Les Houthis accusés d'endoctriner et de recruter des enfants

Short Url
Publié le Lundi 20 juin 2022

Les Houthis accusés d'endoctriner et de recruter des enfants

  • Les Houthis utilisent les «centres d'été» comme camps d'entraînement
  • Les enfants soldats recrutés aujourd'hui deviendront des combattants aguerris

AL-MUKALLA: Des représentants du gouvernement yéménite, des groupes de défense des droits de l'homme et des défenseurs de la protection de l'enfance ont appelé à une action internationale pour contraindre les Houthis, soutenus par l'Iran, à cesser d'endoctriner et de recruter des enfants pour le combat.

Ils ont averti que les enfants recrutés par la milice deviendraient des combattants radicaux qui compromettraient la sécurité au Yémen, dans la région et dans le reste du monde.

Leurs mises en garde et leurs demandes sont intervenues alors que de nouvelles vidéos provenant de camps d'été gérés par les Houthis ont montré que la milice soumettait les enfants à des activités d'endurance et les entraînait au maniement des armes.

Le ministre yéménite de l'Information, Mouammar al-Eryani, a accusé les Houthis d'enrôler massivement des enfants dans les zones qu'ils contrôlent, dans le cadre de camps d'été annuels durant lesquels ils leur font subir un lavage de cerveau, leur donnent des leçons militaires et les envoient ensuite combattre les troupes gouvernementales.

«Les milices Houthis recrutent de plus en plus d'enfants et les poussent vers les lignes de front face à un silence international étonnant et injustifié, et à l'incapacité des organisations de défense des droits de l'homme et de protection de l'enfance à jouer leur rôle pour condamner ce crime odieux et mettre un terme au massacre d'enfants yéménites», a-t-il tweeté, partageant une vidéo «choquante» montrant des enfants âgés d'à peine dix ans en train d'être entraînés dans l'un des camps.

Il a prévenu qu'ils continueraient à alimenter la violence au Yémen et à saper les efforts déployés sous l'égide des Nations unies pour parvenir à un accord de paix durable dans le pays.

Le mois dernier, les Houthis ont lancé leurs camps d'été annuels pour enfants dans les zones densément peuplées qu'ils contrôlent.

Des milliers d'entre eux auraient rejoint ces camps, où, selon les Houthis, ils sont formés à la récitation correcte du Coran, reçoivent des leçons d'islam et apprennent à affronter les fausses idées de l'Occident.

Cependant, les vidéos qui ont fuité des camps ou celles qui apparaissent sur les médias contrôlés par les Houthis montrent des enfants se préparant au combat.

Dans l'une de ces vidéos, un membre des Houthis apprend à des enfants d'à peine dix ans à utiliser un AK-47 dans une salle de classe. Cet homme apparaît en train de passer l'arme aux enfants, qui l'essaient à tour de rôle.

Dans d'autres vidéos, des enfants prêtent allégeance au dirigeant houthi Abdoul Malik Al-Houthi et jurent de combattre ses opposants à l'intérieur et à l'extérieur du pays.

Les images de jeunes enfants portant des armes ou scandant des slogans haineux ont suscité l'indignation des Yéménites qui ont demandé que les Houthis soient punis pour avoir violé les chartes internationales de protection de l'enfance et exploité la trêve négociée par l'ONU pour gonfler leurs rangs de jeunes combattants.

«Les Houthis continuent de violer les droits des enfants au Yémen. Cet Houthi apprend aux élèves à utiliser des armes afin de les pousser au front», a déclaré la militante yéménite Nadia Abdallah.

Le journaliste yéménite Ahmed al-Mosibly a qualifié les camps d'été des Houthis de «bombes à retardement» qui ont préparé certaines personnes à en tuer d'autres et à servir les agendas de l'Iran au Yémen. «Malheureusement, il y a encore des parties à l'intérieur et à l'extérieur du pays qui ne sont pas bien conscientes du danger du projet expansionniste iranien», a-t-il tweeté.

Le journaliste yéménite Ammar Zabal, qui était responsable des médias dans un centre de réhabilitation des enfants soldats financé par l'Arabie saoudite à Marib, a rencontré de jeunes combattants houthis.

Il a déclaré à Arab News que l'influence des leçons d'endoctrinement des Houthis avait poussé certains enfants à détester la communauté et les Yéménites qui s'opposent au mouvement.

«L'influence des idées toxiques des Houthis sur ces enfants est énorme», a déclaré Zabal.

Par ailleurs, Ahmed al-Qurashi, directeur de l'organisation SEYAJ pour la protection des enfants, a indiqué à Arab News que le recrutement d'enfants au Yémen s'était accéléré au cours des derniers mois, malgré la trêve et les efforts considérables déployés pour parvenir à un accord mettant fin à la guerre. Il a averti que les enfants soldats recrutés aujourd'hui deviendraient des combattants aguerris qui porteraient atteinte à la sécurité régionale et internationale.

«Le recrutement croissant d'enfants au Yémen est la preuve que toutes les initiatives et propositions visant à protéger les enfants ont échoué. Cela montre également l'échec des initiatives de l'ONU, notamment un accord avec les Houthis sur l'arrêt du recrutement d'enfants dans les combats», a déclaré M. Al-Qurashi.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le ministre saoudien des Affaires étrangères s’entretient au téléphone avec son homologue chinois

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Short Url
  • Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères
  • Les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, s’est entretenu au téléphone lundi avec son homologue chinois.

Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères, et les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine.

Ils ont également discuté de la coopération bilatérale, de l’évolution des événements régionaux et internationaux, des efforts déployés à l’égard de ces événements afin de renforcer la sécurité et la stabilité, ainsi que des principales questions d’intérêt commun.

La Chine a nommé Qin comme nouveau ministre des Affaires étrangères à la fin du mois de décembre 2022.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite lance un service de visa de transit pour les passagers faisant escale dans le Royaume

Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois
  • Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite à des fins de tourisme et de pèlerinage

RIYAD: Lundi, le ministère saoudien des Affaires étrangères a lancé un service électronique qui permettra aux passagers faisant escale dans le Royaume d’obtenir un visa d’entrée.

Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite aux passagers en transit qui souhaitent accomplir l’Omra, visiter la mosquée du prophète à Médine et découvrir le Royaume.

Ce nouveau service entrera en vigueur à partir de lundi, et les passagers pourront demander un visa de transit via les plates-formes électroniques de Saudia Airlines et Flynas.

La demande sera automatiquement envoyée à la plate-forme nationale unifiée des visas du ministère des Affaires étrangères pour y être traitée. Un visa numérique sera délivré instantanément et renvoyé au bénéficiaire par courrier électronique.

Le ministère a affirmé que le visa e-Transit pour les escales contribuera à réaliser les objectifs de la Vision 2030 du Royaume en consolidant sa position et en tirant parti de son emplacement stratégique distingué en tant que lien entre les continents.

Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Syrie: Quinze policiers blessés par une explosion visant leur bus

Des voitures, dont un véhicule du Croissant-Rouge syrien, sont vues sur une route du district de Daraa al-Balad, dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 12 septembre 2021 (Photo, AFP).
Des voitures, dont un véhicule du Croissant-Rouge syrien, sont vues sur une route du district de Daraa al-Balad, dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 12 septembre 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le ministère a indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité étaient en route pour Damas, revenant d'une mission dans la province de Deraa
  • La situation dans la province de Deraa, berceau de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en 2011, reste instable

DAMAS: Quinze membres des forces de sécurité intérieures syriennes ont été blessés dans l'explosion d'une bombe qui a visé le bus qui les transportait dans le sud du pays, selon le ministère de l'Intérieur.

Le ministère a indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité étaient en route pour Damas, revenant d'une mission dans la province de Deraa, lorsque "des terroristes non identifiés ont visé avec un engin explosif le bus les transportant sur l'autoroute Damas-Deraa".

L'attaque a blessé 15 passagers, dont sept gravement.

La situation dans la province de Deraa, berceau de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en 2011, reste instable malgré le retour des forces du régime en juillet 2018.

Le groupe Etat islamique (EI), dont le troisième chef a été tué à Deraa en octobre dernier revendique parfois des attaques dans la région.

Plusieurs attentats, le plus souvent revendiqués par des jihadistes, ont visé par le passé des véhicules de l'armée syrienne.

La guerre complexe en Syrie, déclenchée en 2011 par la répression de manifestations prodémocraties, a fait environ 500.000 morts depuis 2011.