À Casablanca, le Musée du judaïsme ravive la mémoire des juifs du Maroc

« Ce musée est unique, parce que le Maroc est une exception », explique Zhor Rehihil, la conservatrice du musée. (Photo Fournie)
« Ce musée est unique, parce que le Maroc est une exception », explique Zhor Rehihil, la conservatrice du musée. (Photo Fournie)
Short Url
Publié le Mardi 21 juillet 2020

À Casablanca, le Musée du judaïsme ravive la mémoire des juifs du Maroc

  • L’institution se présente comme « le premier musée de Casablanca et le seul musée juif dans la région arabe »
  • « Ce musée est unique, parce que le Maroc est une exception », explique Zhor Rehihil, la conservatrice du musée

De la rue, on ne distingue que la blancheur d’un bâtiment caché derrière un mur de pierre. Il faut lever les yeux pour entrevoir l’édifice, un ancien orphelinat pour enfants juifs édifié en 1948. Réaménagé par un architecte et céramiste marocain, Aimé Kakon, inspiré par la Grèce antique, l’endroit, à quelques minutes en voiture de l’Atlantique, a des airs de Méditerranée.

À l’entrée, une courte promenade habillée de palmiers, cactus, dragonniers et graviers blancs donne à l’ensemble l’allure d’un jardin zen. Le seuil franchi, une grande salle s’ouvre au regard. En son centre, une menorah en cuivre, immense, posée à même le sol dallé. C’est ici, au sud de Casablanca, dans ce que le géographe français Fernand Joly appelait « le village banlieusard de l'Oasis », aujourd’hui un quartier prisé pour ses villas, à l’abri du tumulte de la métropole, que se niche le Musée du judaïsme marocain. Créée en 1997 à l’initiative du Conseil des communautés juives du Maroc, l’institution se présente comme « le premier musée de Casablanca et le seul musée juif dans la région arabe ».

L’ensemble, d’une superficie de 600 mètres carrés, se visite à travers une succession de pièces en enfilade où sont exposés des objets et mobiliers emblématiques du patrimoine judéo-marocain : des lampes de Hanoucca, des estrades de synagogue, des objets de bar-mitsva, des chaises de circoncision, des rouleaux de la Torah, des pierres tombales, ainsi que des livres de prières, l'atelier reconstitué d'un orfèvre d’Essaouira, le métier d’un fabricant de fil d'or de Fès, un alambic rudimentaire et des photographies en noir et blanc, comme ce cliché qui montre Mohammed V en compagnie de rabbins à son retour d’exil en 1956. Le musée abrite aussi des manuscrits, comme celui, inédit, d’un « appel à la population israélite du Maroc » accroché près d’une porte.

Rédigé en 1933, en pleine montée du nazisme et des tensions liées au conflit en Palestine mandataire, il est signé d’un certain Azouz Cohen, un habitant de Fès, qui y exhorte les Juifs à apprendre l’arabe pour « resserrer les liens de mutuelle compréhension et d’estime avec nos amis musulmans ».

« Ce musée est unique, parce que le Maroc est une exception », explique Zhor Rehihil, la conservatrice du musée. Bien que la majeure partie des juifs marocains ait émigré au cours du XXe siècle – ils étaient 300 000 dans les années 1950, moins de 4 000 aujourd’hui – aucun juif n’a été interné, expulsé ou déchu de sa nationalité, comme ce fut le cas en Égypte, en Irak, en Syrie ou en Libye.

« Ils forment au Maroc une culture ancestrale et une composante essentielle du pays. Beaucoup d’Amazighs étaient juifs, et le Maroc est aujourd’hui encore le seul pays musulman où existent des écoles juives, un tribunal rabbinique, des lieux saints juifs et des cimetières juifs qui sont respectés, protégés et entretenus », ajoute-t-elle.

Si la fréquentation du musée reste limitée, avec moins de 8 000 visiteurs l’an passé, l’intérêt pour le patrimoine judéo-marocain va croissant. Aux écoliers et chercheurs marocains, et aux membres de la diaspora juive, s’ajoutent depuis quelques années des visiteurs du Moyen-Orient.


Un rayonnement cosmique fait la lumière sur le passage des Vikings en Amérique

A ce jour, le seul site connu de l'occupation viking reste l'Anse aux Meadows, une baie à l'extrême nord de l'île de Terre-Neuve, où subsistent les fondations de huit constructions avec des charpentes de bois. (Photo, AFP) 
A ce jour, le seul site connu de l'occupation viking reste l'Anse aux Meadows, une baie à l'extrême nord de l'île de Terre-Neuve, où subsistent les fondations de huit constructions avec des charpentes de bois. (Photo, AFP) 
Short Url
  • Des scientifiques ont pu dater précisément, à l'an 1021, la présence de Vikings sur le continent nord-américain
  • L'équipe de chercheurs ont pu savoir grâce à un rayonnement cosmique daté, et dont ils ont détecté la trace dans des morceaux de bois

PARIS : Des scientifiques ont pu dater précisément, à l'an 1021, la présence de Vikings sur le continent nord-américain après leur traversée de l'Atlantique, grâce à un rayonnement cosmique daté, et dont ils ont détecté la trace dans des morceaux de bois sur le site.


On sait depuis longtemps que les marins scandinaves ont été les premiers Européens à débarquer là, autour de l'an 1.000, bien avant Christophe Colomb, qui touchera terre plus au sud et presque cinq siècles plus tard.  


A ce jour, le seul site connu de leur occupation reste l'Anse aux Meadows, une baie à l'extrême nord de l'île de Terre-Neuve, où subsistent les fondations de huit constructions avec des charpentes de bois. 


Mais comme le remarque l'étude parue dans Nature mercredi, les datations traditionnelles au carbone-14 réalisées le siècle dernier sont plus qu'imprécises, s'étendant sur plus de 250 ans. Or tout indique une occupation brève et sporadique de l'endroit, selon les vestiges archéologiques et les "Sagas", ces textes semi-légendaires narrant les épopées des Vikings.


L'équipe menée par Michael Dee et Margot Kuitems, respectivement professeur de chronologie isotopique et archéologue au Centre de recherche isotopique de l'Université néerlandaise de Groningue, a contourné l'obstacle avec une méthode originale. 


La Terre est soumise en permanence à des rayonnements cosmiques, "qui produisent continuellement du carbone-14 (une forme plus lourde et beaucoup plus rare que l'atome de carbone) dans la haute atmosphère", explique Margot Kuitems à l'AFP. Cette forme de carbone va "entrer dans le cycle du carbone, qui est absorbé par les plantes avec la photosynthèse".


Parfois, le rayonnement est beaucoup plus puissant: ces "événements" de rayonnement cosmique élèvent brusquement le taux de carbone-14 dans l'atmosphère.

Tempête solaire

Une étude japonaise a isolé deux tels "événements", en 775 et en 993, dont la trace subsiste dans des arbres dont l'âge était bien connu. La brusque élévation du carbone-14 se retrouvait aux dates en question dans leurs cernes de croissance, ces cercles que l'on observe sur un tronc coupé et qui aident à déterminer l'âge de l'arbre.


L'équipe de Margot Kuitems a cherché, à l'aide d'un spectromètre de masse, la trace de l'évènement de 993 dans trois échantillons de morceaux de bois prélevés sur le site de l'Anse aux Meadows. Des experts canadiens avaient déterminé que ces morceaux y avaient été travaillés par les occupants avec des outils de fer.


"Quand nous avons mesuré la concentration en carbone-14 dans une série de cernes, nous avons trouvé une brusque élévation sur l'un d'eux, et nous étions certains alors qu'elle correspondait à l'année 993", raconte la scientifique. Il a suffit alors de compter le nombre de cernes entre le cerne de "l'évènement cosmique" et le dernier situé avant l'écorce, pour déterminer la date à laquelle l'arbre a été abattu. Réponse: l'an 1021.


La mesure a fonctionné pour deux morceaux de bois, dont les scientifiques ont même pu préciser que l'un appartenait à un arbre abattu au printemps, et l'autre à l'été-automne. 


Le Centre de recherche isotopique est en pointe sur cette méthode originale de datation archéologique. Il a signé une première étude sur le sujet en 2020, en datant précisément une structure archéologique dans le sud de la Sibérie, à l'aide de l'évènement cosmique de 775.


Selon Mme Kuitems, il y a aujourd'hui un "consensus" pour expliquer ces pics de rayonnement cosmique par un "évènement solaire, comme une tempête solaire". 


Un autre pic survenu en l'an 660 a été récemment confirmé, et pourrait à son tour servir de "marqueur" temporel, grâce à l'amélioration permanente de la précision des spectromètres de masse. 


41 pays participeront au concours 2022 de l'Eurovision en Italie

L'italie a remporté la finale de la 65e édition du Concours Eurovision de la chanson 2021, au centre des congrès Ahoy de Rotterdam, le 22 mai 2021. (Photo, AFP)
L'italie a remporté la finale de la 65e édition du Concours Eurovision de la chanson 2021, au centre des congrès Ahoy de Rotterdam, le 22 mai 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les 39 organismes qui avaient pris part au concours cette année seront de nouveau présents, aux côtés cette fois du Monténégro et de l'Arménie
  • Vingt candidats seulement seront sélectionnés et rejoindront en finale les cinq principaux financeurs: l'Allemagne, l'Espagne, la France, le Royaume-Uni et l'Italie, appelés les «Cinq grands»

GENEVE : Le concours musical de la chanson Eurovision, qui se déroulera en mai prochain à Turin dans le nord de l'Italie, réunira 41 pays, ont annoncé mercredi les organisateurs.

Les 39 organismes qui avaient pris part au concours cette année seront de nouveau présents, aux côtés cette fois du Monténégro et de l'Arménie, dont la dernière participation remonte à l'édition 2019, a indiqué l'Union Européenne de Radio-Télévision (UER), qui organise l'événement.

Dans un communiqué, l'UER, basée à Genève, indique que sur les 41 pays, 36 s'affronteront lors des deux demi-finales.

Vingt candidats seulement seront sélectionnés et rejoindront en finale les cinq principaux financeurs: l'Allemagne, l'Espagne, la France, le Royaume-Uni et l'Italie, appelés les "Cinq grands" par l'organisation ou "Big 5" en anglais.

"Nous avons hâte de voir plus de 40 radiodiffuseurs s'affronter à Turin, en mai prochain, pour remporter le mythique trophée de l'Eurovision", a déclaré le superviseur exécutif du Concours Eurovision de la Chanson, dans le communiqué.

L'Italie accueillera la 66e édition de ce concours après la victoire des rockeurs italiens vêtus de cuir, Maneskin, cette année à Rotterdam. 

Ce sera la troisième édition italienne d'Eurovision, après Naples en 1965 et Rome en 1991.

La finale se déroulera le samedi 14 mai au PalaOlimpico, l'un des plus grands stades couverts d'Italie. Quant aux deux demi-finales, elles auront lieu les 10 et 12 mai.

En 2021, près de 190 millions de personnes ont suivi le concours à la télévision et sur internet.


Le festival du film d’El Gouna projette les films primés Amira et Feathers: réactions mitigées 

Feathers relate l’histoire d’une mère qui consacre sa vie à son mari et ses enfants. (Photo fournie)
Feathers relate l’histoire d’une mère qui consacre sa vie à son mari et ses enfants. (Photo fournie)
Short Url
  • Amira a remporté deux prix prestigieux à la Mostra de Venise: le prix Lanterna Magica et le prix Interfilm
  • Sherif Mounir: «Je suis également déçu que le film ait remporté des prix lors de sa présentation à l’étranger»

DUBAÏ: Le festival du film d’El Gouna en Égypte a projeté mardi le film primé du réalisateur Mohammed Diab, Amira, qui a été diffusé en première mondiale lors de la 78e édition de la Mostra de Venise cette année.

Le film, qui se déroule en Cisjordanie, raconte l’histoire d’Amira, une Palestinienne de 17 ans qui a toujours cru qu’elle était la fille biologique d’un prisonnier palestinien condamné à perpétuité dans une prison israélienne.

Il réunit une brillante distribution panarabe, dont la star jordanienne Saba Mubarak, l’acteur israélo-palestinien Ali Suliman et la jeune actrice jordanienne Tara Abboud, qui a décroché son premier rôle principal en tant qu'Amira.

 

zetjik
Le film raconte l’histoire d’Amira, une Palestinienne de 17 ans qui a toujours cru qu’elle était la fille biologique d’un prisonnier palestinien condamné à perpétuité dans une prison israélienne. (Festival du film d’El Gouna)

 

 

Amira a remporté deux prix prestigieux à la Mostra de Venise: le prix Lanterna Magica et le prix Interfilm. Il est en compétition dans la catégorie des longs métrages à El Gouna et a également été projeté récemment lors du festival international du film de Toronto.

Lundi, le festival d’El Gouna a présenté le film égyptien Feathers, réalisé par Omar El-Zohairy. Cependant, ce film, qui a remporté le Grand prix de la Semaine de la critique du festival de Cannes, a suscité la controverse lors de l’événement et sur les réseaux sociaux.

Certains réalisateurs et acteurs égyptiens, tels que Sherif Mounir, Ahmed Rizk et Ashraf Abdel Baqi, ont quitté la séance de projection du film parce qu’ils estiment que le film porte atteinte à l’Égypte.

 

fi
Certains réalisateurs et acteurs égyptiens, tels que Sherif Mounir, Ahmed Rizk et Ashraf Abdel Baqi, ont quitté la séance de projection du film parce qu’ils estiment que le film porte atteinte à l’Égypte. (AFP)

 

Feathers relate l’histoire d’une mère qui consacre sa vie à son mari et ses enfants. Quand un tour de magie tourne mal lors de la fête d’anniversaire de son fils de quatre ans, une avalanche de coïncidences absurdes s’abat sur la famille. Le magicien transforme le mari, père autoritaire, en poulet.

La mère est maintenant obligée de prendre le dessus et de s’occuper de la famille tout en essayant de faire revenir son mari. Alors qu’elle tente de survivre, elle subit une transformation brutale.

«Lorsque je suis sorti (de la salle), d’autres personnes m’ont suivi. Ce que j’ai vu, et les images du film, nous dépeignent (les Égyptiens) de manière négative. Il montre des gens qui souffrent de manière anormale», confie M. Mounir dans un entretien téléphonique avec le présentateur égyptien Amr Adib dans son émission Al-Hekaya.

«Même dans les quartiers pauvres, on ne vit pas aussi mal. Pour être honnête, j’étais déçu. Je suis également déçu que le film ait remporté des prix lors de sa présentation à l’étranger», indique-t-il. «Je ne vois plus cette image (ou ces difficultés) dans notre pays.»

 

reu-
Le film Feathers est réalisé par Omar El-Zohairy. (Photo fournie)

 

«Je ne sais pas ce que les personnes qui ont récompensé le film lui ont trouvé», ajoute-t-il.

 L’agence de presse égyptienne Al-Masry al-Youm a partagé un communiqué du festival dans lequel on peut lire: «Le festival du film d’El Gouna apprécie tous les cinéastes du monde pour leur art et leurs expériences cinématographiques exceptionnelles. L’équipe du festival sélectionne les films sur la base de leurs qualités artistiques et cinématographiques, conformément aux normes des festivals de cinéma internationaux.

«Cette année, pour la cinquième édition du festival, le film Feathers, du réalisateur égyptien Omar el-Zohairy, a été sélectionné conformément au processus de sélection des films, sur la base de son succès dans d’autres instances internationales», ajoute le communiqué.

 À propos de sa récompense à Cannes, les organisateurs du festival précisent: «C’est le premier film égyptien à recevoir un prix aussi prestigieux. Il a également remporté le Grand prix du Festival de Pingyao en Chine hier et sera projeté lors des prochaines Journées cinématographiques de Carthage.»

« En ce qui concerne l’opinion de nombreux critiques égyptiens et internationaux, le cadre spatio-temporel du film n’a pas été identifié (...). Le festival n’a pas diffusé et ne diffusera aucun film sans avoir obtenu des autorisations officielles, afin de confirmer qu’il n’offense pas ni ne nourrit une quelconque rancune dans ses films», souligne le communiqué.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com