Le régulateur européen donne son feu vert au vaccin anti-Covid de Valneva

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a approuvé jeudi le vaccin contre le coronavirus de la biotech franco-autrichienne Valneva. (Photo, AFP)
L'Agence européenne des médicaments (EMA) a approuvé jeudi le vaccin contre le coronavirus de la biotech franco-autrichienne Valneva. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 23 juin 2022

Le régulateur européen donne son feu vert au vaccin anti-Covid de Valneva

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a approuvé jeudi le vaccin contre le coronavirus de la biotech franco-autrichienne Valneva. (Photo, AFP)
  • La société Valneva, basée à Nantes, développe un vaccin à virus inactivé, une technologie plus traditionnelle que celle de l'ARN messager
  • «L'EMA a recommandé l'octroi d'une autorisation de mise sur le marché pour le vaccin» Valneva pour les personnes «âgées de 18 à 50 ans», a précisé le régulateur européen

LA HAYE: L'Agence européenne des médicaments (EMA) a approuvé jeudi le vaccin contre le coronavirus de la biotech franco-autrichienne Valneva, qui devient le sixième vaccin anti-Covid recommandé chez les adultes au sein des 27 pays de l'Union européenne. 

La société Valneva, basée à Nantes, développe un vaccin à virus inactivé, une technologie plus traditionnelle que celle de l'ARN messager. C'est d'ailleurs l'un des arguments mis en avant par le laboratoire, qui estime que ce vaccin pourrait convaincre les personnes pas encore vaccinées. 

« L'EMA a recommandé l'octroi d'une autorisation de mise sur le marché pour le vaccin » Valneva pour les personnes « âgées de 18 à 50 ans », a précisé le régulateur européen dans un communiqué. 

« Après une évaluation approfondie, le comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l'EMA a conclu par consensus que les données sur le vaccin étaient solides et répondaient aux critères de l'UE en matière d'efficacité, de sécurité et de qualité », a-t-il ajouté. 

Les donnés ont montré que le vaccin déclenche une production de niveaux plus élevés d'anticorps contre la souche originale de SARS-CoV-2 pour les 18 à 50 ans a précisé l'EMA, dont le siège se situe à Amsterdam. 

Il n'a cependant pas été possible de tirer de conclusion la capacité du vaccin à déclencher la production d'anticorps chez les personnes de plus de 50 ans, a précisé le régulateur. 

Les données sont également « limitées » sur la capacité du vaccin à protéger contre les variants préoccupants, y compris les sous-variants d'Omicron qui sont actuellement les souches dominantes dans de nombreux pays de l'UE, a concédé l'EMA. 

Les effets secondaires observés avec le vaccin étaient quant à eux généralement légers et disparaissaient en quelques jours après la vaccination, et comprenaient fatigue, maux de tête, douleurs musculaires et des nausées, selon l'EMA. 

La Commission européenne va désormais accélérer le processus décisionnel pour accorder une décision sur l'autorisation de mise sur le marché. 

Cinq autres vaccins sont jusqu'ici été approuvés au sein de l'Union européenne: les vaccins à ARN messager des groupes américains Pfizer et Moderna, ceux du laboratoire suédo-britannique AstraZeneca et de son concurrent américain Johnson & Johnson, qui ont recours à un vecteur viral, et le vaccin Novavax, basé sur la technologie dite des sous-unités protéiques, utilisée depuis des décennies. 

Déconvenues 

Valneva a multiplié les déconvenues pour ce vaccin: en septembre 2021, le gouvernement britannique, qui lui avait passé commande pour 100 millions de doses, a résilié son contrat, une déception pour l'entreprise qui avait fait chuter son cours de Bourse. 

Au mois de mai, c'était au tour de l'Union européenne, avec laquelle Valneva avait un accord portant sur 60 millions de doses d'ici à 2023, de faire savoir qu'elle envisageait de résilier cette commande, dans un contexte de production mondiale importante. 

En réponse, Valneva a proposé un plan pour tenter de remédier à la situation de façon acceptable et sur lequel la Commission européenne doit se pencher. Énième épisode dans ce feuilleton: vendredi dernier, la biotech a appelé à plus de commandes de la part des pays européens pour son vaccin afin de pouvoir maintenir ce contrat. 


La fusion forcée UBS - Credit Suisse fort critiquée en Suisse

Après avoir chuté jusqu'à 15% durant la première heure de cotation, l'action d'UBS a inversé la tendance, terminant sur un gain de 1,26% (Photo, AFP).
Après avoir chuté jusqu'à 15% durant la première heure de cotation, l'action d'UBS a inversé la tendance, terminant sur un gain de 1,26% (Photo, AFP).
Short Url
  • Ni la presse, ni un grand nombre de responsables politiques ne mâchaient leurs mots sur cette fusion, qui crée une super banque
  • La lenteur des autorités est aussi dénoncée, le gouvernement n'ayant pris la parole sur ce sujet que lors de l'annonce de l'accord dimanche à 18H30 GMT

GENÈVE: Le rachat dans l'urgence de Credit Suisse par UBS pour une bouchée de pain et de solides garanties financières des autorités est fort critiqué lundi en Suisse, les détracteurs y voyant de l'amateurisme et un coup porté à la réputation de la place financière suisse.

Les investisseurs restent prudents, dans un contexte mondial très défavorable au secteur bancaire frappé de plein fouet par les hausses de taux d'intérêt des grandes banques centrales.

Après avoir chuté jusqu'à 15% durant la première heure de cotation, l'action d'UBS a inversé la tendance, terminant sur un gain de 1,26% à 17,325 francs suisses (17,42 euros), tandis que celle de Credit Suisse a terminé en repli de 55,74% à un peu plus de 82 centimes, légèrement au-dessus des 76 centimes proposés par la première banque de Suisse, soit 3 milliards de francs en actions UBS.

Celle-ci n'a endossé qu'à contrecœur dimanche la cape de sauveteur de sa rivale, sous la pression intense des autorités suisses, elles-mêmes poussées par leurs grands partenaires économiques, qui craignent une coûteuse contagion.

«Honte pour la Suisse»

Ni la presse, ni un grand nombre de responsables politiques ne mâchaient leurs mots sur cette fusion, qui crée une super banque et suscite des interrogations sur son poids en Suisse et les conséquences économiques qui en découlent, en particulier pour l'emploi.

La lenteur des autorités est aussi dénoncée, le gouvernement n'ayant pris la parole sur ce sujet que lors de l'annonce de l'accord dimanche à 18H30 GMT après une semaine de crise et plusieurs réunions d'urgence.

La banque centrale et le gendarme des marchés ont laissé la Bourse s'emballer mercredi avant d'agir seulement en début de soirée, estiment leurs détracteurs.

Quatre grands partis - les Socialistes, les Verts, Le Centre et les Libéraux-radicaux, ont annoncé vouloir une session extraordinaire du Parlement, qui pourrait avoir lieu "la semaine après Pâques", ont indiqué les services parlementaires à l'AFP.

Le président de la droite libérale Thierry Burkart, évoque dimanche comme une "journée noire pour la place financière suisse et pour la Suisse dans son ensemble".

Pour la Tribune de Genève "c’est un gâchis social (pour les emplois), économique (pour la réputation de ce pays) et une honte politique pour des dirigeants trop lents à agir".

Beaucoup de responsables politiques et d'éditorialistes reconnaissent toutefois qu'il n'y avait guère d'autres choix, le gouvernement ayant évoqué une nationalisation comme seule alternative en cas d'échec des négociations avec UBS.

Quant à la droite radicale (UDC), la première formation politique de Suisse, elle estime que l'aventurisme à l'étranger a été fatal, là où la branche helvétique de Credit Suisse est très profitable. Elle dénonce aussi l'influence des régulateurs et les autorités de surveillance étrangers sur le plan de sauvetage.

Et UBS dans tout ça

UBS arrive dans ce mariage forcé en pleine santé -elle a fait plus de 7 milliards de bénéfice net en 2022- et avec une stratégie qui a fait ses preuves. Mais la fusion n'est pas sans risque.

"Il y a beaucoup d'incertitudes et des risques significatifs", a réagi Andreas Venditti, analyste chez Vontobel, qui souligne que la façon dont les investisseurs évaluent UBS va changer "substantiellement".

"Le rachat de Credit Suisse par UBS m'inquiète beaucoup, car il crée une super-banque si grande qu'elle peut mettre tout un Etat en difficulté", a commenté le responsable d'un des principaux instituts économiques allemands, le DIW, Marcel Fratzscher.

UBS était déjà le numéro un mondial de la gestion de fortune mais ce rapprochement va faire naître un mastodonte du secteur à la tête de 3 400 milliards de dollars d'actifs sous gestion.

Les actionnaires d'UBS n'ont pas voix au chapitre du rachat, pour pouvoir aller vite.

La fusion risque également d'être lourde de conséquences en Suisse sur l'emploi compte tenu des doublons notamment dans leurs activités de détail dans le pays alpin.

UBS s'appuie sur un réseau de près de 200 agences dans le pays alpin contre 95 chez Credit Suisse. Les deux banques font de la gestion d'actifs.

La branche helvétique de Credit Suisse, considérée comme l'un des joyaux, est active notamment dans les hypothèques et les crédits aux PME.

"Un zombie a disparu mais un monstre est né", a titré le quotidien zurichois NZZ.


Agriculture: L'UE veut aider ses Etats déstabilisés par l'afflux de céréales ukrainiennes

Moissonneuse-batteuse récoltant du blé près de Novoazovsk, à l'extérieur de Marioupol (Photo AFP).
Moissonneuse-batteuse récoltant du blé près de Novoazovsk, à l'extérieur de Marioupol (Photo AFP).
Short Url
  • Bruxelles propose d'allouer 29,5 millions d'euros à la Pologne, 16,75 millions à la Bulgarie et 10,05 millions à la Roumanie
  • En revanche, la Hongrie et la Slovaquie n'ont pas été jugées suffisamment affectées pour bénéficier du même soutien

BRUXELLES: La Commission européenne a annoncé lundi vouloir puiser dans une réserve de crise pour soutenir les cultivateurs en Pologne, Roumanie et Bulgarie, déstabilisés par l'afflux d'importations agricoles ukrainiennes après la levée des droits de douane décidée par l'UE après l'invasion du pays par la Russie.

Ce soutien de 56,3 millions d'euros, financé par la réserve de la Politique agricole commune (PAC), vise à compenser "les pertes économiques dues à l'augmentation des importations de céréales et d'oléagineux" venues d'Ukraine "et limiter l'impact des déséquilibres du marché", a indiqué l'exécutif européen.

Bruxelles propose d'allouer 29,5 millions d'euros à la Pologne, 16,75 millions à la Bulgarie et 10,05 millions à la Roumanie, et autorise en outre ces trois pays à doubler ces montants par des aides d'État, a précisé à la presse le commissaire à l'Agriculture, Janusz Wojciechowski.

La proposition est soumise aux 27 États membres, qui devraient se prononcer lors d'une réunion technique le 30 mars, selon Bruxelles, qui espère de premiers versements d'ici fin septembre.

L'UE avait suspendu en mai dernier, pour un an, les droits de douane sur tous les produits importés d'Ukraine, pour soutenir l'économie du pays attaqué par la Russie, et – dans le domaine agricole – lui permettre d'exporter ses stocks de céréales après la fermeture de la voie maritime par la mer Noire.

Mais en conséquence, les États de l'UE voisins ont vu augmenter les arrivées de maïs, blé ou encore de graines de tournesol, déstabilisant les marchés locaux au détriment de leurs agriculteurs, a observé M. Wojciechowski.

La Pologne et la Bulgarie souffrent d'une importante "offre excédentaire" qui pèse sur les prix, tandis que la Roumanie, "plaque tournante des 'corridors de solidarité'" pour exporter la production ukrainienne vers le reste du monde, pâtit de la pression sur ses structures logistiques, a-t-il expliqué.

En revanche, la Hongrie et la Slovaquie n'ont pas été jugées suffisamment affectées pour bénéficier du même soutien.

Concernant les mesures commerciales en faveur de l'Ukraine et leur possible prolongation, "il sera plus facile d'activer une clause de sécurité" pour freiner certaines importations si elles "augmentent de façon disproportionnée", a ajouté M. Wojciechowski. "Nous continuerons à surveiller de près l'effet sur la volaille, la viande, les œufs, comme pour les céréales", a-t-il relevé.

La guerre en Ukraine a également contribué à l'envol des prix des engrais et des carburants. Mais l'aide annoncée lundi ne vise pas à compenser cette inflation des coûts pour les exploitants, contre laquelle des possibilités d'importantes aides d'États sont déjà prévues, a insisté le commissaire.


La GAMI lance une plate-forme pour stimuler les investissements étrangers dans le secteur de la défense du Royaume

Ces initiatives ont été lancées lors d'un événement à Riyad (Huda Bashatah/Vidéo AN).
Ces initiatives ont été lancées lors d'un événement à Riyad (Huda Bashatah/Vidéo AN).
Short Url
  • L'initiative Military Industries Enabler donnera aux investisseurs un aperçu du secteur dans le Royaume, notamment les politiques, les procédures, la demande et les avantages
  • Cette initiative cible les organisations du secteur ainsi que les particuliers et les institutions gouvernementales

RIYAD: L'Autorité générale des industries militaires (GAMI) a lancé une nouvelle plate-forme grâce à laquelle les investisseurs locaux et internationaux pourront avoir accès à des opportunités dans le secteur de la défense saoudienne.

L'initiative Military Industries Enabler donnera aux investisseurs un aperçu du secteur dans le Royaume, notamment les politiques, les procédures, la demande et les avantages.

Ahmed al-Ohali, gouverneur de la GAMI, a déclaré à Arab News: «Notre objectif est d’établir en Arabie saoudite un secteur de la défense solide et durable, avec les technologies adéquates, répondant aux besoins des organismes de défense et de sécurité et à notre volonté de ‘saoudisation’ du capital humain dans le secteur de la défense, dans le but de satisfaire également notre objectif d'attirer de très importants investissements pour contribuer au PIB (Produit intérieur brut) d'ici 2030.»

Le lancement de cette plate-forme constitue une étape essentielle pour le Royaume, sachant qu’elle cherche à créer un environnement d'investissement attractif pour les organismes en Arabie saoudite ou à l'étranger qui souhaitent intervenir dans le secteur de la défense.

Dans le but de promouvoir le processus d'investissement et de s'intégrer aux secteurs concernés et à divers services participatifs, cette initiative cible les organisations du secteur ainsi que les particuliers et les institutions gouvernementales.

Al-Ohali a affirmé: «Le secteur de la défense en Arabie saoudite est une nouveau secteur. Nous construisons donc l'infrastructure nécessaire à son succès... Nous avons clairement indiqué que quiconque souhaite investir dans cette industrie saoudienne, qu’il s’agisse d’un investisseur saoudien ou étranger, sera traité de la même manière tant qu'il remplit ses obligations et engagements dans ces domaines.»

Les investisseurs pourront accéder à divers services, dont des licences militaires, des catalyseurs, une planification générale des forces, de même qu’une documentation de spécifications et de normes militaires via la plate-forme Military Industries Enabler.

La GAMI a encouragé les investissements gouvernementaux dans le secteur de la défense saoudienne par le biais de programmes de financement, garantissant une assurance à l'exportation, renforçant la formation et les qualifications des ressources humaines.

Elle a également supprimé les coûts de TVA, tout en soutenant les petites et moyennes entreprises, et garantissant un système de marchés publics.

Al-Ohali a affirmé: «La plate-forme comprend tous les principes et procédures qui informeront les investisseurs sur la demande de certains produits et armements au cours des dix prochaines années.»

«Les bénéfices comprennent certains avantages financiers, des subventions, par exemple des produits technologiques et stratégiques, notamment des prêts sans intérêt pour certains produits», a-t-il ajouté.

«Elle inclut également des prêts du SIDF (Fonds saoudien de développement industriel). Ces avantages comprennent aussi un taux zéro de TVA pour la fabrication locale, le développement du capital humain, la formation, les bourses d'études dans le Royaume et à l’étranger.»

La GAMI est en train de mettre en place un comité de coordination des industries militaires avec les secteurs privé et public, visant à améliorer la communication, l'échange de connaissances et de savoir-faire et à contribuer à la fabrication locale au niveau des industries et des technologies militaires stratégiques, a déclaré le gouverneur lors de l'événement.

Le secteur de la défense s'est considérablement transformé depuis la création de cette Autorité en 2017, 349 permis et licences ayant été délivrés à 194 infrastructures opérant dans le secteur de la défense militaire saoudienne.

En 2018, le taux de fabrication locale au sein du secteur n'était que de 2%. Il est passé à 13,7% du total des services et équipements militaires à la fin de 2022.

Il existe actuellement 62 capacités de service dans le secteur dans les domaines maritime, terrestre, de l'armement et de l'électronique interactive avancée, et plus de 74 opportunités d'investissement consacrées au projet de chaînes d'approvisionnement estimées à 270 millions de riyals saoudiens (1 riyal = 0,25 euro).

Al-Ohali a indiqué: «C’est une plate-forme complète qui leur donnera une image très claire du secteur de la défense en Arabie saoudite, des principes et procédures, de la demande et des avantages.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com