Drame de Melilla: Les migrants morts par «asphyxie», selon une enquête marocaine

Les forces de sécurité marocaines patrouillent à la frontière avec Melilla (Photo, AFP).
Les forces de sécurité marocaines patrouillent à la frontière avec Melilla (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 15 juillet 2022

Drame de Melilla: Les migrants morts par «asphyxie», selon une enquête marocaine

  • C'est au niveau de la zone tampon du poste-frontière entre le territoire marocain et l'enclave espagnole que le drame a eu lieu, selon le CNDH
  • «Un nombre important de migrants se sont retrouvés entassés dans cette zone étroite, ce qui a engendré des bousculades entraînant la suffocation des migrants»

RABAT: Une mission d'information marocaine a conclu mercredi à la mort "par asphyxie" des migrants africains qui ont péri dans des "bousculades" lors d'une tentative d'entrée dans l'enclave espagnole de Melilla (nord du Maroc) fin juin, mettant hors de cause les forces de l'ordre.

"23 migrants sont morts à la suite de la tentative de passage vers Melilla", a confirmé Amina Bouayach, présidente du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), un organisme officiel chargé d'enquêter sur les lieux après le drame.

Un total de 217 personnes ont été blessées, 77 migrants et 140 policiers. Des humanitaires espagnols ont fait état d'un bilan plus élevé de 37 morts.

"Aucun corps n'a été enterré et il a été décidé d'effectuer des autopsies pour déterminer les circonstances des décès", a déclaré Mme Bouayach lors d'une conférence de presse à Rabat pour présenter les conclusions préliminaires de la "mission d'information" confiée au CNDH.

Après l'examen des cadavres, le docteur Adil el-Sehimi, qui a pris part à cette mission, a dit privilégier la piste de l'"asphyxie mécanique" comme cause des décès, tout en préconisant d'attendre les résultats des autopsies qui sont "toujours en cours".

Dans son rapport préliminaire, le CNDH a décrit le mode opératoire de cet "assaut d'une singularité inédite" quand environ 2.000 migrants en situation irrégulière ont tenté de forcer le passage à la frontière avec l'enclave espagnole de Melilla, à partir de la ville marocaine limitrophe de Nador, le 24 juin.

"Munis de bâtons et de pierres, les migrants, en majorité des Soudanais et venus en grand nombre, se sont séparés en deux groupes: le premier a pris d'assaut un poste frontière fermé depuis 2018 et le deuxième a escaladé les murs surmontés de barbelés avoisinants", selon le CNDH.

C'est au niveau de la zone tampon -- équipée de tourniquets manuels permettant le passage d'une seule personne à la fois -- du poste-frontière que le drame a eu lieu, précise-t-il.

"Un nombre important de migrants se sont retrouvés entassés dans cette zone étroite, ce qui a engendré des bousculades entraînant la suffocation des migrants", explique le Conseil, qui regrette que le poste-frontière soit resté fermé côté espagnol.

Heurts violents

Quant à "l'usage excessif" de la force par la police, dénoncé par l'ONU, l'Union africaine (UA) et des ONG, le CNDH argue que la répression faisait suite "au danger du nombre important de migrants armés de bâtons et pierres". "Les forces de l'ordre n'ont utilisé aucune arme à feu", assure-t-il.

Confrontées à des vidéos devenues virales sur les réseaux sociaux et montrant des migrants frappés par terre par des agents marocains, les autorités locales ont affirmé au CNDH qu'il s'agissait de "cas isolés".

La tragédie du 24 juin a été précédée d'une série de violents affrontements la semaine précédente au cours d'opérations de ratissage des forces sécuritaires visant des campements de fortune près de Nador.

Ces heurts ont fait des dizaines de blessés dans les rangs des policiers, selon les autorités locales.

Parallèlement, s'est ouvert mercredi à Nador le procès d'un groupe de 29 migrants, dont un mineur, poursuivis pour "entrée illégale sur le sol marocain", "violence contre agents de la force publique" mais aussi "participation à une bande criminelle en vue d'organiser et faciliter l'immigration clandestine à l'étranger".

"Au cours de l'audience, le parquet a présenté les certificats médicaux d’éléments des forces de l'ordre blessés lors des heurts. Le juge a décidé de les convoquer", a précisé à l'AFP Khalid Ameza, avocat des accusés.

Ce drame migratoire est le plus meurtrier jamais survenu lors des nombreuses tentatives de migrants subsahariens de pénétrer à Melilla et dans l'enclave espagnole voisine de Ceuta, qui constituent les seules frontières terrestres de l'UE avec le continent africain.


Une joueuse d’échecs iranienne refuse de filmer une vidéo d’excuses pour avoir retiré son voile

La joueuse d’échecs iranienne Sara Khadem participe, sans porter de voile, aux Championnats du monde d’échecs de parties rapides et de blitz de la FIDE à Almaty, au Kazakhstan, le 26 décembre 2022. (Reuters)
La joueuse d’échecs iranienne Sara Khadem participe, sans porter de voile, aux Championnats du monde d’échecs de parties rapides et de blitz de la FIDE à Almaty, au Kazakhstan, le 26 décembre 2022. (Reuters)
Short Url
  • On a demandé à Khadem de justifier sa décision de ne pas porter le voile pendant le tournoi en invoquant la pression occidentale
  • La joueuse d’échecs espère entrer dans le top 10 mondial depuis sa nouvelle base en Espagne

LONDRES: Une joueuse d’échecs iranienne qui a participé à un tournoi sans voile a déclaré au Telegraph qu’elle s’était réfugiée en Espagne après avoir refusé l’ordre de Téhéran de filmer une vidéo d’excuses.

Sara Khadem est la 17e meilleure joueuse d’échecs au monde et la première femme iranienne à devenir maître international.

Une photo virale de Khadem participant à un tournoi au Kazakhstan sans voile a fait d’elle un symbole des manifestations antirégime en cours dans le pays.

La jeune femme de 25 ans raconte qu’on lui a demandé de justifier sa décision de ne pas se couvrir la tête pendant le tournoi en invoquant la pression occidentale.

«Je n’allais pas faire cela», lance Khadem.

Bien qu’elle ne se soit auparavant couvert la tête que lors des tournois internationaux, à l’occasion de présentations et de photographies officielles, elle a commencé à trouver cela hypocrite.

«Cette fois, j’ai senti que si je faisais comme avant, je manquerais de respect au peuple», souligne-t-elle.

Ces dernières années, Khadem s’est exprimée ouvertement contre le gouvernement de son pays. En 2019, elle a fait part de son soutien à une jeune star iranienne des échecs qui avait refusé d’accepter la politique de Téhéran exigeant que les joueurs déclarent forfait lors de parties contre des adversaires israéliens.

En janvier 2020, Khadem a annoncé sa retraite de l’équipe nationale d’échecs pour protester contre l’abattage par l’Iran d’un avion commercial ukrainien, un incident qui a coûté la vie à 176 personnes.

Elle a également utilisé des hashtags pour afficher sa solidarité avec les manifestants antirégime à la suite de la mort de Mahsa Amini.

Khadem, qui se trouve toujours en Espagne avec son mari et son fils, confie que ses parents, qu’elle avait l’habitude de visiter «presque tous les jours», lui manquent.

«J’espère que je serai la seule à être tenue pour responsable de ce que j’ai fait», poursuit-elle.

«Nous sentons que nous sommes les bienvenus en Espagne, mais nous avons laissé en Iran certaines des choses les plus importantes de la vie, donc les sentiments sont mitigés», ajoute-t-elle. 

Khadem espère entrer dans le top 10 mondial depuis sa nouvelle base en Espagne, mais elle veut aussi représenter l’Iran dans les tournois en tant que joueuse individuelle, rapporte The Telegraph.

«Je suis une joueuse d’échecs. Je ne suis pas une personnalité politique. En tant que joueuse d’échecs, j’ai certaines responsabilités vis-à-vis de ce qui se passe autour de moi, mais les échecs sont ma priorité dans la vie. Je ne me vois pas comme une militante», déclare-t-elle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


L’Arabie saoudite condamne fermement une attaque israélienne dans le camp de réfugiés de Jénine

Les proches d’un Palestinien tué lors de l’attaque israélienne dans le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie occupée, pleurent lors des funérailles, le 26 janvier 2023. (AFP)
Les proches d’un Palestinien tué lors de l’attaque israélienne dans le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie occupée, pleurent lors des funérailles, le 26 janvier 2023. (AFP)
Short Url
  • Le ministère palestinien de la Santé a déclaré que le bilan des affrontements s’élevait à 9 morts, dont une femme, et que 20 personnes avaient été blessées
  • Le ministère des Affaires étrangères saoudien a indiqué qu’il rejetait les graves violations du droit international perpétrées par les forces israéliennes

RIYAD: L’Arabie saoudite a fermement condamné et dénoncé une attaque israélienne dans un camp de réfugiés à Jénine, qui a entraîné la mort d’au moins neuf Palestiniens.

La journée la plus sanglante en Cisjordanie depuis des années a été marquée par une attaque dans le camp de réfugiés surpeuplé de la ville de Jénine, dans le nord du pays. Des coups de feu ont retenti dans les rues et de la fumée s’est échappée des barricades en feu.

Le ministère palestinien de la Santé a déclaré que le bilan des affrontements s’élevait à 9 morts, dont une femme, et que 20 personnes avaient été blessées avant que les forces israéliennes ne se retirent en milieu de matinée.

Plus tard, l’armée israélienne a abattu un Palestinien de 22 ans dans un autre incident.

Le ministère des Affaires étrangères du Royaume a indiqué qu’il rejetait les graves violations du droit international perpétrées par les forces israéliennes, réitérant son appel à la communauté internationale pour qu’elle assume ses responsabilités afin de mettre fin à l’occupation, d’arrêter l’escalade et les agressions israéliennes et de fournir la protection nécessaire aux civils.

Le ministère a également présenté les sincères condoléances du Royaume aux familles des victimes ainsi qu’au gouvernement et au peuple de Palestine, et a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Le Koweït et Oman ont eux aussi condamné l’attaque, ont rapporté leurs agences de presse nationales jeudi.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Raid à Jénine: l'Autorité palestinienne met fin à sa coordination sécuritaire avec Israël

Le président palestinien Mahmoud Abbas s'exprime lors d'une conférence de presse conjointe avec le président français au palais présidentiel de l'Elysée à Paris, le 20 juillet 2022. (Photo, AFP)
Le président palestinien Mahmoud Abbas s'exprime lors d'une conférence de presse conjointe avec le président français au palais présidentiel de l'Elysée à Paris, le 20 juillet 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Cette annonce palestinienne fait suite à une incursion militaire israélienne jeudi matin dans le camp de réfugiés de Jénine, au cours de laquelle neuf Palestiniens ont été tués
  • L'Autorité palestinienne avait déjà pris une décision similaire en mai 2020 pour protester contre un projet israélien d'annexion de pans de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé par l'armée israélienne depuis 1967

RAMALLAH: L'Autorité palestinienne a annoncé jeudi mettre fin à la coordination sécuritaire avec Israël, après un raid militaire israélien durant lequel neuf Palestiniens ont été tués dans le camp de réfugiés de Jénine, ville du nord de la Cisjordanie occupée.

"A la lumière des agressions répétées contre notre peuple et des violations d'accords signés, notamment sécuritaires, nous considérons que la coordination sécuritaire avec le gouvernement d'occupation israélien cesse d'exister à partir de maintenant", a indiqué dans un communiqué le bureau du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

L'Autorité palestinienne avait déjà pris une décision similaire en mai 2020 pour protester contre un projet israélien d'annexion de pans de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé par l'armée israélienne depuis 1967.

La coordination sécuritaire entre Israéliens et Palestiniens - héritée des accord de paix d'Oslo (1993) ayant débouché sur la création de l'Autorité palestinienne - avait repris en novembre 2020. Sa suspension avait eu un effet notamment sur les transferts de patients palestiniens vers des hôpitaux israéliens.

Cette annonce palestinienne fait suite à une incursion militaire israélienne jeudi matin dans le camp de réfugiés de Jénine, au cours de laquelle neuf Palestiniens ont été tués.

L'armée israélienne a indiqué y avoir mené une "opération de contre-terrorisme" visant des membres de l'organisation Jihad islamique qui, d'après le ministre de la Défense Yoav Gallant, planifiaient une attaque en Israël.

D'autres incidents ont éclaté ailleurs en Cisjordanie. Un dixième Palestinien a été tué par balles par les forces israéliennes jeudi, à Al-Ram près de Jérusalem, dans des conditions non précisées.

Ces décès portent à 30 le nombre de Palestiniens, civils ou membres de groupes armés, tués depuis le début de l'année dans des violences avec des forces ou des civils israéliens.