Pour les Hajjis algériens, «tous les chemins mènent à La Mecque»

Une vue de la Kaaba, à La Mecque. (Photo Shutterstock).
Une vue de la Kaaba, à La Mecque. (Photo Shutterstock).
Short Url
Publié le Jeudi 30 juin 2022

Pour les Hajjis algériens, «tous les chemins mènent à La Mecque»

  • Hamdane (78 ans), qui vit à Bab Ezzouar, en périphérie de la capitale, est sous le coup de l'émotion: sa situation financière actuelle l’oblige à renoncer au pèlerinage
  • «Partir accomplir son devoir avec des dettes sans être sûr de pouvoir les rembourser est pour moi un pari risqué auquel je ne veux absolument pas être confronté», confie Slimane

ALGER: Reportée depuis deux ans à cause des mesures de confinement et de la suspension des transports internationaux dues à l'émergence de la pandémie de coronavirus, la saison du Hajj, qui drainait avant l’apparition du virus quelque 2,5 millions de fidèles, sera cette année l'occasion pour les Hajjis algériens d'accomplir les rituels du cinquième pilier de l'islam. Mais, en raison de l’inflation qui a généré une hausse globale des prix, l’organisation du pèlerinage est difficile pour certains.

Au mois de mai dernier, l’Office national du pèlerinage et de l’Omra (Onpo) a annoncé les frais de Hajj 2022 aux Algériens: «Le coût du Hajj pour la saison 1443/2022 a été fixé à 856 100 dinars algériens [soit près de 5 600 euros], billet d’avion inclus», lit-on dans le communiqué de l'Onpo. Ces nouveaux tarifs ne constituent pas une bonne nouvelle pour ceux dont les moyens sont limités et qui attendaient impatiemment la reprise des vols.

L'amertume du renoncement

Hamdane (78 ans), qui vit à Bab Ezzouar, en périphérie de la capitale, est sous le coup de l'émotion: sa situation financière actuelle l’oblige à renoncer au pèlerinage. Cette hausse des tarifs, qui apparaît injustifiée à certains, trouve pourtant une explication du côté des professionnels.

Le représentant de la Société Rabiat Al Salam pour les services de l’Omra, Abdelhakim Saadi, affirme: «Les prestations et les tarifs appliqués en Arabie saoudite liés aux transports, à l'hébergement, à la nourriture et aux soins à destination des fidèles sont abordables et à la portée de tous.» En effet, comme il l’explique, «ce que débourse l'Arabie saoudite en termes d'acquisition de nouvelles technologies pour la gestion des flux et l'amélioration de la performance de ses entreprises dans ce domaine ne repose pas sur la logique du calcul mercantile».

Répondant à une question qui concernait le rapport entre la hausse du montant global du Hajj pour les Algériens et la nature des services offerts, M. Saadi fait savoir que «l'Arabie saoudite œuvre à améliorer constamment la qualité des services pour les Hajjis, dont le nombre est près de trois millions».

Ses propos sont relayés par les explications du responsable du marketing de Golden Seasons, qui indique que, pour héberger les pèlerins qui viennent des quatre coins du monde, «le Royaume déploie d’immenses efforts afin d’assurer la gestion des flux des Hajjis de différentes nationalités, en prenant en compte leurs diversités linguistiques et culturelles». Il se dit confiant: «Les pèlerins restent satisfaits de la qualité des prestations et des services proposés.»

«Les Hajjis sont pris en charge de leurs aéroports de départ jusqu’à leur arrivée sur les Lieux saints, y compris dans les sites où ils sont hébergés», a-t-il précisé.

Par ailleurs, le ministre algérien des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmehdi, s'est exprimé sur les ondes de la radio nationale en évoquant «les accords sur les tarifs conclus avec les opérateurs saoudiens». Il note que ces prix sont devenus des tarifs de référence pour de nombreuses missions arabes et islamiques.

Le ministre a souligné que les «les prix appliqués en Algérie restent abordables, malgré la hausse constatée». Il cite d’ailleurs d’autres pays pour lesquels le prix du Hajj est évalué à quelque 1 200 000 dinars algériens (DA), soit près de 8 000 euros.

Emprunter, une alternative

La chance de voir son nom figurer dans la liste des personnes admises au pèlerinage est généralement synonyme de réjouissance, mais les choses se compliquent pour certaines catégories sociales qui ne bénéficient pas du budget nécessaire, surtout depuis l’annonce de l’augmentation des tarifs.

C'est le cas de Slimane et Khadoudj, un couple qui vit dans la wilaya de Djelfa. Il a été admis sur la liste des pèlerins, mais son rêve ne se réalisera pas forcément, même si les membres de sa famille lui ont proposé une aide financière. Slimane est catégorique: «Partir accomplir son devoir avec des dettes sans être sûr de pouvoir les rembourser est pour moi un pari risqué auquel je ne veux absolument pas être confronté.» Khadoudj, sa femme, accepte quant à elle la main tendue, et affirme n’avoir «aucun problème à s'endetter pour effectuer le voyage et accomplir son devoir». Son fils aîné l’accompagnera.

Cette année, les pèlerins algériens doivent se rendre dans les centres de vaccination anti-Covid munis de leur passeport biométrique et de leur carte d’identité nationale pour récupérer le précieux passe sanitaire qui contient le QR code. Il est donc obligatoire de se faire vacciner.

Le président de la république, Abdelmadjid Tebboune, a ordonné aux responsables du secteur des transports d’appliquer une baisse de 100 000 DA, soit 654 euros, sur les frais de Hajj de 2022.


L'incendie d'une église en Égypte était accidentel, d’après l’enquête

Des ouvriers restaurent l'entrée de l'église d'Abu Sefein en Égypte (Photo, AP).
Des ouvriers restaurent l'entrée de l'église d'Abu Sefein en Égypte (Photo, AP).
Short Url
  • Le ministère public a interrogé 33 témoins, dont les 16 personnes blessées
  • La cause de l'incendie, qui a tué 41 personnes, provient d’un défaut d'un générateur électrique dans l'église après qu'il a été allumé en raison d'une panne de courant

LE CAIRE: L'incendie qui s'est déclaré dimanche dans l'église d'Abu Sefein en Égypte n'était pas délibéré, selon une enquête du ministère public.

La cause de l'incendie, qui a tué 41 personnes, provient d’un défaut d'un générateur électrique dans l'église allumé à la suite d'une panne de courant.

Le ministère public a interrogé 33 témoins, dont les 16 personnes blessées, qui ont affirmé avoir entendu le bruit de charges électriques émanant de l'intérieur de l'église, et l’incendie s'est ensuite déclenché. Le procureur général Hamada El-Sawy a déclaré que les victimes avaient succombé à l'inhalation de fumée.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mohammed ben Salmane reçoit le chef du Mouvement de la sagesse nationale d'Irak

Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji (Photo, SPA).
Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji (Photo, SPA).
Short Url
  • Les deux hommes ont discuté des relations entre l'Arabie saoudite et l'Irak
  • De hauts responsables saoudiens et irakiens ont assisté à la réunion

RIYAD: Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a reçu à Djeddah le chef du Mouvement de la sagesse nationale d'Irak, Ammar al-Hakim, a rapporté tôt vendredi l'Agence de presse saoudienne.

Les deux hommes ont discuté des relations entre l'Arabie saoudite et l'Irak et de questions d'intérêt commun.

Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji.

De hauts responsables saoudiens et irakiens ont assisté à la réunion.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Israël défie l'ONU en lançant un raid contre des ONG palestiniennes

Le Premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh, s'adresse aux médias devant les bureaux d'Al-Haq, à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 18 août 2022 (Photo, Reuters).
Le Premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh, s'adresse aux médias devant les bureaux d'Al-Haq, à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 18 août 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Le ministre israélien de la défense, Benny Gantz, a réitéré les allégations de financement d'organisations terroristes
  • Neuf pays de l'UE ont déclaré qu'ils continueraient à travailler avec les groupes palestiniens faute de preuves fournies par Israël à l'appui de ses accusations

RAMALLAH: Israël a défié la condamnation de l'ONU et de l'UE jeudi en attaquant sept groupes de défense des droits des Palestiniens en Cisjordanie.

Les forces de sécurité israéliennes ont pris d'assaut les bureaux des groupes à Ramallah et ont saisi des dossiers, des ordinateurs et d'autres équipements avant d'en sceller les entrées et de les déclarer définitivement fermés.

Les groupes visés sont les suivants: Addameer Prisoner Support and Human Rights Association ; Al-Haq ; Centre Bisan pour la recherche et le développement ; Defense for Children International – Palestine ; Les comités de travail sur la santé ; Syndicat des Comités de Travail Agricole ; et l’Union des comités de femmes palestiniennes.

Israël a désigné six de ces groupes comme terroristes, et le ministre de la Défense, Benny Gantz, a réitéré jeudi les affirmations discréditées selon lesquelles ils auraient collecté des fonds pour le Front populaire de libération de la Palestine, qu'il considère comme une organisation terroriste.

L'ONU a demandé que les désignations terroristes soient révoquées. «Malgré les offres qui leur ont été faites, les autorités israéliennes n'ont présenté à l'ONU aucune preuve crédible pour justifier ces déclarations», a déclaré le Bureau des droits de l'homme de l'ONU. «En tant que telles, les fermetures semblent totalement arbitraires.»

Neuf pays de l'UE ont déclaré qu'ils continueraient à travailler avec les groupes palestiniens parce qu'Israël n'a fourni aucune preuve à l'appui de ses accusations. «Les allégations passées de mauvaise utilisation des fonds de l'UE en relation avec certaines organisations de la société civile palestinienne n'ont pas été étayées», a déclaré jeudi Nabila Massrali, porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. «L'UE continuera à défendre le droit international et à soutenir les organisations de la société civile.»

Après les raids, le personnel d'Al-Haq a retiré la tôle qui recouvrait la porte de son bureau et a juré de se remettre au travail. «Nous avons été établis ici non pas par Israël, non pas par leur décision, et nous allons continuer notre travail», a affirmé le directeur Shawan Jabarin.

Le Premier ministre palestinien, Mohammed Shtayyeh, a visité le bureau du groupe et a promis son soutien. «Il ne s'agit pas seulement d'une ONG, mais aussi d'une institution de l'État Palestinien — par conséquent, tant qu'ils travailleront dans le respect de la loi, nous serons à leurs côtés», a-t-il assuré.

Pour certains analystes, Israël a attaqué les groupes parce qu'ils étaient de plus en plus efficaces pour dénoncer la répression du peuple palestinien par l’Etat hébreux. «Je crois qu'Israël veut restreindre les activités des institutions palestiniennes de défense des droits de l'homme qui ont œuvré à soumettre des dossiers à la Cour pénale internationale et qui ont pu faire évoluer l'opinion mondiale sur les questions de droits de l'homme en Palestine», a déclaré Majed al-Arouri, expert en droits humains, à Arab News.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com