Chicago: Pourquoi les entreprises musulmanes et arabes paient le lourd tribut de la lutte contre la criminalité?

La violence armée et les homicides atteignent des proportions alarmantes dans la ville de Chicago. (AFP)
La violence armée et les homicides atteignent des proportions alarmantes dans la ville de Chicago. (AFP)
La violence armée et les homicides atteignent des proportions alarmantes dans la ville de Chicago. (AFP)
La violence armée et les homicides atteignent des proportions alarmantes dans la ville de Chicago. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 25 juillet 2022

Chicago: Pourquoi les entreprises musulmanes et arabes paient le lourd tribut de la lutte contre la criminalité?

  • Le conseiller municipal de Chicago affirme que le ciblage des magasins qui appartiennent à des Arabes et à des musulmans est «condamnable sur le plan moral»
  • Même si tous les commerces fermés appartiennent à des Arabes et des musulmans, la maire Lori Lightfoot conteste le fait qu’ils aient été ciblés en fonction de l’ethnie ou de la religion de leurs propriétaires

CHICAGO: Alors que la violence armée et les homicides continuent d’accabler la ville de Chicago, le bureau de la maire de la ville, Lori Lightfoot, a mis en place une stratégie censée améliorer la sécurité dans cette ville américaine.

Néanmoins, les entreprises qui appartiennent à des musulmans et à des Arabes affirment que cette stratégie leur porte préjudice sans qu’elle ne profite à quiconque.

Au mois de juin 2021, un groupe de travail formé par Mme Lightfoot a été accusé par les propriétaires d’entreprises arabes et musulmanes de prendre pour cible leurs magasins en menant des opérations de nuit dans les zones les plus dangereuses de la ville.

Plus de cent cinquante petites sociétés d’Américains arabes et de musulmans ont été fermées par le groupe de travail entre juin et septembre 2021, selon la Chambre de commerce arabo-américaine (AACC).

Des propriétaires d’entreprises arabes et musulmanes organisent une conférence de presse pour dénoncer le fait que la task force, destinée à combattre la criminalité, les prend pour cible. (Ray Hanania pour Arab News)
Des propriétaires d’entreprises arabes et musulmanes organisent une conférence de presse pour dénoncer le fait que la task force, destinée à combattre la criminalité, les prend pour cible. (Ray Hanania pour Arab News)

Pour exprimer leur mécontentement, les propriétaires de magasins sont intervenus par l’intermédiaire de l’AACC. Le 8 septembre 2021, ils ont tenu une conférence de presse pour sensibiliser le public aux agissements de ce groupe de travail.

Raymond Lopez a soutenu ce mouvement. Ce conseiller municipal de Chicago sera l’un des futurs opposants à Mme Lightfoot lors des élections de l’année prochaine.

Près de vingt-cinq propriétaires de magasins ont assisté à la conférence de presse. Un seul d’entre eux a préféré garder l’anonymat pour échapper aux représailles éventuelles de la municipalité.

«Plusieurs entreprises se sont plaintes d’avoir été fermées par la municipalité sans aucune raison valable. C’est au mois d’août que la tendance s’est dessinée, lorsqu’on recevait de plus en plus de réclamations de la part de propriétaires de magasins», confie à Arab News Hassan Nijem, président de la Chambre de commerce arabo-américaine.

«Nous avons porté plainte auprès de la municipalité de Chicago, mais seuls quelques conseillers municipaux nous ont écoutés et ont réagi, comme Raymond Lopez. On dirait que tout le monde refuse de reconnaître le problème auquel nous sommes confrontés.»

«En effet, nous représentons une cible facile qui permet à madame la maire de laisser croire qu’elle combattait la violence des gangs. Mais la réalité est tout autre».

La police de Chicago a apposé un avis de fermeture que sur la vitrine de ce magasin. (Ray Hanania pour Arab News)
La police de Chicago a apposé un avis de fermeture que sur la vitrine de ce magasin. (Ray Hanania pour Arab News)

M. Lopez a tenté, en vain, de convaincre le conseil municipal de Chicago de tenir une audience publique qui porterait sur les fermetures de magasins opérées par le groupe de travail. D’autres responsables se sont joints à lui, dont Silvana Tabares, ancienne représentante de l’État de l’Illinois, et Gilbert Villegas, candidat au poste de représentant du 3e district de l’Illinois.

M. Lopez affirme que le ciblage des magasins qui appartiennent à des Arabes et à des musulmans reste «inefficace lorsqu’il s’agit de réduire la criminalité» et «condamnable sur le plan moral».

«Dans quels contextes et pour quelles raisons visons-nous spécifiquement ces personnes-là? Est-ce parce que nous croyons qu’ils ne se défendront pas? Ou sommes-nous motivés par des préjugés que nous refusons d’admettre? Ou encore parce que nous craignons de nous attaquer aux véritables catalyseurs de la violence dans nos quartiers?», s’insurge-t-il.

M. Nijem affirme que «madame la maire s’est empressée de rouvrir tous les magasins le lendemain de la conférence de presse que nous avons organisée pour braquer les projecteurs sur ce ciblage». Grâce à la couverture des chaînes de télévision, des radios et des journaux, il était «impossible de passer l’affaire sous silence», selon lui.

La maire de Chicago, Lori Lightfoot, dément le ciblage des Arabes et des musulmans. (Getty Images via AFP)
La maire de Chicago, Lori Lightfoot, dément le ciblage des Arabes et des musulmans. (Getty Images via AFP)

L’administration de Lori Lightfoot a démenti le ciblage des magasins en fonction de l’ethnie ou de la religion de leurs propriétaires. L’AACC affirme cependant que tous les magasins fermés appartenaient à des Arabes ou à des musulmans.

Elle a refusé de rencontrer les représentants de l’AACC ou ces propriétaires. Elle conteste les allégations de racisme et accuse les magasins d’enfreindre la loi.

De leur côté, les propriétaires des magasins assurent qu’ils collaborent avec la police municipale pour combattre la criminalité: ils signalent ainsi les incidents qui se produisent aux abords de leurs magasins et coopèrent sans réserve avec la police pour arrêter les auteurs de ces actes.

Auparavant, lorsqu’ils étaient accusés de violations du code, on leur accordait un délai pour y répondre plutôt que de fermer leurs établissements sans préavis.

«Tous les jours, j’ai peur que la task force […] s’attaque à notre commerce et le ferme sans préavis», raconte à Arab News Saad Malley, propriétaire d’une station-service à Chicago.

Quelques CHIFFRES

  • 161: nombre de magasins qui appartiennent à la communauté arabe ou musulmane et qui ont été visés depuis juin 2021
  • 1 500: nombre d’emplois supprimés en raison des fermetures
  • 5 millions de dollars: montant des taxes perdues à la suite des fermetures
  • 65%: pourcentage de la hausse des attaques à main armée à Chicago entre 2019 et 2021

C’est au mois de mai 2022 que les fermetures ont recommencé. Toutefois, elles ont cette fois diminué en ampleur. Le 2 mai, les images d’un jeune homme qui courait à toute vitesse en brandissant un fusil automatique illégal de type AK-47 ont été enregistrées par les caméras de surveillance de Citgo (une station-service, qui fait également épicerie, située dans le quartier ouest de Chicago). Le propriétaire de cette boutique s’appelle Ahmed Mohsin; c’est un Américain d’origine yéménite.

À 9h30, l’adolescent a traversé la rue où se situe le magasin pour se diriger vers Chicago Avenue. Il a ouvert le feu sur un homme qui s’apprêtait à emprunter les transports en commun.

La victime se tenait sur le trottoir situé devant le magasin de Mohsin et consultait son téléphone portable. Il a succombé sur le coup et est tombé du côté de la station-service de Mohsin. Quant au suspect, il s’est enfui et n’a jamais été identifié ni appréhendé par la police.

Ahmed Mohsin, propriétaire yéménite d’un magasin de Chicago, en compagnie des responsables de l’AACC, Hassan Nijem et Maher al-Khatab, après la fermeture de son magasin. (Ray Hanania pour Arab News)

«Nous avons appelé la police sur-le-champ. C’est ce que nous faisons à chaque fois qu’un crime se produit dans les environs. À leur arrivée, ils nous ont demandé de fermer le magasin le temps de l’enquête», raconte M. Mohsin à Arab News.

«Nous nous sommes pliés volontiers à cette demande, puisque nous sommes toujours prêts à aider la police de Chicago pour assurer la sécurité du quartier où nous travaillons.»

Le lendemain, il apprend la nouvelle par la police: l’entreprise qu’il possède depuis vingt ans restera fermée pour une durée indéterminée.

«L’hypothèse retenue est la suivante: nous sommes tenus responsables de la violence qui éclate sur la voie publique de la ville et qui s’étend à notre entreprise», explique M. Mohsin.

Il est entré en contact avec l’AACC, qui n’a pas tardé à organiser une conférence de presse à la station-service le 5 mai. D’autres propriétaires de magasins et plusieurs médias y ont assisté.

Des individus brandissent des pancartes lors d’une marche contre la violence armée à Chicago le 31 décembre 2020, dans un contexte de recrudescence des meurtres dans la ville (768 cette année-là), ce qui représente une hausse de 252 meurtres par rapport à l’année 2019 (516). (AFP)
Des individus brandissent des pancartes lors d’une marche contre la violence armée à Chicago le 31 décembre 2020, dans un contexte de recrudescence des meurtres dans la ville (768 cette année-là), ce qui représente une hausse de 252 meurtres par rapport à l’année 2019 (516). (AFP)

Une dizaine de jours plus tard, la task force a autorisé Mohsin à rouvrir sa boutique, mais à condition qu’il la ferme en fin de soirée.

Il a également été contraint d’embaucher une équipe de sécurité supplémentaire recommandée par l’administration du maire Lightfoot. La ville a suggéré trois firmes, dont les frais varient entre 22 000 et 30 000 dollars par mois (1 dollar = 0,98 euro).

La réponse de la municipalité à la conférence de presse a été la suivante: la station-service de Mohsin avait préalablement été notifiée de dix-huit violations de la loi.

Or, ces avis ont été délivrés sur une période de vingt ans et le dernier remonte à 2021.

Selon Mme Lightfoot, Mohsin avait rapporté des centaines de crimes commis sur les lieux de son entreprise. Ce dernier a reconnu ce fait, précisant toutefois qu’il ne faisait que remplir son devoir de citoyen lorsqu’il alertait la police.

Selon M. Nijem, «tous les faits de violence qui se sont produits à proximité ou aux alentours des commerces visés par la municipalité de la ville au cours de l’année écoulée étaient sans rapport avec les magasins ou leurs propriétaires».

«La municipalité prétend enquêter sur des ventes de cigarettes ou des violations du règlement. Mais ce genre d’enquête ne justifie pas la fermeture du magasin et ne se rapporte pas à des actes de violence», ajoute-t-il.

«Les faits violents correspondent aux crimes commis dans la communauté où se trouve le magasin. Ils n’ont aucun rapport avec les propriétaires, les employés ou les commerces. Le seul lien est qu’ils se déroulent à proximité».

Des individus brandissent des pancartes lors d’une marche contre la violence armée à Chicago le 31 décembre 2020, dans un contexte de recrudescence des meurtres dans la ville (768 cette année-là), ce qui représente une hausse de 252 meurtres par rapport à l’année 2019 (516). (AFP)
Des individus brandissent des pancartes lors d’une marche contre la violence armée à Chicago le 31 décembre 2020, dans un contexte de recrudescence des meurtres dans la ville (768 cette année-là), ce qui représente une hausse de 252 meurtres par rapport à l’année 2019 (516). (AFP)

D’après M. Nijem, jamais auparavant la municipalité n’avait fermé des magasins qui appartenaient à des personnes qui ne sont pas Arabes ou musulmanes en réponse à des crimes commis à proximité.

Il évalue à moins de 5% la part des commerces de détail de petite taille que possèdent et gèrent les Arabes et les musulmans, dans une ville qui compte près de 3 millions d’habitants. «Plutôt que de combattre la criminalité, ils s’en prennent aux commerces des Arabes et des musulmans!», s’exclame M. Nijem.

Ce dernier souligne que la fermeture d’un établissement (une station-service, par exemple) fait perdre à la ville, au comté et à l’État les recettes fiscales générées par les ventes. Ces pertes se situent, selon lui, entre 10 000 et 20 000 dollars par mois. Par ailleurs, les employés sont privés de leur emploi, explique M. Nijem.

M. Villegas s’est engagé à mener, de concert avec d’autres conseillers municipaux, une bataille acharnée pour que cessent les fermetures discriminatoires. «Les problèmes surviennent lorsque la ville dispose d’une force de frappe. […] On ne sait jamais comment cette dernière opère, ou encore quelle procédure est appliquée aux propriétaires d’entreprises qui sont affectés. Nous souhaitons instaurer une procédure régulière et équitable», explique-t-il.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Chine assouplit ses restrictions sanitaires dans la foulée des manifestations

Un homme portant un masque promène son chien dans une rue pendant la pandémie de Covid-19 à Pékin le 1er décembre 2022. (Photo de WANG Zhao / AFP)
Un homme portant un masque promène son chien dans une rue pendant la pandémie de Covid-19 à Pékin le 1er décembre 2022. (Photo de WANG Zhao / AFP)
Short Url
  • Dans la capitale, Pékin, les autorités sanitaires ont appelé les hôpitaux jeudi à cesser de refuser des soins en l'absence de test PCR négatif datant de moins de 48 heures
  • La Chine a connu une série de décès, quand les soins ou les secours ont été retardés par les strictes mesures anti-Covid, en particulier la mort récente d'un bébé de quatre mois coincé en quarantaine avec son père

PEKIN: Plusieurs villes chinoises ont encore allégé les règles draconiennes anti-Covid vendredi, dans la foulée des manifestations historiques des derniers jours pour réclamer la fin des restrictions et davantage de libertés.

La colère et la frustration des Chinois à l'égard de la ligne dure de Pékin en matière de lutte contre la pandémie ont débordé dans les rues du pays le week-end dernier, une mobilisation d'une ampleur inédite depuis des décennies.

Dans la foulée, plusieurs villes ont commencé à assouplir les restrictions sanitaires, comme l'abandon des tests quotidiens de masse, un des piliers fastidieux de la vie sous le règne du "zéro-Covid".

À partir de vendredi, la métropole de Chengdu (sud-ouest) n'exigera plus un résultat de test négatif récent pour entrer dans les lieux publics ou prendre le métro, mais seulement un pass sanitaire au vert, confirmant qu'ils n'ont pas traversé une zone "à haut risque".

Dans la capitale, Pékin, les autorités sanitaires ont appelé les hôpitaux jeudi à cesser de refuser des soins en l'absence de test PCR négatif datant de moins de 48 heures.

La Chine a connu une série de décès, quand les soins ou les secours ont été retardés par les strictes mesures anti-Covid, en particulier la mort récente d'un bébé de quatre mois coincé en quarantaine avec son père.

En janvier, une femme enceinte de la ville de Xi'an avait également perdu son bébé, après le refus de l'hôpital de la prendre en charge faute de test PCR.

Ces décès ont été un cri de ralliement pendant les manifestations, un post devenu viral énumérant les noms de tous ceux qui sont morts à cause de négligences liées aux restrictions sanitaires.

De nombreuses autres villes touchées par une recrudescence des cas de coronavirus autorisent désormais la réouverture des restaurants, des centres commerciaux et même des écoles, s'écartant ainsi clairement des règles strictes de confinement qui prévalaient jusqu'ici.

Dans la ville d'Urumqi, capitale de la région du Xinjiang (nord-ouest), où un incendie mortel avait déclenché les premières manifestations, les autorités ont annoncé vendredi que les supermarchés, les hôtels, les restaurants et les stations de ski seraient progressivement rouverts.

Cette ville de plus de quatre millions d'habitants a subi l'un des plus longs confinements de Chine, certains quartiers ayant été fermés début août.

L'incendie d'un immeuble d'habitations, le 26 novembre, y avait fait 10 morts, et les restrictions ont été accusées d'avoir retardé les secours.

Quarantaine à domicile

Dans une analyse publiée vendredi par le Quotidien du Peuple, organe du Parti communiste au pouvoir, plusieurs experts de la santé soutiennent les mesures prises par certaines autorités locales pour permettre aux cas positifs de rester en quarantaine chez eux.

Il s'agit d'un changement radical par rapport aux règles prévalant jusque-là et qui, dans encore une grande partie du pays, exigent que les personnes infectées soient confinées dans des installations gouvernementales.

La ville industrielle de Dongguan (sud) a annoncé jeudi que les personnes remplissant des "conditions spécifiques" devaient être autorisées à rester en quarantaine à domicile, sans préciser quelles sont ces conditions.

La mégalopole technologique de Shenzhen, également dans le sud, a mis en place une politique similaire mercredi.

Au niveau national, des responsables du gouvernement ont aussi signalé qu'un assouplissement plus large de la politique pourrait être envisagé.

S'exprimant mercredi devant la Commission nationale de la santé, la vice-Première ministre Sun Chunlan a reconnu la faible dangerosité du variant Omicron et l'amélioration du taux de vaccination, selon l'agence d'Etat Chine Nouvelle.

C'est pourquoi l'approche de la Chine vis-à-vis du virus "fait face à de nouvelles circonstances", a-t-elle déclaré.

Figure centrale de la stratégie chinoise face à la pandémie, Mme Sun n'a fait aucune mention de la politique "zéro Covid", laissant espérer que cette stratégie, qui bouleverse depuis trois ans la vie des Chinois et l'économie de leur pays, serait bientôt assouplie.


L'Ukraine va limiter les activités des organisations religieuses affiliées à Moscou

Les militaires du Service de sécurité ukrainien (SBU) vérifient les documents des visiteurs du monastère de Kiev Pechersk Lavra, le 22 novembre 2022, au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine. (AFP)
Les militaires du Service de sécurité ukrainien (SBU) vérifient les documents des visiteurs du monastère de Kiev Pechersk Lavra, le 22 novembre 2022, au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine. (AFP)
Short Url
  • Le gouvernement est chargé de proposer au Parlement un projet de loi pour rendre impossible les activités en Ukraine des organisations religieuses affiliées aux centres d'influence en Russie
  • Ces mesures font suite à des perquisitions menées en novembre par les services de sécurité ukrainiens dans le principal monastère de Kiev et plusieurs autres lieux de cultes, sur fond de soupçons de liens avec Moscou

KIEV: L'Ukraine va limiter les activités sur son territoire des organisations religieuses affiliées à la Russie et remettre en question le statut de l'Eglise orthodoxe dépendante du patriarcat de Moscou, a annoncé jeudi le président Volodymyr Zelensky.

"Le Conseil de sécurité nationale et de défense a chargé le gouvernement de proposer à la Verkhovna Rada (le Parlement, ndlr) un projet de loi pour rendre impossible les activités en Ukraine des organisations religieuses affiliées aux centres d'influence en Russie", a déclaré M. Zelensky dans son discours vidéo du soir.

Selon M. Zelensky, l'Etat ukrainien devra également "s'assurer de l'expertise religieuse du statut de l'Eglise orthodoxe ukrainienne sur la présence d'un lien canonique avec le patriarcat de Moscou et, si nécessaire, prendre les mesures prévues par la loi".

Ces mesures font suite à des perquisitions menées en novembre par les services de sécurité ukrainiens dans le principal monastère de la capitale Kiev, lieu de résidence du primat de l'Eglise orthodoxe ukrainienne, et plusieurs autres lieux de cultes, sur fond de soupçons de liens avec Moscou.

Les services ukrainiens ont ensuite assuré y avoir saisi plusieurs milliers de dollars et de la "littérature prorusse".

L'Ukraine, pays à majorité orthodoxe, est divisé entre une Eglise dépendante du patriarcat de Moscou - qui a cependant annoncé rompre ses liens avec la Russie fin mai du fait de l'invasion du pays  - et par une autre Eglise représentée par le patriarcat de Kiev ayant prêté en 2019 allégeance au patriarche Bartolomée, basé à Istanbul.

L'Eglise orthodoxe russe, dont le patriarche Kirill est un important soutien du président russe Vladimir Poutine, avait dénoncé les perquisitions menées en Ukraine comme un "acte d'intimidation" envers les croyants.


La guerre en Ukraine montre que l'Europe n'est «pas assez forte», selon la Première ministre finlandaise

Le Premier ministre australien Anthony Albanese (à droite) accueille la Première ministre finlandaise Sanna Marin à Kirribilli House à Sydney le 2 décembre 2022. (Photo, AFP)
Le Premier ministre australien Anthony Albanese (à droite) accueille la Première ministre finlandaise Sanna Marin à Kirribilli House à Sydney le 2 décembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • «L'Europe n'est pas assez forte en ce moment, nous serions en difficulté sans les Etats-Unis», a déclaré a Première ministre finlandaise
  • Depuis leur adhésion à l'Union européenne en 2004, des nations comme l'Estonie et la Pologne ont exhorté les autres membres de l'UE à adopter une ligne plus dure à l'égard de M. Poutine

SYDNEY: La Première ministre finlandaise Sanna Marin a dressé vendredi un bilan "très honnête" des capacités de l'Europe à l'aune de la guerre menée par la Russie contre l'Ukraine, déclarant sans ambages qu'elle n'est "pas assez forte" pour tenir seule tête à Moscou.

En visite en Australie, la dirigeante du pays candidat à l'adhésion à l'Otan a souligné que l'invasion et l'occupation de l'Ukraine voisine par la Russie ont révélé les faiblesses et les erreurs stratégiques de l'Europe face Moscou.

"Je dois être très honnête (....) avec vous, l'Europe n'est pas assez forte en ce moment, nous serions en difficulté sans les Etats-Unis", a-t-elle pointé auprès du Lowy Institute, un groupe de réflexion basé à Sydney.