Ukraine: le G7 veut bannir l'or russe

Short Url
Publié le Dimanche 26 juin 2022

Ukraine: le G7 veut bannir l'or russe

  • «Ensemble, le G7 va annoncer que nous allons interdire l'or russe, une source d'exportation majeure, ce qui privera la Russie de milliards de dollars», a tweeté le président américain Joe Biden
  • L'embargo sur l'or «constitue un moyen supplémentaire de bloquer les liens entre l'économie russe et le système financier», a expliqué à un haut responsable américain

CHÂTEAU D’ELMAU, Allemagne: Les grandes puissances du G7, qui cherchent à intensifier la pression sur Moscou après quatre mois d'invasion de l'Ukraine, ont annoncé dimanche, au premier jour de leur sommet, leur intention de bannir les importations d'or russe, coupées du crucial marché londonien.

Les dirigeants de France, des Etats-Unis, du Royaume-Uni, d'Allemagne, d'Italie, du Canada et du Japon se retrouvent pour trois jours dans un château de Bavière, dans le sud de l'Allemagne, au moment où certains craignent une forme de fatigue dans le soutien à Kiev.

«Ensemble, le G7 va annoncer que nous allons interdire l'or russe, une source d'exportation majeure, ce qui privera la Russie de milliards de dollars», a tweeté le président américain Joe Biden.

En attendant une annonce collective à l'issue de la réunion mardi, Washington, Londres, Ottawa et Tokyo ont d'ores et déjà annoncé un embargo sur l'or nouvellement extrait en Russie, sans viser celui déjà vendu.

«Ces mesures frapperont directement les oligarques russes et s'attaqueront au cœur de la machine de guerre de Poutine», a déclaré le Premier ministre britannique Boris Johnson dans un communiqué.

«Poutine dilapide ses ressources en baisse dans cette guerre inutile et barbare. Il nourrit son ego aux dépens des peuples ukrainien et russe», a-t-il ajouté, appelant ses alliés à «affamer» le pouvoir russe.

La Russie est un important pays producteur d'or dont les exportations ont représenté près de 15 milliards d'euros en 2021, soit 5% du marché mondial selon Londres et Washington.

Le métal précieux est le deuxième produit exporté par la Russie après l'énergie, déjà dans le viseur alors que les Occidentaux bannissent déjà le pétrole russe et cherchent, pour les Européens, à réduire leur dépendance au gaz russe.

L'objectif est d'isoler la Russie du système financier international et d'éviter de financer l'effort de guerre russe en payant à Moscou des milliards en importations de ressources.

- «Nouvelle phase» -

L'embargo sur l'or «constitue un moyen supplémentaire de bloquer les liens entre l'économie russe et le système financier», a expliqué à un haut responsable américain.

L'effet des sanctions «ne fait que s'accumuler avec le temps et la capacité de la Russie à faire la guerre va se réduire en raison des mesures collectives que prend le G7», a-t-il ajouté.

90% des exportations d'or russe sont dirigées vers des pays du G7 et en très grande partie vers le Royaume-Uni, Londres abritant le principal centre financier d'échanges de matières premières, dont les métaux.

La mesure annoncée va donc avoir «un impact énorme sur la capacité de Poutine de lever des fonds», a insisté le gouvernement britannique. Cela va en particulier frapper les élites russes qui ont pu acheter de l'or «pour tenter de contourner les sanctions occidentales», a-t-il ajouté.

Le Royaume-Uni a imposé parmi les sanctions les plus dures au sein du camp occidental contre la Russie depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, il y a quatre mois, visant le secteur financier, le pétrole, des dizaines d'oligarques, représentant au total plus de 100 entités et 1.000 personnes.

 

Samedi soir, Boris Johnson, qui s'est rendu deux fois à Kiev ces derniers mois, a exhorté ses alliés à ne pas «abandonner» l'Ukraine, dont le président Volodymyr Zelensky doit s'exprimer lundi par visioconférence au G7.

 

Le porte-parole du dirigeant britannique a insisté qu'après quatre mois de guerre, ce soutien, économique mais aussi militaire, devait entrer dans «une nouvelle phase», la question étant sa nature, qui doit être débattue en Bavière puis au sommet de l'Otan à Madrid.


Gibraltar vend le yacht d'un oligarque russe pour 37,5 millions de dollars

Ce bateau, baptisé Axioma, est un luxueux yacht de 72 mètres battant pavillon maltais (Photo, AFP).
Ce bateau, baptisé Axioma, est un luxueux yacht de 72 mètres battant pavillon maltais (Photo, AFP).
Short Url
  • Le produit de la vente aux enchères permettra aux autorités de Gibraltar d'indemniser les créanciers de l'oligarque
  • Au total, 63 offres de rachat avaient été reçues lors de la vente aux enchères du yacht

GIBRALTAR: Le yacht de l'oligarque russe Dimitri Pumpianski, visé par des sanctions occidentales, a été vendu pour 37,5 millions de dollars par Gibraltar, où il avait été saisi en mars, a annoncé mardi l'autorité judiciaire maritime de cette enclave britannique.

Cette autorité, appellée Admiralty Marshal, a précisé dans un communiqué qu'elle ne révèlerait pas le nom de l'acheteur.

Le produit de la vente aux enchères permettra aux autorités de Gibraltar d'indemniser les créanciers de l'oligarque.

Au total, 63 offres de rachat avaient été reçues lors de la vente aux enchères du yacht.

Ce bateau, baptisé Axioma, est un luxueux yacht de 72 mètres battant pavillon maltais.

Il avait été saisi en mars par les autorités de ce petit territoire britannique situé à l'extrême sud de l'Espagne après une plainte déposée par la banque américaine JP Morgan.

Cette banque avait accordé en décembre un prêt de 20,5 millions d'euros à une société enregistrée dans les Îles Vierges britanniques, dont l'actionnaire était une société chypriote, elle-même propriété de Dimitri Pumpianski.

JP Morgan considérait que le placement de l'oligarque sur la liste des personnalités russes visées par des sanctions britanniques constituait une entorse à cet accord de prêt. Les sanctions entraînent notamment un gel des actifs des hommes d'affaires visés, mettant en péril le remboursement des créances.

La banque avait donc fait appel aux autorités de Gibraltar pour qu'elles saisissent le yacht, qui avait été enregistré comme l'une des garanties du prêt.

Patron du géant des pipelines TMK, Dimitri Pumpianski est également visé par les sanctions de l'UE prises depuis l'invasion russe de l'Ukraine.

Plusieurs pays, comme l'Espagne, l'Italie et la France, ont saisi des yachts appartenant aux Russes les plus fortunés dans le cadre des sanctions européennes prévoyant le gel de tous leurs avoirs dans l'UE.


Kenya: le président William Ruto nomme son gouvernement

Le président kényan William Ruto prend la parole lors de la 77e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, au siège de l'ONU, le 21 septembre 2022, à New York (Photo, AFP).
Le président kényan William Ruto prend la parole lors de la 77e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, au siège de l'ONU, le 21 septembre 2022, à New York (Photo, AFP).
Short Url
  • Si le Kenya est l'économie la plus dynamique d'Afrique de l'Est, elle fait face à d'importantes difficultés, à commencer par l'explosion des prix des carburants et des produits de première nécessité
  • L'inflation a atteint 8,5% en août, un plus haut depuis cinq ans

NAIROBI: Le nouveau président kényan William Ruto, élu le mois dernier au terme d'une élection serrée, a annoncé mardi la composition de son gouvernement, nommant notamment au ministère des Finances un ancien gouverneur de la Banque centrale du Kenya.

"Je suis fier d'annoncer les hommes et femmes qui vont servir dans le gouvernement", a déclaré le chef de l'Etat.

Si William Ruto s'était engagé durant la campagne à instaurer la parité dans son gouvernement, seules sept femmes ont été nommées, sur un total de 22 ministres.

M. Ruto, 55 ans, qui s'est présenté durant la campagne comme le candidat des "débrouillards" et a annoncé vouloir relancer l'économie, a nommé Njuguna Ndung'u, ancien gouverneur de la Banque centrale du Kenya, au poste de ministre des Finances.

Si le Kenya est l'économie la plus dynamique d'Afrique de l'Est, elle fait face à d'importantes difficultés, à commencer par l'explosion des prix des carburants et des produits de première nécessité.

L'inflation a atteint 8,5% en août, un plus haut depuis cinq ans, combinée à une chute du shilling kényan, la monnaie nationale. Depuis 2013, la dette du pays a été multipliée par six.

Abraham Kithure Kindiki, qui a défendu M. Ruto devant la Cour suprême du pays après les recours déposés par l'opposant Raila Odinga, a été nommé au ministère de l'Intérieur. Aden Barre Duale prend de son côté les rênes du ministère de la Défense.

Simon Chelugi est le seul ministre qui a servi sous l'ancien président Uhuru Kenyatta à avoir été prolongé par le nouveau chef de l'Etat, passant du ministère du Travail à celui des Petites et moyennes entreprises.

Lors de sa cérémonie d'investiture le 13 septembre, William Ruto a promis de "travailler avec tous les Kenyans".

La Cour suprême a confirmé le 5 septembre, près d'un mois après le scrutin du 9 août, la victoire électorale de M. Ruto, qui est à la tête de l'une des plus grandes fortunes du pays, avec environ 233 000 voix d'avance (sur 14 millions de votes) sur Raila Odinga, figure historique de la politique kényane qui avait crié à la fraude.


Birmanie: l'attaque contre une école pourrait être un crime de guerre, selon les enquêteurs de l'ONU

Des débris et de la suie recouvrent le sol d'un collège du village de Let Yet Kone, dans le canton de Tabayin, dans la région de Sagaing, au Myanmar, le samedi 17 septembre 2022 (Photo, AP).
Des débris et de la suie recouvrent le sol d'un collège du village de Let Yet Kone, dans le canton de Tabayin, dans la région de Sagaing, au Myanmar, le samedi 17 septembre 2022 (Photo, AP).
Short Url
  • L'attaque a tué douze enfants et deux adultes le 16 septembre, selon les témoignages
  • Elle s'est produite dans un hameau de la commune de Depeyin, dans la région de Sagaing (nord-ouest), théâtre d'affrontements féroces entre l'armée birmane et des groupes rebelles

GENEVE: La récente attaque des troupes de la junte birmane sur une école, qui a coûté la vie à douze enfants, pourrait être un crime de guerre, selon des experts de l'ONU qui tentent de collecter des preuves pour établir les responsabilités.

"Les attaques armées qui visent des civils sont interdites par le droit international de la guerre et peuvent être punies en tant que crimes de guerre ou crimes contre l'humanité", rappellent les experts du Mécanisme onusien d'enquête indépendant pour la Birmanie. Ils n'apportent toutefois pas encore de conclusion ferme.

L'attaque a tué douze enfants et deux adultes le 16 septembre, selon les témoignages recueillis y compris par l'AFP auprès de survivants.

Elle s'est produite dans un hameau de la commune de Depeyin, dans la région de Sagaing (nord-ouest), théâtre d'affrontements féroces entre l'armée birmane et des groupes rebelles.

Selon les informations des experts, l'attaque a duré plusieurs heures et les hélicoptères, en appui à l'infanterie, ont fait usage de roquettes et de mitrailleuses. L'infanterie a ensuite poursuivi l'attaque.

L'armée birmane affirme que l'attaque ne visait pas des civils mais plutôt des rebelles armés qui auraient été présents dans l'école, indiquent les experts indépendants.

"Même si tel était le cas et que l'attaque armée avait un objectif militaire, elle est interdite selon les lois de la guerre si l'on s'attend à ce qu'elle entraîne des blessures ou des morts civiles excessives par rapport à l'avantage militaire direct attendu obtenu par l'attaque", expliquent-ils.

Ils rappellent, que les commandants militaires qui négligent intentionnellement ou par imprudence leurs obligations, de même que tout soldat ou pilote qui suit un ordre tout en sachant qu'il est disproportionné, s'exposent à des poursuites.

Le fait que l'école soit un objectif exigeait tout particulièrement "de confirmer l'existence et la nature de toute cible militaire éventuelle, évaluer le nombre de civils dans la zone et adopter des moyens et des méthodes pour minimiser le risque de les blesser", insistent les enquêteurs.