Macron cherche à réveiller l'influence française en Afrique

L'ancien joueur de tennis français Yannick Noah danse aux côtés d’Emmanuel Macron lors d'une fête dans le quartier d'Etoudi, à Yaoundé, le 26 juillet 2022 (Photo, AFP).
L'ancien joueur de tennis français Yannick Noah danse aux côtés d’Emmanuel Macron lors d'une fête dans le quartier d'Etoudi, à Yaoundé, le 26 juillet 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 27 juillet 2022

Macron cherche à réveiller l'influence française en Afrique

  • «La France a un rôle énorme à jouer au Cameroun, mais sans en jouer aucun»
  • Pour lui, la France n'a pas le choix si elle veut continuer à conserver une certaine influence sur le continent

YAOUNDÉ, Cameroun: Emmanuel Macron veut faire de l'Afrique l'une des priorités de son second quinquennat, face à la concurrence de la Chine et de la Russie, mais en pariant sur le "soft power" plutôt que sur la politique ou le militaire, les outils traditionnels d'influence de la France.

"Il nous appartient d'être meilleurs, plus efficaces", a déclaré mardi le président français au premier jour d'une tournée au Cameroun, au Bénin et en Guinée-Bissau, au moment où le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov est également en visite sur le continent africain.

Pour lui, la France n'a pas le choix si elle veut continuer à conserver une certaine influence sur le continent, notamment dans son ancien "pré carré" d'Afrique centrale, où le Cameroun occupe une place de choix.

Mais, depuis une vingtaine d'années, "nous sommes bousculés", "peut-être parce que nous nous étions endormis", alors que la Chine, l'Inde, la Russie, la Turquie ou l'Allemagne menaient l'offensive et prenaient une bonne partie des parts de marché.

Résultat : les entreprises françaises, qui sont environ 200, ne pèsent plus qu'environ 10% de l'économie du Cameroun contre 40% dans les années 1990.

Du coup, la perception de la France s'est brouillée. "Le recul français tient au fait qu'elle n'apparaît plus comme une actrice du développement de notre pays", constate Aude Yemelong, membre du conseil franco-camerounais des jeunes.

"La France a un rôle énorme à jouer au Cameroun, mais sans en jouer aucun", résume dans une formule Claude Leroy, l'ancien entraîneur de l'équipe nationale des Lions indomptables avec laquelle il est devenu très populaire. Venu parmi la délégation présidentielle, il préconise que Paris joue "un rôle de synthèse et de suggestion" auprès des pays africains.

Sur le plan politique, "la France n'a pas à s’ingérer, à adouber qui que ce soit, à donner des leçons", a souligné l'Elysée avant l'entretien entre Emmanuel Macron et son homologue Paul Biya qui, à 89 ans, est deux fois plus âgé que le Français et dirige le Cameroun d'une main de fer depuis près de 40 ans.

Le choix de commencer par le Cameroun sa première tournée africaine depuis sa réélection a suscité de vives critiques : les chercheurs Ilaria Allegrozzi (Human Rights Watch) et Fabien Offner (Amnesty International) avaient jugé "crucial", dans Le Monde, que M. Macron exprime "clairement" à M. Biya "son inquiétude" quant à "la répression à l'encontre de toute personne dans le pays qui ose critiquer le pouvoir".

Relevant que la France avait jusqu'à présent trop misé "sur le politique et le militaire", Emmanuel Macron parie désormais sur la société civile et la jeunesse, avec lesquelles il entend parler culture, numérique, sports, environnement...

Emmanuel Macron est attendu mercredi au Bénin puis jeudi en Guinée-Bissau.

Macron au Bénin: Des députés alertent sur les «dérives autoritaires» du régime

Quelque 75 députés français de gauche ont alerté mardi le président Emmanuel Macron, sur "les dérives autoritaires" au Bénin et sur la situation "alarmante" des prisonniers politiques.

"Nous souhaitons attirer votre attention sur la situation politique dans ce pays", écrivent les députés dans une lettre à Emmanuel Macron dont l'AFP a eu copie. "La situation des opposants politiques au régime (du président Patrice) Talon [est] de plus en plus alarmante".

Cette lettre est à l'initiative de l'écologiste Hubert Julien-Laferrière, membre de la commission des Affaires étrangères à l'Assemblée, et signée par des élus et chefs de partis de la coalition de gauche Nupes comme les écologistes Julien Bayou et Sandrine Rousseau, les communistes Fabien Roussel et André Chassaigne, les socialistes Olivier Faure et Jérôme Guedj ou encore l'Insoumise Clémentine Autain.

Critiques de la Russie

L'ambition est aussi de régler les "non-dits" et les "incompréhensions" liés à la colonisation qui "nourrissent la défiance" avec la France. Il a annoncé qu'une commission d'historiens allait faire la lumière sur l'action de la France au Cameroun pendant la colonisation et après l'indépendance de ce pays en 1960.

Cet enjeu mémoriel a été jugé indispensable, comme "travail de justice", par les 11 membres du conseil franco-camerounais, qu'Emmanuel Macron devait rencontrer dans la soirée dans "le village Noah" créé par l'ancien tennisman Yannick Noah à Yaoundé.

La nouvelle méthode française est également testée sur le dossier brûlant de la lutte antidjihadiste, notamment au Sahel, où Emmanuel Macron a subi des déconvenues, l'armée étant contrainte de quitter le Mali après l'arrivée au pouvoir de la junte.

"Nous ne lâcherons pas la sécurité du continent africain", a toutefois prévenu le président, en réaffirmant sa volonté de "réinventer" le "dispositif militaire et sécuritaire".

Pour lui, la France doit "être là de manière plus explicite encore à la demande des États africains, avec une demande claire et explicite, en étant plus présente sur les sujets de formation, d'équipements, en étant en appui des armées africaines pour les aider à monter en capacité et en articulant toujours notre dispositif avec la sécurité, la défense, la diplomatie et le développement", a-t-il détaillé.

Face à Paul Biya, qui a refusé de condamner explicitement l'invasion de l'Ukraine, Emmanuel Macron a aussi vivement dénoncé la "présence hybride" de la Russie en Afrique, qui "passe par la désinformation et des milices", et qui "est une préoccupation d’abord pour le continent africain".

Lui répondant à distance, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, également en tournée en Afrique, a assuré que son pays allait "significativement accroître" son rôle sur le continent.


Un homme tué par arme à feu à Sablé-sur-Sarthe, un suspect interpellé

Le logo de la police française vu sur une voiture de police dans l'ouest de la France, le 10 juillet 2022 (Photo, AFP).
Le logo de la police française vu sur une voiture de police dans l'ouest de la France, le 10 juillet 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le drame «paraît avoir pour origine une dispute au sein d’un groupe d’amis au cours du repas du soir»
  • Un suspect a été interpellé et placé en garde à vue, selon la même source

RENNES: Un homme âgé de 26 ans a été tué dans la nuit de lundi à mardi par arme à feu à Sablé-sur-Sarthe, un décès qui pourrait avoir pour origine une dispute lors d'un repas entre amis, a-t-on appris auprès du parquet du Mans.

"Je vous confirme le décès par arme à feu d’un jeune homme âgé de 26 ans, cette nuit à Sablé-sur-Sarthe, malgré l’intervention rapide des premiers secours", a indiqué la procureure de la République du Mans Delphine Dewailly dans un communiqué.

Le drame "paraît avoir pour origine une dispute au sein d’un groupe d’amis au cours du repas du soir", a précisé Mme Dewailly.

Un suspect a été interpellé et placé en garde à vue, selon la même source.

La compagnie de gendarmerie de La Flèche a été saisie de l'enquête, ouverte du chef d'assassinat. Une autopsie doit également être réalisée dans les prochaines heures, d'après la même source.


Renvoyé en procès, Eric Dupond-Moretti exclut de démissionner

Éric Dupond-Moretti (Photo, AFP).
Éric Dupond-Moretti (Photo, AFP).
Short Url
  • La présidente de l'association Anticor, Elise Van Beneden, a elle appelé à «mettre la pression pour obtenir la démission» d'Eric Dupond-Moretti
  • Appelant le «supérieurc du ministre à «tirer les conséquences du discrédit qui s'attache (...) à ce renvoi devant la CJR», l'avocate a jugé «incompréhensible» son maintien en poste

PARIS: "Pas à l'ordre du jour". En dépit des critiques sur son maintien au gouvernement après son renvoi devant la Cour de justice de la République (CJR), Éric Dupond-Moretti a exclu mardi de démissionner, fort du soutien d'Elisabeth Borne.

"La Première ministre a réaffirmé hier toute la confiance qu'elle me portait" et démissionner "n'est pas à l'ordre du jour", a déclaré le garde des Sceaux en marge d'un déplacement à Paris, au lendemain de la décision de la CJR de le renvoyer en procès pour "prise illégale d'intérêts".

Sa mise en examen dans ce dossier, en juillet 2021, n'a "jamais entravé (son) travail", a-t-il fait valoir, mettant en avant l'obtention d'un budget en hausse de 8%, l'élaboration de "27 textes" de loi ou la tenue des Etats généraux de la justice.

Le ministre a aussi souligné qu'il avait formé un pourvoi contre son renvoi, ajoutant: "Et s'il fallait que je sois jugé, je dirais ce que j'ai à dire, je suis un justiciable comme un autre".

Après l'annonce de son renvoi -une première pour un ministre de la Justice en exercice-, plusieurs voix ont réclamé son départ, la Ligue des droits de l'Homme jugeant qu'"une telle mansuétude à son égard renvoie l'image déplorable d'un monde de décideurs s'estimant au-dessus de la loi commune".

"Le président Macron doit maintenant choisir: être président de la République ou chef de clan", a estimé le député écologiste Benjamin Lucas.

Pour Marine Le Pen, la "présomption d'innocence" n'impose pas systématiquement à un ministre de démissionner, mais dans le cas d'Eric Dupont-Moretti, son portefeuille pose problème, car "la justice doit donner une apparence irréprochable".

"Si Emmanuel Macron tient énormément à Monsieur Dupond-Moretti, il n'a qu'à le changer de ministère", a-t-elle suggéré mardi sur BFMTV.


Tension autour des discussions sur l'avenir de la Corse, Darmanin reporte sa visite

Tension autour des discussions sur l'avenir de la Corse, Darmanin reporte sa visite
Short Url
  • Gérald Darmanin devait rencontrer jeudi et vendredi des élus et représentants de la société civile corse
  • Il devait évoquer la question des déchets et de l'énergie, en présence du ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires Christophe Béchu

BASTIA: "Les conditions d'un débat serein" ne sont "pas réunies": Gérald Darmanin a reporté mardi son déplacement en Corse, dans le cadre du cycle de concertation sur l'avenir de l'île, après des tensions sur le refus d'aménager la peine d'un membre du +commando Erignac+.

"Afin de préserver la qualité des échanges tenus jusqu'à présent et recréer les conditions de la poursuite sereine du processus de dialogue engagé entre la Corse et l'Etat, le ministre a décidé de reporter son déplacement de quelques semaines", a annoncé dans un communiqué le ministère de l'Intérieur, selon qui "les conditions d'un débat serein avec les maires" n'étaient "pas réunies".

Un avis partagé par le président de l'exécutif corse, l'autonomiste Gilles Simeoni, pour qui "ce report est une bonne chose". "Après l'émotion et l'incompréhension suscitées par la décision de justice qui a maintenu en détention Pierre Alessandri, les conditions n'étaient pas réunies pour un dialogue serein", a estimé l'élu auprès de l'AFP, évoquant un "trouble à l'ordre public en Corse".

"Je vais proposer à la délégation des élus corses qui discutent avec Paris de se réunir dans la semaine, pour voir comment nous pouvons dépasser la situation de blocage", a-t-il ajouté, en réaffirmant cependant que la solution politique corse passait "aussi par la libération (...) dans le respect de la séparation des pouvoirs" des deux derniers membres du +commando Erignac+ encore incarcérés.

"Il s'agit d'un report qui ne remet pas en cause le principe des discussions qui doivent se poursuivre dans de bonnes conditions", a réagi de son côté le député et ex-maire d'Ajaccio, Laurent Marcangeli (Horizons).

Gérald Darmanin devait rencontrer jeudi et vendredi des élus et représentants de la société civile corse, dans le cadre d'une réunion intermédiaire au cycle de concertation prévu sur une année à Paris. Il devait évoquer la question des déchets et de l'énergie, en présence du ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires Christophe Béchu.

Mais ce processus s'est donc enrayé avec le rejet par la cour d'appel de Paris fin septembre d'une énième demande de semi-liberté de Pierre Alessandri, 64 ans, condamné à la perpétuité en 2003 pour l'assassinat du préfet de Corse Claude Erignac et libérable depuis 2017.

«Poursuivre le dialogue»

Les élus de l'Assemblée de Corse avaient aussitôt fait part de leur "indignation". Le lendemain, une association de défense des prisonniers avait appelé les élus à suspendre les discussions avec le gouvernement, ce qu'avait annoncé faire le parti indépendantiste Core in Fronte, minoritaire à l'Assemblée de Corse.

Le parti autonomiste Femu a Corsica de Gilles Simeoni avait néanmoins réaffirmé "sa détermination" à poursuivre le dialogue avec le gouvernement, tout en dénonçant "la logique de vengeance" qui aurait motivé, selon lui, cette décision de justice.

Celle-ci fait "peser un risque majeur sur le processus" de discussion, avait insisté le parti majoritaire.

Des élus d'opposition de droite corse du parti "Un soffiu novu" avaient également appelé samedi à poursuivre le dialogue avec le gouvernement, estimant que la décision de justice ne devait en rien être une excuse pour une rupture.

Le ministre de l'Intérieur, qui s'était engagé en mars à discuter de l'avenir de l'île, jusqu'à une potentielle autonomie, avait mis sur pied en juillet un comité stratégique, quatre mois après l'agression mortelle en prison du militant indépendantiste corse Yvan Colonna, autre membre du commando Erignac condamné à perpétuité, qui avait suscité de violentes manifestations dans l'île.

Ce cycle de concertation doit s'étaler sur un an, à raison d'une réunion toutes les six semaines à Paris. Après une première réunion mi-septembre sur le "modèle économique et social" de la Corse, la deuxième, vers la fin octobre, devrait porter sur  "la spéculation financière, l’urbanisme et le logement" et la troisième, prévue "avant la fin 2022", sur "la langue et la culture corses".