Avec Barbara dans la peau, Stéphane Rolland émeut avec ses robes haute couture

Le mannequin espagnol Nieves Alvarez présente une création pour Stéphane Rolland (Photo, AFP).
Le mannequin espagnol Nieves Alvarez présente une création pour Stéphane Rolland (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 06 juillet 2022

Avec Barbara dans la peau, Stéphane Rolland émeut avec ses robes haute couture

  • Le podium est noir et blanc comme des touches de piano, où des robes rouge coquelicot font irruption
  • La mannequin fétiche de Stéphane Rolland, l'Espagnole Nieves Alvarez donne le «la» en ouvrant le défilé

PARIS: Et le rideau s'ouvre... sur la salle : c'est au théâtre du Châtelet, où Barbara a donné son dernier concert, que le couturier Stéphane Rolland a organisé mardi son émouvant défilé haute couture dédié à la chanteuse.

Le podium est noir et blanc comme des touches de piano, où des robes rouge coquelicot font irruption telle la lumière de la scène.

Dans une courte vidéo précédant le défilé, la chanteuse raconte ce qu'elle ressent avant que le rideau s'ouvre, répète une des chansons...

Valérie Lemercier, qui connaissait Barbara et a porté une robe de Stéphane Rolland pour recevoir son César de meilleure actrice pour le film "Aline" cette année, compare dans une brève allocution le perfectionnisme de l'une et de l'autre.

"Depuis que je suis enfant, j'aime Barbara, une artiste exceptionnelle. Elle est envoûtante, passionnante, comme personnage. Inconsciemment, elle fait partie de mes références quand je dessine", a déclaré à l'AFP le créateur.

Icône de la mode, la chanteuse décédée il y a 25 ans avait un style très reconnaissable mais, dans ce défilé, l'idée du couturier n'est pas de faire du "copié-collé". Il veut raconter son tempérament entre la finesse et le côté "animal, sauvage et instinctif".

Des robes «qui abritent»

C'est surtout l'émotion d'un artiste, dans le noir, avant de s'exposer au jugement de la salle qui traverse le show.

"Je voulais faire vivre l'expérience aux invités, au même endroit qu'était Barbara".

La mannequin fétiche de Stéphane Rolland, l'Espagnole Nieves Alvarez, en combinaison courte et cuissardes cachées sous un grand manteau noir, donne le "la" en ouvrant le défilé.

C'est aussi elle qui le clôture en robe rouge - tout volume, tout flamme -, avant que le rideau ne s'ouvre sur la salle vide du théâtre, faisant découvrir aux spectateurs que le cube noir où ils ont assisté au défilé était en fait la scène.

"Cette mise en scène est sublime comme ces trois couleurs", dont "le rouge qui peut être terrible et, là, c'est le plus beau des rouges parce qu'il est un peu orange", déclare à l'AFP Valérie Lemercier, habillée en haut et large pantalon à paillettes noirs, dans les coulisses du défilé.

En tournage d'un film où elle n'est "pas du tout glamour", elle s'est libérée pour le défilé afin de rendre hommage à Barbara, au théâtre du Châtelet -- où s'est déjà produite-- et à Stéphane Rolland, qui lui a "porté chance" avec la robe en velours noir aux grosses manches qu'il avait faite pour elle pour les Césars.

Danseuse et femme «tribale»

Sur le podium, les robes asymétriques aux impressionnants volumes côtoient les pièces épurées d'apparence toute simple comme la combinaison noire en velours.

"Je veux des plis qu'on ne peut pas faire dans du velours. Il y a plusieurs couches d'organza à l'intérieur", décrit Stéphane Rolland.

"La haute couture, c'est aussi la pureté, la technique, toutes les finitions intérieures, le montage... Tout ce est caché est encore plus précieux de tout ce qui est montré", ajoute-t-il.

Le mouvement des traines rend hommage au langage corporel de Barbara. Le chorégraphe Maurice "Béjart disait que c'était sa meilleure danseuse, alors qu'à la base, elle n'est pas danseuse", dit le couturier.

Une partie de la collection est inspirée de l'Afrique avec des "scarifications" reproduites sur des robes, des enfilades de bracelets qui sont sculptés dans la mousse et gainés en jersey, des colliers massaï...

"Chanteuse française iconique et femme tribale, les deux vont bien ensemble chez Barbara. Je voulais prendre l'essence, la décliner et aller même parfois ailleurs", conclut Stéphane Rolland.


Décès du créateur de mode japonais Issey Miyake à 84 ans

Cette photo prise le 26 mars 2007 montre le célèbre créateur de mode japonais Issey Miyake (à droite) discutant avec la reine Silvia de Suède au musée du design nouvellement ouvert "21-21 Design Sight" dans le centre commercial de Tokyo Midtown. (AFP).
Cette photo prise le 26 mars 2007 montre le célèbre créateur de mode japonais Issey Miyake (à droite) discutant avec la reine Silvia de Suède au musée du design nouvellement ouvert "21-21 Design Sight" dans le centre commercial de Tokyo Midtown. (AFP).
Short Url
  • Issey Miyake a été l'un des premiers créateurs de mode japonais à s'imposer dans la capitale française après avoir travaillé pour Guy Laroche et Givenchy
  • Salué comme «un grand créateur» par la fédération française de la mode, il s'était installé en 1965 à Paris, nouant un lien particulièrement fort avec la France et s'imposant mondialement comme un inventeur et un artiste

TOKYO : Le créateur de mode japonais Issey Miyake, dont la carrière s'est étendue sur plus d'un demi-siècle, est décédé à l'âge de 84 ans.

Salué comme "un grand créateur" par la fédération française de la mode, il s'était installé en 1965 à Paris, nouant un lien particulièrement fort avec la France et s'imposant mondialement comme un inventeur et un artiste.

"Il est mort dans la soirée du 5 août", a annoncé mardi à l'AFP, par téléphone, une employée de son bureau à Tokyo, ajoutant que les obsèques d'Issey Miyake avaient déjà eu lieu en présence "uniquement de proches", conformément à ses souhaits. Il n'est pas prévu de cérémonie publique, a précisé cette source.

La chaîne de télévision publique japonaise NHK a également annoncé la mort du grand créateur de mode.

Né le 22 avril 1938 à Hiroshima, dans l'ouest du Japon, Issey Miyake avait sept ans le 6 août 1945 quand les Etats-Unis ont largué la première bombe atomique de l'Histoire sur sa ville natale, faisant 140 000 morts et traumatisant à vie les rescapés. Il avait survécu, mais sa mère était morte trois ans plus tard des suites des radiations.

A peine diplômé de l'université des beaux-arts de Tama à Tokyo, il s'était installé à Paris en 1965 et avait étudié à l'école de la Chambre syndicale de la Couture parisienne.

Issey Miyake a été l'un des premiers créateurs de mode japonais à s'imposer dans la capitale française après avoir travaillé pour Guy Laroche et Givenchy.

En France, la Fédération de la Haute Couture et de la Mode lui a rendu hommage mardi, rappelant qu'il a été le premier créateur non-Français à participer à la Fashion week parisienne dès avril 1974.

«Un grand innovateur»

"Issey Miyake était un grand créateur de mode. Il a su réunir les cultures et a contribué, avec un engagement sans faille, au rayonnement de la Paris Fashion Week dès son origine", a souligné le président de la Fédération Bruno Pavlovsky.

Le président exécutif de la Fédération, Pascal Morand, a salué "un grand innovateur qui a marqué son temps en mariant les techniques les plus nouvelles aux savoir-faire traditionnels."

A partir des années 1980, Issey Miyake avait fait rayonner son style à travers le monde en utilisant des matériaux jamais vus dans la mode jusqu'alors (fil de fer, papier artisanal japonais, crin...). Il était connu notamment pour avoir confectionné des habits d'une seule pièce et pour sa technique du plissé.

"Son style graphique et ses plissés avaient révolutionné le monde de la haute couture", a souligné l'ambassade de France à Tokyo, exprimant sa "tristesse" et rappelant que le créateur avait notamment reçu en 2016 les insignes de Commandeur dans l'Ordre national de la Légion d'honneur, l'une des plus hautes distinctions françaises.

En juin dernier, un défilé spectacle de sa marque avait été mis en scène à Paris par Rachid Ouramdane, directeur du Théâtre national de Chaillot, rassemblant mannequins, performeurs et un collectif d'acrobates.

Balenciaga propose à la vente un sac poubelle à 1 751  euros
Par Arab News en français -
Spécial
La destination Algérie en mode 2.0
Par Hakima Bedouani -

Une artiste saoudienne transforme sa passion pour l’agriculture en création artistique

Al-Obaid propose à travers son projet une fusion de l'art et de l'agriculture. (Photo/Hadeel Al-Obaid)
Al-Obaid propose à travers son projet une fusion de l'art et de l'agriculture. (Photo/Hadeel Al-Obaid)
Short Url
  • Al-Obaid fabrique ces sacs à plantes peints à la main en cousant les sacs en fonction de la taille du pot, puis elle sélectionne un dessin à appliquer sur le tissu, généralement fleuri
  • Durant la pandémie de la Covid-19, Al-Obaid a eu le temps de mettre en pratique des styles de peinture inspirés de l'art coréen et japonais

DJEDDAH: Hadeel Al-Obaid, une artiste saoudienne de la province de l'Est, ayant plus de vingt ans d'expérience dans l'agriculture, s’est lancée dans l’inconnu lorsqu'elle a transformé le passe-temps de son enfance en une idée commerciale unique.

Proposant des cache-pots en tissu peints à la main, Al-Obaid a été assez créative pour mélanger art, agriculture et cadeaux.

Elle a confié à Arab News: «J'ai hérité de l'amour de l'agriculture de mon père qui nous a quittés – il m'a appris un tas de techniques de jardinage depuis que j’avais 13 ans. Au début, je partageais sur les réseaux sociaux des astuces pour prendre soin des plantes, ainsi que quelques-unes de mes peintures.»

image 4
Al-Obaid propose à travers son projet une fusion de l'art et de l'agriculture. (Photo/Hadeel Al-Obaid)

Al-Obaid a acquis une connaissance approfondie des plantes. «J'ai une bonne relation avec mes plantes, et je veux que tout le monde profite de mon expérience. Je suis heureuse que mon entreprise reliée à l'art soit également reliée à l'agriculture», a-t-elle affirmé.

Durant la pandémie de la Covid-19, Al-Obaid a eu le temps de mettre en pratique des styles de peinture inspirés de l'art coréen et japonais, ainsi que de son jardin intérieur et de ses fleurs. C'est à ce moment-là qu’a germé l'idée de son projet, «Lavander touches» («touches de lavande»).

 


Beyonce au sommet des ventes aux Etats-Unis, une première depuis près de 15 ans

Après la sortie de son album très attendu "Renaissance", Beyonce s'est hissée à la première place du classement des meilleures chansons américaines pour la première fois depuis plus de dix ans. (AFP).
Après la sortie de son album très attendu "Renaissance", Beyonce s'est hissée à la première place du classement des meilleures chansons américaines pour la première fois depuis plus de dix ans. (AFP).
Short Url
  • Événement musical de l'été, Beyonce a sorti son septième album solo six ans après «Lemonade», devenu un classique
  • Le disque «Renaissance» sorti le 29 juillet est aussi en tête du palmarès Billboard pour les albums. Deuxième meilleur résultat de l'année, derrière Harry Styles et son «Harry's House»

NEW YORK : La superstar américaine Beyonce s'est propulsée au sommet des ventes aux Etats-Unis avec un titre tiré de l'album "Renaissance", une première pour l'artiste depuis près de 15 ans.

C'est son single "Break My Soul" qui s'est hissé lundi tout en haut du palmarès Billboard Hot 100. Le titre "Single Ladies" avait fait aussi bien fin 2008.

Le disque "Renaissance" sorti le 29 juillet est aussi en tête du palmarès Billboard pour les albums. Deuxième meilleur résultat de l'année, derrière Harry Styles et son "Harry's House".

Ce nouveau triomphe de l'artiste de bientôt 41 ans a été légèrement terni par une polémique la semaine dernière sur les réseaux sociaux: Beyonce va devoir réenregistrer le titre "Heated" après des critiques sur un mot d'argot considéré comme une insulte à l'égard de personnes souffrant de handicaps moteurs.

La "reine" Beyonce y chante "Spazzin' on that ass, spazz on that ass".

Le terme "spaz" en anglais, dérivé de l'adjectif "spastic" ("spastique"), peut être utilisé pour se moquer de personnes souffrant d'une infirmité motrice cérébrale et peut être associé au sens large aux termes "crétin", "dérangé" ou encore "empoté". Aux Etats-Unis, le mot "spaz" est peu fréquent et semble plutôt qualifier une personne jugée "hors de contrôle" ou qui agit de manière "erratique".

Événement musical de l'été, Beyonce a sorti son septième album solo six ans après "Lemonade", devenu un classique. Les fans (270 millions d'abonnés sur Instagram) ont retrouvé leur "Queen B" en pleine "Renaissance", dans cet album de 16 morceaux destinés à un monde qui recommence à faire la fête après la pandémie.