La Chine demande à l'ONU un embargo sur les armes légères pour Haïti

Les manifestants descendent dans les rues d'Haïti après des affrontements entre gangs (Photo, AFP).
Les manifestants descendent dans les rues d'Haïti après des affrontements entre gangs (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 15 juillet 2022

La Chine demande à l'ONU un embargo sur les armes légères pour Haïti

  • Ces mesures, selon Pékin, peuvent s'inscrire dans le cadre du renouvellement de la mission politique de l'ONU (Binuh) expirant vendredi soir
  • Washington n'est pas contre des sanctions mais elles doivent être les bonnes, indique un diplomate

NATIONS UNIES: La Chine a demandé au Conseil de sécurité de l'ONU d'imposer à Haïti un embargo sur les armes légères et des sanctions individuelles contre les chefs de gangs, ainsi que d'appuyer l'envoi d'une force de police régionale dans ce pays gangrené par la violence.

Ces mesures, selon Pékin, peuvent s'inscrire dans le cadre du renouvellement de la mission politique de l'ONU (Binuh) expirant vendredi soir, qui doit faire l'objet d'un vote vendredi à une heure indéterminée.

Les deux pays responsables du dossier haïtien au Conseil, les Etats-Unis et le Mexique, n'avaient pas prévu d'aller aussi loin dans leur projet initial de résolution et des négociations ardues se poursuivent sur le sujet, selon des diplomates.

"La situation en Haïti ne pourrait être pire" avec "la violence des gangs qui s'intensifie à Port-au-Prince", a indiqué une porte-parole de la mission diplomatique chinoise auprès de l'ONU. "Un embargo sur les armes contre les gangs criminels est le minimum que le Conseil doive faire en réponse à une situation épouvantable", a-t-elle ajouté.

Selon un projet de texte obtenu par l'AFP incluant les propositions d'amendements de la Chine, les sanctions individuelles incluraient des interdictions de voyager et des gels d'avoirs.

Washington n'est pas contre des sanctions mais elles doivent être les bonnes, indique un diplomate sous couvert de l'anonymat.

Décréter un embargo sur les armes sans création d'un comité de sanctions ni de groupe d'experts de l'ONU pour vérifier son application n'a guère de sens, ajoute cette source, en jugeant qu'un régime de sanctions implique une résolution séparée.

Pour les sanctions individuelles visant des chefs de gangs, même observation, poursuit le diplomate: qui cibler précisément et pour quelles raisons précises?

Tout ceci "mérite davantage de travail", insiste cette source.

Sur le dossier haïtien, Pékin est devenu à l'ONU un acteur clé ces dernières années. La raison? Une volonté chinoise de représailles, assurent des diplomates, après la reconnaissance de Taïwan par Port-au-Prince. Pékin dément établir un lien entre les deux sujets.

Lors de réunions de l'ONU, la Chine se montre régulièrement très virulente pour dénoncer un pays qui s'enfonce dans la crise politique et économique, en dépit de multiples aides internationales et de différentes missions de Casques bleus jusqu'en octobre 2019.

Police régionale

Il faut lutter contre le trafic des armes en Haïti, pousser les autorités politiques à sortir de leur léthargie et menacer de sanctions judiciaires les responsables des violences, insiste auprès de l'AFP une source diplomatique chinoise sous anonymat.

Le projet de texte qui devrait encore évoluer d'ici une mise au vote prévoit une reconduction jusqu'au 15 octobre 2023 de la Binuh.

Il exige des parties haïtiennes un accord urgent, dans les six mois ou avant, pour définir un nouveau processus politique menant à des élections présidentielle et législatives.

L'embargo sur les armes légères concernerait aussi les munitions et viserait à mettre un coup d'arrêt aux trafics et aux enlèvements contre rançon, devenus monnaie courante en Haïti.

La résolution exigerait également un arrêt immédiat des violences et des activités criminelles, ainsi que la fin des blocages des routes.

La Chine veut aussi que le texte demande au secrétaire général de l'ONU d'engager des consultations avec des pays de la région et des organisations régionales pour soutenir la police haïtienne et prévoir le déploiement d'une force de police multinationale.

Pour Washington, il serait cependant nécessaire au préalable de consulter les autorités haïtiennes pour avoir leur accord, précise-t-on de source diplomatique.

Au moins 89 personnes ont été tuées en une semaine dans des affrontements entre gangs à Port-au-Prince, où les prix s'envolent et les carences de carburant s'aggravent toujours davantage, menaçant l'aide humanitaire cruciale pour les habitants.


Niger: neuf morts dans l'attaque d'un site de réfugiés maliens

En novembre 2021, 25 civils avaient été tués dans une attaque de djihadistes présumés contre le campement de Bakorat. (Photo, AFP)
En novembre 2021, 25 civils avaient été tués dans une attaque de djihadistes présumés contre le campement de Bakorat. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Des civils ont bien été ciblés par une attaque mercredi dans la zone de Tillia», a confirmé une source sécuritaire, sans fournir de bilan ni de détails sur cette attaque
  • Les « terroristes lourdement armés» sont venus sur « une dizaine de motos», puis ont « fait  irruption» dans le campement et ont « ouvert le feu» avant de fuir vers le Mali

NIAMEY: Neuf personnes ont été tuées mercredi dans une attaque menée par "des terroristes lourdement armés" contre un site de réfugiés maliens dans l'ouest du Niger proche du Mali, a appris samedi l'AFP de sources locale et sécuritaire.

"Le bilan de l'attaque est de neuf morts, un blessé et six portés disparus", selon un élu local. "Des civils ont bien été ciblés par une attaque mercredi dans la zone de Tillia", a confirmé une source sécuritaire, sans fournir de bilan ni de détails sur cette attaque.

Selon l'élu local, l'attaque a visé dans la soirée du 1er février un campement de réfugiés maliens près d'une localité située à 65 km au nord-ouest de Tillia, dans la région de Tahoua, frontalière du Mali.

Les "terroristes lourdement armés" sont venus sur "une dizaine de motos", puis ont "fait  irruption" dans le campement et ont "ouvert le feu" avant de fuir vers le Mali, a-t-il dit.

Tahoua et Tillabéri - dans la zone des trois frontières entre le Burkina Faso, le Niger et le Mali - sont deux régions immenses et instables, théâtres depuis 2017 d'actions meurtrières de groupes armés liés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique (EI).

C'est dans la même région de Tillia que 141 civils avaient été massacrés le 21 mars 2021 par des jihadistes présumés dans plusieurs attaques menées contre les localités de Bakorat, Intezayane, Woursanat et plusieurs autres hameaux et campements.

En novembre 2021, 25 civils avaient été tués dans une attaque de djihadistes présumés contre le campement de Bakorat.

Et en mai de la même année, 16 soldats nigériens avaient trouvé la mort dans une embuscade tendue par des hommes armés dans cette même zone.

Il y a un an, Tillabéri et Tahoua abritaient 61 042 réfugiés maliens qui avaient fui en 2012 le nord du Mali tombé sous la coupe de groupes jihadistes, selon l'ONU.

En avril 2022, des milliers d'autres Maliens et Nigériens vivant au Mali, s'étaient installés dans ces régions après avoir fui de violents combats dans le nord du Mali opposant différents groupes armés.

Après le départ forcé en 2022 des soldats français du Mali, et bientôt du Burkina Faso, quelque 3.000 d'entre eux restent déployés au Niger et au Tchad pour participer à la lutte antijihadiste dans la région.


Une adolescente tuée par un requin en Australie

Un avis d'ordre public est vu près du site d'une attaque mortelle de requin au large de Little Bay Beach à Sydney le 17 février 2022, alors que les autorités ont déployé des lignes appâtées pour tenter d'attraper un grand requin blanc géant qui a dévoré un nageur (Photo, AFP).
Un avis d'ordre public est vu près du site d'une attaque mortelle de requin au large de Little Bay Beach à Sydney le 17 février 2022, alors que les autorités ont déployé des lignes appâtées pour tenter d'attraper un grand requin blanc géant qui a dévoré un nageur (Photo, AFP).
Short Url
  • La jeune fille a été grièvement blessée par ce requin d'une espèce inconnue dans la rivière Swan, à Fremantle
  • La dernière attaque mortelle dans une rivière en Australie remonte elle à 1960

SYDNEY: Une adolescente de 16 ans est morte samedi après avoir été attaquée par un requin pendant qu'elle nageait dans une rivière dans l'ouest de l'Australie, ont annoncé les autorités.

La jeune fille a été grièvement blessée par ce requin d'une espèce inconnue dans la rivière Swan, à Fremantle dans la banlieue de Perth, selon un communiqué du gouvernement de l'Etat.

Elle a été sortie de l'eau puis déclarée décédée sur place après l'échec des tentatives de réanimation, a précisé Paul Robinson, de la police de Fremantle.

"C'est encore très tôt, ce qu'on sait c'est qu'elle était à la rivière avec des amis", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

"Ils étaient sur des jet skis. Un groupe de dauphins aurait été vu dans les environs et la jeune fille aurait sauté dans l'eau pour nager avec les dauphins", a-t-il poursuivi.

La famille de la jeune fille, originaire de Perth, est "totalement anéantie par la nouvelle" de cet "incident très, très traumatisant", a-t-il ajouté.

Selon les experts, ce n'est pas courant de trouver des requins dans cette partie de la rivière, a indiqué M. Robinson.

Le gouvernement de l'Etat a appelé la population à faire preuve de "davantage de prudence " dans la rivière Swan et à respecter les fermetures de plages.

C'est la première attaque mortelle dans la rivière Swan depuis la mort d'un adolescent de 13 ans en janvier 1923, à Claremont dans la banlieur de Perth, selon des informations de l'époque ainsi qu'une base de données tenue à jour par la Société de conservation de Taronga.

La dernière attaque mortelle dans une rivière en Australie remonte elle à 1960, quand un requin bouledogue d'une longueur estimée à 3,3 mètres s'en est pris à un plongeur à Roseville Bridge à Sydney, selon cette base de données.

En février 2022, un moniteur de plongée britannique âgé de 35 ans, Simon Nellist, avait été dévoré au large de la plage de Little Bay à Sydney, première attaque de ce genre depuis 1963 dans la plus grande ville du pays.

Selon Sports Australia, 4,5 millions d'Australiens nagent régulièrement et au moins 500 000 pratiquent le surf.


Birmanie: l'Asean exhorte la junte à mettre en œuvre le plan de paix convenu

Le ministre indonésien des Affaires étrangères, Retno Marsudi, s'exprime lors d'une conférence de presse après la retraite des ministres des Affaires étrangères de l'ANASE (Association des nations de l'Asie du Sud-Est) à Jakarta, le 4 février 2023. (AFP).
Le ministre indonésien des Affaires étrangères, Retno Marsudi, s'exprime lors d'une conférence de presse après la retraite des ministres des Affaires étrangères de l'ANASE (Association des nations de l'Asie du Sud-Est) à Jakarta, le 4 février 2023. (AFP).
Short Url
  • L'Indonésie, première économie d'Asie du Sud-Est, préside l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (Asean) pour 2023 et accueillera les réunions annuelles des dirigeants de cette organisation dans le courant de l'année
  • Mais la réunion ministérielle de Jakarta a été dominée par la crise en Birmanie déclenchée par le coup d'Etat de la junte en 2021

JAKARTA : A l'issue de pourparlers de deux jours en Indonésie, des ministres d'Asie du Sud-Est ont exhorté samedi la junte birmane à mettre en œuvre un plan de paix en cinq points convenu il y a deux ans pour ouvrir un chemin vers la fin de la crise politique du pays.

L'Indonésie, première économie d'Asie du Sud-Est, préside l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (Asean) pour 2023 et accueillera les réunions annuelles des dirigeants de cette organisation dans le courant de l'année.

Mais la réunion ministérielle de Jakarta a été dominée par la crise en Birmanie déclenchée par le coup d'Etat de la junte en 2021.

La ministre indonésienne des Affaires étrangères, Retno Marsudi, a déclaré que Jakarta avait proposé aux membres de l'Asean un plan de mise en œuvre du "consensus en cinq points" (5PC) convenu avec la junte en avril 2021, qui appelait à la fin des violences et au dialogue entre les militaires et les rebelles.

"Tous les Etats membres ont apporté un large soutien à ce plan", a-t-elle fait savoir aux journalistes à la fin des discussions, sans donner de détails sur le moment et la manière dont ils espèrent que l'accord sera appliqué.

"Ce plan est très important pour l'Asean, en particulier pour la présidence, en tant qu'orientation pour faire face à la situation en Birmanie de manière unie. Il montre une forte unité des membres de l'Asean pour mettre en œuvre le 5PC."

La Birmanie reste membre de l'Asean. Mais les responsables de la junte birmane n'ont pas été autorisés à participer aux réunions de haut niveau à cause du manque de progrès dans l'application du plan visant à rétablir la paix entre l'armée et l'opposition birmane.

Le ministre birman des affaires étrangères, Than Swe, nommé cette semaine, n'était pas présent aux négociations de l'Asean vendredi, le bloc ayant refusé d'inviter un membre de la junte et n'acceptant qu'un "représentant apolitique", une offre rejetée par Naypyidaw.

Les responsables indonésiens ont souligné que l'absence de progrès de la part de la junte mettait à l'épreuve la crédibilité du bloc et qu'ils s'efforçaient de trouver des solutions à la crise.

Jakarta a annoncé son intention de mettre en place un bureau d'envoyé spécial sous l'égide du ministère des Affaires étrangères afin d'établir un dialogue de niveau inférieur avec la junte.