La Suède entre soulagement et inquiétude après l'accord avec la Turquie sur l'Otan

Le président turc Recep Tayyip Erdogan et le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu arrivent pour le sommet de l'OTAN au centre des congrès Ifema à Madrid, le 29 juin 2022. (Photo, AFP)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan et le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu arrivent pour le sommet de l'OTAN au centre des congrès Ifema à Madrid, le 29 juin 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 29 juin 2022

La Suède entre soulagement et inquiétude après l'accord avec la Turquie sur l'Otan

  • « Nous ne nous sommes pas couchés devant (le président turc Recep Tayyip) Erdogan», a affirmé mercredi depuis Madrid la cheffe de la diplomatie suédoise Ann Linde
  • L'encre de l'accord à peine sèche, Ankara a immédiatement réclamé à Stockholm et Helsinki l'extradition de 33 personnes qu'elle soupçonne de « terrorisme»

STOCKHOLM : Après l'accord surprise signé avec la Turquie à Madrid sur l'adhésion à l'Otan, la Suède est partagée entre le soulagement et l'inquiétude de partis de gauche et de la communauté kurde sur les concessions faites à Ankara.

"Nous ne nous sommes pas couchés devant (le président turc Recep Tayyip) Erdogan", a affirmé mercredi depuis Madrid la cheffe de la diplomatie suédoise Ann Linde.

"Nous ne procèderons pas à une extradition quand il n'y a pas de preuve d'activité terroriste. Il n'y a aucune raison pour les Kurdes de croire que leurs droits humains ou démocratiques soient menacés", a assuré la ministre des Affaires étrangères dans un entretien au journal Aftonbladet.

Le "mémorandum d'accord" visant à lever le veto turc a été signé avec la Turquie et la Finlande devant les caméras au sommet de l'Otan à Madrid, avec un soulagement visible côté nordique.

Face à une Russie désormais considérée comme une menace depuis son invasion de l'Ukraine, l'inquiétude était de voir le dossier traîner en longueur pendant des mois, repoussant d'autant le parapluie de défense otanien, réservés aux seuls membres de plein droit de l'Alliance atlantique.

Le texte se veut un compromis sur les trois principales exigences d'Ankara: levée des restrictions des exportations d'armes vers la Turquie, changement d'attitude vis-à-vis des groupes kurdes classés comme "terroristes" par Ankara, et extraditions de militants kurdes ou gulénistes résidant dans les deux pays.

Sur les exportations d'armes, de facto bloquées depuis l'invertion militaire turque en Syrie d'octobre 2019, "la Finlande et la Suède confirment qu'il n'y a pas d'embargo national" et Stockholm s'engage à assouplir sa doctrine d'export vis-à-vis des pays membres de l'Otan.

Sur les groupes kurdes, Stockholm et Helsinki confirment qu'ils classent le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) comme une organisation terroriste et s'engagent à "ne pas soutenir" ses alliés des YPG en Syrie.

Quant aux dossiers d'extradition, ils seront examinés "promptement et minutieusement" en "prenant en compte" les renseignements turcs.

 

Otan: Macron salue le "consensus" sur l'adhésion de la Suède et de la Finlande

Emmanuel Macron s'est félicité mercredi du "consensus" trouvé la veille sur l'adhésion à l'Otan de la Finlande et de la Suède après la levée du veto de la Turquie, à l'issue d'un entretien avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan à Madrid.

L'entrée dans l'Alliance atlantique de ces deux pays, qui "disposent de capacités robustes et interopérables", va "contribuer significativement à la sécurité de l’ensemble des alliés", a souligné le chef de l'Etat selon des propos rapportés par l'Elysée.

Au cours de leur entretien, MM. Macron et Erdogan "ont tous deux souligné l’importance d’afficher un message d’unité et de force, face au bouleversement de l’ordre sécuritaire européen causé par l’agression russe" en Ukraine, a indiqué l'Elysée.

Le président français a notamment interrogé son homologue sur "les dernières discussions turco-russes" pour rétablir un corridor d’exportation du grain ukrainien en mer Noire.

Les deux dirigeants ont affirmé "vouloir poursuivre leur coordination, en lien avec les Nations unies, pour parvenir aux conditions permettant d’assurer la sécurité du port d’Odessa et des convois maritimes", selon la présidence.

Inquiétudes

La Suède a-t-elle trop cédé? Deux partis de gauche qui appuient le gouvernement social-démocrate au parlement, ainsi que de nombreux représentants de la communauté kurde - estimée à 100.000 personnes dans le pays scandinave - s'inquiètent.

"Maintenant nous devons jouer cartes sur table. Est-ce-que la Suède doit armer la Turquie dans sa guerre d'agression en Syrie? Est-ce-que des critiques du régime doivent être expulsés?", a affirmé la dirigeante du parti de gauche Nooshi Dadgostar sur Twitter, redoutant de voir son pays se mettre "entre les mains du despote Erdogan".

Les écologistes ont demandé à la ministre Linde de s'expliquer au plus vite devant la commission des Affaires étrangères, jugeant "très inquiétants" les compromis sur les armes et les extraditions.

"Je suis inquiet pour les Kurdes en Suède", a déclaré à l'AFP Kurdo Baksi, militant des droits humains et journaliste suédois d’origine kurde. "Les Kurdes qui ne sont pas encore citoyens suédois et qui ont fui la persécution de la Turquie en Suède vont s'inquiéter pour la suite", redoute-t-il.

Un autre point de préoccupation concerne un éventuel revirement turc. L'encre de l'accord à peine sèche, Ankara a immédiatement réclamé à Stockholm et Helsinki l'extradition de 33 personnes qu'elle soupçonne de "terrorisme".

"Je peux juste espérer que la Turquie ne va pas changer d'opinion en cours de route lors des négociations et de la ratification", a déclaré l'ancien Premier ministre suédois Carl Bildt sur Twitter, relevant "l'imprévisibilité" du comportement diplomatique d'Ankara.

Outre un feu vert lors d'une première phase d'adhésion, tous les 30 membres actuels de l'Otan, dont la Turquie, doivent ensuite ratifier l'entrée de la Suède et la Finlande.

Sauf nouveau blocage, l'automne est considéré comme un horizon réaliste pour une entrée des deux pays dans l'alliance.


Une délégation du Congrès américain arrive à Taïwan

La présidente de la Chambre des États-Unis, Nancy Pelosi (D-CA), s'exprime aux côtés de membres de la délégation du Congrès qui se sont récemment rendus dans la région indo-pacifique lors d'une conférence de presse au Capitole des États-Unis le 10 août 2022 à Washington, DC. (AFP).
La présidente de la Chambre des États-Unis, Nancy Pelosi (D-CA), s'exprime aux côtés de membres de la délégation du Congrès qui se sont récemment rendus dans la région indo-pacifique lors d'une conférence de presse au Capitole des États-Unis le 10 août 2022 à Washington, DC. (AFP).
Short Url
  • Cette visite de cinq personnes - un sénateur et quatre représentants, démocrates et républicain -, qui doit durer jusqu'à lundi
  • Opposé à toute initiative donnant aux autorités taïwanaises une légitimité internationale, Pékin est vent debout contre tout contact officiel entre Taïwan et d'autres pays

TAIPEI : Une délégation de membres du Congrès américain est arrivée dimanche à Taïwan pour une visite qui n'était pas annoncée, a indiqué une source diplomatique américaine dans l'île.

Cette visite de cinq personnes - un sénateur et quatre représentants, démocrates et républicain -, qui doit durer jusqu'à lundi, selon l'Institut américain à Taïwan, l'ambassade de facto des États-Unis dans l'île, survient quelques jours après la fin des manoeuvres militaires les plus importantes jamais réalisées par Pékin autour de Taïwan, en riposte à une visite de la présidente de la Chambre américaine des représentants, Nancy Pelosi.

Taipei a accusé la Chine d'avoir pris prétexte de la visite de Mme Pelosi pour s'entraîner à une invasion.

En réponse, les Etats-Unis ont réaffirmé leur engagement dans la région.

Washington va renforcer ses relations commerciales avec Taïwan et effectuer de nouveaux passages aériens et maritimes dans le détroit, en réponse aux actions "provocatrices" de la Chine, a annoncé vendredi Kurt Campbell, coordinateur de la Maison Blanche pour l'Asie-Pacifique.

La Chine estime que Taïwan, peuplée d'environ 23 millions d'habitants, est l'une de ses provinces, qu'elle n'a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise (1949).

Opposé à toute initiative donnant aux autorités taïwanaises une légitimité internationale, Pékin est vent debout contre tout contact officiel entre Taïwan et d'autres pays.

Des responsables américains se rendent fréquemment dans cette île, mais la Chine juge que la visite de Mme Pelosi, l'un des plus hauts personnages de l'État américain, a été une provocation majeure.

"La délégation va rencontrer de hauts responsables taïwanais pour discuter des relations entre les Etats-Unis et Taïwan, des questions de sécurité régionale, de commerce et d'investissement, du changement climatique", a notamment indiqué l'Institut américain.

Le ministre taïwanais des Affaires étrangères a salué cette visite.

"Alors que la Chine continue à faire monter les tensions dans la région, le Congrès américain a de nouveau envoyé une délégation de haut niveau à Taïwan, démontrant ainsi une amitié qui n'est pas effrayée par les menaces de la Chine et souligne le soutien résolu des Etats-Unis envers Taïwan".

Les parlementaires américains vont notamment rencontrer le président Tsai Ing-wen et le ministre des Affaires étrangères Joseph Wu, a-t-il ajouté.


L'attaque contre Salman Rushdie était «préméditée», selon le procureur

Nathaniel Barone (G), avocat de la défense de Hadi Matar, s’entretient avec son client après une mise en accusation au tribunal de Mayville, New York, le 13 août 2022. (AP, photo/Gene J. Puskar)
Nathaniel Barone (G), avocat de la défense de Hadi Matar, s’entretient avec son client après une mise en accusation au tribunal de Mayville, New York, le 13 août 2022. (AP, photo/Gene J. Puskar)
Hadi Matar, l'accusé de l'attaque au couteau contre Salman Rushdie, comparaît au Palais de justice de Mayville, New York, le 13 août 2022. (AP, photo/Gene J. Puskar)
Hadi Matar, l'accusé de l'attaque au couteau contre Salman Rushdie, comparaît au Palais de justice de Mayville, New York, le 13 août 2022. (AP, photo/Gene J. Puskar)
Short Url
  • L'attaque a suscité le choc et l'indignation d’une grande partie du monde
  • Les enquêteurs cherchent à savoir si l'agresseur, né une décennie après la publication des Versets sataniques, a agi seul

MAYVILLE, New York : L'homme accusé d'avoir poignardé Salman Rushdie a plaidé non coupable samedi aux accusations de tentative de meurtre et d'agression – un crime que le procureur a jugé «prémédité». Le célèbre auteur des Versets sataniques est toujours hospitalisé et souffre de blessures graves.

L'avocat de Hadi Matar a plaidé en son nom lors de sa comparution devant le tribunal à l'ouest de New York. Le suspect s'est présenté au tribunal vêtu d'une combinaison noire et blanche et d'un masque blanc, les mains menottées devant lui.

Un juge a ordonné qu'il soit détenu sans libération sous caution après que le procureur Jason Schmidt lui a dit que Matar avait volontairement cherché à blesser Rushdie, en obtenant par avance un laissez-passer pour assister à l'événement où devait intervenir l'écrivain et en arrivant un jour plus tôt avec une fausse carte d'identité.

« C'est une attaque ciblée, injustifiée et préméditée contre M. Rushdie », a déclaré Schmidt.

Le défenseur public Nathaniel Barone a déploré le retard pris par les autorités pour faire comparaître Matar devant un juge, le laissant « cloué sur un banc à la caserne de la police d'État ».

« Il a le droit constitutionnel à la présomption d'innocence», a ajouté Barone.

Matar, 24 ans, est accusé d'avoir attaqué Rushdie vendredi, alors que l'on présentait l'auteur lors d'une conférence à l'Institut Chautauqua, un centre d'éducation et de retraite à but non lucratif.

Rushdie, 75 ans, a été atteint au foie et souffre de nerfs sectionnés dans un bras et un œil. Il était sous respirateur et ne pouvait pas parler, a indiqué vendredi soir son agent Andrew Wylie. Il est probable que Rushdie perde son œil blessé.

L'attaque a suscité le choc et l'indignation d’une grande partie du monde. Des hommages et des louanges ont été adressés à l'auteur primé qui, depuis plus de 30 ans, est menacé de mort pour avoir publié Les Versets sataniques.

Des auteurs, des militants et des représentants du gouvernement ont salué le courage de Rushdie et sa détermination à défendre la liberté d'expression malgré les menaces auxquelles il fait face. Ian McEwan, également écrivain et ami de longue date de Rushdie, a qualifié ce dernier de « défenseur inspirant des auteurs et des journalistes persécutés à travers le monde ». Quant à l'acteur et auteur Kal Penn, il a affirmé que Rushdie était un exemple « pour toute une génération d'artistes, en particulier pour les membres de la diaspora sud-asiatique envers qui il s'est montré extrêmement accueillant ».

Samedi, le président Joe Biden a déclaré dans un communiqué que son épouse Jill Biden et lui étaient « choqués et attristés » par la nouvelle.

« Salman Rushdie – avec son regard perspicace sur l'humanité, son sens inégalé du récit, son refus d'être intimidé ou réduit au silence – défend des idéaux essentiels et universels », lit-on dans le communiqué. « La vérité. Le courage. La résilience. La capacité de partager des idées sans crainte. Ce sont les éléments de base de toute société libre et ouverte ».

Rushdie, qui est né en Inde et a vécu en Grande-Bretagne et aux États-Unis, est connu pour son style de prose surréaliste et satirique, à commencer par son roman Les enfants de minuit, lauréat du prix Booker en 1981, dans lequel il critique vivement le Premier ministre indien de l'époque, Indira Gandhi.

Son quatrième roman intitulé Les Versets sataniques a suscité des menaces de mort après sa publication en 1988, de nombreux musulmans ayant considéré la séquence de rêve basée sur la vie du prophète Mahomet, entre autres motifs, comme un blasphème. Le livre de Rushdie avait déjà été interdit et brûlé en Inde, au Pakistan et dans d'autres pays avant que le grand ayatollah iranien Ruhollah Khomeini n'émette en 1989 une fatwa (un décret) demandant la mort de Rushdie.

Khomeini est mort la même année, mais la fatwa reste en vigueur. Le guide suprême actuel de l'Iran, Khamenei, n'a jamais émis de fatwa pour retirer la sentence, bien que l’Iran n’ait pas accordé d'importance à l'écrivain ces dernières années.

Les enquêteurs cherchent à savoir si l'agresseur, né une décennie après la publication des Versets sataniques, a agi seul.

Le procureur Schmidt a évoqué la fatwa comme un motif potentiel pour plaider contre la libération sous caution.

« Même si le tribunal fixe la caution à un million de dollars, il est possible qu'elle soit payée », a affirmé Schmidt.

« Ses ressources ne m'importent pas. Nous comprenons que ce qui s'est passé dépasse largement les frontières du comté de Chautauqua », a déclaré le procureur.

Barone, le défenseur public, a précisé après l'audience que Matar communiquait ouvertement avec lui et qu'il passerait les prochaines semaines à essayer de mieux connaître son client, notamment pour savoir s'il a des problèmes psychologiques ou de dépendance.

Matar est originaire de Fairview, New Jersey. Rosaria Calabrese, directrice du State of Fitness Boxing Club, une petite salle de sport fermée située à North Bergen, a raconté que Matar s'était inscrit au club le 11 avril et qu'il avait participé à environ 27 séances de groupe destinées aux débutants désireux d'améliorer leur condition physique. Il a ensuite envoyé un courriel à Calabrese depuis quelques jours pour lui dire qu'il souhaitait annuler son inscription parce qu'il « ne reviendrait pas avant un certain temps ».

Le propriétaire de la salle de sport, Desmond Boyle, a assuré qu'il n'avait pas remarqué de signes de violence chez Matar, le décrivant comme un homme poli et calme, mais qui avait toujours l'air « terriblement triste ». Il a également souligné que Matar refusait qu'on l'incite à interagir avec les autres.

« Il avait le même regard à chaque fois qu'il venait. On aurait dit que c'était le pire jour de sa vie », a poursuivi Boyle.

Matar est né aux États-Unis. Ses parents ont émigré de Yaroun, dans le sud du Liban, a indiqué le maire du village, Ali Tehfe, à l'Associated Press (AP).

Des drapeaux du groupe militant chiite Hezbollah, soutenu par l'Iran, ainsi que des portraits du leader Hassan Nasrallah, de Khamenei, de Khomeini et du général iranien Qassem Soleimani, sont affichés dans le village.

Les journalistes qui se sont rendus à Yaroun samedi ont été priés de partir. Les porte-paroles du Hezbollah n'ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Le gouvernement théocratique de l'Iran et ses médias d'État n'ont attribué aucun motif à l'attaque. À Téhéran, certains Iraniens interrogés par l'AP ont loué l'attaque contre un auteur qui, selon eux, ternissait la foi islamique, tandis que d'autres craignent qu'elle n'isole davantage leur pays.

Un journaliste de l'AP a vu l'agresseur poignarder ou frapper Rushdie à 10 ou 15 reprises. Le Dr Martin Haskell, un médecin parmi ceux qui se sont empressés de porter secours à la victime, a décrit les blessures de Rushdie comme « graves mais guérissables ».

Le modérateur de l'événement Henry Reese, âgé de 73 ans, a été blessé au visage et a reçu des soins avant de quitter l'hôpital, a annoncé la police. Rushdie et lui avaient prévu de discuter de la possibilité de faire des États-Unis un refuge pour les écrivains et autres artistes en exil.

Un agent de la police d'État et un adjoint du shérif du comté étaient chargés de surveiller la conférence de Rushdie, et la police d'État a déclaré que c'était l'agent qui avait procédé à l'arrestation. Mais, après la conférence, certains visiteurs réguliers du centre ont demandé pourquoi la sécurité n'avait pas été renforcée, compte tenu des menaces contre Rushdie et de la prime sur sa tête portée à plus de 3 millions de dollars.

La nouvelle de l'agression a suscité un regain d'intérêt pour Les Versets sataniques. Le roman, qui a figuré en tête des listes de best-sellers après la publication de la fatwa en 1989, a été classé 13e  sur Amazon.com samedi.

La publication du livre en 1988 a déclenché des manifestations souvent violentes dans le monde musulman contre Rushdie, qui est né dans une famille musulmane et s'est longtemps identifié comme non-croyant, se qualifiant lui-même d’«athée pur et dur».

Au moins 45 personnes ont été tuées dans des émeutes, dont 12 à Mumbai, la ville natale de Rushdie. En 1991, un traducteur japonais du livre a été poignardé à mort et un traducteur italien a survécu à une attaque au couteau. En 1993, l'éditeur norvégien du livre a été abattu de trois balles mais a survécu.

Les menaces de mort ont conduit Rushdie à se mettre sous la protection du gouvernement britannique, qui lui fournissait un garde armé 24 heures sur 24. Après neuf ans de réclusion, Rushdie a prudemment repris ses apparitions publiques, tout en continuant à critiquer ouvertement l'extrémisme religieux.

En 2012, il a publié un mémoire sur la fatwa intitulé « Joseph Anton », le pseudonyme que Rushdie utilisait pendant sa clandestinité.

Cette année-là, il avait dit lors d'une conférence à New York que le terrorisme était en réalité l'art de la peur : « La seule façon de le vaincre est de décider de ne pas avoir peur ».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Alpinisme en Equateur : Trois morts, douze blessés dans une chute

Vue du volcan Carihuairazo, dans les Andes centrales de l'Équateur, le 18 février 2019. (AFP)
Vue du volcan Carihuairazo, dans les Andes centrales de l'Équateur, le 18 février 2019. (AFP)
Short Url
  • «Une femme de 47 ans et deux hommes de 45 et 50 ans sont décédés dans cette urgence», selon le communiqué
  • Les douze blessés, âgés de 39 à 58 ans, ont été transférés dans des hôpitaux des villes de Riobamba et Ambato

QUITO: Trois alpinistes sont morts et douze ont été blessés après avoir fait une chute lors de l'ascension du volcan Carihuairazo en Équateur, ont indiqué samedi les services de secours.

"Une femme de 47 ans et deux hommes de 45 et 50 ans sont décédés dans cette urgence", ont indiqué les services de secours ECU911 dans un communiqué.

"En raison des conditions météorologiques et de la tombée de la nuit, il n'a pas été possible d'évacuer les corps".

Les douze blessés, âgés de 39 à 58 ans, ont été transférés dans des hôpitaux des villes de Riobamba et Ambato.

Les alpinistes tentaient d'atteindre le sommet du volcan des Andes centrales lorsqu'ils ont fait une chute de 60 mètres.

Le Carihuairazo, un sommet de 5.018 mètres situé dans la province de Tungurahua, est voisin du volcan Chimborazo, le plus haut sommet du pays, qui culmine à plus de 6 200 mètres.

La récupération des corps des personnes décédées, toutes équatoriennes, se poursuivra dimanche.