Les Bourses mondiales en repli, inquiètes des tensions entre les Etats-Unis et la Chine

Une femme passe devant un tableau électronique du cours des actions indiquant les chiffres de la Bourse de Tokyo à Tokyo le 2 août 2022 (Photo, AFP).
Une femme passe devant un tableau électronique du cours des actions indiquant les chiffres de la Bourse de Tokyo à Tokyo le 2 août 2022 (Photo, AFP).
Publié le Mercredi 03 août 2022

Les Bourses mondiales en repli, inquiètes des tensions entre les Etats-Unis et la Chine

  • Le mouvement de baisse avait été initié dans la matinée par les Bourses asiatiques
  • L'euro perdait du terrain face au dollar, une valeur refuge dans un contexte de tensions géopolitiques

NEW YORK: Les Bourses mondiales ont perdu du terrain mardi avec la visite de la cheffe des députés américains Nancy Pelosi à Taïwan, qui tend encore plus les relations entre les États-Unis et la Chine.

Les places européennes ont terminé en baisse, Paris a perdu 0,42%, Francfort 0,23% et Milan 0,35%. Seul Londres est restée à l'équilibre, à -0,06%.

A Wall Street, au terme d'une séance fluctuante, l'indice Dow Jones a chuté de 1,23%, le Nasdaq s'est replié de 0,16% et le S&P 500 de 0,67%.

Le mouvement de baisse avait été initié dans la matinée par les Bourses asiatiques, qui ont chuté franchement, face à la possible visite de la présidente de la Chambre des représentants américains.

Toute la journée, les yeux des marchés sont restés rivés sur l'avion de Mme Pelosi. Sur FlightRadar24, plus de 300.000 personnes ont par moment surveillé le vol en même temps, provoquant un "bug" informatique du site.

Rapidement après son arrivée, Nancy Pelosi a insisté sur le "soutien inconditionnel" des Etats-Unis à Taïwan, tandis que Pékin, qui revendique la propriété du territoire, a qualifié son attitude "d'extrêmement dangereuse".

"Toute perturbation du commerce taïwanais à la suite de ces tensions peut aggraver les difficultés déjà ressenties dans les chaînes d'approvisionnement mondiales", en particulier au niveau des semi-conducteurs dont Taïwan est un important exportateur, a assuré Michael Hewson, analyste de CMC Markets.

L'actualité géopolitique est venue se greffer sur un contexte incertain pour les marchés, alors que la saison de publication des résultats semestriels des entreprises se termine et que les investisseurs se tournent à nouveau vers les indicateurs macroéconomiques, peu réjouissants.

"L'économie américaine ralentit et on essaie de voir si la récession sera seulement technique ou s'il s'agira d'une véritable récession", a commenté Alexandre Baradez, analyste d'IG France, auprès de l'AFP.

Le durcissement des politiques monétaires des banques centrales a été aussi scruté. La banque centrale d'Australie a notamment relevé mardi son principal taux directeur d'un demi-point de pourcentage.

De nouveaux commentaires de membres de la Réserve fédérale américaine (Fed) ont aussi infléchi les interprétations que les investisseurs avaient faites de la conférence de presse de son président Jerome Powell la semaine dernière.

Alors que Wall Street avait fêté l'idée que la Fed pourrait bientôt affaiblir ses tours de vis monétaires, plusieurs membres du Comité monétaire ont fait valoir mardi qu'on en était "loin" ce qui a soudainement fait grimper les taux obligataires. Ceux à dix ans sont remontés à 2,75% au lieu de 2,57% la veille.

BP flambe

Le géant britannique BP a grimpé de 2,80%, après avoir publié un bénéfice net multiplié par trois sur un an au deuxième trimestre, à 9,26 milliards de dollars, et une hausse de 10% du dividende pour la période, tirés par la flambée des hydrocarbures.

Les cours du pétrole ont légèrement progressé mardi à quelques jours de la réunion de l'alliance Opep+, après une importante baisse la veille.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre a grappillé 0,50% à 100,54 dollars.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison en septembre a avancé de 0,59% à 94,42 dollars.

Uber et l'automobile dans le vert

Uber a fait part mardi d'un chiffre d'affaires de 8,1 milliards de dollars, dépassant largement les prévisions du marché, malgré une perte nette de 2,6 milliards au deuxième trimestre. Le titre a gagné 18,90% à 29,25 dollars.

Les valeurs des constructeurs automobiles ont, elles aussi, terminé la journée de manière positive : à Francfort, BMW a pris 0,98%, Volkswagen 1,56% et Mercedes 0,08%, tandis qu'à Paris, Stellantis a gagné 1,62%.

Le luxe inquiet de la situation en Chine

Le regain de tensions en Chine a fait baisser mardi les valeurs du luxe, qui réalisent une grande partie de leur chiffre d'affaires dans le pays.

Le groupe de mode italien Tod's a perdu 2,44% à Milan, Burberry 2,41% à Londres et les Français LVMH et Kering ont reculé respectivement de 1,35% et 1,70%.

Adler continue de s'effriter

Le géant de l'immobilier allemand Adler a continué de chuter mardi et a terminé la journée à -4,29%, après avoir déjà perdu 4,40% la veille.

Le superviseur du secteur financier Bafin a déclaré lundi que le bilan 2019 du groupe, dans la tourmente après des accusations de fraude, était surévalué d'au moins 170 millions d'euros.

Du côté des devises et du bitcoin

L'euro perdait du terrain face au dollar, une valeur refuge dans un contexte de tensions géopolitiques. La monnaie unique perdait 0,86% à 1,0174 dollar vers 19 h 00 GMT.


Jordanie: aide américaine de plus de 845 millions de dollars

L'Agence américaine d'aide internationale (USAID). (Twitter, @USAID)
L'Agence américaine d'aide internationale (USAID). (Twitter, @USAID)
Short Url
  • La signature a eu lieu à Amman entre la ministre jordanienne du Plan et de la Coopération internationale,  Zeina Toukan, et la directrice adjointe de l'Agence américaine d'aide internationale (USAID) en Jordanie, Margaret Spears
  • La Jordanie est confrontée à une situation économique difficile, avec un taux de chômage de 23% en 2021, selon la Banque mondiale

AMMAN: Les Etats-Unis vont allouer une aide de plus de 845 millions dollars à la Jordanie, petit pays au cœur du Moyen-Orient dépourvu de ressources naturelles et largement dépendant des aides étrangères, a annoncé dimanche le gouvernement jordanien. 

"Le Premier ministre jordanien Bicher al-Khasawneh a assisté dimanche à la signature d'une entente avec les Etats-Unis pour l'octroi d'un soutien financier annuel de 845,1 millions de dollars (environ 811,5 millions d'euros)", a indiqué le gouvernement jordanien dans un communiqué. 

La signature a eu lieu à Amman entre la ministre jordanienne du Plan et de la Coopération internationale,  Zeina Toukan, et la directrice adjointe de l'Agence américaine d'aide internationale (USAID) en Jordanie, Margaret Spears. 

"La Jordanie est très reconnaissante pour ce soutien qui démontre que les Etats-Unis comprennent les défis auxquels est confronté" le royaume, a affirmé M. Khasawneh. 

Washington doit faire parvenir son aide à la Jordanie avant la fin du mois de novembre, a précisé Mme Toukan, affirmant que la somme servira à "financer des projets de développement et la mise en oeuvre de réformes économiques dans des secteurs divers". 

En septembre, les Etats-Unis s'étaient engagés à octroyer une aide financière à la Jordanie sur une période de sept ans (2023-2029) d'une valeur totale de 10,15 milliards de dollars. 

La Jordanie est confrontée à une situation économique difficile, avec un taux de chômage de 23% en 2021, selon la Banque mondiale. 

Dépourvu de ressources naturelles et très dépendant d'aides étrangères, notamment du Fonds monétaire international (FMI), ce petit pays durement touché par l'afflux de réfugiés syriens croule sous une dette publique dépassant 100% de son PIB. 


La Coupe du monde est un atout pour le marché immobilier régional

Malgré certaines inquiétudes, les organisateurs affirment qu’ils pourront loger tous les fans. Des milliers de chambres d’hôtel réservées par la Fifa ont récemment été libérées pour atténuer la crise, ce qui pourrait faire baisser les prix. (AFP)
Malgré certaines inquiétudes, les organisateurs affirment qu’ils pourront loger tous les fans. Des milliers de chambres d’hôtel réservées par la Fifa ont récemment été libérées pour atténuer la crise, ce qui pourrait faire baisser les prix. (AFP)
Short Url
  • Les investisseurs et les utilisateurs finaux seraient de plus en plus intéressés par les propriétés mises en vente au Qatar, qui est récemment devenu un lieu de prédilection pour l’investissement immobilier
  • Les invités de la Fifa au Qatar ont opté pour des zones proches du centre-ville où se trouvent les principales attractions touristiques plutôt que des zones suburbaines bon marché entourées de désert

RIYAD : Avant le début de la Coupe du monde de 2022, les prix de l’immobilier ont explosé au Qatar et dans les pays voisins, incitant les gens à sous-louer leurs propriétés à des prix élevés et à profiter de la demande accrue du marché.

La Coupe du monde de football de 2022, organisée pour la première fois dans le monde arabe, est un événement sans précédent.

La FIFA estime que, pendant le tournoi, plus d’1,7 million de personnes visiteront le pays hôte, avec 500 000 visiteurs pendant les jours les plus chargés. Pour cette raison, les visiteurs de l’émirat – qui compte uniquement 2,8 millions de personnes – sont préoccupés par l’hébergement ou préfèrent rester dans les pays voisins.

Malgré certaines inquiétudes, les organisateurs affirment qu’ils pourront loger tous les fans. Des milliers de chambres d’hôtel réservées par la Fifa ont récemment été libérées pour atténuer la crise, ce qui pourrait faire baisser les prix.

Les autorités continuent de fournir des logements à tous les supporters de la Coupe du monde. Pourtant, selon Doha News, les propriétaires fixent récemment des prix exorbitants, ce qui, selon les résidents, se fait à leurs dépens.

Doha News rapporte que des résidents ont été expulsés, contraints de signer des contrats de location à court terme ou de vingt-quatre mois, ou même ont vu leur loyer augmenter de manière considérable.

La Coupe du monde est largement responsable de cette situation. De nombreux propriétaires essayent de tirer profit des visiteurs, rendant les conditions de vie difficiles pour les résidents de longue durée, ajoute Doha News.

Selon la loi du Qatar, un renouvellement de bail peut augmenter le loyer jusqu’à 10%. Pourtant, Anum Hassan, responsable de la recherche pour le bureau de Valustrat au Qatar, révèle que les loyers auraient augmenté de 40% dans certains quartiers de Doha au cours de l’année écoulée.

Pendant la période de la Coupe du monde en 2022, le gouvernement a supprimé le plafond des prix, permettant aux propriétaires de facturer entre 15 500 riyals saoudiens (4 124 $; 1 dollar = 0,96 euro) et 20 600 riyals saoudiens par nuit.

Réserver une villa sur Airbnb pendant les vingt-neuf jours de la Coupe du monde coûte au moins 48 860 riyals saoudiens, mais les prix peuvent atteindre des centaines de milliers de riyals.

Malgré cela, le marché de l’immobilier continue de tirer profit de la Coupe du monde. Un rapport récent de Property Finder, l’une des principales sociétés de technologie immobilière de la région, fait part d’une augmentation de 2,97% des ventes résidentielles en septembre et en octobre en raison de la Coupe du monde de football ce mois-ci.

Afaf Hashim, directrice nationale chez Property Finder au Qatar, déclare : « Les investisseurs et les nouveaux acheteurs de propriété sont désormais plus confiants en investissant sur le marché de l’immobilier du Qatar en réponse aux événements sportifs de renommée mondiale qui se déroulent dans le pays ».

Les investisseurs et les personnes qui accèdent à la propriété sont désormais plus confiants à l’idée d’investir sur le marché immobilier qatari en raison des événements sportifs de renommée mondiale qui se déroulent dans le pays.

Afaf Hashim, directrice nationale chez Property Finder au Qatar.
Afaf Hashim, directrice nationale chez Property Finder au Qatar.

« Le ministère de la Justice prend également les mesures nécessaires pour rendre le marché plus transparent, ce qui ouvrira la voie à de nouveaux investissements sous peu », ajoute-t-elle.

Selon le rapport, les investisseurs et les utilisateurs finaux sont de plus en plus intéressés par les propriétés mises en vente au Qatar, qui est récemment devenu un lieu de prédilection pour l’investissement immobilier.

Les prospects ont augmenté de 4,98% et les empreintes de 7,71%. Certaines régions ont enregistré des hausses considérables des prix des loyers, tandis que d’autres ont connu des baisses substantielles. Par exemple, le loyer d’Al-Hilal a chuté de 83,9%, tandis que celui de Salata a augmenté de 93,75%.

Adam Stewart, le directeur de Knight Frank au Qatar, déclare à Arab News que le secteur du tourisme et de l’hôtellerie contribuera à hauteur de 12% au produit intérieur brut du pays d’ici à 2030 – 55 milliards de dollars environ. D’ici là, les arrivées de touristes auraient atteint sept millions.

Mettre la machine en marche

Knight Frank ne s’attend pas à un ralentissement de la demande du marché immobilier de Dubaï à court ou moyen terme. En réalité, c’est même le contraire qui est attendu, affirme Faisal Durrani, partenaire et responsable de la recherche au Moyen-Orient chez Knight Frank, dans un entretien avec Arab News.

« Le marché grand public devrait enregistrer une croissance des prix de 5 à 7% d’ici la fin de 2022, avec un chiffre similaire attendu en 2023 » .- Faisal Durrani, associé et responsable de la recherche sur le Moyen-Orient chez Knight Frank
« Le marché grand public devrait enregistrer une croissance des prix de 5 à 7% d’ici la fin de 2022, avec un chiffre similaire attendu en 2023 » .- Faisal Durrani, associé et responsable de la recherche sur le Moyen-Orient chez Knight Frank

« Le marché grand public devrait enregistrer une croissance des prix de 5 à 7% d’ici la fin de 2022, avec un chiffre similaire attendu en 2023 », rapporte-t-il.

Il ajoute également qu’une nouvelle vague de tourisme est prévue dans la région métropolitaine de Dammam en Arabie saoudite après la Coupe du monde de 2022.

« À la suite de l’annonce récente du gouvernement saoudien de permettre aux détenteurs de billets pour la Coupe du monde du Qatar d’accéder facilement aux visas touristiques à entrées multiples, le Royaume s’attend à accueillir certains des fans de football qui ne peuvent pas être hébergés au Qatar », soutient-il.

En raison de sa proximité avec le Qatar et de ses prix relativement abordables, Dammam devrait être une alternative plus populaire que Dubaï, Abu Dhabi et Manama pendant la Coupe du monde, renchérit-il.

Cependant, Alex Galtsev, fondateur et PDG de Realiste, une société d’intelligence artificielle spécialisée dans l’investissement immobilier, estime que la Coupe du monde de 2022 au Qatar sera bénéfique pour le marché de l’immobilier du Moyen-Orient.

« En tant qu’attraction touristique majeure et centre financier de la région, Dubaï sera le principal bénéficiaire en dehors du Qatar », confie-t-il à Arab News.

Il y a déjà eu une augmentation de la demande pour les chaînes hôtelières et les centres de villégiature locaux.  « En raison des options d’hébergement limitées, les touristes ont dû rechercher des solutions de rechange plus abordables comme les locations à court terme. Cela a entraîné une augmentation de 50% des prix de location à Dubaï au cours des trois derniers mois », ajoute M. Galtsev.

Les invités de la Fifa au Qatar ont opté pour des zones proches du centre-ville où se trouvent les principales attractions touristiques plutôt que des zones suburbaines bon marché entourées de désert. En conséquence, les quartiers proches du front de mer sont les deuxièmes zones de location les plus populaires.

Cependant, M. Galtsev précise que la demande de location à court terme diminuerait considérablement après l'événement.

Malgré cette flambée des prix et le fait que les propriétaires louent leurs biens, ce qui compte, c’est le résultat et la manière dont le marché sera affecté dans son ensemble.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Chine donne 100 millions de dollars à Cuba

Le vice-premier ministre cubain, Alejandro Gil (Photo, AFP).
Le vice-premier ministre cubain, Alejandro Gil (Photo, AFP).
Short Url
  • Le président cubain a conclu vendredi une visite officielle en Chine
  • La Chine est le second partenaire commercial de l'île, après le Venezuela, et un important allié politique

LA HAVANE: La Chine a fait un don de quelque 100 millions de dollars à Cuba, au cours d'une visite officielle du président cubain Miguel Díaz-Canel qui vient de s'achever dans ce pays, a annoncé samedi son vice-premier ministre cubain, Alejandro Gil.

Durant les discussions officielles que Díaz-Canel a menées vendredi avec son homologue chinois Xi Jinping, "la partie chinoise a fait un don à notre pays de l'ordre de 100 millions de dollars", a affirmé M. Gil, dans des déclarations rendues publiques par la télévision cubaine.

Celui qui est également ministre de l'Economie a souligné que cette donation était destinée en "priorité" à l'économie de l'île, qui est confrontée à sa pire crise économique depuis trois décennies, et causée par le renforcement de l'embargo des Etats-Unis, en vigueur depuis 1962, et les conséquences de la pandémie mondiale du Covid-19.

Le président cubain a conclu vendredi une visite officielle en Chine, une étape de la tournée internationale qui l'a mené en Algérie, Russie et Turquie avec l'ambition de renforcer le secteur critique de l'énergie électrique, qui souffre depuis mai d'une forte crise de production se traduisant par des pannes de courant et des pénuries de carburant.

Alejandro Gil a annoncé qu'au cours de la visite, les deux pays ont signé "douze instruments juridiques", dont certains sont "liés à la réouverture de nouveaux financements" pour les investissements chinois à Cuba.

Les parties ont également abordé le "thème de la dette" que l'île a accumulée durant "ces (dernières) années" avec la Chine, et dont le montant n'a pas été révélé.

"Notre président a expliqué la situation à laquelle nous faisons face, la partie chinoise s'est montrée compréhensive et nous allons voir ensemble les positions de chacun pour trouver des formules acceptables par chacun des pays, pour assurer l'ordre et la restructuration des dettes", a ajouté M. Gil.

La Chine est le second partenaire commercial de l'île, après le Venezuela, et un important allié politique.

Durant la visite de Miguel Díaz-Canel en Algérie mi-novembre, le président Abdelmadjid Tebboune a annoncé la reprise de l'approvisionnement en carburant de Cuba, le don d'une centrale solaire et l'annulation des intérêts de la dette cubaine, dont le montant n'a pas davantage été révélé.