Frankly Speaking : Le vice-ministre saoudien du Hajj présente l'organisation du pèlerinage 2022

Dans l'émission "Frankly Speaking", Hisham Saeed, porte-parole officiel des services saoudiens du Hajj et de la Omra, a présenté les préparatifs pour accueillir les pèlerins du premier Hajj depuis le début de la pandémie de COVID-19 (Photo AN)
Dans l'émission "Frankly Speaking", Hisham Saeed, porte-parole officiel des services saoudiens du Hajj et de la Omra, a présenté les préparatifs pour accueillir les pèlerins du premier Hajj depuis le début de la pandémie de COVID-19 (Photo AN)
Short Url
Publié le Lundi 04 juillet 2022

Frankly Speaking : Le vice-ministre saoudien du Hajj présente l'organisation du pèlerinage 2022

  • Les préparatifs comprennent un nouveau système de réservation en ligne pour les pèlerins, des préparatifs en matière de soins de santé et de préparation aux urgences
  • Le vice-ministre et porte-parole officiel des services du Hajj et de la Omra a donné ces explications lors de son apparition dans l'émission Frankly Speaking

RIYADH : L'Arabie saoudite a pris toutes les dispositions nécessaires pour assurer le bon déroulement du Hajj pour les personnes qui effectueront le pèlerinage cette semaine, tout en tenant compte de leur sécurité et de leur santé, selon Hisham Saeed, vice-ministre et porte-parole officiel des services du Hajj et de la Omra.

Parmi les principales dispositions prises, citons un nouveau système de réservation en ligne pour les pèlerins, les préparatifs sanitaires pour la saison du Hajj dans un contexte de pandémie persistante de COVID-19, et la préparation aux situations d'urgence.

Les dispositions élaborées prises par l'Arabie saoudite pour accueillir les pèlerins à l'occasion du premier Hajj, deux ans depuis l'apparition de la pandémie, ont été détaillées par Saeed lors d'une interview avec Katie Jensen, présentatrice de «Frankly Speaking», le talk-show d'Arab News dans lequel interviennent des décideurs politiques et des chefs d'entreprise de premier plan.

Le secteur des services du Hajj et de la Omra de la Vision 2030, le programme de réforme annoncé par le prince héritier Mohammed ben Salmane en 2016, a trois objectifs principaux, selon Saeed.

«Le premier objectif est de faciliter et d'alléger tous les processus permettant aux pèlerins et aux mutamirs d'accomplir le Hajj et la Omra au Royaume d'Arabie saoudite. Le deuxième objectif est d'élever le niveau de qualité du service et de s'assurer que nous fournissons le niveau de service le plus élevé et le plus affiné», a-t-il déclaré.

Le troisième objectif «est d'enrichir leur voyage spirituel et de leur laisser de beaux souvenirs de leur séjour en Arabie saoudite».

Pour des centaines de milliers de musulmans du monde entier qui s'apprêtent à effectuer leur pèlerinage dans la ville sainte de La Mecque, il s'agit du voyage de leur vie. Il y a quelques semaines à peine, le ministère saoudien du Hajj a mis en place un système de réservation en ligne, intitulé Motawif, pour les pèlerins de Grande-Bretagne, des États-Unis, d'Australie et d'Europe.

«Avant (l'introduction de) Motawif, le seul moyen pour les pélerins éligibles au Hajj était de se rendre dans l'une des agences d’un pays étranger et d'effectuer toutes les procédures manuellement», a déclaré Saeed.

«Nous avons lancé cette plateforme le 9 juin. Nous avons une campagne complète, une campagne de sensibilisation sur la façon d'utiliser cette plateforme. Nous avons un centre d'appel 24h/24 et 7j/7 pour répondre à toutes les questions de ces clients ou pèlerins.

«Il reste beaucoup de temps pour que le demandeur puisse s'inscrire et voir tous les différents forfaits qui lui sont proposés et faire son choix personnel du forfait qui lui convient.»

Saeed explique qu'il existe trois forfaits - argent, or et platine - que les pèlerins peuvent choisir en fonction de leurs propres préférences. Les forfaits commencent à partir de 6 000 £ (27 253 SR), ce qui, a-t-il ajouté, est de 40 % moins cher que ceux proposés par les agences de voyage traditionnelles.

Les forfaits de base comprennent l'hébergement à l'hôtel, le transport à l'intérieur du Royaume, la nourriture et les boissons, ainsi que des agents de services au sol chargés d'assister et de suivre les pèlerins à leur arrivée.

Les forfaits les plus chers, qui atteignent 9 000 £, comprennent des hôtels cinq étoiles, un hébergement plus proche de la Sainte Mosquée de La Mecque ou de la Sainte Mosquée de Médine, un séjour plus long dans le Royaume, des repas de première classe et un transport en bus VIP.

Toutefois, le système a déjà fait l'objet de plaintes. Des candidats ont déclaré que le site était défectueux, ce qui rendait difficile la réservation de leur pèlerinage. Certains pèlerins sont même restés bloqués dans les aéroports et n'ont pas pu participer au Hajj après avoir dépensé toutes leurs économies pour cette expérience religieuse extrême.

Le porte-parole du ministère du Hajj discute du nouveau système de réservation en ligne pour les pèlerins, Motwatif, avec Frankly Speaking. (Photo AN)
Le porte-parole du ministère du Hajj discute du nouveau système de réservation en ligne pour les pèlerins, Motwatif, avec Frankly Speaking. (Photo AN)

Des milliers de pèlerins ont pris la parole sur les médias sociaux pour se plaindre de l’échec d’un voyage qu'ils avaient attendu des années.

«Nous sommes très tristes d'entendre cela, mais cela n’a affecté qu’un nombre très limité de personnes, soit environ deux pour cent du trafic total», a déclaré Saeed.

Selon lui, certaines personnes ont tardé à payer leurs services, ce qui a entraîné des retards, d'autres n'ont pas soumis les documents requis, et d'autres encore ont choisi par erreur des forfaits qui ne comprenaient pas de billets d'avion.

Certains critiques ont affirmé que la plateforme aurait dû être reportée jusqu'au Hajj de l'année prochaine, mais Saeed n'est pas d'accord. «La plateforme est très, très facile à utiliser, et nous avons des campagnes de sensibilisation et un contact direct avec les clients», a-t-il déclaré.

Selon M. Saeed, le moment était idéal pour lancer la plateforme, car celle-ci permet de s'assurer que les pèlerins n'ont pas atteint la limite d'âge de 65 ans pour le Hajj et qu'ils ont la preuve de leurs vaccins COVID-19 et d'un test PCR négatif effectué dans les 72 heures suivant leur arrivée au Royaume.

Avec toutes ces nouvelles exigences, «comment le faire manuellement ?» a-t-il lancé.

«Nous ne voulons pas blâmer les pèlerins, car il s'agit d'une nouvelle plateforme. Il y a (inévitablement) quelques défis lorsque vous lancez toute nouvelle plateforme et tout nouveau système électronique. Mais notre rôle ici est de les aider et de leur faciliter le processus.»

Pour les pèlerins qui ont payé leur forfait à l'avance mais n'ont pas reçu de permis pour participer au Hajj, Motawif a une solution. Les pèlerins éligibles qui ont payé par le biais de la plateforme peuvent suivre un processus d'annulation et recevoir des remboursements.

Il a ajouté : «Je vous assure que tous ces problèmes ou difficultés auxquels sont confrontés ces pèlerins, Motawif y fera face, et nous nous en occupons actuellement.»

Malgré les écueils du système de réservation en ligne, le Hajj de cette année devrait être l'une des plus grandes entreprises de l'Arabie saoudite en deux ans.

Le Royaume a récemment levé un grand nombre de ses restrictions liées au COVID-19, notamment le port de masques en public dans la plupart des régions.

Le secteur des services du Hajj et de la Omra de la Vision 2030, le programme de réforme annoncé par le prince héritier Mohammed bin Salman en 2016, a trois objectifs principaux, selon Saeed. (Photo AN)
Le secteur des services du Hajj et de la Omra de la Vision 2030, le programme de réforme annoncé par le prince héritier Mohammed bin Salman en 2016, a trois objectifs principaux, selon Saeed. (Photo AN)

Les saisons du Hajj 2020 et 2021 ont été limitées à seulement 10 000 et 60 000 pèlerins respectivement en raison de ces restrictions, et 2022 sera la première fois en deux ans où un bien plus grand nombre de personnes seront autorisées à entrer dans le Royaume pour le Hajj.

«Nous avons décidé d'accueillir 1 million de pèlerins venant de l'étranger comme de l'intérieur du Royaume d'Arabie saoudite. Quatre-vingt-cinq pour cent du million, soit 850 000 personnes, seront réservés aux pèlerins (venant) du monde entier. En plus des 150 000 pèlerins de l'intérieur du Royaume d'Arabie saoudite, répartis entre citoyens et résidents en Arabie saoudite.

«Cette année, nous avons décidé d'aller jusqu'à un million de personnes, car la pandémie existe toujours, elle n'est pas encore terminée, et nous n'avons pas la pleine capacité pour cette année.»

M. Saeed a expliqué comment les nouvelles technologies allaient simplifier l'expérience du Hajj pour les pèlerins. Les applications mobiles leur donneront un identifiant intelligent, leur permettant d'accéder aux services et permettant au ministère du Hajj de les contacter par SMS. Les pèlerins pourront également utiliser les applications pour contacter les travailleurs s'ils se perdent ou s'ils ont besoin d'une autre forme d’assistance dans les lieux saints.

Avec les restrictions anti COVID-19 encore fraîches dans l'esprit des Saoudiens et des pèlerins, certains s'inquiètent de l'émergence du virus de la variole du singe qui pourrait menacer sécurité et santé au cours du pèlerinage. D'autres se souviennent des écrasements et des bousculades qui ont entraîné la mort tragique de pèlerins lors des saisons passées du Hajj.

Dans ce contexte, M. Saeed a déclaré que certaines restrictions sont toujours en place, comme le port obligatoire de masques faciaux dans les lieux saints de Muzdalifah, Mina et Arafat.

Le ministère du Hajj a également mis sur pied une équipe médicale de plus de 30 000 médecins et infirmiers, et 185 hôpitaux du Royaume peuvent accueillir les pèlerins qui tomberaient malades, a-t-il précisé.

«Nous sommes prêts à gérer n'importe quel cas, n'importe quel scénario. Nous avons fait des répétitions et nous nous sommes entraînés», a déclaré M. Saeed, se voulant rassurant.

«Au cas où, à Dieu ne plaise, nous serions confrontés à une quelconque urgence, nous avons le plan d'urgence pour y faire face».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Cabinet saoudien appelle la communauté internationale à mettre fin aux attaques d’Israël contre les Palestiniens

Le roi Salmane d’Arabie saoudite (SPA)
Le roi Salmane d’Arabie saoudite (SPA)
Short Url

Riyad : Le Conseil des ministres d’Arabie saoudite, présidé par le roi Salmane, appelle la communauté internationale à mettre fin aux attaques répétées d’Israël contre les Palestiniens, a rapporté mardi l’Agence de presse officielle saoudienne.

 

À suivre…

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Un an de régime taliban en Afghanistan

Cette photo prise le 25 juillet 2022 montre des filles étudiant dans une école dans un lieu tenu secret en Afghanistan. (AFP).
Cette photo prise le 25 juillet 2022 montre des filles étudiant dans une école dans un lieu tenu secret en Afghanistan. (AFP).
Short Url
  • Les talibans, en dépit de leur promesse initiale d'un régime plus souple que lors de leur passage au pouvoir entre 1996 et 2001, imposent aux femmes des restrictions drastiques
  • Les interdictions pleuvent: musique non-religieuse, représentation de visages humains sur des publicités, diffusion à la télé de films ou séries montrant des femmes non voilées sont bannies

KABOUL : Recul des droits humains, en particulier ceux des femmes, effondrement économique et attentats: un an depuis le retour au pouvoir des talibans en Afghanistan en quelques moments clés.

Talibans à Kaboul

Le 15 août 2021, les talibans investissent le palais présidentiel de Kaboul à l'issue d'une offensive fulgurante entamée en mai à la faveur du début du retrait d'Afghanistan des forces américaines et de l'Otan.

Le président afghan Ashraf Ghani, en fuite à l'étranger, admet que "les talibans ont gagné".

Washington gèle près de 9,5 milliards de dollars de la Banque centrale afghane et la Banque mondiale suspend ses aides à l'Afghanistan, dont 60% de la population dépend de l'aide internationale.

Evacuation chaotique

L'effondrement de l'armée et du gouvernement afghan précipite les opérations de retrait des militaires américains et de leurs alliés civils afghans, marquées le 26 août par un attentat revendiqué par le groupe Etat islamique à l'aéroport de Kaboul, qui fait plus de 100 morts.

Le 30 août, l'armée américaine quitte l'Afghanistan, mettant fin à deux décennies de présence dans le pays.

Gouvernement

Les 7 et 8 septembre, est nommé un gouvernement, largement trusté par des responsables historiques du mouvement dans les années 1990 et qui ne comprend aucune femme ministre.

Les Occidentaux déplorent un gouvernement ni "inclusif", ni "représentatif" de la diversité ethnique et religieuse du pays, comme le nouveau régime s'y était engagé, et font du respect des droits humains, particulièrement pour les femmes, un prérequis dans les négociations sur l'aide et la reconnaissance du régime islamiste.

Liberté des femmes restreinte

Les talibans, en dépit de leur promesse initiale d'un régime plus souple que lors de leur passage au pouvoir entre 1996 et 2001, imposent aux femmes des restrictions drastiques.

Le 23 mars 2022, ils font refermer aux filles les lycées et collèges, quelques heures à peine après leur réouverture pourtant annoncée de longue date.

Début mai, le chef suprême des talibans ordonne aux femmes de porter un voile intégral en public, de préférence la burqa.

Les femmes se voient aussi exclues de nombreux emplois publics et interdites de voyager seules en dehors de leur ville.

Autres droits humains amputés

Le 17 mai, le régime annonce la dissolution de la Commission des droits de l'Homme (AIHRC), un organisme qui surveillait notamment les violences commises contre la population. La Commission électorale et le Haut conseil national pour la réconciliation, chargé de promouvoir la paix dans le pays, ont subi le même sort.

Les interdictions pleuvent: musique non-religieuse, représentation de visages humains sur des publicités, diffusion à la télé de films ou séries montrant des femmes non voilées sont bannies. Les fondamentalistes demandent aux hommes de porter le vêtement traditionnel et de laisser pousser leur barbe.

Crise humanitaire et économique

L'Afghanistan, privé de l'aide internationale qui portait le pays à bout de bras, plonge dans une grave crise financière et humanitaire et voit son chômage exploser. Selon l'ONU, plus de la moitié de la population, soit environ 24 millions d'Afghans, sont menacés d'insécurité alimentaire.

Le 31 mars, l'ONU saisit la communauté internationale du plus grand appel de fonds jamais lancé pour un seul pays. L'initiative ne mobilise que 2,44 milliards de dollars, loin des 4,4 milliards espérés.

Des négociations sont en cours entre Washington et les talibans sur le déblocage de fonds après un tremblement de terre ayant fait plus de 1 000 morts et des milliers de sans-abri fin juin, dans l'est du pays.

Attentats de l'EI

En octobre 2021, un attentat contre la communauté chiite, persécutée de longue date dans ce pays à majorité sunnite, fait 60 morts, le plus meurtrier depuis le départ des troupes américaines.

L'attaque est revendiquée par l'Etat islamique au Khorasan (EI-K), la branche régionale de l'EI contre laquelle les talibans mènent depuis des années une lutte sans pitié.

Au printemps 2022, des dizaines de personnes sont tuées dans une série d'attaques à la bombe, dont la plupart est revendiquée par l'EI-K.

Les talibans assurent avoir vaincu l'EI-K, mais les analystes estiment que le groupe extrémiste constitue toujours le principal défi sécuritaire pour le nouveau pouvoir afghan.

Le chef d'Al-Qaïda tué par un drone américain

Dans la soirée du 1er août, le président américain Joe Biden annonce que les Etats-Unis ont tué dans une frappe de drone à Kaboul le chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri, recherché depuis des années par les services secrets américains.

Zawahiri, successeur d'Oussama Ben Laden à la tête de la nébuleuse djihadiste, était considéré comme un des cerveaux des attentats du 11 septembre 2001, qui avaient fait près de 3 000 morts aux Etats-Unis.

Les talibans condamnent l'attaque mais ne confirment pas la mort de Zawahiri, ni même sa venue ou sa présence à Kaboul.


Le président égyptien et le Premier ministre israélien s’entretiennent après la trêve de Gaza

La trêve a mis fin aux pires combats à Gaza depuis la guerre de onze jours de l’année dernière. (Photo, AFP)
La trêve a mis fin aux pires combats à Gaza depuis la guerre de onze jours de l’année dernière. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les combats de la semaine dernière ont fait au moins quarante-quatre morts parmi les Palestiniens, dont quinze enfants
  • Au cours de leur entretien téléphonique, M. Al-Sissi a déclaré qu’il était crucial de profiter du calme actuel et de prendre des mesures immédiates pour améliorer les conditions de vie à Gaza

LE CAIRE: Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, et le Premier ministre israélien, Yaïr Lapid, se sont entretenus à la suite de la conclusion, dimanche soir au Caire, d’une trêve entre Israël et le Djihad islamique dans la bande de Gaza. Les combats de la semaine dernière ont fait au moins quarante-quatre morts parmi les Palestiniens, dont quinze enfants.

Au cours de leur entretien téléphonique, M. Al-Sissi a déclaré qu’il était crucial de profiter du calme actuel et de prendre des mesures immédiates pour améliorer les conditions de vie à Gaza ainsi que soutenir le président palestinien, Mahmoud Abbas.

Quant à M. Lapid, il a réaffirmé le rôle de l’Égypte en tant que pierre angulaire de la paix au Moyen-Orient, remerciant le pays pour sa médiation efficace au cours des derniers jours.

Dans un communiqué, il précise que le président égyptien et lui ont «discuté de la nécessité de promouvoir, de développer la normalisation entre Israël et les pays de la région». Ils ont en outre rappelé «l’importance du dialogue pour parvenir à la stabilité dans la région».

Ils ont également évoqué «des questions humanitaires importantes pour les deux pays ainsi que la poursuite de la coopération économique entre eux».

La trêve a mis fin aux pires combats à Gaza depuis la guerre de onze jours de l’année dernière. Israël a commencé ses opérations en assassinant un dirigeant du Djihad islamique vendredi et a tué un autre de ses dirigeants samedi.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com