Climat: La crise énergétique met à l'épreuve la détermination du G7

Le président français Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron sont accueillis par le Premier ministre bavarois Markus Soeder et une garde d'honneur à leur arrivée à l'aéroport Franz Josef Strauss de Munich, le 25 juin 2022, à la veille du sommet du G7 (Photo, AFP).
Le président français Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron sont accueillis par le Premier ministre bavarois Markus Soeder et une garde d'honneur à leur arrivée à l'aéroport Franz Josef Strauss de Munich, le 25 juin 2022, à la veille du sommet du G7 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 26 juin 2022

Climat: La crise énergétique met à l'épreuve la détermination du G7

  • L'Allemagne incarne à elle seule ce dilemme: la première économie européenne vient d'annoncer un recours accru au charbon
  • Le chancelier Olaf Scholz assure toutefois que le G7 reste attaché à l'accord de Paris

CHÂTEAU D’ELMAU: Contraintes au sevrage de gaz russe, les puissances industrielles du G7 sont sous pression pour tenir leurs engagements climatiques, lors de leur sommet en Bavière, malgré le spectre d'un retour en force des combustibles fossiles les plus polluants.

Hôte du sommet organisé à partir de dimanche dans un cadre naturel spectaculaire, au pied des Alpes, l'Allemagne incarne à elle seule ce dilemme: la première économie européenne vient d'annoncer un recours accru au charbon pour compenser la baisse des livraisons de gaz russe.

Le chancelier Olaf Scholz assure toutefois que le G7 reste attaché à l'accord de Paris, qui prévoit de limiter l'augmentation de la température mondiale à 1,5 degré et de parvenir à la neutralité carbone d'ici 2050.

La déclaration finale du G7 d'Elmau sera ainsi scrutée, en particulier une éventuelle remise en cause par Olaf Scholz de l'engagement de ne plus financer de projets liés au gaz ou au charbon d'ici 2022, et d'un accord visant à décarboner largement les secteurs de l'électricité d'ici 2035.

«Véritable revers»

Ce serait un "véritable revers", met en garde Alden Meyer, associé au principal du groupe de réflexion sur la politique climatique E3G. "Scholz pourrait entrer dans l'histoire comme le chancelier qui fait marche arrière en matière de climat".

L'Allemagne pourrait à terme souffrir d'un "manque de crédibilité", prévient Susanne Droege, analyste de la politique climatique à l'Institut allemand pour les affaires internationales et la sécurité (SWP)

Samedi, des milliers de personnes ont manifesté dans les rues de Munich pour exhorter les dirigeants à faire plus.

Dans un monde où l'impact de la crise climatique se fait déjà sentir, au fil d'inondations dévastatrices, de la montée des eaux et de sécheresses destructrices, le G7 est attendu au tournant, en particulier pour formuler de nouvelles promesses de financement pour aider les pays les plus pauvres.

Mais les chances de percée décisive sont faibles lors d'un sommet principalement placé sous le signe de l'Ukraine.

"Elmau est situé dans les montagnes, nous n'y déplacerons certainement pas des montagnes", a lui-même admis le chancelier à la veille des discussions.

"Mais nous pouvons prendre des décisions importantes", affirme-t-il.

"Avant la guerre, il y avait une intention claire, y compris de la part de l'Allemagne, d'obtenir des résultats concrets en matière de financement du climat, mais cela ne semble plus être le cas aujourd'hui", déplore Mme Droege.

«Promesses vides»

Les activites du climat font valoir que la flambée des prix de l'énergie et le sevrage progressif de pétrole, charbon et gaz russes, auxquels s'est engagé le G7, est une occasion unique d'accélérer le développement des énergies renouvelables.

Mais en attendant l'Allemagne, l'Italie, les Pays-Bas et l'Autriche reviennent aux combustibles fossiles pour combler les manques.

Des signaux forts sont toutefois nécessaires avant la COP 27, organisée en Egypte en novembre, soulignent les acteurs climatiques.

Les discussions du G7 sur le climat devraient, selon les militants écologistes, être axées sur l'aide aux pays vulnérables qui subissent déjà les conséquences du changement climatique.

"Dans la Corne de l'Afrique, une terrible sécheresse plonge plus de 18 millions dans l'insécurité alimentaire", a ainsi alerté avant le sommet Vanessa Nakate, jeune militante ougandaise. "Nous sommes fatigués des promesses vides. Nous avons besoin que les pays du G7 mettent de l'argent sur la table pour les pertes et dommages" déjà subis, a-t-elle lancé lors d'une conférence de presse.

M. Scholz lui-même souhaite lancer un "club climatique" qui rassemblerait les pays acceptant des règles communes pour éviter les désavantages concurrentiels.

Il s'agirait notamment de convenir de normes de tarification du carbone ou de réglementations uniformes concernant l'hydrogène vert. Mais  à ce stade, ni le Japon ni les Etats-Unis n'ont l'intention d'introduire de prix national du carbone.

Le G7 devrait également réaffirmer la nécessité d'investissements publics et privés importants dans les infrastructures d'énergie propre des pays en développement.

Les pays riches ont promis de consacrer 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 pour aider ces pays à s'adapter au changement climatique, mais cette promesse n'a pas été tenue.

Idem pour le rehaussement annuel des objectifs de réduction d'émissions, un engagement pris lors de la COP de Glasgow en 2021 mais resté lettre morte.


Deux explosions sous-marines enregistrées avant les fuites de Nord Stream

Un homme travaillant sur le chantier de construction de la zone d'atterrissage du gazoduc Nord Stream 2 à Lubmin, dans le nord-est de l'Allemagne, le 26 mars 2019 (Photo, AFP).
Un homme travaillant sur le chantier de construction de la zone d'atterrissage du gazoduc Nord Stream 2 à Lubmin, dans le nord-est de l'Allemagne, le 26 mars 2019 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les trois grandes fuites identifiées depuis lundi au large de l'île danoise de Bornholm sont visibles à la surface avec des bouillonnements allant de 200 mètres jusqu'à 1 kilomètre de diamètre
  • Les fuites inexpliquées sont le résultat d'«une attaque terroriste planifiée» par Moscou «contre l'Union européenne»

STOCKHOLM: Deux explosions sous-marines "très probablement dues à des détonations" ont été enregistrées à proximité des sites des fuites des gazoducs Nord Stream 1 et 2 peu avant leur détection, a annoncé mardi un institut sismique suédois.

Une première "émission massive d'énergie" d'une magnitude de 1,9 a été enregistrée dans la nuit de dimanche à lundi à 02H03 (00H03 GMT) au sud-est de l'île danoise de Bornholm, puis une autre de magnitude 2,3 à 19H04 (17H04 GMT) lundi soir au nord-est de l'île, a expliqué à l'AFP Peter Schmidt, du Réseau national sismique suédois.

"Nous l'interprétons comme provenant avec la plus grande probabilité d'une forme de détonation", a-t-il dit.

L'institut indépendant de séismologie norvégien (Norsar) a confirmé dans la foulée avoir lui aussi enregistré "une petite explosion" tôt lundi matin et une autre "plus puissante" lundi soir, qu'il suspecte d'être délibérées.

"C'est une explosion d'importance. Il est tentant de penser que c'était le fait de quelqu'un qui savait ce qu'il faisait", a déclaré à l'AFP sa directrice, Anne Strømmen Lycke.

"Avec des émissions d'énergie aussi importantes, il n'y a pas grand chose d'autre qu'une explosion qui peut l'avoir provoqué", a souligné de son côté M. Schmidt.

Les secousses ont été "très soudaines", note le sismologue de l'université suédoise d'Uppsala.

Les trois grandes fuites identifiées depuis lundi au large de l'île danoise de Bornholm sont visibles à la surface avec des bouillonnements allant de 200 mètres jusqu'à 1 kilomètre de diamètre, selon des images de l'armée danoise.

Les fuites inexpliquées sont le résultat d'"une attaque terroriste planifiée" par Moscou "contre l'Union européenne", a affirmé mardi l'Ukraine, alors que les soupçons de sabotage se multiplient.

Le Kremlin s'est dit "extrêmement préoccupé" par les fuites détectées sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2, estimant qu'il ne fallait exclure "aucune" hypothèse, y compris celle d'un sabotage.


Gibraltar vend le yacht d'un oligarque russe pour 37,5 millions de dollars

Ce bateau, baptisé Axioma, est un luxueux yacht de 72 mètres battant pavillon maltais (Photo, AFP).
Ce bateau, baptisé Axioma, est un luxueux yacht de 72 mètres battant pavillon maltais (Photo, AFP).
Short Url
  • Le produit de la vente aux enchères permettra aux autorités de Gibraltar d'indemniser les créanciers de l'oligarque
  • Au total, 63 offres de rachat avaient été reçues lors de la vente aux enchères du yacht

GIBRALTAR: Le yacht de l'oligarque russe Dimitri Pumpianski, visé par des sanctions occidentales, a été vendu pour 37,5 millions de dollars par Gibraltar, où il avait été saisi en mars, a annoncé mardi l'autorité judiciaire maritime de cette enclave britannique.

Cette autorité, appellée Admiralty Marshal, a précisé dans un communiqué qu'elle ne révèlerait pas le nom de l'acheteur.

Le produit de la vente aux enchères permettra aux autorités de Gibraltar d'indemniser les créanciers de l'oligarque.

Au total, 63 offres de rachat avaient été reçues lors de la vente aux enchères du yacht.

Ce bateau, baptisé Axioma, est un luxueux yacht de 72 mètres battant pavillon maltais.

Il avait été saisi en mars par les autorités de ce petit territoire britannique situé à l'extrême sud de l'Espagne après une plainte déposée par la banque américaine JP Morgan.

Cette banque avait accordé en décembre un prêt de 20,5 millions d'euros à une société enregistrée dans les Îles Vierges britanniques, dont l'actionnaire était une société chypriote, elle-même propriété de Dimitri Pumpianski.

JP Morgan considérait que le placement de l'oligarque sur la liste des personnalités russes visées par des sanctions britanniques constituait une entorse à cet accord de prêt. Les sanctions entraînent notamment un gel des actifs des hommes d'affaires visés, mettant en péril le remboursement des créances.

La banque avait donc fait appel aux autorités de Gibraltar pour qu'elles saisissent le yacht, qui avait été enregistré comme l'une des garanties du prêt.

Patron du géant des pipelines TMK, Dimitri Pumpianski est également visé par les sanctions de l'UE prises depuis l'invasion russe de l'Ukraine.

Plusieurs pays, comme l'Espagne, l'Italie et la France, ont saisi des yachts appartenant aux Russes les plus fortunés dans le cadre des sanctions européennes prévoyant le gel de tous leurs avoirs dans l'UE.


Kenya: le président William Ruto nomme son gouvernement

Le président kényan William Ruto prend la parole lors de la 77e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, au siège de l'ONU, le 21 septembre 2022, à New York (Photo, AFP).
Le président kényan William Ruto prend la parole lors de la 77e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, au siège de l'ONU, le 21 septembre 2022, à New York (Photo, AFP).
Short Url
  • Si le Kenya est l'économie la plus dynamique d'Afrique de l'Est, elle fait face à d'importantes difficultés, à commencer par l'explosion des prix des carburants et des produits de première nécessité
  • L'inflation a atteint 8,5% en août, un plus haut depuis cinq ans

NAIROBI: Le nouveau président kényan William Ruto, élu le mois dernier au terme d'une élection serrée, a annoncé mardi la composition de son gouvernement, nommant notamment au ministère des Finances un ancien gouverneur de la Banque centrale du Kenya.

"Je suis fier d'annoncer les hommes et femmes qui vont servir dans le gouvernement", a déclaré le chef de l'Etat.

Si William Ruto s'était engagé durant la campagne à instaurer la parité dans son gouvernement, seules sept femmes ont été nommées, sur un total de 22 ministres.

M. Ruto, 55 ans, qui s'est présenté durant la campagne comme le candidat des "débrouillards" et a annoncé vouloir relancer l'économie, a nommé Njuguna Ndung'u, ancien gouverneur de la Banque centrale du Kenya, au poste de ministre des Finances.

Si le Kenya est l'économie la plus dynamique d'Afrique de l'Est, elle fait face à d'importantes difficultés, à commencer par l'explosion des prix des carburants et des produits de première nécessité.

L'inflation a atteint 8,5% en août, un plus haut depuis cinq ans, combinée à une chute du shilling kényan, la monnaie nationale. Depuis 2013, la dette du pays a été multipliée par six.

Abraham Kithure Kindiki, qui a défendu M. Ruto devant la Cour suprême du pays après les recours déposés par l'opposant Raila Odinga, a été nommé au ministère de l'Intérieur. Aden Barre Duale prend de son côté les rênes du ministère de la Défense.

Simon Chelugi est le seul ministre qui a servi sous l'ancien président Uhuru Kenyatta à avoir été prolongé par le nouveau chef de l'Etat, passant du ministère du Travail à celui des Petites et moyennes entreprises.

Lors de sa cérémonie d'investiture le 13 septembre, William Ruto a promis de "travailler avec tous les Kenyans".

La Cour suprême a confirmé le 5 septembre, près d'un mois après le scrutin du 9 août, la victoire électorale de M. Ruto, qui est à la tête de l'une des plus grandes fortunes du pays, avec environ 233 000 voix d'avance (sur 14 millions de votes) sur Raila Odinga, figure historique de la politique kényane qui avait crié à la fraude.