Furieux contre Pelosi, Pékin lance des missiles près de Taïwan et du Japon

Nancy Pelosi (Photo, AFP).
Nancy Pelosi (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 04 août 2022

Furieux contre Pelosi, Pékin lance des missiles près de Taïwan et du Japon

  • L'initiative de Mme Pelosi est considérée par la Chine comme une provocation, un soutien aux partisans de l'indépendance de Taïwan et un reniement de la promesse des Etats-Unis de ne pas avoir de relations officielles avec l'île
  • En réponse, l'armée chinoise a lancé une série de missiles qui ont survolé Taïwan avant de tomber pour la première fois dans la zone économique exclusive (ZEE) du Japon

PINGTAN: La Chine a tiré jeudi des missiles qui auraient survolé Taïwan et seraient tombés pour la première fois dans la zone économique exclusive japonaise, au premier jour d'exercices militaires d'ampleur inédite autour de Taïwan, en réponse à la visite de la présidente de la chambre des représentants des Etats-Unis à Taipei.

Washington a accusé Pékin d'avoir "choisi de surréagir" à la visite de Nancy Pelosi à Taïwan et prévenu que son porte-avions USS Reagan continuerait à "surveiller" les environs de l'île, tout en annonçant avoir reporté un test de missile intercontinental pour éviter d'aggraver la crise.

«Corriger et contrer»

"La Chine a choisi de surréagir et a utilisé la visite de la présidente de la Chambre des représentants comme prétexte afin d'accroître ses opérations militaires provocatrices dans et autour du détroit de Taîwan", a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche pour les questions stratégiques John Kirby.

Le porte-avions USS Reagan "restera en opération sur zone afin de surveiller la situation", a-t-il dit, ajoutant: "Nous ne serons pas dissuadés d'opérer en mer et dans le ciel du Pacifique Ouest dans le respect du droit international, comme nous l'avons fait depuis des décennies, défendant Taïwan et un Indo-Pacifique libre et ouvert".

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, qui participait à un sommet de l'ASEAN à Phnom Penh tout comme son homologue américain Antony Blinken, a lui accusé Washington d'être à l'origine de la crise, s'étant rendu responsable d'une "flagrante provocation" établissant "un précédent odieux".

"Si aucune mesure n'était prise pour la corriger et la contrer, que deviendrait le principe de non-interférence dans les affaires intérieures ? Le droit international pourrait-il encore être respecté ? Comment pourrait-on préserver la paix dans la région?", a-t-il ajouté en marge du sommet.

Le ministre japonais des Affaires étrangères Yoshimasa Hayashi avait auparavant appelé à "l'arrêt immédiat" des manoeuvres militaires chinoises.

"Les actions de la Chine ont cette fois un impact grave sur la paix et la stabilité de la région. Je demande "l'arrêt immédiat de ces manoeuvres militaires", a-t-il déclaré à Phnom Penh.

De leur côté, les ministres des Affaires étrangères des dix pays membres de l'ASEAN ont mis en garde contre "tout acte provocateur".

La situation peut dégénérer et provoquer "un grave affrontement, des conflits ouverts entre les principales puissances et des conséquences imprévisibles", ont-ils prévenu dans un communiqué.

Malgré les fermes avertissements de Pékin, qui considère Taïwan comme une de ses provinces, Mme Pelosi, une des plus hautes responsables américaines, avait séjourné mardi et mercredi sur l'île, avant d'entamer jeudi une visite au Japon, dernière étape de sa tournée asiatique.

L'initiative de Mme Pelosi est considérée par la Chine comme une provocation, un soutien aux partisans de l'indépendance de Taïwan et un reniement de la promesse des Etats-Unis de ne pas avoir de relations officielles avec l'île.

En réponse, l'armée chinoise a lancé une série de missiles qui ont survolé Taïwan avant de tomber pour la première fois dans la zone économique exclusive (ZEE) du Japon sous couvert d'exercices militaires dans six zones maritimes autour de Taïwan, au niveau de routes commerciales très fréquentées et parfois à seulement 20 kilomètres des côtes taïwanaises.

Protestation du Japon

Quatre des cinq missiles balistiques chinois qui sont tombés dans la ZEE du Japon "auraient survolé l'île de Taïwan", a annoncé jeudi le ministère japonais de la Défense.

Qualifiant l'incident de "problème grave qui affecte notre sécurité nationale et celle de nos citoyens", le ministre de la Défense nippon, Nobuo Kishi, a précisé que "le Japon avait déposé une protestation auprès de la Chine par la voie diplomatique".

Le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, a pour sa part souligné que Washington avait pris contact avec Pékin "à tous les niveaux du gouvernement" ces derniers jours pour l'appeler au calme.

Vingt-deux avions de combat chinois sont brièvement entrés jeudi dans la zone de défense aérienne taïwanaise, a annoncé le ministre de la défense taïwanais lors d'un briefing consacré aux manoeuvres militaires chinoises.

Condamnant des "actions irrationnelles qui minent la paix régionale", le ministère taïwanais de la Défense a confirmé que l'armée chinoise avait tiré "11 missiles" balistiques de type Dongfeng "entre 13H56 et 16H00 dans les eaux au nord, au sud et à l'est de Taïwan".

Tir et détonation

A Pingtan, une île chinoise située non loin des manoeuvres en cours, des journalistes de l'AFP ont assisté jeudi après-midi au tir de plusieurs projectiles, qui se sont envolés dans le ciel après des détonations, laissant derrière eux des panaches de fumée blanche.

A cet endroit de Chine continentale qui est le plus proche de Taïwan, les reporters ont également aperçu cinq hélicoptères militaires volant à basse altitude près d'un site touristique en bord de mer.

Les exercices militaires chinois doivent s'achever dimanche à midi.

Selon le journal chinois Global Times, qui cite des analystes militaires, ces manoeuvres sont d'une ampleur "sans précédent".

"Si les forces taïwanaises viennent volontairement au contact de (l'armée chinoise) et viennent à tirer accidentellement un coup de feu, (l'armée chinoise) répliquera avec vigueur et ce sera à la partie taïwanaise d'en assumer toutes les conséquences", a indiqué à l'AFP une source militaire anonyme au sein de l'armée chinoise.

Les exercices visent à simuler un "blocus" de l'île et incluent "l'assaut de cibles en mer, la frappe de cibles au sol et le contrôle de l'espace aérien", selon l'agence officielle Chine nouvelle.

Tensions récurrentes

Si l'hypothèse d'une invasion de Taïwan, peuplée de 23 millions d'habitants, reste peu probable, elle s'est amplifiée depuis l'élection en 2016 de l'actuelle présidente Tsai Ing-wen.

Issue d'un parti indépendantiste, Mme Tsai refuse, contrairement au gouvernement précédent, de reconnaître que l'île et le continent font partie "d'une même Chine".

Les visites de responsables et parlementaires étrangers se sont également multipliées ces dernières années, provoquant l'ire de Pékin.

La Chine n'a toutefois aucune envie que la situation actuelle dégénère, déclarent des experts à l'AFP.

"Une guerre accidentelle" provoquée par un incident "est la dernière chose que souhaite Xi Jinping" avant le congrès du PCC, estime Titus Chen, professeur de sciences politiques à l'université nationale Sun Yat-Sen à Taïwan.

Amanda Hsiao, analyste Chine au cabinet de réflexion International Crisis Group, note toutefois que ces exercices "représentent une nette escalade par rapport à la norme des activités militaires chinoises autour de Taïwan et à la dernière crise du détroit de Taïwan en 1995-1996".


Amnesty se félicite de l’annonce du possible abandon des poursuites contre l’équipage du navire d’une ONG

Le navire de sauvetage Iuventa, exploité par l’ONG allemande Jugend Rettet («La jeunesse sauve»), saisi par les autorités judiciaires dans le port de Trapani, le 12 juillet 2018 (AFP)
Le navire de sauvetage Iuventa, exploité par l’ONG allemande Jugend Rettet («La jeunesse sauve»), saisi par les autorités judiciaires dans le port de Trapani, le 12 juillet 2018 (AFP)
Short Url
  • Des membres de l’équipage du navire Iuventa ont été inculpés de «facilitation de l'immigration irrégulière vers l’Italie depuis la Libye»
  • Cette semaine, les procureurs ont indiqué que l’absence de preuves signifiait l’abandon des poursuites

LONDRES: Amnesty International s’est félicitée de l’annonce de l’abandon possible des poursuites engagées contre l’équipage du navire Iuventa appartenant à une ONG, qui a œuvré au sauvetage de milliers de personnes en Méditerranée.

En 2017, les autorités italiennes ont ouvert une enquête sur les activités de l’Iuventa. Quatre membres d’équipage ont finalement été inculpés de «facilitation de l'immigration irrégulière vers l’Italie depuis la Libye». Il semblerait qu’ils aient collaboré avec des trafiquants d’êtres humains, ce qui pourrait leur valoir des peines allant jusqu’à vingt ans d’emprisonnement.

Un tribunal de la ville italienne de Trapani doit se prononcer samedi sur l’inculpation de l’équipage ainsi que des membres de Médecins sans frontières et de Save the Children. Cependant, mercredi, les procureurs ont indiqué que l’absence de preuves signifiait l’abandon des poursuites.

«L’équipage de l’Iuventa a enduré six ans et demi de procédures judiciaires avec une grâce et une résistance inébranlables. Nous sommes heureux qu’il y ait un nouvel espoir que les poursuites soit finalement abandonnées» a déclaré Elisa De Pieri, chercheuse régionale à Amnesty International.

«Le navire Iuventa a secouru plus de 14 000 personnes, notamment des enfants, et son équipage l’a fait en respectant le droit de la mer. Nous appelons les autorités à cesser d’abuser des procédures pénales et des accusations de facilitation de la migration irrégulière pour entraver les activités de sauvetage», a-t-elle poursuivi. 

«L’humanité doit passer avant tout. Nous saluons l’intrépidité de l’équipage de l’Iuventa et des autres personnes qui luttent contre les horreurs qui se déroulent dans les eaux tumultueuses de la Méditerranée.»

«Leurs actes de solidarité avec les réfugiés et les migrants devraient être encouragés et ne jamais être punis. Sans eux, le nombre déjà élevé de morts en Méditerranée centrale ne ferait qu’augmenter», a conclu Mme De Pieri.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Grèves en Corée du Sud: le gouvernement offre de négocier avec les médecins

Le gouvernement sud-coréen s'est engagé à mettre en œuvre son plan de réforme, qui augmenterait les admissions dans les écoles de médecine de 65 pour cent, invoquant la pénurie de professionnels de santé et une crise démographique imminente (Photo, AFP).
Le gouvernement sud-coréen s'est engagé à mettre en œuvre son plan de réforme, qui augmenterait les admissions dans les écoles de médecine de 65 pour cent, invoquant la pénurie de professionnels de santé et une crise démographique imminente (Photo, AFP).
Short Url
  • Les internes affirment que ce plan nuirait à la qualité du service
  • Séoul affirme avoir l'un des ratios médecins-patients les plus faibles parmi les pays développés

SÉOUL: Le gouvernement sud-coréen a indiqué jeudi chercher à ouvrir des négociations avec les jeunes médecins en grève qui paralysent le système de santé du pays, les exhortant à revenir au travail pour ne pas risquer de poursuites.

Près de 10.000 internes en médecine, soit 80% des effectifs, ont débrayé depuis la semaine dernière pour protester contre une réforme ouvrant plus largement l'admission dans les facultés de médecine.

Le gouvernement leur a donné jusqu'à ce jeudi pour reprendre le travail, faute de quoi ils risquent des arrestations ou de perdre leur licence.

"J'ai envoyé un message demandant une rencontre (aux représentants des médecins) (...) Je dois me rendre sur place aujourd'hui pour voir combien de personnes seront présentes", a déclaré le deuxième vice-ministre de la Santé, Park Min-soo, lors d'un point de presse.

Les jeunes médecins rejettent le plan du gouvernement qui prévoit d'augmenter considérablement les admissions dans les écoles de médecine. Les autorités entendent ainsi faire face aux pénuries de personnel de santé et au vieillissement de la population.

Les internes affirment que ce plan nuirait à la qualité du service, et une association de médecins sud-coréens (KMA) a accusé mercredi le gouvernement d'"intimidations".

Selon M. Park, des médecins ont commencé à retourner travailler dans les hôpitaux jeudi. "Nous avons observé une diminution du mouvement de grève depuis deux jours consécutifs", a-t-il déclaré. Mais le ministre de la Santé Cho Kyoo-hong a indiqué jeudi aux médias locaux qu'"un retour massif (des jeunes médecins) ne s'est pas encore concrétisé". "Je les implore de le faire pour les patients", a-t-il déclaré.

M. Cho a souligné que le gouvernement était déterminé à mettre en œuvre son plan de réforme, qui augmenterait les admissions dans les écoles de médecine de 65%.

L'organisation de médecins KMA n'a pas commenté l'offre de négociations, mais un groupe de jeunes médecins sur un réseau social a partagé la capture d'écran d'un message du gouvernement avec la réponse : "Vous devez plaisanter".

«L'impasse va se poursuivre»

Les analystes estiment que la ligne dure du gouvernement pourrait lui être favorable dans la perspective des prochaines élections.

"Si le gouvernement devait faire marche arrière maintenant, cela serait perçu comme un revers majeur avant les élections législatives du 10 avril", a indiqué à l'AFP Kim Jae-heon, responsable d'une ONG en faveur de la gratuité des soins médicaux.

Mais les médecins "pensent que reculer à ce stade serait en leur défaveur. Il semble que l'impasse actuelle va se poursuivre pendant un certain temps".

Les partisans de la réforme estiment que les médecins sont surtout préoccupés par le fait que les changements pourraient dégrader leurs salaires et leur statut social.

Séoul affirme avoir l'un des ratios médecins-patients les plus faibles parmi les pays développés, et le gouvernement insiste pour admettre 2.000 étudiants supplémentaires dans les écoles de médecine chaque année, à partir de l’an prochain.

Près de 75% de la population est en faveur des réformes, selon des sondages, et la ligne dure adoptée par le président Yoon Suk Yeol dans cette crise lui a permis de voir sa cote de popularité augmenter.

Mais Kim Sung-ju, président du Conseil coréen pour les droits des patients atteints de cancer, estime que la vie des patients est "prise en otage".

"C'est incroyable (que les médecins) utilisent la vie des patients comme levier pour promouvoir leurs propres intérêts", a-t-il déclaré à l'AFP.

Le débrayage massif a entraîné des annulations et des reports d'opérations chirurgicales pour les patients atteints de cancer et de césariennes pour les femmes enceintes.

Pour Kim Tae-hyeon, responsable d'une association de patients de maladie neurodégénérative, les internes en grève sont "pires que des criminels". "Dans les services de soins palliatifs et les unités de soins intensifs les patients luttent pour rester en vie".


Poutine met en garde les Occidentaux contre une «menace réelle» de guerre nucléaire

D'un ton calme, sous les applaudissements très réguliers du public, il est revenu sur les propos polémiques de son homologue français Emmanuel Macron, qui a évoqué cette semaine l'éventualité de l'envoi de troupes occidentales en Ukraine (Photo, AFP).
D'un ton calme, sous les applaudissements très réguliers du public, il est revenu sur les propos polémiques de son homologue français Emmanuel Macron, qui a évoqué cette semaine l'éventualité de l'envoi de troupes occidentales en Ukraine (Photo, AFP).
Short Url
  • Conforté par les succès russes en Ukraine, le chef d'État russe s'est aussi félicité de l'avancée de ses troupes sur le front
  • Dans ses discours à la Nation, Vladimir Poutine fait traditionnellement le bilan de l'année écoulée et définit de nouvelles orientations stratégiques

MOSCOU: Vladimir Poutine a averti jeudi les Occidentaux contre une "menace réelle" de guerre nucléaire en cas d'escalade du conflit en Ukraine, dans son discours annuel à la Nation, grand-messe annuelle lors de laquelle il a défini les priorités pour la Russie.

Conforté par les succès russes en Ukraine, le chef d'État russe s'est aussi félicité de l'avancée de ses troupes sur le front, à deux semaines d'une élection présidentielle qu'il devrait remporter sans surprise.

D'un ton calme, sous les applaudissements très réguliers du public, il est revenu sur les propos polémiques de son homologue français Emmanuel Macron, qui a évoqué cette semaine l'éventualité de l'envoi de troupes occidentales en Ukraine.

"Ils (les Occidentaux) ont parlé de la possibilité d'envoyer en Ukraine des contingents militaires occidentaux (...) Mais les conséquences de ces interventions seraient vraiment plus tragiques", a-t-il déclaré, depuis le Gostiny Dvor, un palais des Congrès situé près de la place Rouge à Moscou.