Comment Aramco est devenu synonyme de partenariat entre l'Arabie saoudite et les États-Unis

Short Url
Publié le Vendredi 15 juillet 2022

Comment Aramco est devenu synonyme de partenariat entre l'Arabie saoudite et les États-Unis

  • Saudi Aramco est devenu synonyme de partenariat entre le Royaume et l'Amérique, et est sans doute l'une des collaborations les plus fructueuses entre les deux alliés aujourd’hui
  • Avec une productivité accrue et une technologie de classe mondiale, l'entreprise saoudienne a maintenu un pied en Amérique par le biais de sa filiale Aramco Americas, basée à Houston

DHAHRAN: Saudi Aramco est devenu synonyme de partenariat entre le Royaume et l'Amérique, et est sans doute l'une des collaborations les plus fructueuses de l’époque récente. Le nom de la compagnie, Aramco, est un acronyme pour: AR, arabe, AM, américain, CO, entreprise. Le partenariat entre les deux pays est aussi intégré que des particules de sable.

Mais pour comprendre l’alliance actuelle entre les deux États, il faut se pencher sur le passé.

G
Ali Al-Naimi, qui a été président et chef de la direction d'Aramco, a été ministre saoudien du pétrole et des ressources minérales de 1995 à 2016 (Photo, Fournie).

Tout a commencé en 1933 lorsque la Standard Oil of California (Socal) a créé une nouvelle unité de forage à l'étranger, après avoir signé un accord de concession avec le royaume saoudien. Une entreprise affiliée, la California Arabian Standard Oil Company (Casoc), a été constituée pour gérer cet accord. Les forages ont commencé avec optimisme et enthousiasme en 1935 dans une vaste zone désertique saoudienne, bien qu’aucune ressource pétrolière n’y ait été recensée auparavant. Les géologues avaient le pressentiment qu'il y trouveraient quelque chose. 

À cette époque, ils avaient l'habitude de se rendre physiquement dans une zone du désert de Dammam dans une chaleur accablante pour essayer de deviner où forer, en se basant entièrement sur leurs observations à l'œil nu. Ils ont foré les sols six fois différentes, ne trouvant rien d'autre que d’amères déceptions.

Puis, en 1938, l'Américain Max Steineke a dit à son équipe de «continuer à forer». La septième fois a été la bonne, le numéro porte-bonheur qui a permis de trouver de l’or liquide. Ce premier puits de pétrole accessible a été affectueusement nommé Dammam-7, ou «puits de la fortune». C'est un nom qui est encore souvent utilisé avec affection à Dhahran, où se trouve le siège social de Saudi Aramco.

G
Le géologue américain Max Steineke (Photo, Fournie).

Avançons plus loin dans le siècle: dans les années 1960, alors que la recherche de pétrole et de gaz devenait plus difficile, la société s'est tournée vers la technologie et le programme d'exploration sismique 2D. Avec l'avènement de la force de frappe informatique d'IBM et de Cray dans les années 1990 et au début des années 2000, Aramco a pu utiliser une technologie sismique 3D qui a permis aux géologues de déterminer de façon plus précise les emplacements de forage à partir d'images 3D du sous-sol. Pour créer des images plus élaborées et détaillées du sous-sol à des profondeurs de plusieurs kilomètres, il existait un besoin toujours croissant de données sismiques, notamment les études sismiques High Channel Count. Il fallait une puissance de calcul avancée pour traiter ces énormes données.

Dans les années 1970, le gouvernement saoudien a progressivement commencé à acheter des actions de la société, d'abord 25% puis 60%, jusqu'à ce qu'il finisse par en détenir 100% en 1980. En 1988 est ainsi née la Saudi Arabian Oil Company ou Aramco, dont S.E. Ali al-Naimi est devenu le célèbre premier PDG saoudien. Avant cela, tous les présidents étaient des Américains. Pour de nombreux expatriés américains, Aramco reste toujours leur «chez eux», et nombreux sont ceux dans la région qui qualifient le camp d'Aramco de «mini Amérique». La société est devenue publique et a été officiellement cotée à la Bourse saoudienne (Tadawul) fin 2019, juste avant que ne frappe la pandémie de Covid-19.

Avec une productivité accrue et une technologie de classe mondiale, l'entreprise a maintenu un pied en Amérique, par le biais de sa filiale Aramco Americas située dans un autre climat chaud, en l’occurrence à Houston, au Texas.

Y
Ce premier puits de pétrole viable a été affectueusement nommé Dammam-7, ou « Prosperity Well ». C'est un nom qui est encore souvent utilisé à Dhahran, où se trouve le siège de Saudi Aramco (Photo, Fournie).

Son site Web officiel indique que ses services sont multiples. Ils comprennent la gestion d'un réseau de trois centres de recherche américains et de bureaux technologiques à Houston, Boston et Detroit; l’identification des technologies en amont et en aval, des meilleures pratiques et des partenaires technologiques potentiels pour Saudi Aramco; l’apport de biens et services et services d'ingénierie; l’aide au recrutement et à la formation des étudiants et des employés parrainés par Saudi Aramco en Amérique du Nord.

Aujourd'hui, Aramco Americas joue de nombreux rôles. Au sein de l’entreprise est publié l'un des plus anciens magazines basés aux États-Unis, destiné aux lecteurs anglophones et qui traite du monde arabe et musulman. Le magazine bimensuel primé par le passé se concentre sur la création d'une compréhension interculturelle entre l'Orient et l'Occident. Le premier numéro a été publié en novembre 1949, les rédacteurs étant présents dans différentes parties du monde. Le magazine a été rebaptisé Saudi Aramco World en 2000, puis renommé Aramco World en 2015. 

Le bureau de la rédaction s'est installé à Houston en 1987, où il est encore opérationnel aujourd'hui. Cette revue imprimée sur papier glacé est envoyée aux lecteurs américains et aux «Aramcons» à Dhahran six fois par an. Toujours en évolution, le magazine dispose désormais d'une application smartphone et de riches archives comprenant 50 000 photos accessibles. L'édition imprimée du site Web d'Aramco World indique qu’il compte environ 35 000 abonnés dans plus de 125 pays.

Aramco Americas a cherché à se diversifier du pétrole et du gaz et à se concentrer sur des domaines essentiels comme le développement durable et l'environnement. Récemment, l’entreprise a lancé un projet financé par la National Fish and Wildlife Foundation's Coral Reef Conservation (NFWF), dans le cadre duquel des efforts sont déployés pour aider à sauver et à reconstruire d'importants récifs côtiers des États-Unis et d’autres pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un sommet et une exposition sur le divertissement et les loisirs à Riyad vont réunir les leaders mondiaux de l’industrie

SEA, SLS Expo 2024 sera une vitrine de l'innovation réunissant les chefs de file mondiaux. (Photo fournie)
SEA, SLS Expo 2024 sera une vitrine de l'innovation réunissant les chefs de file mondiaux. (Photo fournie)
SEA, SLS Expo 2024 sera une vitrine de l'innovation réunissant les chefs de file mondiaux. (Photo fournie)
SEA, SLS Expo 2024 sera une vitrine de l'innovation réunissant les chefs de file mondiaux. (Photo fournie)
Short Url
  • Le Saudi Entertainment and Amusement Summit and Expo (SEA) vise à mettre en valeur les projets de divertissement et de loisirs du Royaume
  • La Saudi Light and Sound Expo (SLS) se concentrera sur le tourisme, avec l’organisation d’ événements qui attirent la génération Z et approfondissent le potentiel de la technologie

RIYAD: Le Saudi Entertainment and Amusement Summit and Expo (SEA) devrait se tenir à nouveau à Riyad du 7 au 9 mai, avec des exposants du monde entier présentant les dernières innovations du secteur.

Organisée par dmg events, SEA 2024 se déroulera parallèlement à la Saudi Light and Sound Expo (SLS), et se tiendra au Riyadh Front Exhibition and Conference Center.

Cet événement présentera l'innovation et les nouvelles tendances, réunissant des experts mondiaux et des chefs de file du secteur.

Lors d'une récente réunion du conseil consultatif à Riyad, les membres ont défini les tendances clés pour 2024 qui seront utilisées pour constituer l'ordre du jour de l'Expo SEA. Celles-ci comprennent l’étude de stratégies mondiales d’investissement, la vision du marché de la nouvelle génération, l’autonomisation de la main-d’œuvre saoudienne, l’adoption du divertissement vert et l’examen de la crypto technologie.

L’évolution des personnes talentueuses de la prochaine génération s’est avérée être une priorité, tout en reconnaissant le potentiel du secteur à contribuer à hauteur de plus de 23 milliards de dollars (3 %) au produit intérieur brut du Royaume d’ici à 2030, en créant au moins 100 000 emplois.

Doug Stagner, membre du conseil consultatif et directeur général des attractions de Saudi Entertainment Ventures, a indiqué que «ce qui se passe en Arabie saoudite n’a jamais été fait auparavant dans le secteur des attractions. Il y a des parcs d’attractions et des manèges révolutionnaires qui n'ont jamais été construits auparavant, et de nouveaux concepts et idées naîtront en Arabie saoudite, notamment à partir des discussions lors de l'Expo de cette année, qui se retrouveront dans d'autres parties du monde. Ce qui se passe ici a un impact très important, qui s’étend au-delà des frontières de l’Arabie saoudite.»

L'Expo SEA 2024 vise à mettre l’accent sur les projets de divertissement et de loisirs du Royaume, et à créer des opportunités dans le secteur pour conduire le pays vers la réalisation de ses objectifs dans le cadre de la Vision 2030.

Avec des centaines de marques internationales et locales de plus de 40 pays, SEA Expo servira de plate-forme pour présenter les produits nouveaux et innovants de ses 350 exposants.

Les responsables du conseil consultatif ont indiqué que la SLS Expo 2024 se concentrerait sur le tourisme, en organisant des événements qui attirent la génération Z, et en approfondissant le potentiel de la technologie.

Le Sommet SLS, point central de l'Expo, se penchera sur l'impact du tourisme sur le domaine du divertissement et de l'événementiel, en examinant la façon dont l'afflux de visiteurs mondiaux redéfinit le secteur et stimule l'innovation.

«Nous assistons à une croissance exponentielle dans le secteur du divertissement et de l’événementiel dans le Royaume, et cela entraîne une demande pour les dernières technologies, associée à une soif de comprendre l'évolution de la dynamique du marché dans le paysage professionnel de la lumière et du son à travers le pays», a précisé Sarkis Kahwajian, directeur de portefeuille à dmg event.

«Cette année, la SLS Expo ouvrira la voie aux innovateurs, aux fabricants et aux professionnels de l'éclairage et du son, dans la mesure où ils attirent des clients potentiels, tissent de nouveaux liens, et conduisent à une ère nouvelle dans notre secteur», a-t-il ajouté.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Maroc-France: Bruno Le Maire en visite à Rabat, un signe de réchauffement progressif des relations bilatérales

La venue de Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, à Rabat fin avril, s'inscrit dans un contexte de réchauffement graduel des relations entre le Maroc et la France (Photo, X).
La venue de Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, à Rabat fin avril, s'inscrit dans un contexte de réchauffement graduel des relations entre le Maroc et la France (Photo, X).
Short Url
  • Cette réunion est organisée conjointement par la CGEM et le Medef
  • Cette visite s'inscrit dans un contexte de réchauffement graduel des relations entre le Maroc et la France

CASABLANCA: La venue de Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, à Rabat fin avril, s'inscrit dans un contexte de réchauffement graduel des relations entre le Maroc et la France. Programmée du 24 au 26 avril, cette visite est marquée par la tenue d'une mission d'entreprises françaises au Maroc et du Forum d’affaires Maroc-France, reflétant une volonté mutuelle de renforcer les échanges économiques et commerciaux.

Des relations économiques en évolution

La réunion rassemblera des représentants d'entreprises des deux pays, mettant en lumière des secteurs clés tels que l'agriculture, l'agroalimentaire, l'énergie et la ville durable.

Organisée conjointement par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et le Mouvement des entreprises de France (MEDEF), cette initiative témoigne d'une approche pragmatique visant à explorer les voies d'une coopération renforcée. 

Ce déplacement de Bruno Le Maire symbolise donc un pas supplémentaire vers un rapprochement franco-marocain, dans un contexte où les deux pays cherchent à redéfinir leurs relations sur des bases nouvelles et mutuellement bénéfiques. 

La visite de Bruno Le Maire à Rabat s'inscrit dans une dynamique plus large de réchauffement des relations franco-marocaines, illustrée également par le déplacement programmé de Stéphane Séjourné, ministre français des Affaires étrangères.

Prévue le 25 février, cette rencontre de Séjourné avec les officiels marocains témoigne d'une volonté réciproque d'approfondir le dialogue et de renforcer la coopération bilatérale. Ces séquences diplomatiques, marquées par des échanges au plus haut niveau, reflètent un engagement commun à travailler sur des bases renouvelées. 
 


Netanyahu propose son premier plan «d'après-guerre» à Gaza

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (Photo, AFP).
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (Photo, AFP).
Short Url
  • L'armée israélienne «exercera un contrôle sécuritaire sur toute la zone à l'ouest de la Jordanie, y compris la bande de Gaza»
  • L'annonce de ce plan intervient alors que les pourparlers s’intensifient pour une trêve de plusieurs semaines dans les affrontements à Gaza

JERUSALEM: Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a proposé son premier plan pour "l'après-guerre" avec le Hamas prévoyant notamment le maintien du "contrôle sécuritaire" d'Israël en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza, une éventualité rejetée par l'Autorité palestinienne et le Hamas.

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a aussi réagi en affirmant l'opposition des Etats-Unis à toute "réoccupation" de Gaza.