Les talibans restent «dangereux», dit l’ancien général américain Petraeus

David Petraeus, général de l'armée américaine à la retraite et ancien directeur de la CIA, prend la parole lors d'une discussion. (Getty Images/AFP, photo)
David Petraeus, général de l'armée américaine à la retraite et ancien directeur de la CIA, prend la parole lors d'une discussion. (Getty Images/AFP, photo)
Short Url
Publié le Samedi 13 août 2022

Les talibans restent «dangereux», dit l’ancien général américain Petraeus

  • « L'économie afghane s'est effondrée, une grande partie de la population souffre de faim et le régime taliban a ramené le pays au VIIIe ou IXe siècle », dit Petraeus
  • Près de 60% des journalistes afghans ont perdu leur emploi ou ont fui le pays depuis que les talibans ont pris le pouvoir

LONDRES: Un ancien commandant militaire américain a averti que les talibans avaient permis à Al-Qaïda de revenir et à Daëch de devenir «très dangereux» dans le cadre de la situation désastreuse que connaît l'Afghanistan depuis le retrait des troupes américaines il y a 12 mois.

« Le général David Petraeus a indiqué que le pays était retourné au VIIIe ou IXe siècle depuis le départ des forces occidentales et que le nouveau régime imposait une vision ‘ultra-conservatrice’ de l'islam », rapporte le journal britannique The Guardian, citant une entrevue que le général a accordée à Times Radio.

Selon la même source, l'Occident « a laissé derrière lui des centaines de milliers de personnes dont la sécurité a été mise en péril parce qu'elles étaient au service du gouvernement afghan ou travaillaient aux côtés des troupes occidentales ».

« Je pense que la situation est toujours tragique, écœurante et, franchement, désastreuse. Il est clair que les talibans ont permis le retour d'Al-Qaïda. L'État islamique semble très dangereux », affirme Petraeus qui utilise le terme « État islamique » pour désigner Daëch.

« L'économie afghane s'est effondrée, une grande partie de la population souffre de faim et le régime taliban a ramené le pays au VIIIe ou IXe siècle, sans oublier que les femmes ne peuvent presque plus contribuer à l'économie, au monde des affaires, voire à la société ».

« La plupart des forces de la coalition qui assuraient la formation et l'assistance dans le pays jusqu'à l'été dernier souhaitaient rester », ajoute-t-il.

D'après The Guardian, les chefs des services de renseignement « ont précédemment averti que le retrait [des forces occidentales] pourrait affaiblir la capacité du Royaume-Uni et des États-Unis à se faire une idée précise des activités terroristes sur le terrain ».

Depuis que les troupes occidentales dirigées par les États-Unis se sont retirées du pays, le 31 août de l'année dernière, et que les talibans ont pris le pouvoir, les menaces que l'Occident a adressées au groupe au sujet de ses activités ont été ignorées, précise The Guardian, et les agences de sécurité britanniques craignent qu'il ne favorise la résurgence de groupes extrémistes «qui pourraient profiter du vide sécuritaire», en particulier Al-Qaïda.

Petraeus a également déclaré que plusieurs ressources avaient été utilisées pour mener des frappes contre des individus qui constituaient une menace, notamment le chef d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, qui a été tué ce mois-ci par une attaque américaine de drone alors qu'il se cachait dans la capitale afghane, Kaboul.

Par ailleurs, près de 60% des journalistes afghans ont perdu leur emploi ou ont fui le pays depuis que les talibans ont pris le pouvoir, selon une enquête publiée vendredi par Reporters sans frontières (RSF).

L'organisation non gouvernementale basée en France a indiqué que 219 des 547 organisations médiatiques du pays avaient fermé leurs portes l'année dernière et que les femmes étaient les plus touchées par la crise, 76% d'entre elles ayant perdu leur emploi. L'enquête a révélé que seules 656 femmes journalistes travaillaient encore – la plupart à Kaboul – alors qu'elles étaient au nombre de 2 756 depuis un an.

« Le journalisme a été anéanti en Afghanistan ces douze derniers mois », pense Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. « Les autorités doivent s'engager à mettre fin aux violences et au harcèlement infligés aux professionnels des médias, et doivent leur permettre d’exercer leur métier sans inquiétude ».

« Les conditions de vie et de travail des femmes journalistes en Afghanistan ont toujours été difficiles, mais nous vivons aujourd'hui une situation sans précédent », confie Meena Habib, journaliste à Kaboul, à RSF. « Elles travaillent dans des conditions physiquement et mentalement violentes et fatigantes, sans aucune protection ».

Plusieurs médias ont été contraints à la fermeture parce que les talibans interdisent la diffusion de musique et de certains contenus, tandis que d’autres ne sont pas en mesure de poursuivre leurs activités sans financement international.

En outre, un décret publié le mois dernier par le chef suprême des talibans, Haibatullah Akhundzada, mettait en garde contre « la diffamation et la critique des responsables gouvernementaux sans preuve ». C'était la plus récente mesure de toute une série visant à restreindre la liberté de la presse.

Au moins 80 journalistes ont été détenus pendant des périodes variées par les forces de sécurité talibanes au cours de l'année écoulée. Trois d'entre eux sont actuellement emprisonnés, selon RSF. L'organisation a placé l'Afghanistan à la 156e place du classement de la liberté de la presse 2022 parmi 179 pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

(Avec un complément d’information de l’AFP)


Bangladesh: 24 morts après le naufrage d'un bateau dans une rivière

Des pêcheurs tentent de relever un bateau échoué après avoir pêché dans le golfe du Bengale à Teknaf, le 28 mars 2022. (Photo, AFP)
Des pêcheurs tentent de relever un bateau échoué après avoir pêché dans le golfe du Bengale à Teknaf, le 28 mars 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Les pompiers et les plongeurs recherchent d'autres corps», a déclaré un responsable de la police locale, Shafiqul Islam, en confirmant que les corps de 24 personnes avaient été retrouvés, principalement des femmes et des enfants
  • Les médias locaux ont indiqué qu'au moins dix personnes avaient été secourues et hospitalisées

DACCA: Au moins 24 personnes sont mortes et autant sont portées disparues après le naufrage dimanche, dans une rivière du nord du Bangladesh, d'un bateau transportant des pèlerins hindous. 

"Les pompiers et les plongeurs recherchent d'autres corps", a déclaré un responsable de la police locale, Shafiqul Islam, en confirmant que les corps de 24 personnes avaient été retrouvés, principalement des femmes et des enfants. 

Le bateau transportait jusqu'à 50 pèlerins hindous qui se rendaient dans un temple datant de plusieurs siècles. Il a soudainement basculé et coulé au milieu de la rivière Karotoa, près de la ville de Boda (nord), a précisé la police. 

Un autre officier de police a déclaré que jusqu'à 25 personnes restent portées disparues. 

Les médias locaux ont indiqué qu'au moins dix personnes avaient été secourues et hospitalisées. 

Des images prises avec des téléphones portables, relayées par la chaîne de télévision Channel 24, montrent l'embarcation surchargée se retourner soudainement, projetant les passagers dans les eaux de la rivière aux couleurs de boue. 

longue liste  

Des dizaines de personnes sur les berges à une vingtaine de mètres se sont mises à pousser des cris et à hurler en voyant la scène. Le temps était calme au moment du drame. 

Des milliers d'hindous du Bangladesh, pays à majorité musulmane, se rendent chaque année au temple de Bodeshwari. Dimanche marquait le début de la Durga Puja, la principale fête hindoue au Bangladesh -comme dans l'est de l'Inde - qui attire de grandes foules dans les temples. 

Cet accident allonge une longue liste de catastrophes comparables dans ce pays de 170 millions d'habitants, pauvre et traversé par de nombreux cours d'eau. 

Les tragédies liées aux naufrages de bateaux sont principalement imputées au manque d'entretien, aux standards de sécurité laxistes et à la surpopulation à bord. 

En décembre dernier plus de 40 personnes ont péri dans l'incendie d'un ferry bondé qui a pris feu dans le sud du pays. 

Les flammes s'étaient déclarées tôt le matin alors que la plupart des passagers dormaient, près de Jhakakathi, une localité rurale à quelque 250 kilomètres au sud de la capitale Dacca. 

En juin 2021 un ferry a coulé à Dacca après une collision avec un autre navire, tuant au moins 32 personnes. 

Au moins 78 personnes sont mortes en février 2015 lorsqu'un bateau surpeuplé est entré en collision avec un cargo dans une rivière à l'ouest de la capitale. 


Grèce: l'ambassade d'Iran visée par un cocktail Molotov

Des femmes iraniennes ont coupé leurs cheveux en geste de solidarité avec Mahsa Amini, brandissant des pancartes portant le slogan (Photo, AFP).
Des femmes iraniennes ont coupé leurs cheveux en geste de solidarité avec Mahsa Amini, brandissant des pancartes portant le slogan (Photo, AFP).
Short Url
  • L'agence cite la police grecque selon laquelle vers 01H00, deux personnes circulant sur une moto le visage couvert ont lancé le cocktail Molotov
  • Samedi après-midi, environ 200 personnes s'étaient rassemblées sur la place Syntagma au centre d'Athènes pour protester contre la répression en Iran des manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa Amini

ATHENES: Un cocktail Molotov a été lancé dans la nuit de samedi à dimanche sur l'ambassade d'Iran à Athènes, sans faire de dégâts, a rapporté dimanche l'agence de presse grecque Athens News Agency (ANA).

L'agence cite la police grecque selon laquelle vers 01H00 (10H00 GMT samedi soir), deux personnes circulant sur une moto le visage couvert ont lancé le cocktail Molotov qui a explosé sur le mur de l'ambassade.

Samedi après-midi, environ 200 personnes s'étaient rassemblées sur la place Syntagma au centre d'Athènes pour protester contre la répression en Iran des manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa Amini après son arrestation par la police des moeurs.

Des femmes iraniennes ont coupé leurs cheveux en geste de solidarité avec Mahsa Amini, brandissant des pancartes portant le slogan: "dites son nom!".


Quand Mozart taquine Wagner pour «sauver des vies» en Ukraine

Des soldats ukrainiens sont assis sur des véhicules blindés à l'extérieur de la ville d'Izioum, le 24 septembre 2022 (Photo, AFP).
Des soldats ukrainiens sont assis sur des véhicules blindés à l'extérieur de la ville d'Izioum, le 24 septembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • La Russie est accusée d'utiliser des hommes du groupe paramilitaire Wagner, à la réputation sulfureuse, en Ukraine aux côtés de l'armée
  • La musique de Richard Wagner, réputé pour son antisémitisme, a été admirée par Adolf Hitler et reste boycotté en Israël

REGION DE DONETSK: Des anciens Marines américains veulent "sauver des vies" en Ukraine, en faisant de l'humanitaire et de la formation militaire avec le groupe Mozart, dont le nom est un "pied de nez" au groupe paramilitaire russe Wagner.

Talkie-walkie en main, Steve, 52 ans, dont 23 dans les Marines, conduit une Jeep remplie de sacs de denrées alimentaires fournis par l'ONG World Central Kitchen.

Dans un village proche du front dans la partie de la région de Donetsk sous contrôle ukrainien, il s'arrête devant le centre culturel, suivi d'un fourgon et d'une autre voiture remplis de sacs jusqu'au toit.

Au total, le groupe Mozart vient livrer ce jour-là 260 paquets qui sont entreposés sur la scène du théâtre, avant d'être distribués aux citoyens.

Jusqu'à présent selon Steve, qui n'a pas souhaité donner son nom de famille, "nous avons peut-être livré environ 12 tonnes de nourriture". "Ca parait peu, mais nous sommes une petite organisation", ajoute-t-il. L'homme estime que du fait de la taille modérée de ses équipes, Mozart est capable d'aller plus loin que "les grosses organisations".

"L'humanitaire nous aide beaucoup. Parce qu'avec ma retraite, je ne gagne pas beaucoup et c'est dur de survivre dans ces conditions-là (de guerre, ndlr)", dit Maksym, un homme d'une soixantaine d'années, une miche de pain à la main.

Pour ne pas revenir avec des véhicules "à vide" le petit groupe, qui compte entre 10 et 25 personnes selon les périodes de l'année, pratique aussi les évacuations de civils.

"Nous évacuons des civils, adultes, enfants et animaux domestiques", explique Steve qui se rend avec ses co-équipiers dans des zones proches du front, sous les bombardements. Ils les emmènent dans des lieux d'accueil gérés par le gouvernement ukrainien, dit-il.

«Un fusil pas une guitare»

Mozart organise aussi des formations pour les militaires ukrainiens, mais "en aucun cas nous ne conduisons des opérations militaires comme le groupe Wagner", affirme Steve en précisant qu'aucun d'eux n'est armé.

La Russie est accusée d'utiliser des hommes du groupe paramilitaire Wagner, à la réputation sulfureuse, en Ukraine aux côtés de l'armée.

Baptiser Mozart le groupe américain, c'était un "pied de nez" à Wagner, sourit Andy Bain, ancien officier de réserve des Marines, qui assure que tout ce qui est enseigné relève "du bon sens".

La musique de Richard Wagner, réputé pour son antisémitisme, a été admirée par Adolf Hitler et reste boycotté en Israël.

Quelque part dans la région de Donetsk, un groupe d'une vingtaine de soldats ukrainiens s'entraîne avec des instructeurs étrangers du groupe Mozart.

Dans un champ, les Ukrainiens avancent à découvert. "Contact! bang, bang, bang", hurle un instructeur à l'autre bout du champ. Les soldats se jettent dans l'herbe et crient à leur tour "bang, bang, bang".

Toute la séquence est ensuite décortiquée par les instructeurs qui essaient de corriger les erreurs des soldats.

"Regardez l'ennemi, bon sang visez-le!", vocifère en anglais un des formateurs. Par l'intermédiaire de l'interprète, il dit à un soldat: "tiens ton fusil comme ça, c'est un fusil pas une guitare!"

Sous couvert d'anonymat, un autre instructeur assure: "Ils sont bons, bien meilleurs qu'il y a deux jours".

"On améliore nos compétences grâce aux instructeurs", estime Gueorgiï, un officier de 32 ans qui suit la formation avec ses hommes. "Ce type de formation est très efficace parce que même quand on a l'expérience du feu, on apprend toujours des choses nouvelles", assure-t-il.

Mais nombre de ces soldats sont des novices.

"Beaucoup n'avaient jamais tiré avec une arme à feu avant. Les armes sont très dangereuses dans les mains de gens qui ne savent pas s'en servir", dit Martin Wetterauer, 55 ans, chef des opérations du groupe Mozart.

Selon cet ancien officier des Marines, les formations de Mozart tournent autour de "la survie sur le champ de bataille", grâce à un enseignement des connaissances "basiques": savoir porter correctement un gilet pare-balles, se protéger de l'artillerie ennemie en creusant des abris, ou encore prodiguer des soins médicaux.

"Nous avons un très petit impact stratégiquement sur le déroulement du conflit, on le sait", reconnait M. Wetterauer, mais "pour nous tout réside dans le fait de sauver des vies", par l'aide humanitaire et la formation militaire.