Analyse: Le Hamas «gagne des points en Israël mais en perd auprès des Palestiniens»

Un Palestinien est assis sur les décombres d'une maison après sa démolition par les forces israéliennes à Rummana en Cisjordanie (Photo, AP).
Un Palestinien est assis sur les décombres d'une maison après sa démolition par les forces israéliennes à Rummana en Cisjordanie (Photo, AP).
Short Url
Publié le Vendredi 12 août 2022

Analyse: Le Hamas «gagne des points en Israël mais en perd auprès des Palestiniens»

  • Le groupe «a fait preuve de retenue lors des récents affrontements à Gaza et a évité une guerre prolongée»
  • «Le dernier bombardement d'Israël à Gaza a obligé le Hamas à rester à l'écart, ne voulant pas provoquer de retombées économiques qui entraîneraient invariablement des restrictions d'accès»

AMMAN: Longtemps après que la poussière de la dernière attaque sur Gaza soit retombée, le mouvement Hamas - le pouvoir prédominant dans la bande de Gaza - doit encore surmonter les retombées politiques de son refus de se joindre au djihad islamique en représailles contre Israël.

Le principal sondeur palestinien, Khalil Shikaki, a déclaré à Arab News que le Hamas n'avait pas considéré l'arrestation du chef du djihad islamique palestinien à Jénine, Bassam Saadi, comme une menace nationale nécessitant une réponse militaire de la bande de Gaza.

«Mais il semble que le Hamas ait effectivement considéré l'assassinat du commandant du djihad islamique Tayseer Al-Jabari comme une menace nécessitant une réponse militaire de faible intensité. Pourtant, même en réponse à cette dernière, le Hamas a retenu ses armes tout en permettant au djihad islamique de se défendre et de supporter le poids de la machine de guerre israélienne».

Shikaki, professeur de sciences politiques et directeur du centre palestinien de recherche sur les politiques et les sondages, a déclaré à Arab News que la décision du Hamas était «sage, mais qu'elle pourrait lui coûter un certain soutien populaire».

Les commentaires des militants politiques palestiniens et des réseaux sociaux n'ont pas été aussi bienveillants à l'égard du mouvement Hamas, qui a souvent attaqué d'autres personnalités et groupes pour leur silence.

Ils ont comparé la position passive du Hamas à la façon dont les dirigeants de Ramallah se sont comportés afin de protéger quelques avantages de leur gouvernement.

Jamal Dajani, ancien directeur de la communication du premier ministère palestinien, a déclaré à Arab News que le Hamas avait compris que les nouveaux dirigeants israéliens avaient lancé l'attaque contre Gaza dans un but politique.

«Le Hamas n'a pas mordu à l'hameçon et a fait preuve de retenue en évitant une guerre prolongée causant davantage de morts et de destruction», a-t-il souligné.

Shikaki croit que l'Égypte et Israël apprécieront le comportement du Hamas et récompenseront le mouvement en lui fournissant davantage de facilités économiques, ce qui lui permettra de consolider son contrôle sur la bande de Gaza.

«Israël espère que cela donnera au Hamas les moyens d'exercer une plus grande influence sur le djihad islamique et de garantir une tranquillité à long terme», a expliqué Shikaki.

EN BREF

Khalil Shikaki, professeur de sciences politiques et directeur du centre palestinien de recherche sur les politiques et les sondages, a déclaré à Arab News que la décision du Hamas était «sage, mais qu'elle pourrait lui coûter un certain soutien populaire».

 

«En fin de compte, ceux qui, en Israël, appellent à un dialogue direct entre Israël et le Hamas, notamment les milieux sécuritaires israéliens, gagneront des points et utiliseront cet épisode pour prouver que le Hamas n'est pas lié par la seule idéologie et qu'il s'agit d'une organisation pragmatique avec laquelle Israël peut conclure des accords à long terme.

«Toutefois, en interne, les relations entre le djihad islamique et le Hamas pourraient devenir tendues. Les relations entre le Hamas et l'Autorité palestinienne pourraient également se détériorer, car un contrôle accru du Hamas sur Gaza pourrait créer des conditions dans lesquelles les dirigeants de Ramallah perdraient toute perspective de reprendre le contrôle de la bande de Gaza dans un avenir proche», a estimé Shikaki.

Zaha Hassan, avocate spécialisée dans les droits de l'homme et membre du programme pour le Moyen-Orient de la Fondation Carnegie pour la paix internationale, a déclaré à Arab News que le Hamas a toujours voulu se montrer comme la "vraie" résistance à l'occupation israélienne lorsque le gouvernement palestinien dirigé par le Fatah se tenait à l'écart de l'escalade de la violence, comme en mai 2021.

Elle a poursuivi «Le dernier bombardement d'Israël à Gaza a obligé le Hamas à rester à l'écart, ne voulant pas provoquer de retombées économiques qui entraîneraient invariablement des restrictions d'accès».

«Mais si la popularité du Hamas s'est fondée sur le fait qu'il représente la véritable résistance, en particulier lorsqu'Al-Aqsa est en jeu, garder le silence pendant la marche de centaines de militants de droite israéliens sur Al-Haram Al-Charif pour la commémoration de la destruction du «temple» n'était certainement pas une bonne image pour l'organisation», a signalé Hassan

Mais Samar Muhareb, une militante de la société civile basée à Amman et qui suit de près la question palestinienne, a un point de vue différent.

Muhareb, directrice exécutive de l'ONG jordanienne la Renaissance arabe pour la démocratie et le développement, à Amman, a souligné que l'important était d'examiner les gains de la résistance du djihad islamique.

Elle a déclaré à Arab News que le cycle de la violence à Gaza avait été frustrant.

Elle a ajouté «Malgré toutes les déceptions et les pertes, la résistance à Gaza est sortie avec des réalisations tangibles sur le terrain qui conduiront à des changements si Israël continue dans sa folie dans le cadre du fragile cessez-le-feu».

En examinant les avantages économiques, Ofer Salzberg, directeur du programme Moyen-Orient à l'Institut Herbert Kelman pour la transformation des conflits, a déclaré à Arab News que la décision du Hamas était «plus économique qu'idéologique».

Il a soutenu : «Le choix du Hamas de rester à l'écart des combats a donné un coup de pouce à la recommandation dominante de l’autorité israélienne de la défense : Renforcer l'économie gazaouie malgré le pouvoir du Hamas afin de différer les guerres».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Football: le début du Mondial des clubs braque les projecteurs sur le Maroc

Des danseurs se produisent lors de la cérémonie d'ouverture de la Coupe du monde des clubs de la FIFA et avant le match de football du premier tour entre l'Egypte d'Al-Ahly et la ville d'Auckland en Nouvelle-Zélande au stade Ibn Batouta de Tanger le 1er février 2023. (Photo, AFP)
Des danseurs se produisent lors de la cérémonie d'ouverture de la Coupe du monde des clubs de la FIFA et avant le match de football du premier tour entre l'Egypte d'Al-Ahly et la ville d'Auckland en Nouvelle-Zélande au stade Ibn Batouta de Tanger le 1er février 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Du 1er au 11 février, le Maroc accueille ce qu’on appelle communément le Mondialito
  • Lors de la cérémonie d'ouverture les spectateurs ont eu droit à un spectacle époustouflant, haut en couleur, mettant en avant un Maroc diversifié, ancestral, moderne, ouvert et hospitalier

CASABLANCA: À peine quelques semaines après le Mondial 2022 qui s’est déroulé au Qatar, le monde du foot se passionne pour un autre Mondial, celui des clubs.

Du 1er au 11 février, le Maroc accueille ce qu’on appelle communément le Mondialito, compétition qui rassemble les meilleurs clubs de chacune des six confédérations de la Fifa, autrement dit les meilleurs clubs de football du monde sur une année. 

Pour cette édition, qui a été décalée à plusieurs reprises, ce sont six clubs prestigieux qui s’affronteront pour prétendre au statut de meilleur club du monde: Al-Ahly (Égypte), AlHilal (Arabie saoudite), Auckland City (Nouvelle-Zélande),  Seattle Sounders (États-Unis), Wydad Casablanca (Maroc), Flamengo (Brésil) et le Real Madrid (Espagne).

La première rencontre a opposé Al-Ahly à Auckland City dans un match qui s’est soldé par une large victoire des Égyptiens (3-0). «Je tiens à remercier mes coéquipiers de m'avoir aidé à écrire l'histoire avec cet exploit», a déclaré Hussein Elshahat, marqueur du premier but d’Al-Ahly au média sportif Fifa+ après la victoire contre Auckland. «Je veux marquer lors du prochain match et de celui d'après, et rendre heureux les grands fans d'Al-Ahly.»

Une cérémonie d’ouverture grandiose

Ce n’est pas la première fois que le Maroc organise le Mondial des clubs. En 2013 déjà, le pays a accueilli cette compétition qui a vu l’une des équipes locales, le Raja Casablanca, se hisser en finale pour enfin s’incliner face au Bayern Munich – une prouesse qui avait fait descendre les gens dans la rue. Mais les Marocains se rappellent encore de la cérémonie d’ouverture de 2013, qui a été considérée comme un véritable flop.

C’est donc avec appréhension qu’ils ont assisté à cette nouvelle cérémonie, sauf que cette fois le résultat a été bluffant. Les spectateurs ont eu droit à un spectacle époustouflant, haut en couleur, mettant en avant un Maroc diversifié, ancestral, moderne, ouvert, hospitalier et passionné de football.

Un spectacle qui ne laissera pas le président de la Fifa, Gianni Infantino de marbre. En effet, dans un post publié sur les réseaux sociaux, Infantino a déclaré: «Il est fantastique de voir la Coupe du monde des clubs de la Fifa démarrer d'une telle manière et avec une superbe cérémonie et une chanson! Des sites incroyables, les meilleures équipes et j'ai hâte de voir des matchs fantastiques dans les prochains jours.»

Et ce n'est qu'un début, dès samedi prochain avec l'entrée en lice du champion local, le Wydad de Casablanca, les spectateurs peuvent s'attendre à une ambiance incroyable grâce aux supporters du club marocain, qui font partie des meilleurs supporters au monde, en terme d'ambiance.

 


L’Arabie saoudite et la France signent un mémorandum d’entente pour la coopération dans le domaine de l’énergie

Le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane, et la ministre française de l’Europe et des Affaires étrangères, Catherine Colonna, à Riyad. (SPA)
Le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane, et la ministre française de l’Europe et des Affaires étrangères, Catherine Colonna, à Riyad. (SPA)
Short Url
  • L’accord prévoit de mettre davantage l’accent sur les technologies qui atténuent les effets du changement climatique
  • Le prince Abdelaziz et Mme Colonna ont discuté des opportunités futures dans divers domaines de l’énergie

RIYAD: Le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane, a conclu jeudi un mémorandum d’entente avec Catherine Colonna, ministre française de l’Europe et des Affaires étrangères, afin d’établir un cadre de coopération dans le secteur de l’énergie, a rapporté l’Agence de presse officielle saoudienne.

Le mémorandum, qui a été signé à Riyad, définit la coopération entre les pays dans les domaines de l’électricité, des énergies renouvelables, de l’efficacité énergétique, du stockage, des réseaux intelligents, du pétrole et du gaz et de leurs dérivés, du raffinage, de la pétrochimie et du secteur de la distribution et de la commercialisation.

L’accord prévoit également une coopération accrue dans le domaine des technologies qui atténuent les effets du changement climatique, telles que le piégeage du carbone et la production d’hydrogène.

Il porte sur les domaines de collaboration en matière de transformation numérique, de localisation des matériaux, produits et services liés aux secteurs de l’énergie, de recherche conjointe, de formation des compétences et de coopération entre entreprises spécialisées.

De même, le prince Abdelaziz et Mme Colonna ont discuté des opportunités futures dans divers domaines de l’énergie, ainsi que des perspectives de coopération dans les utilisations pacifiques de l’énergie atomique.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le chef de l’armée libanaise se présente comme candidat potentiel à la présidence

Le chef de l’armée libanaise, le général Joseph Aoun, se présente comme candidat potentiel à la présidence. (Photo, AFP)
Le chef de l’armée libanaise, le général Joseph Aoun, se présente comme candidat potentiel à la présidence. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le général Aoun s’entretient avec l’ambassadeur saoudien Walid al-Boukhari
  • Le Liban a plongé dans un vide présidentiel il y a quatre mois

BEYROUTH: L’ambassadeur saoudien au Liban, Walid al-Boukhari, s’est entretenu jeudi avec le commandant de l’armée libanaise, le général Joseph Aoun. Cette rencontre coïncidait avec l’intensification des discussions entre les partis libanais pour parvenir à un accord sur un nouveau candidat à la présidence, et le général Aoun pourrait être une option prometteuse.

La rencontre Aoun-Boukhari précède la réunion internationale de Paris concernant la situation au Liban, prévue lundi prochain. Des ministres des Affaires étrangères, des ambassadeurs et des conseillers des États-Unis, de France, d’Arabie saoudite, du Qatar et d’Égypte sont attendus à cette réunion.

Le Liban a plongé dans un vide présidentiel il y a quatre mois, et le Parlement n’a pas réussi depuis à élire un nouveau président, même après onze séances de vote. Le gouvernement sortant de Najib Mikati est chargé d’expédier les affaires du pays.

Les Libanais espèrent que la réunion de Paris proposera une solution à la crise politique actuelle, car la division des blocs parlementaires entre le Hezbollah et ses alliés, d’une part, et les opposants au parti, d’autre part, ne donne une majorité de voix à aucun candidat.

La crise politique est assortie d’une crise économique étouffante qui épuise les citoyens libanais, de plus en plus déçus par le système politique sectaire.

Mercredi soir, un sommet des autorités religieuses chrétiennes a été organisé, autorisant le patriarche maronite Béchara Boutros al-Raï à inviter les 64 députés chrétiens à se réunir au siège du patriarcat et à exhorter le reste des députés à ne pas quitter les séances de vote jusqu’à l’élection d’un nouveau président.

Samir Geagea, chef du parti des Forces libanaises (FL), a déclaré qu’il ne voyait pas d’inconvénient à élire le général Aoun à la présidence si cela mettait fin à l’impasse. Cependant, le Courant patriotique libre (CPL) rejette toujours cette option, car son chef, le député Gebran Bassil, a violemment critiqué le général Aoun dans un discours prononcé dimanche.

Le député Hagop Pakradounian, secrétaire général du parti arménien Tashnaq, a salué l’appel au dialogue chrétien et le considère comme un moyen de résoudre la crise. «Nous serons les premiers à participer au dialogue, dans un effort pour sauver notre patrie, le Liban», a-t-il assuré.

De son côté, le coordinateur de l’aide internationale pour le Liban, Pierre Duquesne, s’est entretenu jeudi à Beyrouth avec Mikati, soulignant que sa visite s’inscrivait dans le cadre d’une tournée régionale, incluant l’Égypte et la Jordanie, à la recherche d’un soutien pour le Liban dans le domaine de l’énergie.

«Je me rendrai aux États-Unis d'ici deux semaines pour discuter avec les autorités américaines des moyens d’épargner le dossier de l’électricité de la loi César pour obtenir du gaz d’Égypte et de l’électricité de Jordanie via la Syrie, afin d’aider le Liban à résoudre la crise énergétique», a déclaré Duquesne.

Il a insisté sur la nécessité de mettre en œuvre les deux conditions demandées par la Banque mondiale pour obtenir une aide dans le secteur de l’énergie, à savoir l’audit des comptes d’Électricité du Liban et la formation d’une autorité de régulation de l’électricité, conformément à la loi en vigueur.

Il a relevé l’importance de franchir les étapes nécessaires à la signature de l’accord final avec le Fonds monétaire international, qui représente pour la France et la communauté internationale le facteur critique pour amorcer la reprise économique au Liban.

«Cet accord renforce la confiance internationale dans le Liban, ses institutions et son action gouvernementale», selon Duquesne.

L’ambassade de France a rappelé le fort engagement de la France au Liban en faveur de l’avancement du secteur de l’énergie, non seulement à travers le suivi des réformes nécessaires mais aussi grâce au travail d’entreprises françaises telles que EDF, TotalEnergies et Nexans.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com