Les députés de gauche hors-Nupes reçus à Matignon mais pas de groupe parlementaire en vue

L'Assemblée nationale compte aujourd'hui dix groupes parlementaires: Renaissance, Démocrate, Horizons, le Rassemblement national, LFI, LR, EELV, PS, PCF et LIOT (Libertés, indépendants, outre-mer, territoires), qui comprend notamment des élus d'outre-mer, des nationalistes corses et des centristes. (Photo, AFP)
L'Assemblée nationale compte aujourd'hui dix groupes parlementaires: Renaissance, Démocrate, Horizons, le Rassemblement national, LFI, LR, EELV, PS, PCF et LIOT (Libertés, indépendants, outre-mer, territoires), qui comprend notamment des élus d'outre-mer, des nationalistes corses et des centristes. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 07 août 2022

Les députés de gauche hors-Nupes reçus à Matignon mais pas de groupe parlementaire en vue

  • Pour parvenir à réunir quinze députés nécessaires à la constitution d'un groupe, il aurait fallu le concours de certains parlementaires appartenant à l'aile gauche de Renaissance, le groupe de La République en marche
  • L'entourage d'Elisabeth Borne a confirmé la tenue de cet entretien, en expliquant qu'« ils ne sont pas aujourd'hui assez nombreux pour former un groupe»

PARIS: Plusieurs députés de gauche opposés à l'alliance mélenchoniste Nupes et qui siègent parmi les non-inscrits à l'Assemblée nationale ont été reçus vendredi par Elisabeth Borne qui les a, selon eux, découragés de tenter de constituer un groupe parlementaire.

"Un travail de réflexion était mené depuis le début de la nouvelle législature par des élus de sensibilités de gauche ayant des affinités territoriales, de méthode et de vision pour définir les conditions de la création d'un groupe en soutien à la majorité", a expliqué l'un de ces députés.

Autour notamment des députés Olivier Falorni ou David Habib, tous les deux opposés à l'alliance Nupes (LFI, PS, EELV, PCF), il s'agissait de "poursuivre l'élargissement" de la majorité le "dépassement des clivages".

"La seule différence avec les groupes Démocrate et Horizons (respectivement les troupes MoDem de François Bayrou et celles d'Edouard Philippe, alliées de la majorité, NDLR) était que ce nouveau groupe n'aurait pas été adossé à une structure de parti politique, manifestant ainsi les caractères transpartisan et constructif", a poursuivi la même source.

Mais, pour parvenir à réunir quinze députés nécessaires à la constitution d'un groupe, il aurait fallu le concours de certains parlementaires appartenant à l'aile gauche de Renaissance, le groupe de La République en marche.

Or, lors de leur réunion de vendredi, la Première ministre "a fait part de son refus" d'une telle hypothèse, selon l'un des participants, en raison d'un risque de "dislocation du groupe Renaissance" et donc de "fragilisation de la majorité".

L'entourage d'Elisabeth Borne a confirmé auprès de l'AFP la tenue de cet entretien, en expliquant qu'"ils ne sont pas aujourd'hui assez nombreux pour former un groupe".

Les participants se sont dits "surpris" de la position de la cheffe du gouvernement, "ne la comprenant ni stratégiquement, ni politiquement", en considérant que "l'élargissement à gauche est refusé et que la gouvernance restera avec les apports de droite".

L'entourage d'Elisabeth Borne a pour sa part considéré qu'"il est certain que ces députés seraient bienvenus dans la majorité".

L'Assemblée nationale compte aujourd'hui dix groupes parlementaires: Renaissance, Démocrate, Horizons, le Rassemblement national, LFI, LR, EELV, PS, PCF et LIOT (Libertés, indépendants, outre-mer, territoires), qui comprend notamment des élus d'outre-mer, des nationalistes corses et des centristes.

 


Une centaine de livreurs de repas à domicile manifestent à Paris

La reconnaissance du statut de salarié de ces travailleurs, réclamée entre autres par CNT-SO, aurait "une incidence sur leur capacité à être régularisés en France", explique à l'AFP Etienne Deschamps, un de ses représentants. (AFP).
La reconnaissance du statut de salarié de ces travailleurs, réclamée entre autres par CNT-SO, aurait "une incidence sur leur capacité à être régularisés en France", explique à l'AFP Etienne Deschamps, un de ses représentants. (AFP).
Short Url
  • «Nous manifestons d'abord parce que nous sommes mal payés», explique à l'AFP Souleymane, un Ivoirien de 30 ans qui dit gagner environ 300 euros par semaine pour des journées de travail de 14 heures
  • La situation la plus précaire parmi les livreurs revient aux travailleurs sans papiers, contraints de louer des comptes ouverts sous une autre identité

PARIS : Une centaine de livreurs travaillant pour des sociétés de livraison de repas à domicile ont manifesté à vélo et à scooter samedi dans Paris pour réclamer de meilleures conditions de travail, la régularisation des travailleurs sans papiers et la reconnaissance du statut de salarié.

"Nous manifestons d'abord parce que nous sommes mal payés", explique à l'AFP Souleymane, un Ivoirien de 30 ans qui dit gagner environ 300 euros par semaine pour des journées de travail de 14 heures.

Sa situation comme celle de beaucoup d'autres autour de lui est dénoncée par un tract de la Confédération Nationale des Travailleurs - Solidarité ouvrière (CNT-SO) distribué peu avant le départ de la manifestation, place de la République, avec ce slogan: "Stop à l'exploitation numérique".

"Nos tarifs doivent augmenter avec une rémunération minimale garantie égale au smic horaire", y est-il écrit.

La situation la plus précaire parmi les livreurs revient aux travailleurs sans papiers, contraints de louer des comptes ouverts sous une autre identité.

Ceux-ci sont à la merci d'une déconnexion soudaine de la part des plateformes. Ainsi début septembre Uber Eats a annoncé avoir déconnecté 2 500 comptes identifiés comme frauduleux parmi ses quelques 60 000 livreurs actifs en France.

La reconnaissance du statut de salarié de ces travailleurs, réclamée entre autres par CNT-SO, aurait "une incidence sur leur capacité à être régularisés en France", explique à l'AFP Etienne Deschamps, un de ses représentants.

En attendant, M. Deschamps demande aux pouvoirs publics d'autoriser les préfectures à accepter les dossiers de régularisation sur présentation de factures et non de bulletins de salaires, les livreurs n'en ayant pas, relevant du statut d'indépendants.

Les syndicats Sud Commerces, la CNT-SO et le Clap avaient déjà interpellé le gouvernement le 19 septembre afin qu'il facilite la régularisation administrative, encadré par une circulaire dite "circulaire Valls" datant de 2012.

Une manifestation sur le même thème, partant de la place de la République jusqu'au siège français de la firme américaine Uber Eats, s'était par ailleurs tenue le 12 septembre.


TotalEnergies : le mouvement reconduit, la CGT souhaite s'inscrire dans la durée

Les syndicalistes de Force ouvrière (FO) de Totalenergies Carling se rassemblent devant le site pétrochimique de Carling, dans le nord-est de la France, le 27 septembre 2022, pour réclamer une augmentation des salaires, un déblocage de l'intéressement, la reprise des embauches. (AFP).
Les syndicalistes de Force ouvrière (FO) de Totalenergies Carling se rassemblent devant le site pétrochimique de Carling, dans le nord-est de la France, le 27 septembre 2022, pour réclamer une augmentation des salaires, un déblocage de l'intéressement, la reprise des embauches. (AFP).
Short Url
  • «On va lancer une caisse de grève pour que ça puisse durer», selon Pedro Afonso, élu CGT à la raffinerie de Feyzin (Rhône)
  • Selon la direction du groupe, il n'y a toutefois «que six grévistes sur le site de Feyzin» et les opérations et travaux actuellement en cours «se poursuivent normalement» sur la plateforme qui n'est «pas en grève»

PARIS : Les grévistes de TotalEnergies ont reconduit samedi le mouvement pour les salaires dans trois des cinq raffineries françaises du groupe, selon la CGT qui souhaiterait inscrire dans la durée ce mouvement lancé à son initiative.

Si les raffineries de Donges (Loire-Atlantique) et de Grandpuits (Seine-et-Marne) -en cours de reconversion en "bio-raffinerie"- ont, comme prévu, suspendu le mouvement pour ce week-end, tous les autres sites de raffinage et dépôts de carburants "sont encore dans la bataille", a déclaré à l'AFP Pedro Afonso, élu CGT à la raffinerie de Feyzin (Rhône).

"On va lancer une caisse de grève pour que ça puisse durer", a-t-il indiqué à propos de la raffinerie de Feyzin, ajoutant que les grévistes d'autres sites souhaitaient prendre des mesures similaires.

Selon la direction du groupe, il n'y a toutefois "que six grévistes sur le site de Feyzin" et les opérations et travaux actuellement en cours "se poursuivent normalement" sur la plateforme qui n'est "pas en grève".

La CGT estime qu'une inscription du mouvement dans la durée pourrait compliquer l'approvisionnement en carburant des stations-service. Certaines ont déjà été confrontées à des indisponibilités de carburants, conséquence de la ruée des automobilistes (+30% de fréquentation en septembre) attirés par une remise à la pompe accordée par le groupe afin de limiter les hausses de prix.

Interrogée samedi par l'AFP, la direction du géant des hydrocarbures a réitéré son message de la veille, confirmant implicitement des tensions sur l'offre de carburants en raison de la forte fréquentation, tout en indiquant que "malgré les mouvements sociaux, le réapprovisionnement (des) stations se poursuit dans le contexte de l’opération de baisse des prix", à l'aide de "moyens logistiques supplémentaires".

Autre conséquence du mouvement, les opérations de mise à l'arrêt de la raffinerie de Normandie, la plus importante de France, se poursuivaient samedi.

En cas d'arrêt effectif de cette raffinerie, qui représente plus de 20% de la capacité de raffinage du pays, il n'y aurait plus que deux raffineries en activité sur les huit que compte la France métropolitaine, un autre mouvement de grève affectant celles de Esso-ExxonMobil.

La CGT réclame notamment une revalorisation salariale à hauteur de 10% pour l'année 2022. De son côté, la direction rappelle avoir octroyé une augmentation moyenne de 3,5% en début d'année et renvoie à l'ouverture de négociations, initialement prévues en janvier 2023, et avancée à mi-novembre dans le contexte actuel d'inflation.


Affaire Quatennens: le député a été auditionné par la police lilloise

M. Quatennens s'est mis en retrait de sa fonction de coordinateur de La France Insoumise, reconnaissant des violences envers son épouse dans un communiqué publié sur Twitter. (Photo, AFP)
M. Quatennens s'est mis en retrait de sa fonction de coordinateur de La France Insoumise, reconnaissant des violences envers son épouse dans un communiqué publié sur Twitter. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le député nordiste a été entendu dans le cadre d'une audition libre, a précisé cette source, confirmant une information du JDD
  • Le parquet de Lille avait indiqué le 19 septembre avoir ouvert une enquête après la main courante déposée contre le député par son épouse

LILLE : Le député LFI Adrien Quatennens a été entendu lundi au commissariat de Lille, dans le cadre de l'enquête pour violences conjugales le visant après une main-courante déposée par son épouse, a indiqué samedi une source proche du dossier.

Le député nordiste a été entendu dans le cadre d'une audition libre, a précisé cette source, confirmant une information du JDD.

Le parquet de Lille avait indiqué le 19 septembre avoir ouvert une enquête après la main courante déposée contre le député par son épouse, dans le cadre de sa "politique pénale volontariste pour le traitement des violences conjugales".

Dans un communiqué le 13 septembre, après la révélation de cette main courante par Le Canard Enchaîné, Céline et Adrien Quatennens avaient dit avoir appris "par voie d'avocats" que le parquet s'était saisi des faits.

M. Quatennens s'est dans la foulée mis en retrait de sa fonction de coordinateur de La France Insoumise, reconnaissant des violences envers son épouse dans un communiqué publié sur Twitter.

Il a notamment admis lui avoir "donné une gifle", il y a "un an", "dans un contexte d'extrême tension et d'agressivité mutuelle", affirmant avoir "profondément regretté ce geste".

Sollicités, ni le parquet de Lille ni l'avocate du député n'ont réagi dans l'immédiat.

L'affaire a alimenté une forte polémique, jusqu'au sein même de LFI. Jean-Luc Mélenchon et le député Manuel Bompard se sont attiré la colère notamment des milieux féministes pour des prises de position accusées de relativiser les violences conjugales, ce dont ils se sont tous les deux défendu.