Face aux tempêtes de sable et de poussière, la lassitude des Irakiens

Des personnes roulent pendant une tempête de sable dans la ville de Khalis, dans la province de Diyala en Irak, le 3 juillet 2022. (AFP).
Des personnes roulent pendant une tempête de sable dans la ville de Khalis, dans la province de Diyala en Irak, le 3 juillet 2022. (AFP).
Short Url
Publié le Lundi 04 juillet 2022

Face aux tempêtes de sable et de poussière, la lassitude des Irakiens

  • Avec une dizaine de tempêtes depuis la mi-avril, l'Irak a désormais pris l'habitude de découvrir au réveil un ciel grisâtre lourd de poussière
  • Maintes fois les aéroports ont dû suspendre leurs vols pour cause de visibilité réduite

BAGDAD : Malgré les tempêtes de sable ou de poussière, le livreur Milad Mitti ne peut se payer le luxe de manquer une journée de travail. Comme l'écrasante majorité des Irakiens, il ne cache pas sa lassitude face à un phénomène ayant pris une ampleur inédite ces derniers mois.

Pour parcourir à moto les rues de Bagdad et livrer les repas aux clients, le jeune homme de 30 ans s'équipe comme il peut: des lunettes "pour la poussière" et un cache-cou gris remonté sur la bouche et le nez "pour pouvoir respirer".

Avec une dizaine de tempêtes depuis la mi-avril, l'Irak a désormais pris l'habitude de découvrir au réveil un ciel grisâtre lourd de poussière -- quand ce n'est pas un halo orangé qui enveloppe les villes du pays.

Maintes fois les aéroports ont dû suspendre leurs vols pour cause de visibilité réduite. Dimanche encore, l'aéroport international de Bagdad a interrompu pendant plusieurs heures ses opérations. Et plus de 500 personnes se sont rendues dans les hôpitaux du pays pour soigner leurs troubles respiratoires, a annoncé lundi le ministère de la Santé au lendemain de cette énième "vague de poussière".

"C'est probablement la première année que l'Irak connaît autant de tempêtes de sable", déplore M. Mitti, sur une place animée de Bagdad.

En ce premier dimanche de juillet, il doit composer avec une température de 40 degrés Celsius et une énième tempête de poussière. "On y voit très difficilement. On étouffe. Il fait chaud. Il faut boire des jus et des liquides pour se préserver", ajoute le trentenaire.

Marié, il ne peut pas manquer son travail qui lui permet de gagner environ 600 dollars par mois. "J'ai une famille, j'ai des responsabilités".

Asthme, insuffisances respiratoires

Malgré la chaleur écrasante dans une ville ultra-bétonnée, les piétons sont plus nombreux à porter un masque -- dans un pays où même le coronavirus n'avait pas suffi à généraliser son utilisation.

Sur la terrasse -déserte- d'un café, les chaises en similicuir noir sont recouvertes d'une fine pellicule de poussière. Un serveur, tablier marron noué à la taille, les essuie d'un chiffon mouillé. Il déroule un tuyau d'arrosage pour laver à grande eau le sol.

Au mois de mai, les tempêtes de sable avaient fait un mort, tandis qu'au moins 10 000 personnes ont dû se faire soigner à l'hôpital pour des troubles respiratoires.

Il s'agit principalement de personnes âgées, ou d'individus souffrant d'asthme, d'insuffisances respiratoires ou de maladies cardiaques, qui sont considérés comme les catégories les plus à risque, selon les autorités sanitaires.

"Plus les tempêtes montent en intensité, plus il y a de jours de tempêtes, comme ça a été le cas ces dernières semaines, plus il y aura des cas de suffocation", reconnaît le chef des résidents de l'hôpital al-Kindy, le médecin Seif Ali Abdel-Hamza.

"La majorité des patients souffrent de maladies chroniques, comme l'asthme ou la bronchite allergique, la majorité sont des personnes âgées", ajoute M. Abdel-Hamza.

«Laver toute la maison»

Les autorités présentent l'Irak comme l'un des cinq pays les plus vulnérables aux effets du changement climatique et à la désertification, un des facteurs les plus importants derrière la multiplication des tempêtes de sable.

Durant les deux prochaines décennies, le pays devrait connaître "272 jours de poussière" par an et en 2050, le seuil des 300 jours sera atteint, selon un responsable du ministère de l'Environnement.

Parmi les mesures préconisées pour lutter contre ce phénomène, les autorités citent la création de ceintures vertes autour des villes. Mais le pays de 41 millions d'habitants souffre aussi des pénuries d'eau et de précipitations en baisse.

"Avant, il y avait une ceinture verte autour de Bagdad --si on replante, ça sera très utile", assure l'électricien Razzak Jassem, qui fustige les "manquements" des autorités et "des milliards dépensés pour des bêtises" dans un pays riche en hydrocarbures.

Il s'est résigné aux tempêtes, même si ces épisodes compliquent et ralentissent le rythme du travail.

"Tu mets un masque, ça te gêne, tu étouffes, tu veux l'enlever. Tu le retires et c'est la poussière", lâche-t-il, lors d'une pause dans une boutique où il installe l'éclairage.

Il y a aussi les incessants nettoyages dans les foyers. "Chaque tempête terminée, il faut laver toute la maison. Tu as beau isoler, la poussière entre".

Pour l'homme de 35 ans, marié et papa de trois enfants, pas question de lever le pied.

"Tout est payant, le gouvernement ne peut rien nous apporter", ajoute-t-il. "On arrêtera de travailler quand on mourra. Tant qu'on est en vie il faut travailler", s'amuse-t-il.


Les guides touristiques saoudiens rayonnent à l'exposition The Line de Neom

The Line suit une approche axée sur l'humain; la santé et le bien-être sont mis en avant par rapport aux transports et à l’infrastructure. (Photo fournie)
The Line suit une approche axée sur l'humain; la santé et le bien-être sont mis en avant par rapport aux transports et à l’infrastructure. (Photo fournie)
Short Url
  • Les détails du projet Neom sont présentés lors de cette exposition organisée au Superdôme de Djeddah
  • S'adressant à Arab News, plusieurs guides ont exprimé leur enthousiasme à l’idée de participer à l'exposition et de jouer un rôle, modeste mais important, dans le cadre de Neom

DJEDDAH: L’exposition qui présente l'ambitieux projet The Line de l’Arabie saoudite fascine les visiteurs grâce au travail des guides touristiques spécialisés.

Les détails du projet Neom sont présentés lors de cette exposition organisée au Superdôme de Djeddah. Les visiteurs de tous les groupes d'âge obtiendront des informations de premier plan grâce aux guides touristiques saoudiens. Ces derniers fournissent des explications en arabe et en anglais sur ce qui est exposé.

Ils contribuent à donner vie à l'exposition avec quarante-neuf visites proposées par jour, permettant aux curieux de saisir l'étendue et la complexité des concepts architecturaux et les particularités du projet en matière d’ingénierie.

S'adressant à Arab News, plusieurs guides ont exprimé leur enthousiasme à l’idée de participer à l'exposition et de jouer un rôle, modeste mais important, dans le cadre de Neom.

L’un d’eux, Ragad Seit, confie: «Cette expérience est plus que merveilleuse. J'aime l'enthousiasme qui se lit sur le visage des gens pendant que nous leur donnons les détails sur The Line. C'est incroyable de voir l’enthousiasme qu’ils manifestent pour ce projet révolutionnaire. Et le fait de le voir me fait sentir plus encore combien cela vaut la peine de participer à cette exposition. Je suis sûr que ce sera un grand mouvement pour l'avenir et nous avons hâte de voir le projet de The Line terminé.»

Une autre jeune guide, Ghalya Faisal Alsahhaf, nous déclare: «Mon travail ici consiste à donner des explications sur la flore unique et rare de Neom qui sera plantée dans The Line. L'expérience est vraiment unique en son genre, car j’ai la possibilité de donner aux gens les informations qu’ils attendent sur la végétation.»

«La réaction des visiteurs lorsqu'ils découvrent les différents types de flore est incroyable. De plus, je rencontre des personnes de cultures et d'horizons différents et j'interagis avec eux; c’est très agréable de discuter avec eux. L'enthousiasme des visiteurs est indescriptible.»

Abdelaziz Salmin affirme pour sa part: «Bien que je sois ici en tant que guide touristique, je suis très fier de faire partie de Neom et de travailler sur ce projet.»

«Je travaille dans les sections 1 et 2; je suis chargé d’expliquer aux gens ce qu'est The Line. L’émotion et l'intérêt montrés par le public vont de pair avec mon enthousiasme. J'attends avec impatience de voir comment la ville va se transformer, surtout après en avoir appris autant à travers cette exposition», ajoute M. Salmin.

Outre les guides touristiques, les responsables de Neom sont également présents à l'exposition pour renseigner ceux qui recherchent des réponses approfondies.

L'exposition de Djeddah ouvre ses portes de 10h à 23h jusqu'au 14 août, avant de se déplacer dans la province de l'Est et de s’installer ensuite à Riyad.

«J'ai entendu parler du projet pour la première fois sur les réseaux sociaux et j'étais vraiment enthousiaste à l’idée de découvrir le concept révolutionnaire de The Line. Je suis tellement enthousiaste de voir cela en réalité!», nous confie Mohammed Ali, l’un des visiteurs.

«En plus, nous comprenons mieux le projet avec l'aide des guides touristiques. C'est vrai qu'ils peuvent emmener les visiteurs dans un tout autre voyage», observe-t-il.

Un autre visiteur, Raïs Ali, raconte: «Le guide a rendu cette visite des plus agréables en répondant à mes questions et en fournissant différentes informations de manière claire et simple.»

«Le projet possède vraiment un aspect futuriste et prometteur. Après la visite guidée, j'avais beaucoup de questions techniques en tête, mais je suis certain qu'elles trouveront une réponse dans les jours qui viennent. Idéalement, j'aimerais emménager dans cet endroit de rêve.»

Saïd H., émerveillé par le concept de The Line présenté à l'exposition, est ravi de voir à quoi ressemblera la ville une fois achevée.

«C'est sans aucun doute une excellente idée de disposer d’un guide qui donne des détails captivants. J'ai été surpris d'apprendre que le stade de football de la ville sera intégré de manière à ce que la ville elle-même se tourne vers le stade et en devienne le lieu de rencontre. Toutes ces précisions sont tellement époustouflantes que les visiteurs ont été émerveillés par cet univers de rêve. Nous avons hâte de le voir prendre vie!», s’exclame Saïd, enthousiaste.

Divisée en différentes sections, l'exposition expose les plans de vie urbaine mis en œuvre dans la ville. The Line suit une approche axée sur l'humain; la santé et le bien-être sont mis en avant par rapport aux transports et à l’infrastructure.

Des billets gratuits peuvent être réservés grâce à l'application Hala Yalla, dédiée à ces événements.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: 5 tentatives d'immigration déjouées, 82 migrants interceptés

Le week-end passé, les autorités maritimes avaient annoncé avoir porté secours ou intercepté plus de 280 migrants, dont 170 Sub-Sahariens, qui tentaient de quitter la côte est du territoire tunisien. (Photo, AFP)
Le week-end passé, les autorités maritimes avaient annoncé avoir porté secours ou intercepté plus de 280 migrants, dont 170 Sub-Sahariens, qui tentaient de quitter la côte est du territoire tunisien. (Photo, AFP)
Short Url
  • Quatre opérations de « sauvetage» ont eu lieu en mer concernant 76 passagers, et une autre à terre dans les zones de Gabès et Sfax portant sur «l'interception de 6 personnes»
  • L'Italie, dont certaines côtes sont à seulement 200 km du littoral tunisien, est l'un des principaux points d'entrée en Europe pour les migrants en provenance d'Afrique du Nord

TUNIS : Les autorités maritimes tunisiennes ont déjoué cinq nouvelles tentatives d'immigration clandestine et intercepté ou porté secours à 82 personnes dans la nuit de jeudi à vendredi, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

"Dans le cadre de la lutte contre l'immigration irrégulière, des unités de la garde nationale du nord, du centre, du sud et du littoral ont déjoué" des départs de migrants et "secouru" ou "intercepté" au total 82 personnes, selon un communiqué officiel.

Quatre opérations de "sauvetage" ont eu lieu en mer concernant 76 passagers, et une autre à terre dans les zones de Gabès et Sfax portant sur "l'interception de 6 personnes". Le ministère n'a pas précisé l'état des embarcations ni la nationalité des migrants.

Une somme d'argent en monnaies tunisienne et étrangère, d'un montant non précisé, a également été saisie.

Les médias tunisiens avaient fait état d'un naufrage mardi devant les côtes de l'archipel de Kerkennah (centre-est), dans lequel 8 personnes, tous des Tunisiens -trois femmes, quatre enfants et un homme-, avaient péri. Les autorités avaient réussi à sauver 20 personnes.

Le week-end passé, les autorités maritimes avaient annoncé avoir porté secours ou intercepté plus de 280 migrants, dont 170 Sub-Sahariens, qui tentaient de quitter la côte est du territoire tunisien.

L'un des bateaux transportant 22 migrants, tous Tunisiens, dont 9 enfants et 3 femmes, dérivait dangereusement à 80 km de l'île de Kuriat, en face de Monastir (centre-est).

Au printemps et en été, à la faveur d'une météo plus clémente, les tentatives d'émigration clandestine de Tunisiens et de pays d'Afrique sub-saharienne vers l'Europe tendent à augmenter.

L'Italie, dont certaines côtes sont à seulement 200 km du littoral tunisien, est l'un des principaux points d'entrée en Europe pour les migrants en provenance d'Afrique du Nord.

Ils proviennent principalement de Tunisie et de Libye, deux pays voisins d'où les départs ont recommencé à croître ces deux dernières années, après un ralentissement pendant l'épidémie de Covid.

La Tunisie traverse une grave crise politico-économique et compte désormais 4 millions de pauvres. La Libye est en proie au chaos depuis 2011 avec des milices qui gèrent le trafic juteux des migrants sub-sahariens.

Entre le 1er janvier et le 22 juillet 2022, 34 000 personnes sont arrivées par la mer en Italie, contre 25 500 sur la même période de 2021, et 10 900 en 2020, selon le ministère de l'Intérieur italien.


Syrie: des obus israéliens font deux blessés

Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes en territoire syrien, ciblant des positions des soldats du régime syrien comme des forces iraniennes et du Hezbollah libanais. (Photo, AFP)
Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes en territoire syrien, ciblant des positions des soldats du régime syrien comme des forces iraniennes et du Hezbollah libanais. (Photo, AFP)
Short Url
  • « Deux civils ont été blessés lorsqu'un char des forces de l'occupation israélienne a tiré deux obus près du village de Hamidiya», rapporte Sana
  • Israël n'a pas jusqu'ici réagi officiellement

DAMAS : Deux civils ont été blessés vendredi dans des tirs d'obus israéliens sur la province de Quneitra, dans le sud de la Syrie près du plateau du Golan occupé, indique l'agence officielle Sana.

"Deux civils ont été blessés lorsqu'un char des forces de l'occupation israélienne a tiré deux obus près du village de Hamidiya", rapporte Sana.

Israël n'a pas jusqu'ici réagi officiellement. Un porte-parole de l'armée israélienne a dit à l'AFP refuser de "commenter les informations de médias étrangers".

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a confirmé l'attaque, précisant que les deux victimes --dont il n'a pu préciser l'identité-- se trouvaient dans une zone bordant le plateau du Golan occupé par l'Etat hébreu depuis 1967.

Selon l'OSDH, qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie, des groupes liés au Hezbollah libanais --grand allié de Damas et ennemi juré d'Israël-- sont actifs dans la zone.

L'armée syrienne a repris le contrôle de de Quneitra à l'été 2018.

Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes en territoire syrien, ciblant des positions des soldats du régime syrien comme des forces iraniennes et du Hezbollah libanais.