USA: La Fed doit relever fortement ses taux jusqu'à ce que l'inflation ralentisse

Une pancarte 'Nous vous voulons !' est affiché dans un magasin Ike's Love & Sandwiches le 26 juillet 2022 à Los Angeles, Californie (Photo, AFP).
Une pancarte 'Nous vous voulons !' est affiché dans un magasin Ike's Love & Sandwiches le 26 juillet 2022 à Los Angeles, Californie (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 07 août 2022

USA: La Fed doit relever fortement ses taux jusqu'à ce que l'inflation ralentisse

  • Les taux de la Fed se situent entre 2,25 et 2,50%
  • La Fed a augmenté ses taux de trois-quarts de points fin juillet

WASHINGTON: Une responsable de la banque centrale américaine (Fed) a plaidé samedi pour que l'institution continue à relever fortement ses taux directeurs jusqu'à ce que l'inflation diminue réellement.

La Fed a augmenté ses taux de trois-quarts de points fin juillet, une hausse bien plus forte que le quart de point habituel.

"Des augmentations de taille similaire devraient être envisagées jusqu'à ce que nous voyions l'inflation diminuer de manière cohérente, significative et durable", a indiqué Michelle Bowman, une gouverneure de la Fed, devant l'association des banquiers du Kansas.

"Il est absolument essentiel que nous continuions à utiliser nos outils de politique monétaire jusqu'à ce que nous réussissions à ramener l'inflation à notre objectif de 2%", a-t-elle souligné.

L'inflation a atteint en juin 6,8% sur un an, selon l'indice PCE, privilégié par la Fed, et 9,1% selon l'indice CPI.

Mme Bowman évoque "un risque important d'inflation élevée l'année prochaine pour les produits de première nécessité, notamment la nourriture, le logement, le carburant et les véhicules".

D'autant plus que le marché du travail, lui aussi, reste tendu, avec une pénurie de main d'œuvre.

Cependant, "un aspect du marché du travail qui ne s'est pas redressé est la participation", relève la gouverneure : "Près de quatre millions de personnes (en) sont toujours absentes".

Le marché du travail a montré en juillet un dynamisme inattendu, et le pays a désormais retrouvé les 22 millions d'emplois détruits avec la pandémie, tandis que le taux de chômage est retombé à 3,5%, comme en février 2020. Mais le taux de participation reste stable, à 62,1%, contre 63,4% en février 2020.

Le marché du travail devrait rester "solide" malgré la hausse des taux directeurs de la Fed, selon Mme Bowman, qui avertit néanmoins d'"un risque que nos actions ralentissent les créations d'emplois, voire réduisent l'emploi".

Toutefois, elle juge que "la plus grande menace pour la vigueur du marché du travail est une inflation excessive", qui pourrait conduire à "une période prolongée de faiblesse économique couplée à une inflation élevée, comme (...) dans les années 1970".

La contraction du PIB aux deux premiers trimestres de 2022 "est peut-être une indication que nos mesures (...) ont l'effet escompté". Elle n'envisage pas de récession, mais "une reprise de la croissance" au second semestre, suivie d'"une croissance modérée en 2023".

Les taux de la Fed se situent entre 2,25 et 2,50%.


Accord sur un objectif de neutralité carbone en 2050 pour l'aviation

Vue de l'Alice, un avion 100% électrique (Photo, Eviation Aircraft)
Vue de l'Alice, un avion 100% électrique (Photo, Eviation Aircraft)
Short Url
  • «Un accord historique sur un objectif collectif ambitieux à long terme de zéro émission de carbone d'ici 2050» a été conclu selon un tweet de l'OACI
  • Le transport aérien est aujourd'hui responsable de 2,5 à 3% des émissions mondiales de CO2

MONTRÉAL : Un accord pour atteindre la neutralité carbone en 2050 dans l'aviation civile mondiale a été conclu vendredi, a annoncé l'Organisation de l'Aviation civile internationale (OACI), une agence de l'ONU.

Les représentants des 193 États réunis pour l'assemblée de l'organisation, dont le siège est à Montréal, sont parvenus à «un accord historique sur un objectif collectif ambitieux à long terme de zéro émission de carbone d'ici 2050», a tweeté l'OACI.

«C'est un excellent résultat» a estimé auprès de l'AFP une source diplomatique européenne qui a précisé que «seuls quatre pays, dont la Chine, avaient exprimé des réserves».

Le transport aérien est montré du doigt pour son rôle dans la crise climatique. Aujourd'hui responsable de 2,5 à 3% des émissions mondiales de CO2, le secteur s'avère difficile à faire passer aux énergies renouvelables, même si l'industrie aéronautique et les énergéticiens y travaillent d'arrache-pied.

Selon les compagnies aériennes, créer une aviation décarbonée représente 1.550 milliards de dollars d'investissements entre 2021 et 2050.


Les prix mondiaux des produits alimentaires continuent de décliner, selon la FAO

Un agent de sécurité fait une sieste à côté des sacs de blé sur un marché de gros de céréales à New Delhi le 18 mai 2022. (Prakash SINGH / AFP)
Un agent de sécurité fait une sieste à côté des sacs de blé sur un marché de gros de céréales à New Delhi le 18 mai 2022. (Prakash SINGH / AFP)
Short Url
  • L'indice FAO des prix des denrées alimentaires, qui suit la variation des cours internationaux d'un panier de produits de base, a reculé une nouvelle fois depuis le record atteint en mars après l'invasion de l'Ukraine par la Russie
  • L'indice FAO des prix des céréales, quant à lui, remonte légèrement d'1,5% par rapport à août

PARIS: Les prix mondiaux des produits alimentaires ont poursuivi leur baisse en septembre pour le sixième mois consécutif, tirés par un net repli des huiles végétales qui compense une légère remontée des céréales, a annoncé vendredi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

L'indice FAO des prix des denrées alimentaires, qui suit la variation des cours internationaux d'un panier de produits de base, a reculé une nouvelle fois depuis le record atteint en mars après l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Il a baissé modérément en septembre, d'1,1% par rapport à août.

L'indice FAO des prix des huiles végétales recule de 6,6% sur un mois, "pour atteindre son plus bas niveau depuis février 2021". "Les cours internationaux des huiles de palme, de soja, de tournesol et de colza ont tous fléchi", souligne l'organisation, grâce à l'existence de stocks abondants d'huile de palme et d'une hausse saisonnière de production en Asie du Sud-Est.

L'indice FAO des prix des céréales, quant à lui, remonte légèrement d'1,5% par rapport à août. Les prix internationaux du blé ont rebondi de 2,2%, à cause d'inquiétudes liées à la sécheresse aux Etats-Unis et en Argentine, et d'incertitudes sur la prolongation du corridor maritime permettant de faire sortir les céréales d'Ukraine au-delà du mois de novembre.


France: nouveau record du déficit commercial à 15,5 milliards d'euros en août

Le président français Emmanuel Macron montre un schéma sur la façon dont les prix du gaz influencent les prix de l'électricité alors qu'il s'adresse à la presse le deuxième jour d'un sommet de l'Union européenne (UE) au siège de l'UE, à Bruxelles, le 25 mars 2022. ( Ludovic MARIN / AFP )
Le président français Emmanuel Macron montre un schéma sur la façon dont les prix du gaz influencent les prix de l'électricité alors qu'il s'adresse à la presse le deuxième jour d'un sommet de l'Union européenne (UE) au siège de l'UE, à Bruxelles, le 25 mars 2022. ( Ludovic MARIN / AFP )
Short Url
  • La balance commerciale française s'est dégradée d'un milliard d'euros par rapport à celle de juillet
  • La facture énergétique a coûté 800 millions d'euros supplémentaires en août, ont précisé les douanes, et creusé le solde français sur l'énergie à 11 milliards d'euros de déficit en août

PARIS: Le déficit commercial français a établi un nouveau record en août, à 15,5 milliards d'euros, ont indiqué les douanes vendredi, en raison d'une nouvelle hausse de la facture énergétique parmi les importations.

La balance commerciale française s'est dégradée d'un milliard d'euros par rapport à celle de juillet.

En cumul sur douze mois, le déficit affiche aussi un record, à 139 milliards d'euros.

Dans l'ensemble, les importations françaises ont vu leur coût croître de 1,1 milliard d'euros, à 65,6 milliards. En face, les exportations n'ont que légèrement progressé, de 100 millions d'euros, atteignant 50,1 milliards d'euros.

La facture énergétique a coûté 800 millions d'euros supplémentaires en août, ont précisé les douanes, et creusé le solde français sur l'énergie à 11 milliards d'euros de déficit en août.

Les importations d'électricité et de gaz continuent de se renchérir pour la France, pendant que les exportations énergétiques sont stables, précisent les douanes.

Les prix de l'énergie sont très fortement affectés par les conséquences de la guerre en Ukraine depuis la fin février, une situation qui s'est traduite par une explosion des prix du gaz ainsi qu'une envolée de ceux du pétrole.