Un cinéaste saoudien s’inspire des pèlerinages du Hajj dans son enfance

Le cinéaste saoudien Mujtaba Saeed développe actuellement un scénario qui s'inspire largement de sa relation avec la ville sainte de La Mecque. (SPA)
Le cinéaste saoudien Mujtaba Saeed développe actuellement un scénario qui s'inspire largement de sa relation avec la ville sainte de La Mecque. (SPA)
Le cinéaste saoudien Mujtaba Saeed développe actuellement un scénario qui s'inspire largement de sa relation avec la ville sainte de La Mecque. (SPA)
Le cinéaste saoudien Mujtaba Saeed développe actuellement un scénario qui s'inspire largement de sa relation avec la ville sainte de La Mecque. (SPA)
Short Url
Publié le Samedi 02 juillet 2022

Un cinéaste saoudien s’inspire des pèlerinages du Hajj dans son enfance

  • Mujtaba Saeed décrit ses voyages d’enfance à travers les dunes multicolores d’Arabie saoudite, alors que des bus passent, transportant des étrangers de tous horizons qui chantent des prières à l’unisson
  • Le scénario reflète la propre vie de M. Saeed qui tourne autour de deux villes; La Mecque et Berlin, et l’on assiste à un mouvement de va-et-vient continu: des pèlerins à La Mecque, des touristes et des étudiants à Berlin

RIYAD: La relation du cinéaste saoudien Mujtaba Saeed avec La Mecque commence dès son plus jeune âge. Il se souvient avec émotion des voyages en famille dans cette ville animée pour effectuer les rituels de l’Omra ou du Hajj. Il était entouré de personnes de toutes les ethnies et nationalités qui se réunissaient dans un but commun en ce Lieu saint.

Il décrit ses voyages d’enfance à travers les dunes multicolores d’Arabie saoudite, alors que des bus passent, transportant des étrangers de tous horizons qui chantent des prières à l’unisson.

Mujtaba Saeed se remémore les voyages depuis la maison de son enfance dans la ville de Saihat, dans l’est du pays, vers la région du Hijaz, dans l’ouest du pays. Il se souvient très bien de l’enthousiasme et de l’émerveillement qui accompagnaient ces voyages.

photo

Le film de 2021 de Mujtaba Saeed "Zawal" a remporté la Palme d'or du meilleur court métrage au Festival du film saoudien et un prix Golden Sail au Gulf Radio and Television Festival, qui a eu lieu à Bahreïn. (Fourni)

«Ces voyages étaient pleins d’aventures», déclare-t-il à Arab News. «Pour un enfant, c’est un voyage interminable. En me rendant à La Mecque, j’avais l’impression de faire un périple.»

Le scénariste et réalisateur travaille actuellement sur un scénario qui s’inspire fortement de sa relation avec la Ville sainte, qui faisait partie intégrante de sa vie jusqu’au jour où, jeune adulte, il emménage en Allemagne pour poursuivre ses études.

«Après cela, je n’ai plus visité La Mecque pendant un certain temps, mais les souvenirs sont restés», précise-t-il. «Je considère que les souvenirs soulèvent des questions qui ont trait au temps, aux liens et au fait de voyager... je crois que c’est ainsi que tout Saoudien perçoit sa relation avec La Mecque.»

Il ajoute que la ville est le centre d’intérêt de nombreuses personnes et familles qui la visitent en tant que pèlerins tout au long de leur vie.

«J’ai grandi avec ces images qui débordent d’émotions; La Mecque est, pour moi, un lieu chargé d’émotions», explique-t-il.

photo
Les autres projets de Saeed incluent "Drowning" ou "Gharaq", qui a récemment remporté le prix du meilleur scénario de long métrage au Festival du film saoudien. (Fourni)

M. Saeed, qui partage désormais son temps entre ses domiciles à Berlin et en Arabie saoudite, affirme que ses émotions et ses expériences avec la Ville sainte constituent une source d’inspiration pour son dernier scénario. Le projet est toujours en cours d’élaboration, mais le cinéaste est déterminé à partager son histoire non seulement avec ses compatriotes saoudiens, mais avec le public du monde entier.

«Chacun devrait s’engager et s’intégrer au sein de différentes cultures», soutient-il. «Je pense que ce qui est en notre for intérieur en tant qu’humains et ce qui nous motive en tant que personnes ne forment qu’une seule et même entité.»

Le scénario reflète la propre vie de Mujtaba Saeed qui tourne autour de deux villes: La Mecque et Berlin. Bien qu’il ait de nombreuses différences entre les deux, il existe également des similitudes, notamment une nature transitoire, où l’on assiste à un mouvement de va-et-vient continu: des pèlerins à La Mecque, des touristes et des étudiants à Berlin.

photo
Le cinéaste saoudien Mujtaba Saeed. (Fourni)

«Ces deux endroits servent de repères pour de nombreuses personnes dans le monde. J’essaie donc de rechercher les contrastes entre les deux et de voir comment ces contrastes affectent les personnages», souligne-t-il.

«Pour moi, il est également très important d’observer comment la ville de Berlin soulève des questions pour tous ceux qui la visitent... des questions qui concernent notre relation au corps, ainsi que notre connexion avec nous-mêmes et les autres.»

M. Saeed déclare que la recherche de réponses à ces questions par les personnages de l’histoire donne naissance à des conflits indispensables.

Il ajoute que l’objectif de son scénario est d’explorer le contraste entre les notions relatives aux valeurs traditionnelles de la «vieille société» et le monde moderne et globalisé. Plus encore, poursuit-il, il examine si divers groupes d’individus – chacun ayant ses propres antécédents dynamiques et variés – peuvent coexister en toute sécurité au même endroit.

«À La Mecque, cette équation existe», indique-t-il. «À partir du moment où je suis parti étudier en Allemagne, puis y travailler, une attention mondiale était portée à la ville. Mais une question subsiste: comment est-il possible de faire entendre d’autres voix là-bas?»

Il souligne qu’il se sent responsable en tant qu’artiste d’amplifier des voix souvent ignorées. Au moment où le développement des arts et du divertissement dans le Royaume se poursuit, grâce auquel le pays aspire à devenir un pôle régional pour le cinéma et les formes plus larges d’échange culturel, il estime que la croissance du cinéma saoudien est l’occasion idéale pour atteindre cet objectif.

«À ce stade de renaissance nationale, où l’on donne la parole au cinéma saoudien, il faudrait, en plus du travail que fait la Commission du film d’Arabie saoudite pour développer des créations régulées, déployer davantage d’efforts collaboratifs, que ce soit avec l’Europe, l’Inde ou d’autres pays», explique Mujtaba Saeed.

«Je pense que le cinéma deviendra notre langue – et c’est une langue universelle – dans les années à venir. L’importance du Festival du film européen à Riyad est incontestable et je crois qu’il est important de se concentrer sur la présentation d’un contenu cinématographique diversifié.»

Le Festival du film européen, qui vise à promouvoir le cinéma européen et à encourager l’établissement de contacts entre les cinéastes d’Europe et d’Arabie saoudite, s’est déroulé du 15 au 22 juin. M. Saeed considère ce festival comme essentiel pour aider à combler les écarts culturels et encourager la communication continue.

«Je ne crois pas que le festival ait présenté des films inédits pour ce public, car les Saoudiens aiment énormément le cinéma, mais il est important que les cinéastes européens rencontrent ce public», renchérit-il.

Les autres projets en cours de Mujtaba Saeed incluent un scénario intitulé Gharaq («Noyade»). Il a remporté en juin le prix du meilleur scénario de long-métrage lors de l’édition 2022 du Festival du film saoudien. Il précise qu’il explore la dualité du pardon et de la vengeance, ajoutant: «Une personne ne peut être libre que si elle est capable de pardonner.»

La production du film est en cours et le tournage devrait avoir lieu dans l’est du Royaume. Il espère que ce sera une coproduction saoudo-allemande.

Le film Zawal de Mujtaba Saeed, sorti en 2021, a remporté le prix du meilleur court-métrage au Festival du film saoudien et le prix Golden Sail au festival Gulf Radio and Television, qui s’est déroulé à Bahreïn du 21 au 23 juin. Il raconte l’histoire d’un garçon de huit ans qui vit avec sa mère dans un camp de réfugiés mis en quarantaine à la suite de la propagation d’une mystérieuse pandémie.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Dernier hommage au dessinateur français Sempé, créateur du Petit Nicolas

Sur cette photo d'archives prise le 26 octobre 2015, l'illustrateur français Jean-Jacques Sempe pose à son domicile à Paris. (AFP).
Sur cette photo d'archives prise le 26 octobre 2015, l'illustrateur français Jean-Jacques Sempe pose à son domicile à Paris. (AFP).
Short Url
  • Jean-Jacques Sempé est décédé le 11 août, à l'âge de 89 ans, dans sa résidence secondaire près de Bordeaux, la ville de son enfance dans le sud-ouest de la France
  • Le dessinateur a marqué plusieurs générations de lecteurs de la presse et de ses albums par l'humour et la poésie de ses saynètes

PARIS : Quelque 300 personnes ont assisté vendredi à Paris à l'enterrement du dessinateur Sempé, salué par Anne Goscinny, la fille de son ami, comme celui qui faisait sourire tout le monde.

Jean-Jacques Sempé est décédé le 11 août, à l'âge de 89 ans, dans sa résidence secondaire près de Bordeaux, la ville de son enfance dans le sud-ouest de la France.

Le dessinateur a marqué plusieurs générations de lecteurs de la presse et de ses albums par l'humour et la poésie de ses saynètes.

Il a été l'un des artistes les plus en vue dans le New Yorker, avec une centaine de couvertures entre 1978 et 2019.

Il reste pour la postérité le créateur, avec René Goscinny en 1959, du Petit Nicolas, écolier au cœur tendre dont les aventures sont devenues un classique de la littérature.

"Vous avez créé le Petit Nicolas. Vous avez fait sourire toutes les enfances. Aujourd'hui vous vous êtes retrouvés j'en suis sûre, et je vous entends rire aux larmes", a dit Anne Goscinny lors des funérailles en l'église Saint-Germain des Prés.

"Le dessin de Sempé, par son sourire et son élégance, faisait voir la vie avec moins de désespérance", a salué l'écrivain Benoît Duteurtre.

Il a rendu hommage à "l'artisan qui passait des heures au pupitre, (...) fidèle à la tradition du dessin d'humour avec ses gags rythmés" mais qui excellait aussi "dans les grandes images" et "pouvait être paysagiste".

"C'était un ami. Ensuite, c'est quelqu'un qui a un peu creusé les issues de secours dans une réalité qui nous étouffe un peu, avec un humour délicieux et en même temps plus signifiant qu'on ne le croit. C'était quelqu'un à la légèreté profonde", a déclaré à l'AFPTV l'acteur et metteur en scène Jean-Michel Ribes.

Sempé a été inhumé dans l'intimité au cimetière parisien du Montparnasse.


Vêtir les morts: des villageois indonésiens honorent leurs défunts lors d'un rituel

Cette photo prise le 17 août 2022 montre un membre de la famille de l'ethnie Toraja préparant les corps de parents exhumés d'un site funéraire communautaire pour être nettoyés et habillés lors d'une série de cérémonies traditionnelles en l'honneur des morts connues sous le nom de "Manene", dans le village de Torea, dans le nord de Toraja, dans le sud de Sulawesi en Indonésie. (AFP).
Cette photo prise le 17 août 2022 montre un membre de la famille de l'ethnie Toraja préparant les corps de parents exhumés d'un site funéraire communautaire pour être nettoyés et habillés lors d'une série de cérémonies traditionnelles en l'honneur des morts connues sous le nom de "Manene", dans le village de Torea, dans le nord de Toraja, dans le sud de Sulawesi en Indonésie. (AFP).
Short Url
  • Dans deux localités de l'île indonésienne de Célèbes, des habitants participent plusieurs jours durant à une cérémonie appelée «Manene»
  • Des centaines de corps sont exhumés et habillés dans le village de Torea au cours d'un rituel destiné à honorer leurs âmes et leur adresser des offrandes

TIKALA : Sur une île indonésienne, une famille prend la pose au côté d'un parent âgé ne pouvant plus esquisser le moindre sourire, tandis qu'une autre tente de vêtir un ancêtre d'âge vénérable d'une chemise et d'un chino.

Ces aînés ne sont cependant pas coincés dans une maison de retraite. Ils ne nourrissent pas non plus de rancune envers les plus jeunes. Ils sont tout simplement morts.

Dans deux localités de l'île indonésienne de Célèbes, des habitants participent plusieurs jours durant à une cérémonie appelée "Manene".

Des centaines de corps sont exhumés et habillés dans le village de Torea au cours d'un rituel destiné à honorer leurs âmes et leur adresser des offrandes.

"Lorsque nous procédons au Manene, nous commençons par ouvrir la sépulture et la nettoyer, ainsi que l'espace qui l'entoure", explique à l'AFP Sulle Tosae, un des proches participant à la cérémonie.

"Ensuite, nous séchons les corps au soleil avant de changer leur tenue", explique-t-il.

Les cercueils qui renferment les corps de leurs êtres chers sont extraits d'un caveau creusé à flanc de montagne.

"Les offrandes symbolisent la gratitude des enfants et petits-enfants envers leurs défunts", explicite Rahman Badus, à la tête du village de Torea.

Ils honorent leurs esprits "afin qu'ils puissent toujours bénir les vivants (en leur procurant) sécurité, paix et bonheur", éclaire-t-il.

Une famille a ainsi donné une cigarette en offrande à un proche tout juste sorti de terre, tandis qu'une autre a apposé des lunettes de soleil sur le nez de son défunt.

Quelques corps demeurent relativement épargnés par le processus de momification quand d'autres se sont détériorés jusqu'à devenir des squelettes.

Les esprits des morts

Les Toraja constituent un groupe ethnique composé d'environ un million de personnes sur l'île de Célèbes.

Ces habitants ont peu de scrupules à parler d'un corps embaumé, à l'habiller, à lui brosser les cheveux ou même à prendre des photos avec un parent momifié.

Selon le village, le Manene se tient habituellement en juillet ou en août, mais n'a pas nécessairement lieu tous les ans.

Les Toraja croient que les esprits des morts s'attardent sur terre avant les cérémonies funéraires et entament leur voyage vers le pays des esprits après que leurs âmes soient devenues immortelles.

Les familles préservent le corps de leur défunt jusqu'au moment où elles ont épargné suffisamment d'argent pour procéder à des funérailles en grande pompe.

Les disparus sont préalablement momifiés au cours d'un processus d'embaumement faisant intervenir des produits naturels comme du vinaigre acide et des feuilles de thé.

Mais de nombreuses familles décident désormais de simplifier la chose en injectant une solution de formaldéhyde dans le corps de leurs proches.

L'exhumation constitue une scène choquante et horrifiante pour les touristes occidentaux. Au contraire des habitants plus qu'heureux de nettoyer les corps, de prendre des photos et de prier pour les âmes des morts.

"Les corps doivent être traités avec le plus grand respect lors du rituel du Manene", explique Rahman Badus. "Les proches rendent hommage à leurs parents ou à leurs ancêtres. Le manque de respect a des conséquences."


Facebook et Instagram suppriment les comptes d'une organisation anti-vaccins américaine

Robert Kennedy Jr., s'adresse aux médias après une réunion à la Trump Tower à New York (Photo, AFP).
Robert Kennedy Jr., s'adresse aux médias après une réunion à la Trump Tower à New York (Photo, AFP).
Short Url
  • Meta, a supprimé de ces deux plateformes les comptes de l'influente organisation américaine anti-vaccins
  • CDH, qui critique la sécurité des vaccins contre la Covid-19, accuse Meta de ne pas respecter son droit à la liberté d'expression

WASHINGTON: La maison mère de Facebook et Instagram, Meta, a supprimé de ces deux plateformes les comptes de l'influente organisation américaine anti-vaccins Children's Health Defense (CDH), dirigée par Robert Kennedy Jr, neveu de l'ancien président John Fitzgerald Kennedy.

"Nous avons supprimé les comptes Instagram et Facebook en question pour violations répétées de nos politiques sur la Covid-19", a indiqué jeudi à l'AFP Aaron Simpson, un porte-parole de Meta.

CDH, qui critique la sécurité des vaccins contre la Covid-19, accuse Meta de ne pas respecter son droit à la liberté d'expression, en s'alignant sur les autorités sanitaires américaines.

"Facebook agit ici comme un représentant de la croisade du gouvernement fédéral pour faire taire toute critique des politiques draconiennes du gouvernement", a déclaré le fondateur de l'organisation, Robert Kennedy Jr, dans un communiqué.

Neveu de l'ancien président assassiné en 1963 et fils d'un ancien ministre, également assassiné en 1968, il est une figure majeure de la galaxie anti-vaccin américaine.

CDH revendique "des centaines de milliers" d'abonnés sur ces deux comptes et a partagé, dans son communiqué, des captures d'écran montrant la suppression de ces comptes pour "désinformation".

Selon CDH, l'interdiction pourrait être liée à une action intentée par l'organisation à l'encontre de Meta, pour censure, devant la justice fédérale.

La chaîne YouTube de CDH avait été supprimée en septembre dernier.

Meta, qui se voit régulièrement reprocher de propager la désinformation, essaie depuis la dernière élection présidentielle américaine de s'éloigner des contenus politiques pour se concentrer sur les échanges entre proches et communautés d'intérêt.