Afghanistan: des religieux jurent fidélité aux talibans, rien sur l'école des filles

Un homme passe devant un panneau placé par les autorités talibanes demandant aux femmes de porter le hijab, à Kandahar le 16 juin 2022 (Photo, AFP).
Un homme passe devant un panneau placé par les autorités talibanes demandant aux femmes de porter le hijab, à Kandahar le 16 juin 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 02 juillet 2022

Afghanistan: des religieux jurent fidélité aux talibans, rien sur l'école des filles

  • Le texte appelle à faire allégeance à Hibatullah Akhundzada, à la loyauté envers les talibans et à l'acceptation complète de la charia comme principe de base du pouvoir
  • Depuis leur retour au pouvoir, les talibans sont largement revenus à l'interprétation ultra-rigoriste de l'islam

KABOUL: Des milliers de dignitaires religieux afghans ont juré fidélité samedi aux talibans, mais sans faire de recommandations aux dirigeants islamistes sur leur façon de gouverner le pays en crise, au dernier jour d'un rassemblement à Kaboul.

Cette assemblée, réservée aux hommes et qui avait débuté jeudi, avait été convoquée par les talibans afin de consolider leur régime.

Les participants étaient autorisés à critiquer le régime et des sujets épineux, tels que l'éducation des filles, objet de débat au sein même du mouvement, seraient au programme, avaient assuré des responsables. Mais la déclaration finale prononcée samedi n'a fait que répéter la doctrine des talibans.

Les médias ont été interdits d'accès mais de nombreux discours ont été diffusés à la radio d'État, dont celui du chef suprême des talibans, Hibatullah Akhundzada, qui n'a pas été filmé ni photographié en public depuis leur retour au pouvoir en août 2021.

Le texte appelle à faire allégeance à Hibatullah Akhundzada, à la loyauté envers les talibans et à l'acceptation complète de la charia comme principe de base du pouvoir.

"Par la grâce de Dieu, le système islamique est venu régner en Afghanistan", affirme la déclaration.

"Non seulement nous le soutenons fermement, mais nous le défendrons également. Nous considérons que c'est le devoir national et religieux de toute la nation", ajoute le texte.

Depuis leur retour au pouvoir, les talibans sont largement revenus à l'interprétation ultra-rigoriste de l'islam qui avait marqué leur premier passage au pouvoir (1996-2001), restreignant très fortement les droits des femmes.

Ils les ont presque complètement exclues des emplois publics, ont limité leur droit à se déplacer et ont interdit l'accès des filles aux écoles secondaires. Les femmes se sont vu imposer le port du voile intégral, couvrant le visage, pour toute sortie en public.

Ils ont aussi interdit la musique non-religieuse, la représentation de visages humains sur des publicités, la diffusion à la télévision de films ou séries montrant des femmes non voilées, et ont demandé aux hommes de porter le vêtement traditionnel et de se laisser pousser la barbe.

«Oppression systémique» sur les femmes

La déclaration de samedi ne fait aucune mention de la scolarisation des filles, mais appelle le gouvernement à accorder "une attention particulière" à l'éducation moderne, à la justice et aux droits des minorités, le tout "à la lumière de la loi islamique".

Selon le texte, le nouveau gouvernement a éradiqué la corruption et apporté la sécurité dans tout le pays.

Le groupe jihadiste État islamique, qui a revendiqué plusieurs attentats meurtriers ces derniers mois en Afghanistan, a également revendiqué une attaque jeudi contre le rassemblement des religieux, par deux hommes armés qui ont été abattus.

"Nous appelons les pays de la région et du monde (...) à reconnaître l'Emirat islamique comme un système légitime", peut-on également lire.

"Levez toutes les sanctions contre l'Afghanistan, débloquez les fonds gelés du peuple afghan et soutenez notre nation", demande la déclaration.

Depuis le retour des talibans, le pays est plongé dans une profonde crise économique et humanitaire, la communauté internationale ayant fermé les vannes de l'aide financière.

Les Etats-Unis et les talibans ont poursuivi cette semaine des discussions à Doha sur le déblocage d'aide après un tremblement de terre qui a fait plus de 1 000 morts dans l'est de l'Afghanistan, Washington voulant s'assurer que ces fonds soient utilisés à des fins humanitaires.

Le point culminant du rassemblement à Kaboul a été l'apparition vendredi d'Hibatullah Akhundzada, qui vit reclus à Kandahar, le centre spirituel des talibans.

Malgré sa discrétion, M. Akhundzada, qui aurait dans les 70 ans, tient d'une main de fer le mouvement, selon les analystes, et porte le titre de "Commandeur des croyants".

Vendredi à Genève, la Haute-Commissaire de l'ONU chargée des droits humains, Michelle Bachelet, a dénoncé "l'oppression systémique" exercée par le régime sur les femmes et les filles afghanes.

"Depuis la prise du pouvoir par les talibans, les femmes et les filles connaissent le recul le plus important et le plus rapide de la jouissance de leurs droits (...) depuis des décennies", a-t-elle déclaré lors d'un débat urgent au Conseil des droits de l'homme sur cette question.

Elle a "encouragé vivement" les talibans à "nouer le dialogue avec les pays à prédominance musulmane ayant une expérience en matière de promotion des droits des femmes et des filles - tels qu'ils sont garantis par le droit international".


Belgique: nouveau retrait de glaces Häagen-Dazs après une alerte européenne

Le fabriquant des crèmes glacées, le groupe américain General Mills, a constaté lors d'un contrôle la présence de traces de 2-Chloroéthanol (2CE), un indicateur pour la présence d’oxyde d’éthylène dans un lot de produits Häagen-Dazs, avait indiqué l'AFSCA dans un communiqué le 4 août (AFP)
Le fabriquant des crèmes glacées, le groupe américain General Mills, a constaté lors d'un contrôle la présence de traces de 2-Chloroéthanol (2CE), un indicateur pour la présence d’oxyde d’éthylène dans un lot de produits Häagen-Dazs, avait indiqué l'AFSCA dans un communiqué le 4 août (AFP)
Short Url
  • La Belgique avait déjà fait retirer de la vente dix produits Häagen-Dazs le 4 août
  • La France a fait retirer 18 produits de la marque le 5 août et l'Espagne 20 produits le 8 août

BRUXELLES: La Belgique a fait retirer de la vente sept nouvelles crèmes glacées Häagen-Dazs à la suite d'une alerte européenne déclenchée début juillet par la découverte de résidus d'un composé cancérigène dans des lots lors de contrôles, a annoncé mardi l'agence fédérale pour la sécurité alimentaire (AFSCA).

"Plusieurs variantes de crèmes glacées de la marque Häagen-Dazs, vendues en Belgique via les magasins Albert Heijn, Jumbo et Intermarché, sont retirées de la vente", a indiqué  l'agence dans un communiqué.

"Ce rappel fait suite à une notification via le système RASFF (système d’alerte rapide européen Food et Feed)", précise l'AFSCA.

La Belgique avait déjà fait retirer de la vente dix produits Häagen-Dazs le 4 août.

Une alerte a été lancée par la France le 8 juillet via le système RASFF (système d’alerte rapide européen Food et Feed), jugeant "sérieux" pour la santé le risque présenté par la présence de résidus d'oxyde d'éthylène (ETO), un pesticide cancérigène interdit en Europe. Plusieurs Etats membres de l'UE ont depuis fait procéder au retrait de glaces et ont publié des avertissements aux consommateurs. La France a fait retirer 18 produits de la marque le 5 août et l'Espagne 20 produits le 8 août, selon les agences nationales de sécurité alimentaire.

Le fabriquant des crèmes glacées, le groupe américain General Mills, a constaté lors d'un contrôle la présence de traces de 2-Chloroéthanol (2CE), un indicateur pour la présence d’oxyde d’éthylène dans un lot de produits Häagen-Dazs, avait indiqué l'AFSCA dans un communiqué le 4 août.

Un fournisseur de vanille a été identifié comme la cause du problème et General Mills a décidé de rappeler tous les produits réalisés avec de la vanille de ce fournisseur, a expliqué l'AFSCA.

L'agence belge a publié la liste des dix-sept crèmes glacées incriminées, parmi lesquelles la Belgium Chocolate, avec les dates de péremption dont le retrait a été exigé dans tous les magasins du royaume.


Tennis: Serena Williams, le début de la fin

L'ancienne N.1 mondiale n'a pas indiqué à quel moment elle se retirerait, mais l'US Open, qu'elle a remporté à six reprises et où elle figure encore cette année sur la liste des engagés, semble être le bon endroit pour des adieux (AFP)
L'ancienne N.1 mondiale n'a pas indiqué à quel moment elle se retirerait, mais l'US Open, qu'elle a remporté à six reprises et où elle figure encore cette année sur la liste des engagés, semble être le bon endroit pour des adieux (AFP)
Short Url
  • «Je veux me concentrer sur mon rôle de maman, mes objectifs sur le plan spirituel, pour découvrir une nouvelle mais tout aussi passionnante Serena»
  • Sept fois sacrée en simple sur le gazon londonien et ex-N.1 mondiale incontestée, Serena Williams est aujourd'hui retombée à la 407e place mondiale

PARIS: "Le compte à rebours est enclenché": c'est par ces mots que Serena Williams, la star du tennis mondial, a annoncé mardi sa prochaine retraite des courts, après 25 ans de carrière et 23 titres en Grand Chelem.

"Il y a un temps dans la vie où il faut décider de prendre une nouvelle route. C'est un moment toujours difficile quand on aime tellement ce qu'on fait. Et Dieu sait que j'aime le tennis. Mais maintenant le compte à rebours est enclenché", a expliqué l'Américaine de 40 ans sur son compte Instagram et dans une interview au magazine Vogue.

"Je veux me concentrer sur mon rôle de maman, mes objectifs sur le plan spirituel, pour découvrir une nouvelle mais tout aussi passionnante Serena", a-t-elle ajouté, disant vouloir "savourer les prochaines semaines".

L'ancienne N.1 mondiale n'a pas indiqué à quel moment elle se retirerait, mais l'US Open, qu'elle a remporté à six reprises et où elle figure encore cette année sur la liste des engagés, semble être le bon endroit pour des adieux.

"Malheureusement, je n'étais pas prête à gagner Wimbledon cette année", a-t-elle expliqué dans Vogue. "Et je ne sais pas si je serai prête à gagner à New York. Mais je vais essayer", a-t-elle indiqué.

"Nulle pour les adieux" 

Lundi, la plus jeune des soeurs Williams a remporté au tournoi WTA 1000 de Toronto sa première victoire depuis plus d'un an, six semaines après un premier retour manqué à Wimbledon, après un an d'absence.

L'Américaine, qui fêtera ses 41 ans le 26 septembre prochain, s'est imposée au courage face à l'Espagnole Nuria Parrizas-Diaz (N.57) en deux sets (6-3, 6-4), remportant son premier succès depuis plus d'un an.

Sa dernière victoire en simple sur le circuit WTA remontait au 4 juin 2021, lors d'un 3e tour victorieux à Roland-Garros, quelques semaines avant de déclarer forfait au premier tour de Wimbledon en raison d'une blessure à une jambe.

Elle s'est ensuite absentée pendant près d'un an, ne faisant son retour en simple que fin juin à Wimbledon... où elle a été battue d'entrée par la Française Harmony Tan.

Sept fois sacrée en simple sur le gazon londonien et ex-N.1 mondiale incontestée, Serena Williams est aujourd'hui retombée à la 407e place mondiale.

Son dernier titre en Grand Chelem remonte à plus de cinq ans, à l'Open d'Australie 2017. Depuis, elle court en vain derrière un 24e sacre qui lui permettrait d'égaler le record de Margaret Court.

"Je sais qu'il y a un fantasme des fans selon lequel j'aurais pu égaler Margaret" cette année à Wimbledon "puis peut-être battre son record à New York, puis lors de la cérémonie de remise des trophées, dire +A plus !+ Je comprends, c'est un beau rêve ! Mais je ne cherche pas une cérémonie, ni un dernier moment sur le terrain. Je suis nulle pour les adieux, la pire au monde", confie-t-elle volontiers.

En attendant qu'elle prenne sa décision et l'annonce, à New York ou plus tard, ailleurs, sa prochaine apparition sur les courts est prévue dès mercredi à Toronto pour tenter de décrocher une place en 8e de finale face à Belinda Bencic ou Tereza Matincova. C'est bientôt la fin de la saga Williams.


La BBC embauche sa première correspondante pour la désinformation et les réseaux sociaux

Mme Spring occupait le poste de journaliste spécialisée dans la désinformation et les réseaux sociaux à BBC News. (Twitter)
Mme Spring occupait le poste de journaliste spécialisée dans la désinformation et les réseaux sociaux à BBC News. (Twitter)
Short Url
  • Mme Spring occupait le poste de journaliste spécialisée dans la désinformation et les réseaux sociaux à BBC News et BBC World Service depuis 2020
  • Mme Spring a annoncé sa promotion sur Twitter

LONDRES: La BBC a promu mardi la journaliste Marianna Spring au poste de correspondante pour la désinformation et les réseaux sociaux, une première pour la plate-forme d’information.

Avant cela, Mme Spring occupait le poste de journaliste spécialisée dans la désinformation et les réseaux sociaux à BBC News et BBC World Service depuis 2020.

Mme Spring a annoncé sa promotion sur Twitter. Elle a également confirmé qu’elle enquêterait sur les conséquences réelles de la désinformation en ligne et du trolling sur les réseaux sociaux, et a dévoilé qu’elle préparait de nouveaux podcasts et d’autres projets.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com