant en vigueur l'an prochain, où l'Etat prendra aussi en charge une partie des dépenses énergétiques des entreprises.

Seront éligibles au "guichet" les TPE et les PME dont, après réduction perçue au titre de l'amortisseur, les dépenses d'énergie représentent 3% du chiffre d'affaires de 2021 et la facture d'électricité a augmenté de plus de 50% par rapport à 2021.

Les deux dispositifs cumulés représenteront un "allègement de la facture" d'électricité qui pourra aller jusqu'à 35%, selon le ministre. L'enveloppe totale est maintenue à 10 milliards d'euros, d'après Bercy.

Interpellé par une boulangère du Doubs qui l'avertissait d'une "hécatombe" à venir parmi les artisans de sa région, il s'est voulu rassurant: "Il n'y aura pas d'hécatombe, je vous le garantis. Nous sommes là pour protéger les boulangers et nous ferons tout ce qui est nécessaire pour les aider à passer les mois d'hiver".

Les plus petites entreprises de moins de 10 salariés ayant un compteur de faible puissance (inférieur à 36 kVA) continueront, comme les particuliers, à bénéficier du bouclier tarifaire qui limitera en 2023 la hausse des tarifs réglementés de l'électricité à 15%, après un plafonnement à 4% cette année.

Initialement créé dans le cadre du plan de résilience en mars, le "guichet électricité" a été plusieurs fois remanié et simplifié ces derniers mois face aux critiques des entreprises qui jugeaient son fonctionnement complexe. Il ne devait initialement subsister l'an prochain que pour les entreprises de taille intermédiaire et les grandes entreprises.

Si le patronat a salué via la Confédération des petites et moyennes entreprises une "avancée majeure" avec la prorogation du guichet, c'est loin d'être suffisant pour le Syndicat des indépendants qui réclame une hausse de la facture de maximum 50% en 2023.

Les finances publiques en jeu

Cette annonce intervient alors que le gouvernement affirme depuis des semaines vouloir mettre fin au "quoi qu'il en coûte", ces dépenses publiques massives initiées durant la pandémie pour soulager les entreprises et les ménages.

"Ma responsabilité, c'est de cibler les aides sur ceux qui sont les plus en difficulté", a déclaré Bruno Le Maire, tout en assurant ne vouloir laisser "tomber personne face à l'inflation". "Nous avons aussi un sujet de finances publiques" et il s'agit de "faire attention à ne pas dilapider l'argent public."

Si les initiatives du gouvernement ont permis de contenir le taux d'inflation (6,2% sur un an en novembre), lequel flirte avec ses records de la mi-1980, elles lui ont aussi valu d'être rappelé à l'ordre par le Fonds monétaire international (FMI), qui les évalue à 2% du PIB français.

Selon la Direction générale du Trésor, l'Etat aura pris en charge 52% des pertes de revenu réel en raison de la crise énergétique en 2022, "au prix d'une augmentation de l'endettement des administrations".

Concernant les carburants, la ristourne générale sera ainsi remplacée "à partir du 16 janvier", selon Bruno Le Maire, par une indemnité de 100 euros pour les actifs les plus modestes utilisant la voiture pour aller travailler.


Industrie automobile algérienne: vers une intégration à 40 % d’ici à cinq ans, diesel exclu

L'usine Renault à Oran. (Photo fournie)
L'usine Renault à Oran. (Photo fournie)
Short Url
  • Le ministre algérien de l’Industrie, Ahmed Zeghdar, a souligné la volonté de l’État de concrétiser le développement local de la filière automobile
  • Le constructeur automobile italien Fiat est le premier groupe étranger à avoir signé le 29 novembre 2022 le nouveau cahier des charges imposé par l’État algérien en matière d’industrie automobile

PARIS: L’année 2023 sera marquée par le retour du montage automobile en Algérie. Voitures, camions et bus figurent parmi les produits qui seront proposés sur le marché local. Le ministre algérien de l’Industrie, Ahmed Zeghdar, a souligné la volonté de l’État de concrétiser le développement local de la filière automobile à travers de nombreux projets industriels qui devraient afficher des taux d’intégration de 40 % d’ici à cinq ans. 

Véhicules diesel interdits 

Le gouvernement souhaite prendre part à l’effort planétaire concernant l’environnement en interdisant l’importation et la production des véhicules diesel. Et pour cause, selon les chiffres du ministère de l’Industrie, près de 40 % des véhicules de tourisme en circulation sont équipés de moteurs diesel. Désormais, seuls les véhicules équipés d’un moteur essence, électrique, hydrogène ou hybride sont autorisés dans le pays. 

image 4
Signature du cahier des charges entre l' AAPI et les représentants du groupe Fiat en Algérie, en présence du ministre de l'Industrie Ahmed Zeghdar, debout à droite de l'image. (Photo fournie)

Interrogé par Arab News en français sur cette stratégie gouvernementale en matière d’industrie automobile, Abderrahmane Hadef, spécialiste en développement économique, fondateur et PDG d’Intelligence Vector Consulting, explique que «l’Algérie a choisi de s’adapter au marché mondial de l’automobile». Dans cette perspective, elle a fait part de ses exigences en matière d’importation et de production de voitures qui nécessitent l’intégration de nouvelles technologies dont les systèmes embarqués, l’électronique ou encore les ordinateurs de bord. «Il est très important de se projeter dans cette optique pour ne pas tomber dans l’obsolescence dans trois ou quatre ans», souligne M. Hadef, en précisant que «les moteurs à combustion, dont le diesel, ne sont plus produits sur le marché mondial». 

Cahier de charges et intégration économique

En présence de M. Zeghdar et d’Omar Rekkah, directeur de l’Agence algérienne de promotion de l’investissement (AAPI) ainsi que des représentants du groupe italien Stellantis en Algérie, Boutahra Hakim et Samir Cherfane, le constructeur automobile italien Fiat est le premier constructeur étranger à avoir signé le 29 novembre 2022 le nouveau cahier des charges imposé en matière d’industrie automobile. Selon le ministre de l’Industrie, cet accord «est une étape importante dans la réalisation du projet Fiat en Algérie» qui va aboutir à la mise en place «d’un véritable tissu industriel qui est d’une importance capitale pour asseoir une véritable industrie automobile et atteindre les taux d’intégration escomptés». 

image 4
Reprise de l'activité de l'usine de montage automobile Hyundai Algérie à Tiaret après deux ans d'arrêt en octobre 2022. (Photo fournie)

Selon le nouveau cahier des charges, le constructeur italien est tenu de produire des véhicules avec des carrosseries et des châssis fabriqués et peints localement. Lors de son intervention, Samir Cherfane a souligné que la future usine, basée dans la zone industrielle Tafraoui à Oran, produira 60 000 véhicules en 2023 et atteindra 90 000 unités l’année suivante. «Dans son plan stratégique de 2030, Stellantis a annoncé son ambition d'atteindre une capacité de production d'un million de véhicules par an d'ici à 2030 dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (Mena)», confirme la direction de la compagnie italienne.

Selon les chiffres du ministère de l’Industrie, 300 à 350 sous-traitants dans la production des pièces de rechange fourniront les constructeurs étrangers. Mohamed Djebili, directeur des industries sidérurgiques, mécaniques, aéronautiques et navales au ministère de tutelle a souligné que les entreprises de sous-traitance bénéficieront d’un accompagnement afin d’obtenir les homologations nécessaires. «Un arsenal juridique a été mis en place pour accompagner les sous-traitants jusqu'à leur homologation par les constructeurs installés en Algérie», a-t-il affirmé lors d’une déclaration à la presse, soulignant que la législation inclut l’obligation pour le constructeur de s’approvisionner auprès des sous-traitants homologués pour l’activité de ses autres sites de production à l’étranger. 

Des sous-traitants déjà homologués

«À partir de 2025, nous estimons qu'on aura une panoplie de sous-traitants très diversifiée qui permettra d'économiser les devises destinées à l'importation de pièces de rechange», précise M. Djebili. 

image 4
L'usine Renault a repris son activité en 2021 après un an de fermeture. (Photo fournie)

De son côté, le ministère de l’Industrie a créé une plate-forme numérique permettant la réception des demandes d’agréments pour les activités de concessionnaire et de construction de véhicules. À ce jour, 122 opérateurs sont déjà inscrits.