Peter Brook, légende du théâtre, est décédé à 97 ans

Le metteur en scène, acteur, réalisateur et écrivain britannique Peter Brook (AFP)
Le metteur en scène, acteur, réalisateur et écrivain britannique Peter Brook (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 04 juillet 2022

Peter Brook, légende du théâtre, est décédé à 97 ans

  • Grand théoricien de l’espace vide, il a donné un souffle contemporain aux pièces classiques de Shakespeare
  • Le maître de théâtre, né en Grande-Bretagne mais qui a mené une grande partie de sa carrière en France avait réinventé l'art de la mise en scène en privilégiant des formes épurées

PARIS : Le Britannique Peter Brook, légende du théâtre et metteur en scène parmi les plus influents du XXe siècle, est décédé samedi à l'âge de 97 ans, a appris l'AFP dimanche auprès de son entourage, confirmant une information du quotidien Le Monde.

Le maître de théâtre, né en Grande-Bretagne mais qui a mené une grande partie de sa carrière en France, à la tête de son théâtre parisien des Bouffes du Nord, avait réinventé l'art de la mise en scène en privilégiant des formes épurées aux décors traditionnels.

C'est dans les années 60, après des dizaines de succès, dont de nombreuses pièces de Shakespeare, et après avoir dirigé les plus grands - de Laurence Olivier à Orson Welles - que ce fils d'immigrés lituaniens juifs entame sa période expérimentale.

Il crée avec la Royal Shakespeare Company un "Roi Lear" dépouillé (1962), et surtout sa surprenante production du "Songe d'une nuit d'été" (1970) dans un gymnase en forme de cube blanc: c'est la théorie de "l'espace vide", qui marquera définitivement le théâtre contemporain.

Parue pour la première fois sous forme d'ouvrage en 1968, elle laisse libre cours à l'imagination du public et est considérée comme une "bible" pour les amoureux du théâtre avant-gardiste. "Je peux prendre n'importe quel espace vide et l'appeler une scène" est une de ses célèbres phrases.

"Le visionnaire, le provocateur, le prophète, le filou et l'ami avec les yeux les plus bleus que j'aie jamais vus, a quitté la maison", a tweeté dimanche son compatriote metteur en scène et acteur Simon McBurney.

La Royal Shakespeare Company s'est dite "profondément attristée par la nouvelle du décès du metteur en scène visionnaire", saluant ses "plus de 20 années de talent artistique et d'expérimentation" au sein de la troupe.

Son "Marat/Sade" fascine Londres et New York et lui vaut un Tony Award en 1966.

Au début des années 70, il s'installe en France où il fonde le "Centre international de recherche théâtrale", au Théâtre des Bouffes du Nord.

Pièces monumentales

Il monte des pièces monumentales nourries d'exotisme, avec des acteurs de différentes cultures, et tournera dans le monde entier, souvent dans des lieux inédits: des villages africains jusqu'aux rues du Bronx en passant par la banlieue parisienne.

Sa pièce la plus connue est "Le Mahabharata", épopée de neuf heures de la mythologie hindoue (1985), qu'il présentera pour la première fois au festival d'Avignon et qui sera adaptée au cinéma en 1989.

Dans les années 90, lorsqu'il triomphe au Royaume-Uni avec "Oh les beaux jours", de Samuel Beckett, les critiques le saluent comme "le meilleur metteur en scène que Londres n'a pas".

Après une aventure de plus de 35 ans aux Bouffes du Nord, Peter Brook quitte la direction du théâtre en 2010, à 85 ans, tout en continuant d'y monter des mises en scène, jusqu'à récemment.

Le président français Emmanuel Macron a salué "un metteur en scène hors norme qui extrayait la quintessence du théâtre et le poussait hors de ses trois murs", selon un communiqué de la présidence française.

En 2019, Peter Brook rend hommage dans "Why?" à Meyerhold, grande figure russe du théâtre et victime des purges staliniennes, rappelant une de ses citations: "Le théâtre est une arme dangereuse".

Il a toujours refusé de faire du théâtre engagé, préférant un théâtre qui invite à la réflexion ou à la spiritualité, que ce soit avec des pièces shakespeariennes ou des adaptations comme Carmen.

"Certains journalistes viennent me demander: +Alors, vous pensez pouvoir changer le monde?+. Cela me fait rire. Je n'ai jamais eu cette prétention, c'est ridicule", confiait en 2018 à l'AFP celui qui avait été ébranlé trois ans plus tôt par le décès de son épouse, la comédienne Natasha Parry.

Outre sa fidèle collaboratrice Marie-Hélène Estienne, il laisse derrière lui deux enfants, le réalisateur Simon Brook et la metteure en scène de théâtre Irina Brook.

Peter Brook, le géant qui a changé à jamais la face du théâtre

Peter Brook, décédé samedi à l'âge de 97 ans, était avec Constantin Stanislavski le metteur en scène le plus influent du XXe siècle et à qui l'on doit le théâtre tel qu'on le connaît aujourd'hui.

Le maître aux yeux bleus d'acier, né en Grande-Bretagne dont il avait la nationalité bien qu'il ait mené une grande partie de sa carrière en France, a réinventé l'art de la scène en dépassant les formes traditionnelles et en revenant aux fondamentaux: un acteur face à son public.

Souvent comparé à Stanislavski (1863-1938) qui avait révolutionné le jeu d'acteur, Peter Brook est le théoricien de "l'espace vide", une sorte de bible pour le monde du théâtre, parue pour la première fois en 1968.

"Je peux prendre n'importe quel espace vide et l'appeler une scène. Quelqu'un traverse cet espace vide pendant que quelqu'un d'autre l'observe, et c'est suffisant pour que l'acte théâtral soit amorcé": ces célèbres premières lignes deviendront un "manifeste" pour un théâtre alternatif et expérimental.

Sa pièce la plus connue est "Le Mahabharata", épopée de neuf heures de la mythologie hindoue (1985), adaptée au cinéma en 1989.

Il l'a créée en France, où il s'est installé dès le début des années 70 et où il fonde le "Centre international de recherche théâtrale", dans un théâtre à l'italienne sur le point d'être démoli, le Théâtre des Bouffes du Nord.

«Libérer l'imagination»

Né à Londres le 21 mars 1925, ce fils d'immigrés lituaniens juifs signe sa première mise en scène à 17 ans.

S'il rêve de cinéma, il se dirige rapidement vers le théâtre. A 20 ans, diplômé d'Oxford, il est déjà metteur en scène professionnel et, deux ans plus tard, ses productions à Stratford-upon-Avon, ville natale de Shakespeare, déchaînent les passions. A 30, il dirige déjà de gros succès à Broadway.

Pour la Royal Shakespeare Company (RSC), il met en scène de nombreux textes du "Barde", qui est pour lui "le filtre par lequel passe l'expérience de la vie".

Son "Marat/Sade" fascine Londres et New York et lui vaut un Tony Award en 1966.

Mais à la fin des années 60, après 40 succès théâtraux dans lesquels il a dirigé les plus grands, de Laurence Olivier à Orson Welles, Brook affirme avoir "épuisé les possibilités du théâtre conventionnel" et entre dans une période expérimentale.

Pour beaucoup, sa surprenante production de "Songe d'une nuit d'été" (1970) pour la RSC dans un gymnase en forme de cube blanc a été un tournant.

Elle pousse l'actrice Helen Mirren à abandonner ses débuts de carrière grand public pour rejoindre sa compagnie naissante à Paris où, dès le départ, il aspire à travailler avec des acteurs de différentes cultures.

En quête incessante d'authenticité, il part en Afrique, en Iran ou aux Etats-Unis et y mène des travaux expérimentaux axés sur le "déconditionnement" de l'acteur et le rapport au spectateur.

Il rapporte de ses voyages des spectacles d'anthologie tels que "Les Iks" (1975), "La Conférence des oiseaux" (1979) ou "Le Mahabharata".

Au fil des créations, ("Timon d'Athènes" (1974), "Mesure pour Mesure" (1978), "La Cerisaie" (1981), "La Tempête" (1990), "L'Homme qui" (1993), Hamlet (2000) ou "11 and 12" (2009), il se forge un style de plus en plus pur, et dépouillé.

«Rester créatif»

En 1997, lorsqu'il triomphe au Royaume-Uni avec "Oh les beaux jours" de Samuel Beckett, les critiques le saluent comme "le meilleur metteur en scène que Londres n'a pas".

Après une aventure de plus de 35 ans aux Bouffes du Nord, Peter Brook quitte la direction du théâtre en 2010, à 85 ans, tout en continuant d'y monter des mises en scène.

"Toute ma vie, la seule chose qui a compté, et c'est pour cela que je travaille dans le théâtre, c'est ce qui vit directement dans le présent", dit-il alors à l'AFP.

Le charismatique metteur en scène a été ébranlé en 2015 par le décès de son épouse, la comédienne Natasha Parry. "On tente de négocier avec le destin en lui disant: +Ramenez-la juste pour 30 secondes..."

Outre des pièces de théâtre, il a mis en scène plusieurs opéras comme "La Flûte enchantée" et réalisé une douzaine de films dont "Moderato Cantabile" (1960) et "Sa majesté des mouches" (1963), tous deux adaptés de romans.

Outre sa fidèle collaboratrice Marie-Hélène Estienne, il laisse derrière lui deux enfants, le réalisateur Simon Brook et la metteure en scène de théâtre Irina Brook.

C'est à la fin des années 60, après des dizaines de succès, dont de nombreuses pièces de Shakespeare, et après avoir dirigé les plus grands - de Laurence Olivier à Orson Welles -, qu'il décide de s'installer en France où il entame sa période expérimentale marquée par la théorie de "l'espace vide".

C'est dans ce pays également qu'il monte des pièces monumentales nourries d'exotisme et avec des acteurs de différentes cultures.

Sa pièce la plus connue est "Le Mahabharata", épopée de neuf heures de la mythologie hindoue (1985), adaptée au cinéma en 1989.

Dans les années 90, lorsqu'il triomphe au Royaume-Uni avec "Oh les beaux jours" de Samuel Beckett, les critiques le saluent comme "le meilleur metteur en scène que Londres n'a pas".

Après une aventure de plus de 35 ans aux Bouffes du Nord, Peter Brook quitte la direction du théâtre en 2010, à 85 ans, tout en continuant d'y monter des mises en scène, jusqu'à récemment.


« Nos frangins», l'hommage à Oussekine tué en France par la police, bientôt aux Oscars

L'actrice algéro-française Lyna Khoudri, le réalisateur Rachid Bouchareb et l'acteur français Reda Kateb posent lors d'un photocall pour le film "Nos Frangins" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 24 mai 2022. (Photo, AFP)
L'actrice algéro-française Lyna Khoudri, le réalisateur Rachid Bouchareb et l'acteur français Reda Kateb posent lors d'un photocall pour le film "Nos Frangins" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 24 mai 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le film, qui sortira le 7 décembre dans les salles françaises, représentera l'Algérie aux Oscars
  • Il avait été présenté, en avant-première et hors compétition, en mai au Festival de Cannes où il avait été chaleureusement accueilli

PARIS: Trente-six ans après les faits, un film pour aborder la brutalité policière sur les jeunes d'origine maghrébine en France, dans les années 80: avec "Nos frangins", Rachid Bouchareb raconte la mort de Malik Oussekine et d'un autre jeune, tués par des policiers à Paris en 1986.

Le film, qui sortira le 7 décembre dans les salles françaises, représentera l'Algérie aux Oscars. Il avait été présenté, en avant-première et hors compétition, en mai au Festival de Cannes où il avait été chaleureusement accueilli.

En mettant en parallèle la mort de Malik Oussekine, jeune étudiant français d'origine algérienne, avec celle, le même soir, d'Abdel Benyahia, lui aussi Français d'origine maghrébine, Rachid Bouchareb affirme qu'ils font partie de la même histoire.

Un film que le réalisateur d'"Indigènes" avait "envie de faire depuis longtemps". "Là, c'est l'horloge personnelle qui s'est déclenchée. Il était temps", a-t-il confié à l'AFP lors d'un entretien réalisé en marge du Festival de Cannes.

Première adaptation cinématographique de ces drames qui ont marqué une génération - celle des étudiants opposés au projet de loi visant à réformer les universités françaises présenté en 1986 et dit projet de loi Devaquet - le film sort quelques mois après la série "Oussekine" sur Disney+.

"Il y a des sujets de mémoire qui sont difficiles et il faut attendre que la France soit complètement prête à en parler", poursuit le réalisateur.

"On parle beaucoup de droitisation de la France (...) mais un film comme celui-là n'aurait pas pu se produire il y a quelques années. Qu'on puisse le faire aujourd'hui, c'est une vraie note d'espoir", complète auprès de l'AFP l'acteur Reda Kateb, qui campe le rôle de Mohamed, frère de Malik.

Si les familles n'ont pas participé au film, celui-ci s'est fait avec leur assentiment. "On n'a pas voulu bousculer ou réveiller leur blessure. On s'est tenu à notre place", poursuit l'acteur de "Hors normes".

"C'est un film qui a été fait sans colère et avec beaucoup d'amour", explique à l'AFP l'actrice Lyna Khoudri qui incarne Sarah, la soeur de Malik.

Déclencher «un mouvement»

Avec une écriture au couteau, un récit resserré, le film prend ses distances avec la série Disney+, plus dense, qui abordait notamment le thème de la colonisation.

Le film de Rachid Bouchareb lui se concentre sur les destins de Malik et Abdel. Tous deux sont morts le même soir. Le premier à Paris, l'autre à Pantin, en proche banlieue parisienne. Tous deux ont été tués par des policiers.

Dans le cas d'Abdel Benyahia, jeune animateur de rue, d'une balle dans la poitrine par un inspecteur de police ivre alors qu'il tentait de s'interposer pour éviter une bagarre devant un café.

Son histoire n'a pas été immédiatement médiatisée, de peur que sa mort, s'ajoutant à celle de Malik Oussekine, ne provoque davantage de manifestations dans un pays déjà marqué par de vives protestations étudiantes.

D'une grande justesse, Samir Guesmi, qui incarne le rôle du père d'Abdel Benyahia, transmet la solitude de cet homme, ouvrier et seul, et celle d'Oussekine, portée par son frère aîné Mohamed qui prend en charge les démarches judiciaires et reçoit le soutien du président de la République française de l'époque, François Mitterrand (socialiste).

"Incarner ce père qui a longtemps manqué dans le paysage du cinéma français et qui a maintenant sa place, c'est formidable", raconte Samir Guesmi qui incarnait déjà un père dans son premier film comme réalisateur, "Ibrahim" (2020).

Trente-six ans après les faits, qu'espérer du film? "A chaque fois, les films déclenchent tout un mouvement (...) on met en route une locomotive et le cinéma est une locomotive", estime Rachid Bouchared.

En 2006, "Indigènes", qui avait valu un prix d'interprétation collectif à ses interprètes, avait changé la vie des anciens combattants étrangers en permettant la revalorisation de leurs pensions.


Le vaisseau Orion placé en orbite lunaire

Un vaisseau spatial Orion de la Nasa, en route vers la lune (Photo, AFP/Nasa).
Un vaisseau spatial Orion de la Nasa, en route vers la lune (Photo, AFP/Nasa).
Short Url
  • Cette nouvelle capsule voyage ainsi actuellement à plus de 64 000 kilomètres de la Lune
  • À cette distance, il lui faudra pas moins de six jours pour parcourir une demi-orbite lunaire, avant d'entamer le chemin retour vers la Terre

WASHINGTON: Le vaisseau Orion de la Nasa s'est placé en orbite lunaire distante vendredi, au dixième jour de la mission Artémis 1, a indiqué l'Agence spatiale américaine vendredi.

"Pendant cette orbite lunaire, les contrôleurs de vol surveilleront des systèmes cruciaux (d'Orion) et effectueront des vérifications en lien avec l'environnement d'espace lointain", a indiqué l'agence dans une note de blog.

Cette nouvelle capsule, qui doit emmener dans les prochaines années des astronautes sur la Lune -- les premiers à en fouler la surface depuis la dernière mission Apollo en 1972 --, voyage ainsi actuellement à plus de 64.000 kilomètres de la Lune.

À cette distance, il lui faudra pas moins de six jours pour parcourir une demi-orbite lunaire, avant d'entamer le chemin retour vers la Terre.

Ce premier vol test du vaisseau Orion, sans équipage à bord, doit servir à s'assurer que le véhicule est sûr.

L'amerrissage dans l'océan Pacifique est prévu le 11 décembre, soit après un peu plus de 25 jours de vol.

De la réussite de cette mission dépendent le futur d'Artémis 2, qui emmènera des astronautes faire le tour de la Lune sans s'y poser, puis d'Artémis 3, qui marquera enfin le retour d'humains sur la surface lunaire. Ces missions doivent officiellement avoir lieu en 2024 et 2025, respectivement.


Un rappeur saoudien crée un podcast de hip-hop en arabe

Le producteur de musique, rappeur et compositeur saoudien Bander al-Fahad souhaite que le hip-hop comprenne des rythmes saoudiens qui en font une musique saoudienne (Photo, Fournie).
Le producteur de musique, rappeur et compositeur saoudien Bander al-Fahad souhaite que le hip-hop comprenne des rythmes saoudiens qui en font une musique saoudienne (Photo, Fournie).
Short Url
  • «Je soutiens à fond la culture hip-hop dans le Royaume», confie Bander al-Fahad à Arab News
  • Le musicien a remercié le Royaume d’avoir accordé une plus grande attention à l’industrie musicale, notamment par le biais de la Commission de la musique récemment créée

RIYAD: Le producteur de musique, rappeur et compositeur saoudien Bander al-Fahad a lancé un podcast en arabe pour diffuser les dernières informations sur la scène hip-hop du Royaume.

Dans son premier podcast «Pure Hip Hop», publié sur YouTube en août, d’autres rappeurs saoudiens et arabes font la lumière sur la culture hip-hop dans le pays, sa relation avec la société saoudienne et l’histoire du genre musical.

«Je soutiens à fond la culture hip-hop dans le Royaume. Je souhaite avoir un style unique et je souhaite que le hip-hop comprenne des rythmes saoudiens qui en font une musique saoudienne», a confié M. Al-Fahad à Arab News.

Il a découvert sa passion pour la musique alors qu’il était étudiant en médias et communication et a révélé qu’il allait bientôt sortir deux épisodes supplémentaires.