Le G7 d'accord pour travailler sur un plafonnement du prix du pétrole russe

Short Url
Publié le Mardi 28 juin 2022

Le G7 d'accord pour travailler sur un plafonnement du prix du pétrole russe

  • Le G7 va «demander aux ministres de travailler d'urgence à l'élaboration d'un plafonnement des prix du pétrole, en consultant les pays tiers et le secteur privé
  • Ce mécanisme inédit et complexe viserait à empêcher la Russie de vendre son pétrole au-delà d'un certain prix

ELMAU, Allemagne : Les dirigeants du G7 réunis en sommet en Allemagne vont lancer les travaux visant à mettre en place un mécanisme de plafonnement du pétrole russe, afin de frapper une importante source de revenus de Moscou, a dit un haut responsable de la Maison Blanche.

Le G7 va «demander aux ministres de travailler d'urgence à l'élaboration d'un plafonnement des prix du pétrole, en consultant les pays tiers et le secteur privé, dans le but de mettre en place un tel plafonnement», a assuré ce responsable à quelques heures de la fin du sommet.

Le communiqué final attendu à l'issue de cette réunion qui se déroule dans le sud de l'Allemagne va donc inclure un accord de principe sur la mise au point de ce mécanisme inédit et complexe qui viserait à empêcher la Russie de vendre son pétrole au-delà d'un certain prix.

Parvenir à un consensus sur ce sujet serait «un pas en avant assez spectaculaire» et «l'un des résultats les plus significatifs» du G7, avait estimé la veille le principal conseiller diplomatique du président américain, Jake Sullivan.

Il avait toutefois reconnu la difficulté technique d'un tel projet : «Ce n'est pas quelque chose que nous pouvons sortir de nos tiroirs comme si c'était une méthode déjà testée et approuvée... c'est un concept nouveau».

Une complexité également soulignée par les spécialistes du secteur énergétique. Le secteur privé, notamment les professionnels de l'assurance et du transport, devraient être impliqués dans ce mécanisme.

Depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février, la question de savoir comment sanctionner les hydrocarbures russes est l'une des plus épineuses pour les Occidentaux alors que les tarifs de l'énergie se sont envolés et pèsent sur le pouvoir d'achat des ménages.

Le G7 va condamner les pratiques économiques déloyales de la Chine

Les dirigeants du G7 vont à l'issue de leur sommet en Allemagne condamner mardi les pratiques économiques déloyales de la Chine, et promettre une «approche coordonnée» pour y faire face, a dit un haut responsable de la Maison Blanche, qualifiant la démarche de «sans précédent».

Les sept puissances vont condamner, «ce qui est sans précédent dans le contexte du G7, les préjudices causés par les directives industrielles non transparentes de la Chine qui faussent le marché», selon ce haut responsable.

Selon lui, «les dirigeants s'engageront à travailler ensemble pour élaborer une approche coordonnée visant à remédier aux pratiques non commerciales de la Chine, afin de garantir des conditions de concurrence équitables pour les entreprises et les travailleurs».

«Les dirigeants évoqueront également le rôle de la Chine dans le piège de la dette des pays à revenu faible ou intermédiaire», prévient en outre ce haut responsable, assurant qu'il s'agit là aussi d'«une première pour le G7».

Enfin, le G7 va s'engager, poursuit ce haut responsable américain, à «accélérer les progrès dans la lutte contre le travail forcé, avec pour objectif (...) d'éliminer toutes les formes de travail forcé des chaînes d'approvisionnement mondiales, y compris le travail forcé soutenu par l'Etat, comme au Xinjiang», province chinoise où les minorités musulmanes sont soumises à une répression du régime chinois.

Le G7 s'amuse... sur le dos de Poutine
Par AFP -
Ukraine: le G7 veut bannir l'or russe
Par AFP -

Attaque au couteau à Bruxelles: 3 blessés, dont l'un grièvement

Un policier belge monte la garde près du siège de la police fédérale à Bruxelles. (Dossier, AFP)
Un policier belge monte la garde près du siège de la police fédérale à Bruxelles. (Dossier, AFP)
Short Url
  • Après avoir fait initialement état d'un seul blessé, la police fédérale a indiqué que trois personnes au total avaient été blessées lors de l'attaque
  • Une femme incitait les passagers qui entraient dans la station à rebrousser chemin, faisant état de la présence à l'intérieur d'une personne armée d'un couteau

BRUXELLES: Trois personnes ont été blessées, dont une grièvement, dans une attaque au couteau lundi en fin d'après-midi à Bruxelles, dans une station de métro, selon un nouveau bilan de la police belge, qui a interpellé l'assaillant.

"Attaque au couteau dans la station Schuman: la collaboration avec les différents services de police (...) a permis l'arrestation rapide de l'auteur", a tweeté le maire de Bruxelles Philippe Close.

Après avoir fait initialement état d'un seul blessé, la police fédérale a indiqué que trois personnes au total avaient été blessées lors de l'attaque, dont l'une se trouvant "dans un état critique".

La police ne s'est pas exprimée sur les motivations de l'assaillant. Le parquet fédéral a indiqué n'avoir pas été saisi "à ce stade".

Selon une source proche du dossier, la personne interpellée "était déjà connue pour des antécédents psychiatriques".

L'attaque est survenue autour de 18H00 dans la station de métro Schuman, située à quelques dizaines de mètres des sièges de la Commission européenne et du Conseil européen.

Selon un journaliste présent sur les lieux, plusieurs policiers en civil accourraient alors vers un quai de la station.

Au même moment, une femme incitait les passagers qui entraient dans la station à rebrousser chemin, faisant état de la présence à l'intérieur d'une personne armée d'un couteau.

Le trafic restait interrompu en début de soirée sur une partie des deux lignes de métro passant par la station Schuman, la police poursuivant son enquête sur place, selon l'opérateur des transports bruxellois (Stib).


L'Allemagne sceptique sur l'intérêt de laisser des soldats au Mali jusqu'en 2024

Des soldats allemands lors d'une patrouille sur la route de Gao à Gossi au Mali, le 2 août 2018. (Dossier, AFP)
Des soldats allemands lors d'une patrouille sur la route de Gao à Gossi au Mali, le 2 août 2018. (Dossier, AFP)
Short Url
  • La Minusma, dit être entravée dans sa mission par les restriction imposées par la junte qui a pris le pouvoir en 2020
  • Auparavant, M. Pistorius a l'intention de se rendre au Mali «pour se rendre compte de la situation»

BERLIN: Le nouveau ministre allemand de la Défense, Boris Pistorius, a estimé lundi que le maintien des forces de son pays "au Mali jusqu'en mai 2024 n'avait aucun sens dans les conditions actuelles" car les troupes ne peuvent y remplir leur mission.

Entré en fonction il y a douze jours, M. Pistorius a manifesté son scepticisme sur la capacité des troupes allemandes à assurer leur engagement dans le cadre de la mission de l'Onu (Minusma) au Mali, pays en proie depuis 2012 à une grave crise multidimensionnelle.

La Minusma, créée en 2013 pour aider à stabiliser un Etat menacé d'effondrement sous la poussée djihadiste et protéger les civils, dit être entravée dans sa mission par les restriction imposées par la junte qui a pris le pouvoir en 2020.

"Si nos soldats ne peuvent pas quitter leur camp ou simplement se déplacer dans un périmètre réduit, car les drones sont interdits de survol, alors ils ne remplissent pas leur mission", a affirmé M. Pistorius dans les colonnes du journal allemand Süddeutsche Zeitung.

"Cette mission est alors un gaspillage de temps et d'argent, avant tout pour les soldats, qui, loin de leur familles et de leurs amis, vont au casse pipe", a-t-il ajouté.

"La dernière fois que des drones ont volé, c'était avant Noël", a-t-il précisé.

Une décision sur la durée du mandat devrait tomber en mai. Auparavant, M. Pistorius a l'intention de se rendre au Mali "pour se rendre compte (lui-même) de la situation".

Lors d'un voyage à Bamako à la mi-décembre, la prédécesseure de M. Pistorius, Christine Lambrecht, s'inquiétait déjà de la situation pour les quelque 1 100 soldats allemands déployés dans ce pays.

Elle avait affirmé que le maintien des forces de son pays au Mali jusqu'en mai 2024 était conditionné à leur capacité à remplir leur mission et à la tenue d'élections en février 2024, un engagement pris par les colonels pour laisser la place à des civils.

Le Mali a été le théâtre en 2021 d'un second coup d'Etat en deux ans qui a raffermi la mainmise des militaires, lesquels se sont éloignés des Occidentaux pour se rapprocher notamment de la Russie.


Grèce: un avion de chasse s'abîme en mer, un mort et un disparu

Un avion F-4 Phantom de l'armée de l'air hellénique à l'aéroport militaire d'Andravida, dans le sud de la Grèce, le 18 avril 2021 (Photo, AFP).
Un avion F-4 Phantom de l'armée de l'air hellénique à l'aéroport militaire d'Andravida, dans le sud de la Grèce, le 18 avril 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis s'est dit «consterné» et a exprimé «ses sincères condoléances» à la famille du lieutenant Marios-Michail Touroutsikas
  • Les F-4 Phantom de fabrication américaine comptent parmi les plus anciens appareils de l'armée de l'air grecque

ATHENES: Un pilote de l'armée de l'air grecque a été tué lundi et un autre est porté disparu après que leur avion de chasse F-4 Phantom s'est abîmé en mer Ionienne (ouest), selon l'état-major de l'armée de l'air grecque.

"Un avion biplace F-4 Phantom s'est écrasé lors d'un vol d'entraînement de l'armée de l'air à 25 milles nautiques au sud de l'aéroport militaire d'Andravida", dans l'ouest de la Grèce, "causant la mort du copilote", a indiqué dans un communiqué l'état major de l'armée de l'air.

Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis s'est dit "consterné" et a exprimé "ses sincères condoléances" à la famille du lieutenant Marios-Michail Touroutsikas, 29 ans.

Des hélicoptères de sauvetage et des patrouilleurs des garde-côtes ont été envoyés à la recherche des pilotes, et le corps du copilote a été découvert six heures après la chute de l'appareil, selon une source à l'état-major.

Les recherches se poursuivaient lundi après-midi pour retrouver le pilote.

Les F-4 Phantom de fabrication américaine comptent parmi les plus anciens appareils de l'armée de l'air grecque.

La Grèce a acquis ses premiers Phantom en 1974 et les a modernisés pour la dernière fois il y a une vingtaine d'années.