Virginie Despentes superstar d'une rentrée littéraire très ouverte

L'auteure française Virginie Despentes s'adresse à la presse à son arrivée au restaurant Drouant à Paris avant l'annonce du lauréat du prix littéraire français, le Prix Goncourt, le 4 novembre 2019. (Photo, AFP)
L'auteure française Virginie Despentes s'adresse à la presse à son arrivée au restaurant Drouant à Paris avant l'annonce du lauréat du prix littéraire français, le Prix Goncourt, le 4 novembre 2019. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 17 août 2022

Virginie Despentes superstar d'une rentrée littéraire très ouverte

L'auteure française Virginie Despentes s'adresse à la presse à son arrivée au restaurant Drouant à Paris avant l'annonce du lauréat du prix littéraire français, le Prix Goncourt, le 4 novembre 2019. (Photo, AFP)
  • Virginie Despentes, dont le nouveau roman sort mercredi, est la vedette incontestée d'une rentrée littéraire où la course au Goncourt paraît très ouverte
  • «Cher connard» (Grasset) de Virginie Despentes est le titre qui fait le plus parler de lui

PARIS: Virginie Despentes, dont le nouveau roman sort mercredi, est la vedette incontestée d'une rentrée littéraire où la course au Goncourt et aux autres prix paraît très ouverte. 

Ce sont 490 romans qui déboulent en librairie entre mi-août et octobre, selon Livres Hebdo. Le niveau « le plus bas depuis plus de 20 ans », précise le magazine spécialisé. 

La rentrée littéraire, tradition aussi française que le chassé-croisé juilletistes-aoûtiens en vallée du Rhône, a beau être critiquée, elle n'en reste pas moins le passage quasi obligé pour remporter le Goncourt, le Renaudot ou le Femina. 

« Cher connard » (Grasset) de Virginie Despentes, figure punk des lettres et ancien membre du jury Goncourt, est le titre qui fait le plus parler de lui, cinq ans après le troisième tome de « Vernon Subutex ». 

Ce roman épistolaire sur l'addiction, le féminisme, le mouvement #MeToo, les réseaux sociaux, sur fond de confinement, est porté par une critique très favorable. 

Sur l'addiction, « je ne défends aucune thèse », dit à Télérama l'autrice de « King Kong Théorie » que les médias décrivent comme plus apaisée, à 53 ans. Mais sur le féminisme, elle reste inflexible, comme l'explique son personnage principal, Rebecca Latté. 

Musso se décale 

Les autres têtes d'affiche s'appellent Amélie Nothomb, fidèle de la rentrée littéraire, avec « Le Livre des sœurs » (Albin Michel), ou encore la journaliste Monica Sabolo. « La Vie clandestine » (Gallimard), qui mêle autobiographie et enquête sur le groupe armé d'extrême gauche Action directe, est vu comme candidat sérieux aux prix.  

Franck Bouysse (« L'Homme peuplé », Albin Michel), Alain Mabanckou (« Le Commerce des allongés », Seuil), Christophe Ono-dit-Biot (« Trouver refuge », Gallimard) ou Miguel Bonnefoy (« L'Inventeur », Rivages), romanciers confirmés, bénéficient de lancements ambitieux de la part de leur éditeur. 

Chez les jeunes auteurs, Émilienne Malfatto, Goncourt du premier roman 2021, (« Le colonel ne dort pas », éditions du Sous-Sol), Lucie Rico (« GPS », éditions POL), David Lopez (« Vivance », Seuil), Guillaume Perilhou (« Ils vont tuer vos fils », L'Observatoire) ou Blandine Rinkel (« Vers la violence », Fayard) pourraient causer la surprise. 

Le numéro un incontesté des ventes de livres, Guillaume Musso, réédite une formule qui lui avait réussi l'an dernier: laisser passer la vague de parutions d'août, et se décaler à fin septembre (« Angélique », Calmann-Lévy). Même stratégie pour l'étoile montante Mélissa Da Costa, dont « La Doublure » (Albin Michel) sera la deuxième parution de 2022. 

Parmi les romans étrangers, on signalera le retour de l'Irlandaise Sally Rooney (« Où es-tu, monde admirable? », L'Olivier), l'autrice à succès de « Normal people » ou le grinçant « Cléopâtre et Frankenstein » de l'Américano-Britannique Coco Mellors (chez Anne Carrière). 

Coût du papier 

Au sein d'Editis et de sa cinquantaine de maisons d'édition (Nathan, Robert Laffont, Plon...), le contexte est spécial. La maison mère, Vivendi, s'apprête à céder ce groupe. 

La rentrée littéraire est l'occasion pour les libraires d'attirer des clients qu'ils ont trouvés trop rares depuis le début de l'année. Les craintes pour le pouvoir d'achat, la guerre en Ukraine et l'actualité politique laissant peu de place à la culture ont pesé. 

Selon GfK, la rentrée 2021 avait pesé 50 millions d'euros, pour plus de 2,5 millions d'exemplaires vendus. D'après cet institut, référence pour les ventes de livres, « la tendance 2022 est difficile à prédire, compte tenu des hausses de prix à venir ». 

L'édition, après des années de quasi-stabilité des prix, est en effet contrainte de répercuter l'augmentation des coûts (du papier, de la logistique) et l'inflation globale. 

Mais un seul succès, parfois très inattendu comme celui du prix Goncourt 2020, « L'Anomalie » d'Hervé Le Tellier, dont le tirage a aujourd'hui dépassé le million d'exemplaires, peut suffire à assurer une belle fin d'année aux libraires. 

Des dizaines d'auteurs peuvent rêver à pareil destin. Encore faut-il convaincre les jurys littéraires, lancés dans des débats sous le sceau du secret avant de publier leurs premières sélections en septembre. 

 


La Fashion week débute à Paris avec un «manifeste» de jeunes créateurs

La Britannique Victoria Beckham vient épicer cette édition en intégrant pour la première fois la Fashion week parisienne (Photo, AFP).
La Britannique Victoria Beckham vient épicer cette édition en intégrant pour la première fois la Fashion week parisienne (Photo, AFP).
Short Url
  • Plus de 100 griffes françaises et internationales sont inscrites pour cette édition de Paris Fashion week
  • La quasi-totalité des maisons ont opté pour des défilés physique dont les poids lourds comme Dior, Chanel, Balenciaga, Stella McCartney, Thom Browne ou Issey Miyake

PARIS: Avec un "manifeste d'amour" de jeunes créateurs, le Français Victor Weinsanto ouvre lundi soir la Fashion week parisienne qui verra défiler pour la première fois la Britannique Victoria Beckham.

Comme c'est traditionnellement le cas à Paris, priorité aux jeunes au premier jour: la semaine du prêt-à-porter féminin printemps-été 2023 débutera à 17H00 (16H00 GMT) avec le défilé de Victor Weinsanto, 28 ans, ancien danseur classique formé par Jean Paul Gaultier avant de lancer sa marque en 2020.

Sa collection "éclectique" est "un manifeste d'amour" d'une génération, a expliqué dimanche à l'AFP ce natif de Strasbourg, dans son atelier parisien près de la gare de l'Est en disant s'inspirer pour ses vêtements de "ses amis jeunes créateurs".

"La gentillesse, la création, la liberté, la folie et l'humour redeviennent l'essence même de ce qu'on recherche dans la mode en ce moment. On a envie de s'évader", souligne le styliste aux yeux bleus et cheveux orange, après les avoir portés rose pendant plusieurs saisons.

Faite presque entièrement à partir des tissus de "stocks dormants" vendus par des marques de luxe, la collection se veut responsable et "inclusive", où une pièce est censée être "portée par la mère et la fille".

"J'aime l'idée qu'un vêtement n'a pas de genre, je m'habille tantôt masculin, tantôt féminin", dit le styliste en ajoutant que les vêtements similaires ne "sont pas construits de la même manière pour les femmes et les hommes".

Le défilé sera suivi du lancement à Paris d'un projet dans le métavers avec le groupe de K-POP Lightsum dont les chanteuses seront présentes virtuellement, en hologrammes.

Il s'agit de "silhouettes portables qui ne dénaturent pas les filles du groupes". Des NFT, certificats d'authenticité numériques, seront mis en vente dans le métavers en octobre.

"Je ne pense pas que ce soit indispensable" d'avoir un projet dans le métavers en plus du défilé physique, assure Victor Weinsanto tout en se disant "fasciné" par l'univers.

"On peut vraiment se libérer (...). J'ai envie d'aller plus loin dans le 3D", confie-t-il.

Plus de 100 griffes françaises et internationales sont inscrites pour cette édition de Paris Fashion week. La quasi-totalité des maisons ont opté pour des défilés physique dont les poids lourds comme Dior, Chanel, Balenciaga, Stella McCartney, Thom Browne ou Issey Miyake.

La Britannique Victoria Beckham vient épicer cette édition en intégrant pour la première fois la Fashion week parisienne.


Un diamant rose géant mis aux enchères à Genève

La gemme de plus de 18 carats est le plus gros diamant rose de taille poire de cette qualité jamais mis aux enchères (Photo, AFP).
La gemme de plus de 18 carats est le plus gros diamant rose de taille poire de cette qualité jamais mis aux enchères (Photo, AFP).
Short Url
  • Le diamant, qui sera mis aux enchères pour la première fois le 8 novembre, a été estimé entre 25 et 35 millions de dollars
  • Il a été monté sur une bague, flanqué de part et d'autre d'un gros diamant blanc

GENEVE: Un diamant rose géant, une pierre très rare, va être mis aux enchères à Genève en novembre et pourrait se vendre jusqu'à 35 millions de dollars (36 millions d'euros), a annoncé lundi la maison Christie's.

La gemme de plus de 18 carats est le plus gros diamant rose de taille poire de cette qualité jamais mis aux enchères, ajoute Christie's, propriété d'Artémis, holding de la famille française Pinault.

Le diamant, qui sera mis aux enchères pour la première fois le 8 novembre, a été estimé entre 25 et 35 millions de dollars.

Il a été monté sur une bague, flanqué de part et d'autre d'un gros diamant blanc. Il pèse exactement 18,18 carats, un nombre considéré comme favorable en Asie selon Christie's.

"Son poids propice de 18,18 carats (...) porte chance en fait au nouveau propriétaire", explique à l'AFP Angela Berden, experte chez Christie's.

"C'est une belle pierre, il est extrêmement rare de trouver un diamant rose, un diamant rose vif, de cette taille", ajoute-t-elle, "je ne saurais pas où en trouver un autre".

Le "Fortune Pink" est le plus gros diamant poire d'un rose éclatant à être mis aux enchères à ce jour, mais d'autres diamants plus gros de forme coussin ont déjà été vendus.

En 2018, Christie's a vendu un spectaculaire diamant rose de 18,96 carats, le "Pink Legacy", pour plus de 50 millions de francs suisses soit 49,9 millions de dollars de l'époque --un prix record au carat pour une pierre de cette couleur.

Ce diamant de taille émeraude découvert il y a environ un siècle en Afrique du Sud a été acquis par le joaillier américain Harry Winston, propriété du groupe horloger suisse Swatch, qui l'a immédiatement rebaptisé le "Winston Pink Legacy".

L'année précédente, le "Raj Pink", plus gros diamant rose intense au monde pesant 37,3 carats et mis aux enchères par Sotheby's, n'avait pas trouvé preneur. Il avait été estimé jusqu'à 30 millions de dollars.


Rihanna de retour sur scène pour la mi-temps du Super Bowl

Rihanna participe au 5e bal annuel au profit de la Fondation Clara Lionel au Cipriani Wall Street à New York (Photo, AFP).
Rihanna participe au 5e bal annuel au profit de la Fondation Clara Lionel au Cipriani Wall Street à New York (Photo, AFP).
Short Url
  • Rihanna animera en février prochain le toujours spectaculaire concert de la mi-temps du Super Bowl selon Apple Music
  • Rihanna, qui s'est aussi aventurée avec succès dans la mode, est devenue milliardaire, utilisant sa renommée pour lancer des marques de mode

WASHINGTON: La superstar Rihanna animera en février prochain le toujours spectaculaire concert de la mi-temps du Super Bowl, a annoncé dimanche Apple Music, principal sponsor de ce show aux audiences massives et à l'immense impact financier.

"IT'S ON" ("C'est parti!"), a tweeté Apple Music, ajoutant: "Rihanna sera sur scène" le 12 février 2023 à Glendale, dans l'Arizona, lors de la finale du championnat de football américain, l'événement le plus regardé à la télévision aux Etats-Unis.

Le compte partage en illustration une photo publiée sur les réseaux sociaux par la chanteuse de "Umbrella" et "Diamonds", montrant sa main ornée de tatouages et tenant un ballon de football américain.

Le cliché a été repris par la ligue de football américain NFL.

La chanteuse de la Barbade a depuis plusieurs années mis la musique de côté, au moins publiquement, pour se consacrer notamment à sa marque de cosmétiques "Fenty".

Rihanna, qui s'est aussi aventurée avec succès dans la mode, est devenue milliardaire, utilisant la renommée gagnée grâce à sa musique pour lancer des marques de lingerie, de maquillage et de mode.

Rihanna et le rappeur A$AP Rocky ont eu leur premier bébé le 13 mai à Los Angeles.

Elle entretient le mystère depuis des années sur la sortie de son prochain album. Son dernier opus date de 2016.

A la mi-temps du Super Bowl, elle succèdera à Dr. Dre, Snoop Dogg, Kendrick Lamar, Mary J. Blige et Eminem.

Ces légendes du rap avaient, lors du "halftime show" en février dernier, enchaîné les titres incontournables au cours d'un show impeccablement chorégraphié.

La dernière finale du championnat de football américain, remportée par les Rams face aux Bengals, avait attiré en moyenne quelque 112,3 millions de spectateurs (télévision et streaming), selon NBCUniversal Television and Streaming, son diffuseur.

Le concert à grand spectacle de la mi-temps est produit depuis 2019 par le groupe Roc Nation, fondé par le rappeur new-yorkais et désormais riche homme d'affaires Jay-Z.

Apple Music avait pour sa part annoncé en septembre qu'il devenait le principal sponsor du concert, évinçant Pepsi -- et déboursant pour cela 50 millions de dollars selon la presse.

En 2021, c'est l'artiste canadien The Weeknd qui avait animé le spectacle de la mi-temps, après Jennifer Lopez et Shakira en 2020.

Les plus grandes stars sont montées sur scène lors du Super Bowl, comme Michael Jackson, U2 ou Madonna. L'événement a aussi eu son scandale quand, en 2004, un sein dénudé de Janet Jackson était apparu à l'écran après un geste trop vigoureux de son partenaire sur scène Justin Timberlake.