Les petites entreprises, prochaine cible de l'intéressement pour le gouvernement

Les chiffres du ministère du Travail sont éloquents concernant cette prime conditionnée à la performance ou aux résultats d'une entreprise: là où quasiment 70% du personnel des entreprises de plus de 1 000 salariés bénéficiait en 2020 d'un dispositif d'intéressement, le taux chute à 25% dans les sociétés de 50 à 99 salariés. (AFP).
Les chiffres du ministère du Travail sont éloquents concernant cette prime conditionnée à la performance ou aux résultats d'une entreprise: là où quasiment 70% du personnel des entreprises de plus de 1 000 salariés bénéficiait en 2020 d'un dispositif d'intéressement, le taux chute à 25% dans les sociétés de 50 à 99 salariés. (AFP).
Short Url
Publié le Mardi 19 juillet 2022

Les petites entreprises, prochaine cible de l'intéressement pour le gouvernement

  • «Pour les petites structures comme les nôtres, on a des chiffres d'affaires qui ne dépassent pas les 200 000 euros»
  • Par conséquent, «les bénéfices ne sont pas suffisants» pour verser de l'intéressement à ses deux salariées et à son apprentie

PARIS : "Tout l'effort ne peut pas reposer sur l'Etat": comme le martèle Bruno Le Maire, le gouvernement compte aussi sur les entreprises pour préserver le pouvoir d'achat des Français, et notamment les plus petites où il espère développer l'intéressement, jusqu'ici très rare.

Les chiffres du ministère du Travail sont éloquents concernant cette prime conditionnée à la performance ou aux résultats d'une entreprise: là où quasiment 70% du personnel des entreprises de plus de 1 000 salariés bénéficiait en 2020 d'un dispositif d'intéressement, le taux chute à 25% dans les sociétés de 50 à 99 salariés.

Dans les firmes de neuf salariés et moins, le pourcentage plonge même à 4,9%.

"Pour les petites structures comme les nôtres, on a des chiffres d'affaires qui ne dépassent pas les 200 000 euros", explique à l'AFP Véronique Cahu, patronne d'un salon d'esthétique à Mortain dans la Manche.

Par conséquent, "les bénéfices ne sont pas suffisants" pour verser de l'intéressement à ses deux salariées et à son apprentie, ajoute la présidente de la Confédération des esthéticiennes de Basse-Normandie.

Simplification

Dirigeant d'une entreprise de 10 salariés dans le secteur du bâtiment, David Morales trouve lui aussi l'intéressement "fastidieux à mettre en place".

"C'est réfléchi et prévu pour de grosses entreprises" dotées de spécialistes des ressources humaines, estime-t-il, effrayé par la lourdeur administrative qu'il associe au dispositif.

Pour partager malgré tout une partie de ses bénéfices, Véronique Cahu a plutôt choisi d'abonder le plan d'épargne entreprise de ses employés.

Même logique de contournement pour Jean-François Diguet. Depuis une dizaine d'années, le directeur d'Air de Bretagne propose à ses 90 salariés une "prime d'activité", encadrée chaque année par un accord d'entreprise.

Le versement de ce chèque, qui représente de 1 500 à 6 000 euros selon le niveau de salaire, n'est toutefois pas automatique: il faut que les prévisions de résultat le permettent, et les salariés doivent être présents depuis au moins trois mois dans l'entreprise pour le toucher.

"Il y a une grande majorité de salariés dans les TPE/PME qui ne sont pas concernés par les instruments d’intéressement et de participation", résume Thibault Lanxade, un des ambassadeurs à l'intéressement et à la participation du gouvernement.

"On a plus de 2 millions de collaborateurs à couvrir dans les PME (...) Je pense qu’on a encore beaucoup de choses à faire au titre de la simplification" pour y parvenir, ajoute-t-il.

Déjà facilitée par la loi Pacte de 2019, la mise en place de dispositifs d'intéressement devrait justement être encore simplifiée dans le cadre du paquet de mesures de pouvoir d'achat que l'Assemblée nationale examine en ce moment.

Leurres

Contraint de trouver des alliés de circonstance faute de majorité absolue, le gouvernement souhaite porter la durée maximale des accords d'intéressement de trois à cinq ans.

Au-delà de ce gage de visibilité pour les entreprises, l'exécutif veut permettre aux sociétés de moins de 50 salariés de lancer un dispositif d'intéressement de manière unilatérale, sous certaines conditions.

De quoi pousser Jean-François Diguet à se pencher à nouveau sur l'opportunité d'introduire un tel mécanisme dans son entreprise, quelques années après une première tentative infructueuse.

Véronique Cahu souligne de son côté que les conditions fiscales de l'intéressement, autrefois jugées pénalisantes par les patrons, sont désormais plus favorables.

Depuis le début de l'année 2019, le forfait social (une contribution due par l'employeur) a ainsi été supprimé pour les sociétés de moins de 50 salariés.

Une évolution qui a suscité une "dynamique" propice à l'intéressement, se réjouit la direction statistique du ministère du Travail (Dares).

Selon elle, entre 2019 et 2020, la part de salariés couverts par un dispositif d'intéressement dans les plus petites firmes (1 à 9 salariés) a grimpé d'1,4 point, et de 0,7 point dans les entreprises de 10 à 49 employés.

Après avoir convaincu certains patrons, reste encore à persuader les syndicats.

Ancien patron de Force ouvrière, Yves Veyrier assimile l'intéressement et la participation à des "leurres".

"Ce sont systématiquement des dispositifs qui consistent à éviter d’avoir à augmenter le salaire de base", cingle-t-il.


En images: Le 3e round dans la rue contre la réforme des retraites

Lors de manifestation le troisième jour de rassemblements nationaux organisés depuis le début de l'année, contre une refonte profondément impopulaire des retraites à Marseille, dans le sud de la France, le 7 février 2023. (Photo de CHRISTOPHE SIMON / AFP)
Lors de manifestation le troisième jour de rassemblements nationaux organisés depuis le début de l'année, contre une refonte profondément impopulaire des retraites à Marseille, dans le sud de la France, le 7 février 2023. (Photo de CHRISTOPHE SIMON / AFP)
Short Url
  • Grèves, manifestations, acte 3: les opposants à la réforme des retraites se remobilisent mardi pour maintenir la pression sur l'exécutif mais aussi sur les députés qui viennent d'ouvrir les hostilités dans l'Hémicycle
  • De nombreuses manifestations se sont tenues dans la matinée, en attendant le départ en début d'après-midi de celle de Paris, entre la place de l'Opéra et celle de la Bastille

PARIS: Grèves, manifestations, acte 3: les opposants à la réforme des retraites se remobilisent mardi pour maintenir la pression sur l'exécutif mais aussi sur les députés qui viennent d'ouvrir les hostilités dans l'Hémicycle, tandis que les syndicats se montrent déterminés à poursuivre l'épreuve de force.

De nombreuses manifestations se sont tenues dans la matinée, en attendant le départ en début d'après-midi de celle de Paris, entre la place de l'Opéra et celle de la Bastille.

retraites
Avant le départ, le leader de la CGT, Philippe Martinez, a appelé à durcir le mouvement par des grèves "plus dures, plus massives, plus nombreuses", car "si le gouvernement persiste à ne pas écouter, forcément il faudra monter d'un cran". (Photo Sameer Al-Doumy / AFP)

 

greve
Un graffiti réclamant l'âge de la retraite à 60 ans est pulvérisé sur une statue à l'extérieur de la place du Palais Bourbon, devant l'Assemblée nationale lors de manifestations de militants de l'association ATTAC. (Photo Ludovic MARIN / AFP)
greve
Les manifestants se rassemblent place de l'Opéra avant le début de la manifestation, à Paris. (Photo Sameer Al-Doumy / AFP)
greve
Le cortège à Montpellier, dans le sud de la France. (Photo Pascal GUYOT / AFP)
greve
Un manifestant lance un projectile de gaz lacrymogène lors de la manifestation à Nantes, dans l'ouest de la France, le 7 février 2023. (Photo LOIC VENANCE / AFP)
greve
Dans le cortège à Bordeaux. (Photo by THIBAUD MORITZ / AFP)
greve
Le cortège au Vieux Port de Marseille, dans le sud de la France. (Photo CHRISTOPHE SIMON / AFP)

 

nantes
Le cortège à Nantes. (Photo LOIC VENANCE / AFP)

 

 


Passage à tabac mortel diffusé sur TikTok: deux interpellations à Lyon

Des policiers municipaux patrouillent dans le quartier de La Duchère, le 15 juin 2022, à Lyon, dans le centre-est de la France. (Photo d'illustration/AFP).
Des policiers municipaux patrouillent dans le quartier de La Duchère, le 15 juin 2022, à Lyon, dans le centre-est de la France. (Photo d'illustration/AFP).
Short Url
  • Les enquêteurs ont trouvé «le corps sans vie d'un homme de 54 ans tandis que deux individus étaient interpellés alors qu'ils étaient en train de dormir dans la chambre attenante»
  • Selon les premières constatations, le corps présentait de nombreuses traces de violences. Une autopsie est prévue mardi

LYON : La police lyonnaise a arrêté deux hommes suspectés d'avoir passé à tabac un homme de 54 ans retrouvé mort dans un appartement, des violences filmées et diffusées sur le réseau social TikTok, a-t-on appris mardi auprès du parquet de Lyon.

Vendredi dernier, la plateforme Pharos, sur laquelle le grand public peut signaler les comportements et contenus illicites, a alerté sur la diffusion d'une vidéo "représentant une scène de violence impliquant un homme gisant au sol, partiellement dénudé et victime de coups", a expliqué le parquet .

La vidéo, prise dans l'après-midi de vendredi, laisse apparaître deux agresseurs.

Une enquête de flagrance a été immédiatement ouverte et confiée à la police judiciaire pour "actes de torture et de barbarie en bande organisée et séquestration en bande organisée".

Dans la nuit de samedi à dimanche, l'enquête a permis de localiser un appartement situé dans le centre de Lyon, "susceptible d'être le lieu de commission des faits", comme l'écrit le parquet.

Dans le salon du logement, les enquêteurs ont trouvé "le corps sans vie d'un homme de 54 ans tandis que deux individus étaient interpellés alors qu'ils étaient en train de dormir dans la chambre attenante".

Selon les premières constatations, le corps présentait de nombreuses traces de violences. Une autopsie est prévue mardi.

L'enquête se poursuit "du chef de meurtre en bande organisée" afin de déterminer les circonstances et le mobile des faits.


Le Sénat examine un texte appelant au renforcement de l'aide à l'Ukraine

Le Sénat à majorité de droite devrait voter mardi une proposition de résolution réaffirmant son soutien à l'Ukraine et appelant le gouvernement à renforcer l'aide fournie (Photo, AFP).
Le Sénat à majorité de droite devrait voter mardi une proposition de résolution réaffirmant son soutien à l'Ukraine et appelant le gouvernement à renforcer l'aide fournie (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Sénat se prononcera par un vote sur cette proposition de résolution, à l'issue d'une prise de parole de chacun des groupes politiques
  • Par ce texte, le Sénat entend réaffirmer «son plein soutien à l’indépendance, à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de l’Ukraine»

PARIS: Le Sénat à majorité de droite devrait voter mardi une proposition de résolution réaffirmant son soutien à l'Ukraine et appelant le gouvernement à renforcer l'aide fournie, "en particulier les livraisons d'armes".

Ce texte sans valeur contraignante, proposé par le président du groupe Les Indépendants Claude Malhuret, a été inscrit à l'ordre du jour à la demande du président LR du Sénat Gérard Larcher. Il est cosigné notamment par les présidents des groupes LR Bruno Retailleau, centriste Hervé Marseille, RDPI à majorité Renaissance François Patriat et RDSE à majorité radicale Jean-Claude Requier.

Le Sénat se prononcera par un vote sur cette proposition de résolution, à l'issue d'une prise de parole de chacun des groupes politiques.

Par ce texte, le Sénat entend réaffirmer "son plein soutien à l’indépendance, à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de l’Ukraine à l’intérieur de ses frontières reconnues au niveau international par le mémorandum de Budapest de 1994, confirmé par la Fédération de Russie en 2009".

Le texte "invite" notamment le gouvernement "à poursuivre et à renforcer, de manière significative, son soutien politique, économique, militaire, technique et humanitaire afin d’aider l’Ukraine à se défendre contre la guerre d’agression russe (...)" et "en lien avec ses partenaires européens, à poursuivre et à renforcer en particulier les livraisons d’armes à l’Ukraine, dans les domaines identifiés comme les plus nécessaires par les autorités ukrainiennes".

A l'occasion de l'intervention de Rouslan Stefantchouk, président de la Rada, le parlement de l'Ukraine, dans l'hémicycle du Sénat mercredi dernier, Gérard Larcher avait affirmé que "l’Ukraine doit être en capacité non seulement de résister, mais aussi de prendre l’avantage stratégique. Nous devons l’y aider".

Le texte invite aussi, entre autres, le gouvernement et l'Union européenne "à favoriser toute initiative destinée à élucider et à juger les faits susceptibles de constituer des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis par la Fédération de Russie".