Hajj 2022: Ce que réservent les prochains jours aux pélerins

Des pèlerins font le tour de la Kaaba et prient à la Grande Mosquée le 6 juillet 2022, avant le pèlerinage annuel du Hajj (Photo, Reuters/Mohammed Salem).
Des pèlerins font le tour de la Kaaba et prient à la Grande Mosquée le 6 juillet 2022, avant le pèlerinage annuel du Hajj (Photo, Reuters/Mohammed Salem).
Short Url
Publié le Jeudi 07 juillet 2022

Hajj 2022: Ce que réservent les prochains jours aux pélerins

  • Cette année, un million de pèlerins effectueront le Hajj, l’un des piliers de l’Islam obligatoire pour les musulmans
  • Les autorités saoudiennes ont mis en place de nombreux outils technologiques pour aider les pèlerins dans leur périple

DJEDDAH: Le Hajj est un pèlerinage religieux annuel à la ville sainte de La Mecque, effectué chaque année par des millions de musulmans du monde entier. Il a lieu au cours du 12e mois du calendrier lunaire islamique, nommé Dhul Hijjah, entre le huitième et le 13e jour du mois.

Cette année, le Hajj se déroule approximativement du 7 au 12 juillet. Participer au pèlerinage au moins une fois dans sa vie est une obligation majeure pour tous les musulmans valides, quels que soient leurs moyens financiers, et entre 2 et 3 millions de personnes participent chaque année à ce rituel de six jours.

Cette année, un million de pèlerins afflueront dans la ville sainte, 85% d’entre eux venant de l’étranger pour la première fois après une interruption de deux ans due à la pandémie de la Covid-19 et aux restrictions qui en ont découlé et qui les ont empêchés d’accomplir le rituel.

Afin de garantir un voyage sans heurts et en toute sécurité pour les pèlerins, le gouvernement a annoncé une série de conditions d’entrée.

Les pèlerins qui souhaitent effectuer le Hajj doivent être âgés de moins de 65 ans et être entièrement vaccinés contre la Covid-19 avec un rappel. Ils doivent également présenter un test PCR négatif effectué 72 heures avant le départ pour le Royaume, et la priorité ira à ceux qui n’ont jamais accompli ce rituel auparavant.

Des pèlerins font le tour de la Kaaba et prient à la Grande Mosquée le 6 juillet 2022, avant le pèlerinage annuel du Hajj (Photo, Reuters/Mohammed Salem).

À la suite du prophète Mohammed, pendant quatorze siècles, les pèlerins ont entamé leur voyage dans un état spirituel de pureté et de dévotion, également appelé Ihram, qui est l’acte sacré combiné de Niyyah et Talbiyah nécessaire pour accomplir le Hajj. La Niyyah est l’intention innée de commettre un acte d’adoration, tandis que la Talbiyah est une prière spéciale prononcée en supplication pour atteindre l’Ihram.

Après être entrés à La Mecque, les pèlerins effectuent le tawaf de bienvenue, qui consiste à faire sept fois le tour de la Kaaba dans le sens des aiguilles d’une montre, en commençant par la Pierre noire. Ils se dirigent ensuite vers les collines de Safa et Marwa, où ils effectuent le saee, qui consiste à faire sept fois l’aller-retour entre les deux collines.

Les pèlerins se rendent ensuite à Mina, une zone de 20 kilomètres carrés située à près de cinq kilomètres de la Grande Mosquée de La Mecque, le huitième jour de Dhul Hijjah, également connu sous le nom de Yom al-Tarwiyah, où ils séjournent et remplissent leur journée et leur soirée de prières et de supplications, se reposant et consommant de l’eau avant leur long et périlleux voyage.

Le deuxième jour du Hajj, les pèlerins se rendent au mont Arafat, à 20 kilomètres de là. Cette journée est consacrée à la prière et aux supplications, observant les prières de duhr (midi) combinées à celles de asr (après-midi) jusqu’au coucher du soleil.

Un million de musulmans vaccinés, parmi lesquels 850000 venus de l’étranger, ont été admis au Hajj de cette année après deux ans de réduction drastique des arrivants (Photo, AFP).

Le jour d’Arafat est considéré comme le jour le plus critique pour les pèlerins et les millions de personnes qui n’effectuent pas le Hajj. C’est le jour qui «expie les péchés de l’année précédente et de l’année suivante (musulmane)» et c’est le meilleur jour pour l’adoration et la supplication.

Après le coucher du soleil, les pèlerins descendent du mont Arafat et se rendent à Muzdalifah pour les prières d’isha (nuit), ramassent des cailloux dont la taille ne dépasse pas celle d’un doigt en prévision du rituel de lapidation du lendemain, et se reposent jusqu’à minuit ou l’aube, moment où ils entreprennent le long voyage de retour vers Mina pour les dernières étapes du Hajj, le rituel de lapidation à Jamarat al-Aqabah.

Le troisième jour du Hajj, l’Eid al-Adha, les pèlerins lapident le Jamarat al-Aqabah, ou le grand pilier, un endroit où le prophète Ibrahim a lancé sept cailloux au diable. Après cela, les pèlerins quittent leur Ihram; des animaux sacrificiels sont abattus, et les hommes se coupent les cheveux ou se rasent la tête tandis que les femmes se coupent une longueur de cheveux équivalente au bout d’un doigt pour commémorer la fin du pèlerinage du Hajj.

Pendant trois jours, appelés Ayyam al-Tashreeq, les pèlerins restent à Mina et procèdent à la lapidation des deux autres piliers, Al-Jamarah al-Wusta et Al-Jamarah al-Sughra.

Après des années de préparation pour ce rassemblement de masse, les autorités saoudiennes procèdent chaque année à une planification importante pour contrôler les foules, divisant un grand nombre de pèlerins en groupes et désignant des horaires et des itinéraires spécifiques pour atteindre le pont où se trouvent les piliers.

Des scouts saoudiens ont pour tâche d’aider les pèlerins âgés ou en situation de handicap à circuler entre les sites sacrés de La Mecque (Photo, SPA).

Des milliers de bénévoles, de militaires et de personnel de santé seront sur le terrain pour aider les pèlerins dans ce que beaucoup considèrent comme leur devoir de servir les invités de Dieu dans le plus saint et sacré des voyages pour un musulman.

Utilisant le pouvoir des technologies, les autorités saoudiennes chargées du Hajj incluent cette année encore les cartes d’identité intelligentes des pèlerins afin de faciliter le transport des «visiteurs d’Allah» et d’assurer leur arrivée rapide à leur emplacement et à leur tente, que ce soit à Mina ou à Arafat. Des robots équipés d’écrans tactiles sont disponibles pour expliquer les rituels en 11 langues.

Le ministère du Hajj et de la Omra, en collaboration avec l’Autorité générale des Awqaf, a lancé 13 manuels électroniques détaillés offrant des conseils aux pèlerins du monde entier sur une variété de sujets en 14 langues, dont le français, le turc, le persan, l’ourdou, le russe et l’amharique. Ces manuels sont compatibles avec tous les systèmes d’exploitation des téléphones et peuvent être consultés sur guide.haj.gov.sa.

Ces manuels électroniques de guidage sont interactifs et comprennent la charia, la loi islamique et des directives en matière de procédure, d’organisation et de santé dont les pèlerins auront besoin pendant leur voyage au Hajj» a décrit le ministère dans une vidéo partagée sur Twitter.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'incendie d'une église en Égypte était accidentel, d’après l’enquête

Des ouvriers restaurent l'entrée de l'église d'Abu Sefein en Égypte (Photo, AP).
Des ouvriers restaurent l'entrée de l'église d'Abu Sefein en Égypte (Photo, AP).
Short Url
  • Le ministère public a interrogé 33 témoins, dont les 16 personnes blessées
  • La cause de l'incendie, qui a tué 41 personnes, provient d’un défaut d'un générateur électrique dans l'église après qu'il a été allumé en raison d'une panne de courant

LE CAIRE: L'incendie qui s'est déclaré dimanche dans l'église d'Abu Sefein en Égypte n'était pas délibéré, selon une enquête du ministère public.

La cause de l'incendie, qui a tué 41 personnes, provient d’un défaut d'un générateur électrique dans l'église allumé à la suite d'une panne de courant.

Le ministère public a interrogé 33 témoins, dont les 16 personnes blessées, qui ont affirmé avoir entendu le bruit de charges électriques émanant de l'intérieur de l'église, et l’incendie s'est ensuite déclenché. Le procureur général Hamada El-Sawy a déclaré que les victimes avaient succombé à l'inhalation de fumée.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mohammed ben Salmane reçoit le chef du Mouvement de la sagesse nationale d'Irak

Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji (Photo, SPA).
Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji (Photo, SPA).
Short Url
  • Les deux hommes ont discuté des relations entre l'Arabie saoudite et l'Irak
  • De hauts responsables saoudiens et irakiens ont assisté à la réunion

RIYAD: Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a reçu à Djeddah le chef du Mouvement de la sagesse nationale d'Irak, Ammar al-Hakim, a rapporté tôt vendredi l'Agence de presse saoudienne.

Les deux hommes ont discuté des relations entre l'Arabie saoudite et l'Irak et de questions d'intérêt commun.

Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji.

De hauts responsables saoudiens et irakiens ont assisté à la réunion.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Israël défie l'ONU en lançant un raid contre des ONG palestiniennes

Le Premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh, s'adresse aux médias devant les bureaux d'Al-Haq, à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 18 août 2022 (Photo, Reuters).
Le Premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh, s'adresse aux médias devant les bureaux d'Al-Haq, à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 18 août 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Le ministre israélien de la défense, Benny Gantz, a réitéré les allégations de financement d'organisations terroristes
  • Neuf pays de l'UE ont déclaré qu'ils continueraient à travailler avec les groupes palestiniens faute de preuves fournies par Israël à l'appui de ses accusations

RAMALLAH: Israël a défié la condamnation de l'ONU et de l'UE jeudi en attaquant sept groupes de défense des droits des Palestiniens en Cisjordanie.

Les forces de sécurité israéliennes ont pris d'assaut les bureaux des groupes à Ramallah et ont saisi des dossiers, des ordinateurs et d'autres équipements avant d'en sceller les entrées et de les déclarer définitivement fermés.

Les groupes visés sont les suivants: Addameer Prisoner Support and Human Rights Association ; Al-Haq ; Centre Bisan pour la recherche et le développement ; Defense for Children International – Palestine ; Les comités de travail sur la santé ; Syndicat des Comités de Travail Agricole ; et l’Union des comités de femmes palestiniennes.

Israël a désigné six de ces groupes comme terroristes, et le ministre de la Défense, Benny Gantz, a réitéré jeudi les affirmations discréditées selon lesquelles ils auraient collecté des fonds pour le Front populaire de libération de la Palestine, qu'il considère comme une organisation terroriste.

L'ONU a demandé que les désignations terroristes soient révoquées. «Malgré les offres qui leur ont été faites, les autorités israéliennes n'ont présenté à l'ONU aucune preuve crédible pour justifier ces déclarations», a déclaré le Bureau des droits de l'homme de l'ONU. «En tant que telles, les fermetures semblent totalement arbitraires.»

Neuf pays de l'UE ont déclaré qu'ils continueraient à travailler avec les groupes palestiniens parce qu'Israël n'a fourni aucune preuve à l'appui de ses accusations. «Les allégations passées de mauvaise utilisation des fonds de l'UE en relation avec certaines organisations de la société civile palestinienne n'ont pas été étayées», a déclaré jeudi Nabila Massrali, porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. «L'UE continuera à défendre le droit international et à soutenir les organisations de la société civile.»

Après les raids, le personnel d'Al-Haq a retiré la tôle qui recouvrait la porte de son bureau et a juré de se remettre au travail. «Nous avons été établis ici non pas par Israël, non pas par leur décision, et nous allons continuer notre travail», a affirmé le directeur Shawan Jabarin.

Le Premier ministre palestinien, Mohammed Shtayyeh, a visité le bureau du groupe et a promis son soutien. «Il ne s'agit pas seulement d'une ONG, mais aussi d'une institution de l'État Palestinien — par conséquent, tant qu'ils travailleront dans le respect de la loi, nous serons à leurs côtés», a-t-il assuré.

Pour certains analystes, Israël a attaqué les groupes parce qu'ils étaient de plus en plus efficaces pour dénoncer la répression du peuple palestinien par l’Etat hébreux. «Je crois qu'Israël veut restreindre les activités des institutions palestiniennes de défense des droits de l'homme qui ont œuvré à soumettre des dossiers à la Cour pénale internationale et qui ont pu faire évoluer l'opinion mondiale sur les questions de droits de l'homme en Palestine», a déclaré Majed al-Arouri, expert en droits humains, à Arab News.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com