Les Banques centrales du CCG suivent la Fed: augmentation des taux d'intérêt en raison de l'inflation

La Banque centrale du Koweït a augmenté son taux d'escompte clé de 25 points de base (pb) pour le porter à 2,5%. (Shutterstock)
La Banque centrale du Koweït a augmenté son taux d'escompte clé de 25 points de base (pb) pour le porter à 2,5%. (Shutterstock)
Short Url
Publié le Vendredi 29 juillet 2022

Les Banques centrales du CCG suivent la Fed: augmentation des taux d'intérêt en raison de l'inflation

  • Les Banques centrales des Émirats arabes unis (EAU), du Qatar et de Bahreïn ont respectivement relevé leurs taux d'intérêt à 2,4%, 3% et 3,25%
  • Les économistes de FocusEconomics ont prévu que le taux d'inflation en Arabie saoudite serait en moyenne de 2,4% en 2022

RIYAD: Les Banques centrales de la région du Conseil de coopération du Golfe (CCG) ont augmenté les taux d'emprunt de référence de trois quarts de point de pourcentage mercredi dernier après que la Réserve fédérale américaine a redoublé ses efforts contre l'inflation.

Cette décision a été prise après que la Fed a accru le taux directeur de 75 points de base. Il s’agit de la quatrième hausse des taux d'intérêt au cours des quatre derniers mois et de la plus élevée depuis 1994.

Les banques centrales du CCG tentent de rétablir la stabilité des prix

Afin de rétablir la stabilité des prix et de lutter contre l'inflation, la Banque centrale d'Arabie saoudite, également connue sous le nom de «Sama», a augmenté son taux de prise en pension de 75 points de base pour l’amener à 3% et son taux de prise en pension inverse d'une marge similaire pour le porter à 2,50%.

Les Banques centrales des Émirats arabes unis (EAU), du Qatar et de Bahreïn ont respectivement relevé leurs taux d'intérêt à 2,4%, 3% et 3,25%.

La Banque centrale du Koweït, qui lie sa monnaie à un panier plutôt qu'au seul dollar, a également augmenté son taux d'escompte de 0,25 point de base pour le porter à 2,50%.

La Banque centrale d'Oman a également augmenté les taux d'intérêt des banques locales de 75 points de base pour les hisser à 3%.

 

L'Arabie saoudite sera-t-elle touchée?

Fawaz al-Fawaz, économiste et chroniqueur indépendant qui habite l’Arabie saoudite, estime toutefois que ces hausses de taux n'auront pas un impact énorme à un niveau plus large.

«L'effet macroéconomique ne devrait pas être significatif étant donné que les taux augmentent à partir de niveaux historiquement bas et qu’ils viennent d'atteindre les taux dits “normaux”. Au niveau macroéconomique, et plus particulièrement dans le domaine des finances publiques, la hausse des taux est intervenue alors que les finances publiques saoudiennes se sont considérablement améliorées et que le besoin d'emprunter a diminué», explique Al-Fawaz.

Ce dernier ajoute: «L'effet le plus probable de l'augmentation de la dette sur les consommateurs, en particulier les prêts hypothécaires, pourrait réduire leur capacité à dépenser de l'argent pour d'autres choses.»

Contrairement à Al-Fawaz, Abdallah Baeshen, analyste qui réside à Riyad, considère que les récents développements affecteront l'économie saoudienne comme toute autre économie mondiale.

«Le coût plus élevé des services et des biens va changer le comportement des clients. Les gens se détourneront des biens tels que les grandes marques, le luxe, les actifs et, pour certains, des services les plus importants comme les soins de santé, l'éducation et l'alimentation», alerte Baeshen.

Il poursuit: «L'inflation sera plus élevée, parce que la plupart des marchandises arrivent sur le marché saoudien de l'extérieur. Dans l'ensemble, je pense que le gouvernement va essayer de contrôler l'inflation plutôt que les taux d'intérêt, car cette dernière touche toute la population, en particulier les personnes à faibles revenus.»

L'inflation en Arabie saoudite et aux EAU est inférieure à celle de l'Occident

En juin, l'inflation aux États-Unis a atteint 9,1%, le taux le plus élevé depuis 1981. Dans des pays comme l'Arabie saoudite et les EAU, l'inflation n'a pas eu un impact aussi important.

En Arabie saoudite, la plus importante économie du monde arabe, le taux d'inflation annuel est passé de 2,2% en mai à 2,3% en juin 2022, selon les données publiées par l'Autorité générale des statistiques.

«Comme le taux d'intérêt augmente, si vous ne pouvez pas contrôler l'inflation en même temps, cela va être inhabituel pour l'économie, et ensuite vous ajouterez deux chiffres pour l'augmentation du coût de la vie», renchérit Baeshen.

Les économistes de FocusEconomics ont prévu que le taux d'inflation en Arabie saoudite serait en moyenne de 2,4% en 2022. Ils ont également prévu que l'inflation dans le Royaume serait de 2,2 % en 2023.

Jadwaa Investment a également prévu que l'inflation du Royaume atteindrait 2,4% en 2022, sous l'effet d'une hausse mondiale des prix des denrées alimentaires.

Aux EAU, l'inflation est relativement faible par rapport aux taux enregistrés dans d'autres régions du monde. L'indice des prix à la consommation dans ce pays a atteint 3,4% au cours du premier trimestre de 2022.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Répression des fraudes en passe d'infliger 3,3 millions d'euros d'amende à Amazon

Le logo du géant américain de la vente en ligne Amazon (Photo, AFP).
Le logo du géant américain de la vente en ligne Amazon (Photo, AFP).
Short Url
  • La Répression des fraudes reproche en particulier à l'entreprise américaine de pouvoir «modifier ou résilier un contrat sans préavis»
  • Un porte-parole d'Amazon France a reconnu que la société faisait l'objet d'une "pénalité" mais a refusé d'en dévoiler le montant précis

PARIS: La Répression des fraudes (DGCCRF) s'apprête à annoncer une amende de 3,3 millions d'euros à l'encontre d'Amazon France, sanctionné pour des clauses "abusives" dans ses contrats avec les commerçants qui vendent des produits sur sa plateforme, selon le quotidien Les Echos.

Sollicitée par l'AFP dans la soirée de mardi, la DGCCRF n'a pour l'heure pas confirmé l'information.

Un porte-parole d'Amazon France a pour sa part reconnu que la société faisait l'objet d'une "pénalité" mais a refusé d'en dévoiler le montant précis.

Mi-avril, la DGCCRF avait annoncé sanctionner le géant du commerce en ligne d'une astreinte de 90.000 euros par jour en raison de clauses "déséquilibrées et non conformes dans les contrats avec les vendeurs tiers de la plateforme Amazon.fr".

Selon Les Echos, la Répression des fraudes reproche en particulier à l'entreprise américaine de pouvoir "modifier ou résilier un contrat sans préavis" et d'interdire aux marchands tiers de "prospecter auprès des clients qu'ils ont conquis via Amazon.fr".

Toujours au printemps, la DGCCRF a également enjoint à la plateforme de se mettre en conformité avec le règlement européen "promouvant l'équité et la transparence pour les entreprises utilisatrices de services d'intermédiation en ligne".

Une injonction qu'Amazon a tardé à mettre en oeuvre selon Les Echos, d'où cette amende de 3,3 millions d'euros.

"La pénalité est afférente à une période de quelques semaines après la date du 22 mars, lorsque la DGCCRF a unilatéralement considéré que nous n'étions pas en conformité avec l'injonction", indique-t-on chez Amazon France.

"La DGCCRF a reconnu en mai que les changements que nous avons mis en place en avril sont conformes avec son injonction", ajoute-t-on de même source.

"Nous restons toutefois en désaccord avec la DGCCRF sur ses conclusions, ses décisions et la pénalité afférente, et nous contestons chacune d'entre elles devant les tribunaux", conclut le porte-parole d'Amazon France.

En 2019, le tribunal de commerce de Paris, saisi par la répression des Fraudes, avait condamné Amazon à une amende de 4 millions d'euros pour des clauses contractuelles "manifestement déséquilibrées" envers des entreprises utilisant sa plateforme.


Washington approuve la vente de 116 chars Abrams supplémentaires à la Pologne

Des chars de combat M1A2 Abrams de l'armée américaine qui seront utilisés pour des exercices militaires par la 2nd Armored Brigade Combat Team, sont déchargés au Baltic Container Terminal de Gdynia le 3 décembre 2022 (Photo, AFP).
Des chars de combat M1A2 Abrams de l'armée américaine qui seront utilisés pour des exercices militaires par la 2nd Armored Brigade Combat Team, sont déchargés au Baltic Container Terminal de Gdynia le 3 décembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • «Ce projet de vente va renforcer les capacités de la Pologne à répondre aux menaces présentes et futures»
  • La Pologne, pays frontalier de l'Ukraine envahie par la Russie, a déjà acheté en avril 250 chars Abrams

WASHINGTON: Les États-Unis ont approuvé la vente à la Pologne de 116 chars de combat américains Abrams supplémentaires et d'autres armements lourds pour un montant total de 3,75 milliards de dollars après en avoir déjà acheté 250 en avril, a annoncé mardi le département d'État américain.

La Pologne souhaite acquérir 116 chars Abrams dans leur version modernisée (M1A1), 12 véhicules de secours M88A2 Hercules, 8 ponts mobiles d'assaut M1110 capables de faire franchir des rivières aux chars, une cinquantaine de véhicules légers et des armes légères et leurs munitions, pour un montant total de 3,75 milliards de dollars, selon la diplomatie américaine.


L'UE accuse Deutsche Bank et Rabobank d'entente sur le marché obligataire

Le drapeau de l'UE flotte à Lens, dans le nord de la France, le 14 juin 2016 (Photo, AFP).
Le drapeau de l'UE flotte à Lens, dans le nord de la France, le 14 juin 2016 (Photo, AFP).
Short Url
  • Bruxelles a adressé aux deux établissements une «communication des griefs», l'équivalent d'un acte d'accusation dans le jargon bruxellois
  • Bruxelles, qui n'est tenue par aucun délai légal dans cette enquête, pourrait infliger une amende allant jusqu'à 10% du chiffre d'affaires annuel des entreprises concernées

BRUXELLES: La Commission européenne accuse Deutsche Bank et la banque néerlandaise Rabobank de s'être entendues entre 2005 et 2016 pour fausser la concurrence sur le marché secondaire d'obligations souveraines libellées en euros, a-t-elle annoncé mardi dans un communiqué.

Bruxelles a adressé aux deux établissements une "communication des griefs", l'équivalent d'un acte d'accusation dans le jargon bruxellois, les soupçonnant de pratiques anticoncurrentielles.

Selon l'exécutif européen, Deutsche Bank et Rabobank auraient pu "échanger des informations commerciales sensibles et coordonner leurs stratégies en matière de prix et de négociation lors de transactions sur ces obligations" émises en euros par des Etats ou entités publiques.

"Ces contacts auraient principalement eu lieu au moyen de courriels et de communications en ligne sur des forums de discussion", précise la Commission dans son communiqué, sans fournir d'autres détails.

"La Commission a, dans un premier temps, accepté d'étudier la possibilité de parvenir à une transaction" avec les deux banques concernées, "mais a ensuite interrompu les discussions en raison de leur enlisement et a décidé de revenir rapidement à la procédure normale appliquée en matière d'ententes".

Bruxelles, qui n'est tenue par aucun délai légal dans cette enquête, pourrait infliger une amende allant jusqu'à 10% du chiffre d'affaires annuel des entreprises concernées si ses allégations étaient confirmées.

En réaction à cette annonce, Deutsche Bank a indiqué dans un communiqué "avoir coopéré de manière proactive avec la Commission européenne dans cette affaire" et avoir "en conséquence obtenu une immunité conditionnelle".

La banque dit ainsi qu'elle "ne s'attend pas à une sanction financière".

En avril 2021, la Commission avait infligé un total de 28 millions d'euros d'amende au Crédit Suisse, au Crédit Agricole et à Bank of America Merrill Lynch pour s'être entendues pendant plusieurs années pour fausser la concurrence sur le marché des obligations libellées en dollars entre 2010 et 2015.

La Deutsche Bank, également concernée par cette entente mais qui avait révélé l'affaire aux autorités européennes, n'avait pas été sanctionnée, à l'issue de cette enquête débutée en août 2015.

En mai 2021, dans une affaire distincte, Bruxelles avait infligé un total de 371 millions d'euros d'amende à trois banques d'investissement (la japonaise Nomura, la suisse UBS et l'italienne UniCredit), après avoir constaté une entente entre sept établissements sur le marché des obligations d'Etat européennes entre 2007 et 2011.

Bank of America et la française Natixis avaient échappé à la sanction grâce au délai de prescription, de même que Portigon (ex-WestLB), faute de chiffre d'affaires, et la britannique Natwest (ex-RBS) exemptée pour avoir révélé l'entente à la Commission.