Ethiopie: 8 500 Tigréens détenus illégalement dans des camps, selon un organisme officiel

Un camion de l'armée éthiopienne, appartenant au premier groupe de troupes éthiopiennes quittant la capitale somalienne Mogadiscio, part le 23 janvier 2007 après une cérémonie de départ (Photo, AFP).
Un camion de l'armée éthiopienne, appartenant au premier groupe de troupes éthiopiennes quittant la capitale somalienne Mogadiscio, part le 23 janvier 2007 après une cérémonie de départ (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 30 juin 2022

Ethiopie: 8 500 Tigréens détenus illégalement dans des camps, selon un organisme officiel

  • Ces personnes - hommes, femmes et enfants - sont retenues depuis décembre dans deux camps à Semera
  • Plusieurs personnes sont mortes de maladie, car les soins médicaux et l'aide humanitaire dans les camps sont très limités

ADDIS ABEBA: La Commission éthiopienne des droits humains (EHRC), organisme officiel, a exigé mercredi la libération immédiate de 8.560 Ethiopiens originaires du Tigré, région en conflit avec le gouvernement fédéral, détenus depuis six mois dans deux camps "sans base légale et de manière discriminatoire".

Selon l'EHRC, institution publique mais statutairement indépendante, ces personnes - hommes, femmes et enfants - sont retenues depuis décembre dans deux camps à Semera, capitale de la région de l'Afar voisine du Tigré, les familles étant séparées, hommes et femmes n'étant pas détenus ensemble.

Ces individus "ont fait l'objet d'arrestations arbitraires et illégales basées sur leur appartenance ethnique (...) et devraient donc être relâchés immédiatement", a déclaré le chef de la Commission, Daniel Bekele, dans un communiqué.

Ces arrestations ont été menées dans les districts d'Abala, Konaba et Berhale, frontaliers du Tigré, "à l'initiative des responsables sécuritaires de la région Afar, en collaboration avec les responsables civils locaux" des divers échelons administratifs, selon l'EHRC: "les Tigréens ont été d'abord triés puis transportés en véhicules" jusqu'aux camps.

Les responsables de la région Afar ont affirmé "restreindre les mouvements des individus pour leur propre sécurité ainsi que pour effectuer un filtrage de ceux soupçonnés de crimes ou représentant un risque pour la sécurité", selon l'EHRC, à qui les personnes retenues ont affirmé l'être "contre leur gré".

Plusieurs personnes sont mortes de maladie, car les soins médicaux et l'aide humanitaire dans les camps sont très limités et il est interdit à ceux qui y sont retenus de se rendre dans un établissement de santé, sauf pour accoucher, a souligné la Commission.

"Cette situation n'a aucune base légale, en plus de soumettre ceux vivant dans les camps à de multiples violations des droits humains, elle doit donc cesser immédiatement et sans préconditions", a exigé M. Bekele.

"Si certains veulent rester dans les camps jusqu'à leur retour chez eux, cela doit être de leur plein gré et sans restrictions à leurs mouvements" et toute l'aide nécessaire doit leur être apportée ainsi qu'à ceux désirant rentrer chez eux ou aller ailleurs, a-t-il ajouté.

"Quant à ceux raisonnablement soupçonnés d'infractions", ils ne peuvent être détenus que "via une procédure pénale régulière et uniquement sur la base d'une décision de justice", a rappelé le patron de l'EHRC.

Le conflit au Tigré a commencé en novembre 2020 quand Abiy Ahmed y a envoyé l'armée fédérale déloger les dirigeants de la région - issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) - qui contestaient son autorité et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases de l'armée fédérale sur place.

Le conflit a ensuite débordé courant 2021 dans les régions voisines de l'Amhara et de l'Afar, après que le TPLF a repris le contrôle de la quasi-totalité du Tigré.


Japon: les personnes âgées vivant seules, un foyer sur cinq en 2025 selon des projections

Des gens participent à un rassemblement à Séoul le 26 août 2023 pour protester contre le rejet par le Japon des eaux usées traitées de la centrale nucléaire paralysée de Fukushima. (Photo par ANTHONY WALLACE / AFP)
Des gens participent à un rassemblement à Séoul le 26 août 2023 pour protester contre le rejet par le Japon des eaux usées traitées de la centrale nucléaire paralysée de Fukushima. (Photo par ANTHONY WALLACE / AFP)
Short Url
  • En 2050, 10,8 millions de personnes âgées vivront seules, soit 20,6% des ménages, selon des projections de l'Institut national de recherche sur la population et la sécurité sociale
  • Les jeunes Japonais se marient de plus en plus tard, ou choisissent de ne pas avoir d'enfants car ils n'ont pas les moyens d'assurer leur éducation

TOKYO: Un ménage japonais sur cinq sera composé en 2050 d'une personne âgée vivant seule, a indiqué vendredi une étude, alors que le Japon est confronté aux problèmes de la prise en charge d'une population vieillissante.

En 2050, 10,8 millions de personnes âgées vivront seules, soit 20,6% des ménages, selon des projections de l'Institut national de recherche sur la population et la sécurité sociale.

Ces chiffres représentent une augmentation notable par rapport à 2020, lorsque 7,37 millions de personnes âgées vivant seules, soit 13,2% des ménages, ont été recensées, selon ces projections publiées par l'Institut tous les cinq ans.

Les jeunes Japonais se marient de plus en plus tard, ou choisissent de ne pas avoir d'enfants car ils n'ont pas les moyens d'assurer leur éducation.

Le Japon est confronté à un défi démographique, le nombre grandissant des personnes âgées entraînant des coûts croissants des soins médicaux et de la prise en charge de la dépendance, alors que le pays fait face à une diminution de la population active pouvant financer ces dépenses.

De nombreuses personnes âgées ont des enfants ou des membres de leur famille qui peuvent s'occuper d'elles, même si elles vivent seules, relève l'Institut.

"Cependant, dans une trentaine d'années, la proportion de foyers composés d'une personne âgée sans enfants vivant seule" devrait augmenter, alors que les fratries pourvoyeuses d'aidants familiaux devraient parallèlement diminuer, selon l'étude.

La population du pays a diminué de 595 000 habitants à 124 millions en 2023, selon les statistiques du gouvernement publiées vendredi.

Cette diminution a été compensée par l'arrivée d'étrangers, la population des citoyens japonais ayant perdu 837 000 habitants pour s'établir à 121 millions.

Le gouvernement japonais a tenté sans succès de ralentir le déclin démographique.


Ukraine: un mort dans des bombardements russes dans la région de Kharkiv

Des enfants jouent devant des maisons de la ville de Kostyantynivka, dans la région de Donetsk, le 11 avril 2024, au milieu de l'invasion russe en Ukraine. (Photo d'Anatolii STEPANOV / AFP)
Des enfants jouent devant des maisons de la ville de Kostyantynivka, dans la région de Donetsk, le 11 avril 2024, au milieu de l'invasion russe en Ukraine. (Photo d'Anatolii STEPANOV / AFP)
Short Url
  • La région de Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine, est de plus en plus régulièrement visée par la Russie
  • Trois autres personnes ont été blessées dans la région orientale de Donetsk et deux autres dans celle, méridionale, de Kherson, selon leurs autorités respectives

KIEV: Une personne a été tuée et trois blessées vendredi lors de bombardements russes dans la région de Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine, de plus en plus régulièrement visée par la Russie, a annoncé la police nationale.

"Trois civils ont été blessés dans les bombardements, un homme de 65 ans a été tué", a-t-elle indiqué sur Telegram, précisant que les frappes ont eu lieu sur la ville de Vovtchansk, sur le village de Monatchynivka, ainsi que dans le district de Koupiansk.

Trois autres personnes ont été blessées dans la région orientale de Donetsk et deux autres dans celle, méridionale, de Kherson, selon leurs autorités respectives.


La Norvège est prête à reconnaître un Etat palestinien

Le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Store s'adresse à la presse alors qu'il arrive pour assister à un sommet du Conseil européen au cours de la deuxième et dernière journée au siège de l'UE, à Bruxelles, le 22 mars 2024. (AFP)
Le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Store s'adresse à la presse alors qu'il arrive pour assister à un sommet du Conseil européen au cours de la deuxième et dernière journée au siège de l'UE, à Bruxelles, le 22 mars 2024. (AFP)
Short Url
  • "Cette décision doit être prise en fonction du moment et du contexte, en étroite coordination avec les pays partageant les mêmes idées. Nous n'avons pas fixé de calendrier précis", a dit Støre
  • Le Parlement norvégien avait adopté en novembre une proposition, déposée par les partis au pouvoir, demandant au gouvernement d'être prêt à reconnaître un Etat palestinien indépendant

OSLO: La Norvège est prête à reconnaître un Etat palestinien, en lien avec d'autres pays, a déclaré vendredi le Premier ministre norvégien, en présence de son homologue espagnol Pedro Sánchez qui plaide pour une telle reconnaissance.

"La Norvège est prête à prendre une décision sur la reconnaissance d'un Etat palestinien", a dit Jonas Gahr Støre lors d'une conférence de presse conjointe avec M. Sánchez.

"Cette décision doit être prise en fonction du moment et du contexte, en étroite coordination avec les pays partageant les mêmes idées. Nous n'avons pas fixé de calendrier précis", a-t-il ajouté.

Le Parlement norvégien avait adopté en novembre une proposition, déposée par les partis au pouvoir, demandant au gouvernement d'être prêt à reconnaître un Etat palestinien indépendant.

La Norvège a par ailleurs abrité au début des années 1990 les premiers pourparlers de paix israélo-palestiniens qui ont débouché sur les accords d'Oslo --moribonds-- dans lesquels les deux parties acceptaient la coexistence pacifique entre deux Etats indépendants.

Le Premier ministre espagnol a de son côté entrepris cette semaine une tournée en Pologne, en Norvège et en Irlande pour parler de la "nécessité d'avancer vers la reconnaissance de la Palestine", selon un porte-parole du gouvernement espagnol.

"L'Espagne s'est engagée publiquement à reconnaître un Etat palestinien, au plus tôt, quand les conditions seront appropriées et de façon à avoir l'impact positif le plus fort possible sur le processus de paix", a souligné M. Sánchez depuis Oslo.

Selon des médias l'ayant accompagné lors d'une tournée la semaine dernière en Jordanie, en Arabie saoudite et au Qatar, le dirigeant espagnol avait alors évoqué la fin du mois de juin comme horizon pour une telle reconnaissance par le gouvernement espagnol.

"Je salue l'initiative du Premier ministre Sánchez de consulter les pays qui partagent les mêmes idées afin de renforcer la coordination, et nous intensifierons cette coordination dans les semaines à venir", a dit le dirigeant norvégien.

M. Sánchez est par ailleurs très critique vis-à-vis de l'attitude du gouvernement israélien dirigé par Benjamin Netanyahu depuis le début du conflit à Gaza.

L'attaque du Hamas le 7 octobre a causé la mort de 1.170 personnes, en majorité des civils, selon un bilan établi par l'AFP à partir des données officielles israéliennes.

L'offensive lancée en représailles par Israël a fait jusqu'à présent 33.634 morts à Gaza, en majorité des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.