Belgique: nouveau retrait de glaces Häagen-Dazs après une alerte européenne

Le fabriquant des crèmes glacées, le groupe américain General Mills, a constaté lors d'un contrôle la présence de traces de 2-Chloroéthanol (2CE), un indicateur pour la présence d’oxyde d’éthylène dans un lot de produits Häagen-Dazs, avait indiqué l'AFSCA dans un communiqué le 4 août (AFP)
Le fabriquant des crèmes glacées, le groupe américain General Mills, a constaté lors d'un contrôle la présence de traces de 2-Chloroéthanol (2CE), un indicateur pour la présence d’oxyde d’éthylène dans un lot de produits Häagen-Dazs, avait indiqué l'AFSCA dans un communiqué le 4 août (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 09 août 2022

Belgique: nouveau retrait de glaces Häagen-Dazs après une alerte européenne

  • La Belgique avait déjà fait retirer de la vente dix produits Häagen-Dazs le 4 août
  • La France a fait retirer 18 produits de la marque le 5 août et l'Espagne 20 produits le 8 août

BRUXELLES: La Belgique a fait retirer de la vente sept nouvelles crèmes glacées Häagen-Dazs à la suite d'une alerte européenne déclenchée début juillet par la découverte de résidus d'un composé cancérigène dans des lots lors de contrôles, a annoncé mardi l'agence fédérale pour la sécurité alimentaire (AFSCA).

"Plusieurs variantes de crèmes glacées de la marque Häagen-Dazs, vendues en Belgique via les magasins Albert Heijn, Jumbo et Intermarché, sont retirées de la vente", a indiqué  l'agence dans un communiqué.

"Ce rappel fait suite à une notification via le système RASFF (système d’alerte rapide européen Food et Feed)", précise l'AFSCA.

La Belgique avait déjà fait retirer de la vente dix produits Häagen-Dazs le 4 août.

Une alerte a été lancée par la France le 8 juillet via le système RASFF (système d’alerte rapide européen Food et Feed), jugeant "sérieux" pour la santé le risque présenté par la présence de résidus d'oxyde d'éthylène (ETO), un pesticide cancérigène interdit en Europe. Plusieurs Etats membres de l'UE ont depuis fait procéder au retrait de glaces et ont publié des avertissements aux consommateurs. La France a fait retirer 18 produits de la marque le 5 août et l'Espagne 20 produits le 8 août, selon les agences nationales de sécurité alimentaire.

Le fabriquant des crèmes glacées, le groupe américain General Mills, a constaté lors d'un contrôle la présence de traces de 2-Chloroéthanol (2CE), un indicateur pour la présence d’oxyde d’éthylène dans un lot de produits Häagen-Dazs, avait indiqué l'AFSCA dans un communiqué le 4 août.

Un fournisseur de vanille a été identifié comme la cause du problème et General Mills a décidé de rappeler tous les produits réalisés avec de la vanille de ce fournisseur, a expliqué l'AFSCA.

L'agence belge a publié la liste des dix-sept crèmes glacées incriminées, parmi lesquelles la Belgium Chocolate, avec les dates de péremption dont le retrait a été exigé dans tous les magasins du royaume.


Russie: 100 arrestations lors d'une action anti-mobilisation au Daguestan

Au moins 101 personnes ont été arrêtées par la police à Makhatchkala, la capitale du Daguestan, dans le sud-ouest de la Russie (Photo, AFP).
Au moins 101 personnes ont été arrêtées par la police à Makhatchkala, la capitale du Daguestan, dans le sud-ouest de la Russie (Photo, AFP).
Short Url
  • Des protestations ont éclaté en Russie contre la mobilisation partielle ordonnée le 21 septembre par le président Vladimir Poutine
  • Des critiques accusent le Kremlin de vouloir mobiliser en priorité des hommes vivant dans des régions pauvres et reculées

MOSCOU: Une centaine de personnes ont été interpellées dimanche au Daguestan lors d'une manifestation contre la mobilisation militaire, dans cette région russe du Caucase qui a déjà payé un lourd tribut depuis le début de l'offensive en Ukraine.

Selon l'ONG OVD-Info, spécialisée dans le suivi des actions d'opposition, au moins 101 personnes ont été arrêtées par la police à Makhatchkala, la capitale du Daguestan, dans le sud-ouest de la Russie.

Des médias russes ont publié des vidéos montrant des femmes se disputant avec des policiers lors de cette manifestation. "Pourquoi prenez-vous nos enfants?", demande l'une d'entre elles.

D'autres vidéos ont montré des protestataires être brutalement interpellés par la police.

Région multi-éthnique à majorité musulmane, la république du Daguestan est l'un des territoires les plus pauvres de Russie. Il a été ensanglanté dans les années 2000 par une guerre entre les forces russes et une guérilla jihadiste.

Depuis le début de l'offensive russe contre Kiev, c'est aussi l'une des régions russes qui a la plus forte proportion d'hommes tués au combat en Ukraine, selon les avis de décès publiés sur les réseaux sociaux et rassemblés par des médias russes indépendants.

Pour apaiser la population, le commissaire militaire du Daguestan, Daïtbeg Moustafaïev, a assuré ce week-end que seuls les hommes détenant "une spécialisation militaire" seront mobilisés en priorité, et qu'aucun conscrit ne sera envoyé en Ukraine.

Des protestations ont éclaté en Russie contre la mobilisation partielle ordonnée le 21 septembre par le président Vladimir Poutine.

Selon OVD-Info, plus de 2.300 personnes ont été interpellées depuis cette annonce lors d'actions contre la mobilisation militaire. D'importants départs de Russes vers des pays frontaliers ont également été signalés.

Des critiques accusent le Kremlin de vouloir mobiliser en priorité des hommes vivant dans des régions pauvres et reculées.


Fusillade dans une école russe: au moins six morts et 20 blessés

Des policiers bloquent une rue à Saint-Pétersbourg le 24 septembre 2022, suite à des appels à manifester contre la mobilisation partielle annoncée par le président russe (Photo, AFP).
Des policiers bloquent une rue à Saint-Pétersbourg le 24 septembre 2022, suite à des appels à manifester contre la mobilisation partielle annoncée par le président russe (Photo, AFP).
Short Url
  • «Les policiers ont retrouvé le corps de l'homme qui a ouvert le feu»
  • Un peu plus tôt le gouverneur régional avait indiqué que des enfants étaient «parmi les victimes»

MOSCOU: Au moins six personnes ont été tuées et 20 blessées, dont des enfants, au cours d'une fusillade dans une école d'Ijevsk, au centre de la Russie, a annoncé lundi le ministère russe de l'Intérieur, selon lequel l'assaillant s'est suicidé.

"Les policiers ont retrouvé le corps de l'homme qui a ouvert le feu. Selon nos informations, il s'est suicidé", a indiqué le ministère, faisant état d'au moins "6 morts et 20 blessés". Un peu plus tôt le gouverneur régional avait indiqué que des enfants étaient "parmi les victimes" et qu'un garde de sécurité avait aussi été tué.


Russie: un militaire blessé lors d'une fusillade dans un centre de mobilisation de l'armée

Des militaires se tiennent devant un char lors des exercices militaires sur le terrain d'entraînement de Sergeevskyi à l'extérieur de la ville d'Ussouriysk, dans l'Extrême-Orient russe, le 6 septembre 2022 (Photo, AFP).
Des militaires se tiennent devant un char lors des exercices militaires sur le terrain d'entraînement de Sergeevskyi à l'extérieur de la ville d'Ussouriysk, dans l'Extrême-Orient russe, le 6 septembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Cet incident survient alors que des protestations se sont fait entendre en Russie contre la mobilisation partielle ordonnée le 21 septembre par Vladimir Poutine
  • Selon l'ONG OVD-Info, plus de 2 300 personnes ont été interpellées depuis cette annonce lors d'actions contre la mobilisation militaire

PARIS: Un homme a ouvert le feu lundi dans un centre de recrutement de l'armée russe en Sibérie, blessant grièvement un militaire qui y travaillait, a indiqué un responsable, en pleine mobilisation partielle pour combattre en Ukraine.

"Le commissaire militaire Alexandre Elisseïev est en réanimation, dans un état très grave (...) Le tireur a été immédiatement arrêté. Il sera obligatoirement puni!", a indiqué sur Telegram le gouverneur de la région d'Irkoutsk, Igor Kobzev.

Il a précisé que la fusillade a eu lieu dans le centre de recrutement militaire d'Oust-Ilimsk, une ville industrielle située en pleine Sibérie, à 600 kilomètres au nord d'Irkoutsk.

Dans un communiqué, le Comité d'enquête russe a précisé que le suspect était un habitant de cette ville âgé de 25 ans.

"J'ai honte qu'une telle chose se produise à un moment où, au contraire, nous devrions être unis, et ne pas se battre les uns contre les autres, mais contre les menaces réelles", a ajouté le gouverneur.

Cet incident survient alors que des protestations se sont fait entendre en Russie contre la mobilisation partielle ordonnée le 21 septembre par Vladimir Poutine.

Selon l'ONG OVD-Info, plus de 2 300 personnes ont été interpellées depuis cette annonce lors d'actions contre la mobilisation militaire. D'importants départs de Russes vers des pays frontaliers ont également été signalés.