Résultats des législatives 2022: Macron perd la majorité absolue avec 224 sièges

Un homme vote lors du premier tour des élections législatives françaises dans un bureau de vote à Ajaccio, sur l'île méditerranéenne française de Corse, le 12 juin 2022. (Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP)
Un homme vote lors du premier tour des élections législatives françaises dans un bureau de vote à Ajaccio, sur l'île méditerranéenne française de Corse, le 12 juin 2022. (Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 19 juin 2022

Résultats des législatives 2022: Macron perd la majorité absolue avec 224 sièges

  • Les électeurs français étaient appelés aux urnes, dimanche, pour le second tour des élections législatives
  • À 20 h, les estimations donnent Ensemble ! avec 224 sièges, donc sans majorité absolue, suivi de la Nupes à 149 sièges et le Rassemblement national à 89 sièges

Les bureaux de vote ont ouvert dimanche à 08H00 en métropole pour le second tour des élections législatives où 48,7 millions d'électeurs sont appelés à élire leurs députés et donner ou non une majorité au président Emmanuel Macron à l'Assemblée.

Les bureaux fermeront à 18H00 et 20H00 dans les grandes villes. La journée a mal commencé pour le camp présidentiel avec la défaite dans la 2e circonscription de Guadeloupe de la secrétaire d'Etat à la Mer Justine Benin qui devra en conséquence quitter le gouvernement.

Le président Emmanuel Macron espère obtenir une nouvelle majorité à l'Assemblée, face à une gauche unie et requinquée.

La secrétaire d'Etat à la Mer Justine Benin, a été battue avec 41,35 % des voix derrière Christian Baptiste (DVG), soutenu par la Nupes, élu avec 58,65 %.

Conformément à une règle non écrite mais déjà appliquée en 2017 par Emmanuel Macron, Mme Benin devra, à peine nommée, quitter le gouvernement.

D'autres ministres sont sous la menace du même sort, alors qu'ils sont quinze, en comptant la Première ministre Elisabeth Borne, sur la ligne de départ. C'est le cas notamment pour Amélie de Montchalin (Transition écologique), en grand danger dans l'Essonne, comme pour le patron d'En Marche et ministre de la Fonction publique Stanislas Guerini ou encore pour le ministre délégué à l'Europe Clément Beaune, tous deux à Paris.

Plus de 48 millions d'électeurs sont appelés aux urnes dimanche. Les bureaux de vote fermeront à 18H00 et 20H00 dans les grandes villes. Les premières estimations sont attendues à 20H00.

Ce second tour vient clore une longue séquence électorale, ouverte le 10 avril par le premier tour de la présidentielle, qui avait vu la large réélection d'Emmanuel Macron devant Marine Le Pen.

Mais la partie s'annonce plus incertaine aux législatives après la percée surprise de l'alliance des partis de gauche Nupes et de l'extrême droite.

Au premier tour, la majorité sortante, qui se présente sous l'étiquette Ensemble! (LREM, MoDem, Agir et Horizons), est arrivée au coude à coude autour de 26% des voix avec l'alliance de gauche (LFI, PS, EELV et PCF). Le RN de Marine Le Pen a totalisé 18,7%, soit 5,5 points de plus qu'en 2017, devant Les Républicains et ses alliés de l'UDI, tombés à 11,3%.

Les incertitudes pour ce second tour sont nombreuses: quel score pour la gauche? Si la coalition présidentielle l'emporte, sa majorité sera-t-elle absolue - il faut 289 députés sur 577 - ou relative, comme ne l'excluent pas les sondages?

- «Réserves de voix» -

Alors que plus d'un électeur sur deux (52,5%) s'est abstenu pour le premier tour, la mobilisation est un enjeu déterminant en ce week-end de grandes chaleurs. Aux législatives de 2017, l'abstention avait atteint 51,3% au premier tour et 57,4% au deuxième, un record depuis 1958.

Le ministère de l'Intérieur doit donner à midi les premiers chiffres du taux de participation.

"La Nupes parviendra-t-elle à mobiliser les plus jeunes qui ne sont pas allés voter au premier tour?" Pour la majorité sortante "y a-t-il des réserves dans un électorat légitimiste qui n'aurait pas été voter en pensant que la victoire d'Emmanuel Macron était acquise?", s'interrogeait en fin de semaine le président de l'institut Elabe Bernard Sananès.

Les électeurs diront en outre si Les Républicains, qui se sont effondrés à la présidentielle, sont encore en capacité de peser à l'Assemblée, même si certains les voient en position charnière dans le cas d'une majorité relative du camp présidentiel qui devrait alors faire appel à la droite pour voter ses textes.

Enfin le scrutin dira si le Rassemblement national obtient un groupe, soit au moins 15 députés, ce qui donne davantage de moyens et de temps de parole. Le parti d'extrême droite n'y est parvenu qu'une fois dans son histoire, de 1986 à 1988, du temps du Front national, grâce à la proportionnelle.

Quoi qu'il en soit, un remaniement est attendu à l'issue du scrutin, ne serait-ce que pour les postes de secrétaires d'État, qui ne sont pas encore pourvus.

 

 

Justine Bénin éliminée en Guadeloupe, nouveaux députés Nupes en Martinique et en Guyane

La députée sortante et membre du gouvernement Justine Bénin a été battue au deuxième tour des législatives en Guadeloupe tandis que les électeurs de Guyane, Guadeloupe, et Martinique ont envoyé à l'Assemblée plusieurs députés soutenus par la Nupes.

Ils avaient déjà porté Jean-Luc Mélenchon en première position lors du premier tour des élections présidentielles le 10 avril.

- Guadeloupe -

La Guadeloupe reste à gauche: la seule candidate macroniste de l'élection, la secrétaire d'Etat à la Mer et députée sortante Justine Bénin a été battue, tandis que trois députés élus sur quatre étaient soutenus par la Nupes. L'abstention a de nouveau été très forte avec moins de 28,23% de participation.

Dans la première circonscription, le député sortant Olivier Serva, ex-LREM et soutenu par LFI pour le deuxième tour, non sans provoquer des remous au sein du parti, a été élu avec 74,04%. Il souhaite créer "un groupe outre-mer à l'Assemblée Nationale" et "défendre la réintégration des soignants suspendus".

Dans la deuxième circonscription, Christian Baptiste, candidat de la Nupes, a été élu avec 58,65% des suffrages face à la députée sortante Justine Bénin récemment nommée secrétaire d'Etat à la Mer.

Dans la troisième circonscription, le candidat du RN Rody Tolassy n'a pas réussi à décrocher un mandat de député alors que c'est dans l'archipel que Marine Le Pen avait remporté son meilleur score (près de 70%) lors du deuxième tour de l'élection présidentielle. Le député sortant Max Mathiasin (SE), arrivé en deuxième position au premier tour, l'emporte donc finalement lors de ce second tour (52,12% des voix).

Dans la quatrième circonscription, sans suspense, Elie Califer, soutenu par LFI, a été élu avec 100% des suffrages exprimés. Il était le seul candidat en lice après le désistement de son adversaire Marie-Luce Penchard.

- Martinique -

Jiovanny William, Marcellin Nadeau, et Johnny Hajjar, soutenus par LFI, découvriront pour la première fois de leur carrière politique les bancs de l'Assemblée nationale. Ils ont été élus respectivement dans la première (Centre), deuxième (Nord) et troisième circonscription (Fort-de-France) de la Martinique. Jean-Philippe Nilor a été élu pour la troisième fois consécutive dans la quatrième circonscription (Sud). Il a largement battu son prédécesseur et ancien mentor Alfred Marie-Jeanne.

La formation politique de l'ancien président du Conseil Exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique, le Gran Sanblé, a d'ailleurs été battue dans toute les circonscriptions de l'île alors qu'elle avait réussi à qualifier ses quatre candidats au second tour des législatives.

Plus élevée qu'au premier tour, la participation est demeurée très faible puisque tout juste un quart des électeurs se sont rendus aux urnes (25,71%, en hausse 4 points par rapport au premier tour).

- Guyane -

Les électeurs guyanais ont choisi le renouvellement. Dans la première circonscription, qui compte la préfecture Cayenne, c'est Jean-Victor Castor qui endosse le costume de député. Militant du Mouvement de décolonisation et d'émancipation sociale (MDES) dont il est l'un des cofondateurs, il est un fervent partisan de l'évolution statutaire du territoire.

Dans la deuxième circonscription, Lénaïck Adam, qui était soutenu par la majorité présidentielle, est délogé de son siège de député par Davy Rimane. Le syndicaliste, soutenu par LFI, engrange 54,12% des suffrages exprimés.

Lors du second tour, l'abstention a reculé dans les deux circonscriptions.

- Saint-Barthélemy et Saint-Martin -

Frantz Gumbs, le candidat divers-centre soutenu par la majorité présidentielle Ensemble a été élu député. Il recueille 67,21% des suffrages exprimés, soit 3.921 voix. Le taux de participation a été très faible sur les deux îles, à 24,56%, soit près de deux points de moins qu'en 2017 (26,11%).

- Saint-Pierre-et-Miquelon -

Après un duel serré, l'ancien président de la collectivité territoriale (2017-2020) Stéphane Lenormand (AD, divers droite) a été élu député de ce territoire à l'unique circonscription, avec 50,36% des suffrages, face à Olivier Gaston. Seules 19 voix séparent les deux candidats et 186 bulletins nuls ont été enregistrés.

Le taux de participation global pour ce second tour des législatives à Saint-Pierre et Miquelon est de 55,95%, en légère hausse par rapport au premier tour (53,45%) mais en dessous des 75,35% atteint lors du second tour en 2017.

 

 

Votes des candidats

Jean-Luc Melenchon, à la tête de la Nupes, est arrivé pour voter à Marseille à 8:30 GMT. Il a livré un vibrant plaidoyer inspiré de la canicule et de la sécheresse en faveur de politiques énergiques pour y faire face. 

Marine Le Pen, leader de l'extrême droite, est arrivée pour voter à Henin Beaumont, dans le Pas-de-Calais, à 9h GMT 

Le président français Emmanuel Macron , accompagné de Brigitte Macron, a voté au Touquet lors du second tour des élections législatives à 9h GMT

La Première ministre Elisabeth Borne a voté à Viret à 9h GMT


Retraites: Le chef de la CFDT appelle à «amplifier» la mobilisation le 7 février

Le secrétaire général de la Confédération française démocratique du travail (CFDT), Laurent Berger (Photo, AFP).
Le secrétaire général de la Confédération française démocratique du travail (CFDT), Laurent Berger (Photo, AFP).
Short Url
  • Le leader de la CFDT Laurent Berger a regretté l'absence d'empathie exprimée par la Première ministre Elisabeth Borne sur France 2
  • La réforme est «injuste et brutale», a renchéri le dirigeant de FO, Frédéric Souillot

PARIS: "Il faut amplifier" la mobilisation contre la réforme des retraites lors de la journée d'action du 7 février, a jugé jeudi soir le leader de la CFDT Laurent Berger, qui a regretté l'absence d'"empathie" exprimée par la Première ministre Elisabeth Borne sur France 2.

Réagissant à chaud après un entretien au cours de laquelle la Première ministre est revenue sur les mesures de la réforme, M. Berger a regretté qu'on n'ait "pas entendu parler de travail".

Or, "c'est de travail dont il aurait fallu parler ce soir pour montrer un minimum d'empathie", a-t-il regretté, ajoutant: "on a l'impression qu'il n'y a pas en ce moment un mouvement social dans ce pays".

"Les gens ont envie qu'on parle ce soir de leur travail, de la prise en compte de ce qu'ils expriment", a-t-il insisté, rappelant les deux journées d'action du 19 et du 31 janvier, cette dernière date ayant suscité la "plus grande" mobilisation "depuis 30 ans".

Lors de la prochaine journée décidée par l'intersyndicale, mardi 7 février, "il faut continuer la mobilisation" des 19 et 31 janvier et "il faut l'amplifier", a insisté le leader syndical. Quant à la journée suivante, le samedi 11, elle offrira "la possibilité de venir manifester, y compris pour les travailleuses, les travailleurs qui ne viennent pas forcément en semaine, y compris en famille", pour "montrer qu'il y a un vrai mécontentement et une vraie mobilisation", a-t-il poursuivi.

Il a salué l'annonce par Mme Borne que des sanctions financières pourraient être appliquées aux entreprises qui n'agiront pas en faveur de l'emploi des seniors. "Je lui donne le point", a-t-il dit. Mais c'est le report de l'âge légal à 64 ans qui fait que "cette réforme est injuste", a-t-il insisté.

"A quel moment le gouvernement, Mme Borne, va entendre cet appel du monde du travail (disant) cette réforme on ne veut pas ?", s'est-il interrogé.

La réforme est "injuste et brutale", a renchéri le dirigeant de FO, Frédéric Souillot, lui aussi interrogé dans le cadre du débat qui a suivi l'intervention de la Première ministre.


Projet d'attaque contre Macron par un groupuscule d'ultradroite en France: jusqu'à 5 ans de prison requis

Jusqu'à cinq ans de prison ferme et une relaxe ont été requis jeudi à Paris au procès de 13 membres d'un groupuscule d'ultradroite, les Barjols, soupçonnés d'avoir préparé un projet d'assassinat du président Emmanuel Macron fin 2018. (AFP)
Jusqu'à cinq ans de prison ferme et une relaxe ont été requis jeudi à Paris au procès de 13 membres d'un groupuscule d'ultradroite, les Barjols, soupçonnés d'avoir préparé un projet d'assassinat du président Emmanuel Macron fin 2018. (AFP)
Short Url
  • La procureure antiterroriste a demandé la peine la plus lourde à l'encontre de Jean-Pierre Bouyer, un ancien garagiste de 66 ans et ex-numéro 2 des Barjols
  • Selon le ministère public, le projet d'assassiner Emmanuel Macron, dont doivent répondre 4 des 13 prévenus, n'était que «l'aboutissement de tout ce qui s'est passé au sein des Barjols»

PARIS: Des projets pas "aboutis" mais une "menace réelle": jusqu'à cinq ans de prison ferme et une relaxe ont été requis jeudi à Paris au procès de 13 membres d'un groupuscule d'ultradroite, les Barjols, soupçonnés d'avoir préparé un projet d'assassinat du président Emmanuel Macron fin 2018 mais aussi des attaques contre des migrants, des mosquées et des élus.

La procureure antiterroriste a demandé la peine la plus lourde à l'encontre de Jean-Pierre Bouyer, un ancien garagiste de 66 ans et ex-numéro 2 des Barjols, pour son rôle jugé "moteur" dans le projet d'assassinat du président Emmanuel Macron dont les contours restent flous.

C'est son arrestation, le 6 novembre 2018 dans l'est de la France, avec trois autres prévenus qui a lancé cette affaire d'association de malfaiteurs terroriste, finalement correctionnalisée à l'issue de près de quatre années d'enquête.

Au cours de son réquisitoire, la procureure a également ciblé Denis Collinet, 63 ans, ex-militant d'extrême droite et fondateur des Barjols en avril 2017.

Son groupuscule, a-t-elle relevé, s'est mué en "incubateur d'actions violentes" contre les migrants, les élus ou les musulmans avec un objectif: que "la peur change de camp".

Selon le ministère public, le projet d'assassiner Emmanuel Macron, dont doivent répondre 4 des 13 prévenus, n'était que "l'aboutissement de tout ce qui s'est passé au sein des Barjols": les réunions secrètes aux accents paramilitaires dans l'est de la France, la recherche d'armes ou la collecte de recettes d'explosifs.

La procureure a reconnu que certains projets des prévenus, qui présentent quasiment tous un casier judiciaire vierge, peuvent sembler "farfelus" ou peu "aboutis" et que leur "corpus idéologique" s'avère "pauvre".

Mais elle a mis en garde contre la tentation de réduire ce dossier à de simples élucubrations lancées lors de soirées arrosées, par des prévenus aux "parcours de vie très abimés".

La "menace était bien réelle" et il n'y a aucune raison que la justice fasse preuve d'une "mansuétude" particulière. "Oserait-on, si ce dossier était lié au jihadisme, vous dire que les éléments matériels sont insuffisants ?", a-t-elle lancé au tribunal correctionnel, ajoutant: "pourquoi devrait-on avoir plus de mansuétude dans un dossier d'ultradroite ?"

Si elle admet que les Barjols étaient "animés d'une révolte sociale" faisant écho au mouvement des "gilets jaunes", en pleine éclosion en 2018, établir un parallèle entre les deux mouvances reviendrait, en revanche, à "tordre le cou à la réalité".

Les Barjols, a-t-elle argumenté, étaient focalisés sur une double "obsession": "la haine" des migrants et d'Emmanuel Macron.

En réponse, la défense a commencé à plaider pour dénoncer "une grosse farce" judiciaire, reposant sur les "déclarations foutraques" et dépourvue d'éléments matériels.

"Vous n'avez ni projet ni actes préparatoires ni le début de commencement d'une action", a affirmé Me Camille Fonda, une des avocates de M. Collinet, récusant tout parallèle avec le djihadisme.


Mbappé absent 3 semaines et forfait à l'aller pour PSG-Bayern

L'attaquant français du Paris Saint-Germain Kylian Mbappé est allongé sur le sol après s'être blessé lors du match de football français de L1 entre le Montpellier Hérault SC et le Paris Saint-Germain (PSG) au Stade de la Mosson à Montpellier, le 1er février 2023. (Photo, AFP)
L'attaquant français du Paris Saint-Germain Kylian Mbappé est allongé sur le sol après s'être blessé lors du match de football français de L1 entre le Montpellier Hérault SC et le Paris Saint-Germain (PSG) au Stade de la Mosson à Montpellier, le 1er février 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le N.7 du PSG souffre «d'une lésion de la cuisse gauche» après la rencontre de Ligue 1 de mercredi à Montpellier (3-1)
  • Mbappé est actuellement en tête du classement des buteurs de la compétition européenne à égalité avec Mohamed Salah (7 buts)

PARIS: L'attaquant star du Paris SG Kylian Mbappé, blessé à une cuisse, est indisponible pour une durée estimée à trois semaines et manquera la réception du Bayern Munich le 14 février en huitième aller de la Ligue des champions, a annoncé son club jeudi.

Le N.7 du PSG souffre "d'une lésion de la cuisse gauche" après la rencontre de Ligue 1 de mercredi à Montpellier (3-1).

Il manquera également le huitième de finale de Coupe de France mercredi à Marseille, mais son indisponibilité semble compatible avec un retour en vue de la deuxième manche face au Bayern, le 8 mars en Bavière.

L'absence du Français pour la C1 est une grande perte pour le PSG, tant l'attaquant de 24 ans domine les tableaux statistiques cette saison: Mbappé est actuellement en tête du classement des buteurs de la compétition européenne à égalité avec Mohamed Salah (7 buts).

Mercredi, l'entraîneur Christophe Galtier s'était pourtant montré rassurant. "C'est une contusion ou un hématome, on ne sait pas encore. Il n'y a pas trop d'inquiétude", avait-il déclaré, évoquant "un coup derrière le genou et sur le muscle".

Sur des images de Canal+ prises après la rencontre, on voit Mbappé commenter sa blessure dans le couloir des vestiaires, déclarant: "Je me suis blessé sur un appui, j'ai trop mal".

Egalement sorti sur blessure à Montpellier, le défenseur espagnol Sergio Ramos devait effectuer "des examens complémentaires" ce jeudi, a précisé le PSG.

Le club parisien, toujours en quête de son premier sacre en Ligue des champions, objectif ultime de ses propriétaires qataris, est actuellement déjà privé, en défense, de Presnel Kimpembe et Nordi Mukiele, tandis que Neymar a été préservé mercredi pour se remettre d'une "fatigue musculaire".