«Je pars la tête haute», lance Boris Johnson au Parlement

Le Premier ministre britannique Boris Johnson se dirige vers une voiture alors qu'il part du 10 Downing Street dans le centre de Londres, le 13 juillet 2022, pour se rendre au Parlement pour la session hebdomadaire des questions du Premier ministre (PMQ). (Photo, AFP)
Le Premier ministre britannique Boris Johnson se dirige vers une voiture alors qu'il part du 10 Downing Street dans le centre de Londres, le 13 juillet 2022, pour se rendre au Parlement pour la session hebdomadaire des questions du Premier ministre (PMQ). (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 13 juillet 2022

«Je pars la tête haute», lance Boris Johnson au Parlement

Le Premier ministre britannique Boris Johnson se dirige vers une voiture alors qu'il part du 10 Downing Street dans le centre de Londres, le 13 juillet 2022, pour se rendre au Parlement pour la session hebdomadaire des questions du Premier ministre (PMQ). (Photo, AFP)
  • Boris Johnson s'est déclaré «fier du formidable travail d'équipe» accompli sous sa direction
  • Après l'annonce de la démission de Boris Johnson jeudi dernier, huit candidats sont en course pour lui succéder à la tête du parti conservateur et à Downing Street

LONDRES: Le Premier ministre britannique Boris Johnson a estimé mercredi qu'il partait la « tête haute », tout en reconnaissant devant les députés que son départ, consécutif à une accumulation de scandales, est intervenu plus tôt qu'il ne l'aurait souhaité. 

Lors d'un échange animé avec le chef de l'opposition travailliste Keir Starmer, qui a jugé Boris Johnson perdu dans ses illusions « jusqu'à la fin », le dirigeant conservateur a étrillé son adversaire qui n'est « jamais venu avec une idée ou un projet pour le pays ». 

Enumérant le Brexit, la campagne de vaccination contre la Covid-19, ou encore le « rôle décisif » du Royaume-Uni vis-à-vis de l'Ukraine contre « la brutale invasion » par la Russie de Vladimir Poutine, Boris Johnson s'est déclaré « fier du formidable travail d'équipe » accompli sous sa direction. 

« Il est absolument vrai que je pars à un moment que je n'ai pas choisi », a ajouté Boris Johnson, près d'une semaine après l'annonce de sa démission, déclenchée par un exode massif au sein de son gouvernement après un trop plein de scandales. 

« Je pars mais je pars la tête haute », a-t-il lancé lors de ce qui est en principe son avant-dernière séance de questions face aux députés. 

« Ca va me manquer ces absurdités hebdomadaires », a lancé Keir Starmer au Premier ministre, après avoir formulé des attaques à peine voilées contre l'ex-ministre des Finances Rishi Sunak et le recours de sa richissime épouse à un statut fiscal qui lui permettait d'éviter de payer des impôts sur ses revenus étrangers. 

Après l'annonce de la démission de Boris Johnson jeudi dernier, huit candidats sont en course pour lui succéder à la tête du parti conservateur et à Downing Street. 

Un premier tour de vote des députés conservateurs se tient mercredi. Au moins un candidat sera éliminé, celui qui arrivera dernier, voire plusieurs s'ils échouent à obtenir 30 votes. 

D'autres tours de scrutin seront organisés jusqu'à ce que soient ainsi choisi les deux finalistes. Un vote par correspondance, réservé aux seuls adhérents du parti, sera ainsi organisé. Le résultat est attendu le 5 septembre. 

Les huit candidats pour succéder à Boris Johnson

Rishi Sunak 

L'ancien Chancelier de l'Echiquier, qui a démissionné avec fracas de son poste la semaine dernière entraînant dans son sillage le départ d'une soixantaine de membres de l'exécutif, fait partie des favoris. 

Attaqué par les soutiens du Premier ministre qui l'accusent d'avoir trahi Boris Johnson, M. Sunak, 42 ans, a été le premier hindou nommé ministre des Finances en 2020. 

M. Sunak, dont les grands-parents ont émigré du nord de l'Inde au Royaume-Uni dans les années 1960, a été analyste chez Goldman Sachs, puis employé dans des fonds spéculatifs. 

Ce défenseur du Brexit a été critiqué pour son action insuffisante contre l'envolée des prix. Il affirme que son approche économique relèverait de « bon sens thatchérien » s'il était élu, et dénonce les « contes de fées » d'autres candidats qui annoncent d'importantes baisses d'impôts dans un contexte de forte inflation. 

Liz Truss 

Son franc-parler et sa volonté de s'immiscer dans les guerres culturelles ont rendu la ministre des Affaires étrangères plutôt populaire auprès de la base des Tories. 

Mme Truss, 46 ans, s'est vu confier ce poste délicat en récompense de son travail en tant que ministre du Commerce international. A ce poste, cette championne du libre-échange, qui avait voté pour le maintien dans l'UE, a conclu une série d'accords commerciaux post-Brexit. 

Restée au gouvernement malgré l'exode massif de ministres, elle est la coqueluche du camp Johnson. 

Penny Mordaunt 

Actuellement secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Penny Mordaunt, 49 ans, a été une figure de la campagne en faveur du Brexit en 2016 et oeuvre depuis à négocier des accords commerciaux. Elle a été la première femme à devenir ministre de la Défense en mai 2019. 

Cette réserviste de la Royal Navy est au coude à coude avec Rishi Sunak dans la course à Downing Street, selon les bookmakers. Dans sa première intervention de campagne mercredi, elle a appelé au retour aux valeurs traditionnelles du parti conservateur « faible taux d'imposition, petit Etat, responsabilité personnelle ». 

Tom Tugendhat  

Le président de la commission des Affaires étrangères à la chambre des Communes a été l'un des premiers à annoncer qu'il se présenterait si Boris Johnson était chassé du pouvoir. 

Ancien membre de l'armée britannique, M. Tugendhat, 49 ans, a servi en Irak et en Afghanistan. Il a récemment affirmé sur Sky News que sa plus grosse erreur avait été « d'envahir un pays ». 

Nadhim Zahawi 

Le nouveau ministre des Finances est respecté parmi les Britanniques après le succès de la campagne de vaccination anti-Covid qu'il avait supervisée. 

Né à Bagdad de parents kurdes en juin 1967, il a immigré au Royaume-Uni à l'âge de neuf ans. Il a fondé la société d'études de marché YouGov en 2000 et en a démissionné dix ans plus tard pour se lancer en politique. 

Il estime qu'on a cherché à le « salir » quand la presse a rapporté qu'il faisait l'objet d'une enquête fiscale. Il a promis de publier chaque année sa déclaration d'impôts s'il devenait Premier ministre. 

Jeremy Hunt 

Ancien ministre des Affaires étrangères et de la Santé, Jeremy Hunt, 55 ans, a perdu face à Boris Johnson lors de l'élection en 2019 pour la direction du parti. 

Camarade de Boris Johnson et de David Cameron à l'Université d'Oxford, M. Hunt est l'une des rares personnalités à avoir ouvertement défié le Premier ministre lors du vote de défiance en juin. Il est jugé peu charismatique. 

Kemi Badenoch 

L'ancienne ministre britannique de l'Egalité Kemi Badenoch fait partie de la soixantaine de membres de l'exécutif qui ont démissionné pour forcer M. Johnson à quitter ses fonctions. 

Suella Braverman 

Suella Braverman, l'« Attorney general » chargée de conseiller juridiquement le gouvernement, avait affirmé avant même la démission de Boris Johnson, qu'elle se présenterait pour succéder au Premier ministre. 

Cette Brexiter de 42 ans est populaire parmi les eurosceptiques du parti. Elle fait partie des 28 députés britanniques qui ont refusé, à trois reprises, de soutenir l'accord de Brexit de Theresa May. 


Attentats de 2016 à Bruxelles: Première journée marathon pour désigner le jury

L'accusé Salah Abdeslam arrive à l'ouverture du procès contre les neuf djihadistes présumés accusés d'avoir participé aux attentats de mars 2016, à Bruxelles le 30 novembre 2022 (Photo, AFP).
L'accusé Salah Abdeslam arrive à l'ouverture du procès contre les neuf djihadistes présumés accusés d'avoir participé aux attentats de mars 2016, à Bruxelles le 30 novembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • La première journée a été entièrement consacrée à la constitution du jury populaire, un objectif atteint à l'issue d'une audience marathon
  • Quelque 600 citoyens belges avaient été convoqués comme jurés potentiels mercredi, et 200 d'entre eux ont obtenu d'être dispensés

BRUXELLES: Six ans et demi après les faits, le procès des attentats djihadistes de 2016 à Bruxelles s'est ouvert mercredi dans la capitale belge par la formation d'un jury de cour d'assises exceptionnellement fourni pour affronter de longs mois de débats.

Neuf hommes accusés de crimes terroristes, dont Salah Abdeslam, un millier de parties civiles, 36 jurés dont 24 suppléants pour pallier d'éventuelles absences chez les titulaires: ce procès est celui de la démesure à plusieurs titres.

La première journée a été entièrement consacrée à la constitution du jury populaire, un objectif atteint à l'issue d'une audience marathon de plus de douze heures, suspendue peu après 23H15 (22H15 GMT).

Quelque 600 citoyens belges avaient été convoqués comme jurés potentiels mercredi, et 200 d'entre eux ont obtenu d'être dispensés. Les 36 appelés à siéger n'ont été tirés au sort qu'après un long défilé à la barre pour que chaque dispensé se justifie.

Après ce passage obligé du procès d'assises, les débats commenceront lundi. La semaine sera marquée par la lecture prévue sur plusieurs jours de l'acte d'accusation, un document d'environ 500 pages. Le procès doit durer jusqu'en juin.

Le matin du 22 mars 2016, deux djihadistes s'étaient fait exploser dans le hall des départs de l'aéroport de Bruxelles-Zaventem, et un troisième une grosse heure plus tard dans une station de métro de la capitale belge, causant 32 morts et plusieurs centaines de blessés.

Ces attentats-suicides, revendiqués par le groupe Etat islamique (EI), ont été perpétrés par la cellule djihadistes déjà à l'origine des attaques du 13 novembre 2015 (130 morts à Paris et Saint-Denis).

Ils surviennent quatre jours après l'arrestation - le 18 mars dans la commune bruxelloise de Molenbeek - de Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos du 13 Novembre. Une interpellation qui précipite ce nouveau passage à l'acte du groupe.

«Électromécanicien»

"Abdeslam Salah, 33 ans, électromécanicien": le djihadiste français, pull noir et barbe fournie, s'est contenté de décliner poliment son identité à la cour, à l'ouverture de l'audience mercredi matin.

Une attitude qui contrastait avec celle de septembre 2021 au lancement du procès du 13-Novembre à Paris. "J'ai délaissé toute profession pour devenir un combattant de l'Etat islamique", avait alors asséné Abdeslam, condamné en juin à la perpétuité incompressible, la peine la plus lourde du code pénal français.

Mercredi matin, les neuf accusés attendus étaient tous présents, sept dans le box dont Abdeslam et deux comparaissant libres. Une dixième homme, Oussama Atar, dirigeant de la cellule, est jugé par défaut (comme à Paris) car il est présumé mort en Syrie.

Un seul accusé, le Suédois d'origine syrienne Osama Krayem, a refusé de se lever lors de l'appel et de prononcer le moindre mot à l'adresse de la cour.

Pendant de longues heures, face à des accusés impassibles, bavardant parfois l'un avec l'autre dans le box collectif, des dizaines de femmes et d'hommes, candidats-jurés, se sont succédé devant la cour pour appuyer leur demande de dispense.

"Je vais être opéré en mars", "je dois allaiter mon bébé de 8 mois", "j'ai déjà réservé mes vacances en Thaïlande": la plupart ont fait valoir des raisons médicales, familiales, parfois professionnelles.

Certains ont avancé des liens personnels avec tel avocat ou telle victime des attentats risquant d'affecter leur impartialité. Le cinéaste Joachim Lafosse a ainsi été dispensé. Même chose pour l'athlète Kevin Borlée.

Après "339" dispenses accordées avant le procès la présidente de la cour Laurence Massart en a délivré 200 autres mercredi.

«Abandonnées à leur sort»

A l'inverse de la France où ils sont soumis à une cour d'assises spéciale (uniquement composée de magistrats), les crimes "terroristes" sont encore jugés en Belgique par 12 citoyens tirés au sort pour assister trois magistrats professionnels.

Situation inédite en Belgique, permise par une loi récente: 36 sièges seront occupés dans leurs rangs, pour 12 jurés titulaires et 24 suppléants amenés à remplacer au pied levé toute absence.

Selon un calendrier prévisionnel, les accusés sont censés être interrogés sur les faits à partir du 19 décembre, les premiers témoignages de victimes étant attendus à la mi-janvier.

Proches de victimes décédées, personnes blessées ou souffrant de séquelles psychologiques: un millier de personnes se sont constituées parties civiles au procès pour réclamer la réparation d'un préjudice.

Plusieurs rescapés et témoins interrogés par l'AFP ont aussi décrit leur pénible combat pour obtenir des assurances la prise en charge des soins médicaux.

"Les victimes ont été abandonnées à leur sort par l'Etat belge", a dénoncé un collectif représentant près de 300 parties civiles.


La Ligue islamique mondiale et l’université de Columbia lancent un laboratoire de recherche sur la coexistence interconfessionnelles

Des responsables assistent à la cérémonie de signature du Laboratoire international de recherche et de leadership en matière de collaboration et de coexistence interconfessionnelles. (Photo, SPA)
Des responsables assistent à la cérémonie de signature du Laboratoire international de recherche et de leadership en matière de collaboration et de coexistence interconfessionnelles. (Photo, SPA)
Short Url
  • Le projet permettra de mettre au point des programmes de formation pour lutter contre les préjugés dans les communautés et les salles de classe, et de prévenir la discrimination et l'extrémisme
  • «La Ligue islamique mondiale se consacre à la lutte contre les discours de haine et l’intolérance sous toutes ses formes», a déclaré son secrétaire général

NEW YORK: La Ligue islamique mondiale (LIM), en partenariat avec le Teachers College de l’université de Columbia à New York, a lancé mercredi le Laboratoire international de recherche et de leadership en matière de collaboration et de coexistence interconfessionnelles.

Selon ses fondateurs, le laboratoire se veut un centre d’excellence pour la recherche, le leadership et la formation visant à lutter contre toutes les formes de haine et de radicalisation fondées sur la religion, la race ou l’ethnicité.

La LIM a accordé une subvention pour soutenir les travaux du laboratoire. Celui-ci se chargera d’élaborer des programmes de formation novateurs et fondés sur des données probantes afin de lutter contre les préjugés dans les communautés et dans les salles de classe. Il permettra également de faire avancer la recherche pour la promotion et l’amélioration de la coexistence et de la collaboration interconfessionnelles.

Parmi les personnalités qui ont assisté à la cérémonie de signature du projet mercredi figurent le secrétaire général de la LIM, Mohammed al-Issa, le président du Teachers College, Thomas Bailey, l’archevêque de New York, Timothy Cardinal Dolan, le grand rabbin de la synagogue de Park East, Arthur Schneier, ainsi que des membres du Congrès américain.

«La LIM se consacre à la lutte contre les discours de haine et l’intolérance sous toutes ses formes», a déclaré M. Al-Issa.

«Nous sommes honorés de soutenir le nouveau laboratoire international de recherche et de leadership en matière de collaboration et de coexistence interconfessionnelles, car il permettra de poursuivre cette bataille et, grâce à la formation et à la recherche, il contribuera à éliminer la discrimination et l’extrémisme avant qu’ils ne prennent racine chez les jeunes enfants.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Brésil: nouveau recul du chômage, à un mois de l'investiture de Lula

Le président élu brésilien Luiz Inacio Lula da Silva prononce un discours devant les partisans de la communauté brésilienne vivant au Portugal sur un campus de l'université de Lisbonne à Lisbonne le 19 novembre 2022. (Photo, aFP)
Le président élu brésilien Luiz Inacio Lula da Silva prononce un discours devant les partisans de la communauté brésilienne vivant au Portugal sur un campus de l'université de Lisbonne à Lisbonne le 19 novembre 2022. (Photo, aFP)
Short Url
  • Dans ce pays de 215 millions d'habitants, 9 millions de personnes sont à la recherche d'un emploi, un nombre en baisse de plus de 30% sur un an
  • Le Brésil n'avait pas connu un taux de chômage équivalent depuis la période allant de mars à mai 2015

BRASILIA: Le taux de chômage au Brésil poursuit sa baisse, à 8,3% entre août et octobre, au plus bas depuis 2015, selon les chiffres publiés mercredi, à un mois de l'investiture du président élu Luiz Inacio Lula da Silva.

Dans ce pays de 215 millions d'habitants, 9 millions de personnes sont à la recherche d'un emploi, un nombre en baisse de plus de 30% sur un an, selon l'institut de statistiques IGBE.

Il s'agit de la huitième embellie consécutive du marché de l'emploi dans la première économie d'Amérique latine.

Le Brésil n'avait pas connu un taux de chômage équivalent depuis la période allant de mars à mai 2015.

Le taux de chômage, calculé en trimestres glissants, s'élevait à 8,7% il y a un mois et à 12,1% il y a un an. Il avait atteint un pic à 14,9% au premier trimestre 2021, au plus fort de la crise de la Covid-19.

Les nouveaux chiffres parus mercredi sont publiés à un mois du retour au pouvoir, le 1er janvier 2023, de l'icône de la gauche Lula qui a battu le président sortant d'extrême droite Jair Bolsonaro au second tour de l'élection présidentielle le 30 octobre.

Ce sera le troisième mandat de l'ancien métallo, qui a déjà dirigé le Brésil de 2003 à 2010.

Son équipe économique tente de faire approuver au Parlement une autorisation de dépassement exceptionnelle du plafond des dépenses pour maintenir les allocations versées aux plus pauvres.

Malgré la baisse importante du taux de chômage ces derniers mois, le Brésil est loin de la période faste des deux premiers mandats de Lula, quand le boom des matières premières avait permis au gouvernement de gauche de financer d'ambitieux programmes sociaux.

Jeudi, l'IBGE annoncera les chiffres du produit intérieur brut au troisième trimestre. Les analystes tablent sur un ralentissement de la croissance à 0,6%, après deux trimestres à plus de 1%.