Au Royaume-Uni, les grèves de la colère face à l'inflation

Les acheteurs marchent le long d'Oxford Street dans le centre de Londres le 17 août 2022. (AFP)
Les acheteurs marchent le long d'Oxford Street dans le centre de Londres le 17 août 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 18 août 2022

Au Royaume-Uni, les grèves de la colère face à l'inflation

  • Jeudi et samedi, des dizaines de milliers d'employés des chemins de fer britanniques sont appelés à cesser le travail par les syndicats RMT, TSSA et Unite
  • Le pouvoir d'achat est grignoté par les hausses de prix à une vitesse record, ce qui «démontre le besoin vital (...) de défendre la valeur de la rémunération des travailleurs», selon le communiqué Sharon Graham

LONDRES: Cheminots, postiers, dockers: le Royaume-Uni connaît ses pires grèves depuis des décennies avec une nouvelle salve qui démarre cette semaine pour de meilleurs salaires face à l'inflation qui flambe et le pouvoir d'achat qui fond.

Jeudi et samedi, des dizaines de milliers d'employés des chemins de fer britanniques sont appelés à cesser le travail par les syndicats RMT, TSSA et Unite, nouvel épisode de la plus grosse grève en 30 ans dans le secteur, entamée fin juin.

En cette période de vacances scolaires, Network Rail, le gestionnaire public du réseau, a prévenu que seul un train sur cinq circulerait, appelant les Britanniques à ne voyager "que si cela est absolument nécessaire".

Vendredi, l'ensemble du réseau de transport de Londres sera quasi paralysé, et restera très perturbé pendant tout le week-end.

Dimanche, les dockers du port de Felixstowe (est de l'Angleterre) - le plus gros pour le fret dans le pays - démarrent une grève de huit jours, menaçant de mettre à l'arrêt une grande partie du trafic de marchandises du pays.

Partout le mot d'ordre est le même: les employés réclament des hausses de salaires en phase avec l'inflation, qui a atteint en juillet 10,1% sur un an au Royaume-Uni et pourrait dépasser 13% en octobre, selon les prévisions de la Banque d'Angleterre.

Le pouvoir d'achat est grignoté par les hausses de prix à une vitesse record, ce qui "démontre le besoin vital (...) de défendre la valeur de la rémunération des travailleurs", assure dans un communiqué Sharon Graham, secrétaire générale du syndicat Unite, l'un des principaux du pays.

Impasse 

A l'appel du syndicat sectoriel CWU, plus de 115 000 postiers britanniques ont prévu quatre jours de débrayage entre fin août et début septembre, et quelque 40 000 employés de l'opérateur de télécoms BT poursuivront leur première grève en 35 ans.

Des actions sont prévues ou ont eu lieu dans les entrepôts d'Amazon, chez les avocats pénalistes ou parmi les éboueurs.

"Les employeurs font leur possible pour aider leur personnel à traverser cette période", a assuré mardi le syndicat patronal CBI dans un communiqué. "Mais une large majorité ne peut se permettre d'augmenter suffisamment les salaires pour suivre l'inflation", a-t-il fait valoir.

Certaines grèves ont pourtant été récemment évitées à la dernière minute, suite à des offres de rémunération jugées satisfaisantes.

C'est le cas de salariés d'une entreprise de ravitaillement en carburant à l'aéroport d'Heathrow, qui menaçaient de perturber le trafic et ont finalement renoncé à débrayer.

Des personnels au sol de British Airways, qui demandaient au minimum le rétablissement de salaires amputés de 10% pendant la pandémie, ont accepté une hausse de 13% et levé la grève.

Si les cheminots poursuivent leur mouvement jeudi, c'est que les négociations avec la multitude d'opérateurs privés du secteur sont dans l'impasse. Ils ont aussi rejeté une offre salariale de Network Rail qu'ils accusent d'être conditionnée à des licenciements massifs.

Le ministre des Transports, Grant Shapps, qui a refusé de s'impliquer directement dans les discussions, est pointé du doigt par les organisations, accusé de ne pas donner de mandat suffisant aux entreprises pour négocier.

Autre motif de colère syndicale: le gouvernement vient de modifier la loi afin de permettre le recours à des intérimaires pour remplacer les grévistes.

Le célèbre grand magasin de luxe londonien Harrods a été "le premier employeur à menacer son personnel" de faire usage de cette loi, alors que certains employés votent actuellement une éventuelle grève, selon Unite.

Les mouvements pourraient durer au-delà de l'été, et aussi s'étendre aux fonctionnaires de l'enseignement ou encore de la santé, où le syndicat a taclé des offres salariales "misérables" de 4%.


Benzema de retour à l'entraînement avec le Real Madrid

Immense favori pour le Ballon d'Or qui sera remis le 17 octobre à Paris, Benzema avait dû sortir dès la 30e minute lors du match face au Celtic Glasgow le 6 septembre en Ligue des Champions. (Photo, AFP)
Immense favori pour le Ballon d'Or qui sera remis le 17 octobre à Paris, Benzema avait dû sortir dès la 30e minute lors du match face au Celtic Glasgow le 6 septembre en Ligue des Champions. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Je suis content de faire mon retour au sein de l'équipe», a dit l'avant-centre international français après l'entraînement
  • Absent depuis trois semaines, il n'a pas pu retrouver les Bleus qui ont gagné contre l'Autriche (2-0) jeudi puis perdu dimanche contre le Danemark (0-2) lors de la fenêtre internationale

MADRID: Karim Benzema, absent des terrains depuis sa blessure à la cuisse droite début septembre, a fait son retour à l'entraînement mercredi avec le Real Madrid et se sent prêt à jouer dimanche en championnat. 

"Je suis content de faire mon retour au sein de l'équipe", a dit l'avant-centre international français après l'entraînement. 

"J'ai beaucoup travaillé physiquement. Aujourd'hui, c'était mon premier entraînement. Ces derniers jours, j'ai beaucoup couru et travaillé la force physique. A la maison, je me suis aussi entraîné", a-t-il ajouté. 

Immense favori pour le Ballon d'Or qui sera remis le 17 octobre à Paris, Benzema avait dû sortir dès la 30e minute lors du match face au Celtic Glasgow le 6 septembre en Ligue des Champions. 

Le corps médical avait diagnostiqué "une lésion au muscle semi-tendineux ainsi qu'une surcharge musculaire, tous deux au quadriceps de la jambe droite", avait alors indiqué son club. 

Absent depuis trois semaines, il n'a pas pu retrouver les Bleus qui ont gagné contre l'Autriche (2-0) jeudi puis perdu dimanche contre le Danemark (0-2) lors de la fenêtre internationale. 

"Je me sens très bien, à l'aise. J'ai envie de jouer dimanche", a poursuivi Benzema. Le Real Madrid reçoit Osasuna pour le compte de la 7e journée de la Liga. 

« Nuit magique » 

Sa reprise intervient à point nommé avant un mois d'octobre exigeant pour le club merengue avec des rencontres de C1 et le Clasico en Liga contre le Barça le 16 octobre. 

"Cette année, j'espère faire mieux que ce que j'ai fait auparavant. C'est-à-dire gagner la Liga, mettre plus de buts et, ce qui est le plus important pour moi, me faire plaisir sur le terrain", a déclaré l'attaquant français, vainqueur la saison dernière du championnat d'Espagne et de la Ligue des champions et meilleur buteur de la Liga, avec 27 réalisations. 

"Je me suis toujours dit que je devais croire en mes rêves, profiter de chaque moment au Real Madrid et c'est ce que je fais chaque jour et pendant chaque match", a ajouté "KB9", qui s'exprimait après avoir reçu les trophées Di Stéfano, récompensant le meilleur joueur du championnat espagnol du dernier exercice, et Pichichi (meilleur buteur). 

Benzema, à qui l'on demandait quel était son plus beau but de la saison passée, a évoqué son triplé réussi en moins de 20 minutes le 9 mars dernier en huitièmes de finale retour de la C1 contre le PSG. "C'était une nuit magique", a-t-il dit. 


Après Nord Stream, la Norvège remonte la garde face au risque de sabotage

Des installations de réception et de distribution de gaz naturel du gazoduc Nord Stream 1 à Lubmin, dans le nord-est de l'Allemagne, près de la frontière avec la Pologne, le 30 août 2022. (Photo, AFP)
Des installations de réception et de distribution de gaz naturel du gazoduc Nord Stream 1 à Lubmin, dans le nord-est de l'Allemagne, près de la frontière avec la Pologne, le 30 août 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le pays scandinave produit actuellement à plein régime: selon des prévisions officielles, ses exportations de gaz pourraient atteindre un niveau record de 122 milliards de m3 cette année
  • Face à ces enjeux considérables, la police norvégienne a annoncé mercredi la prolongation et le renforcement des mesures de sécurité déjà en place dans le secteur pétrolier pour en réduire la vulnérabilité

OSLO: Après des observations troublantes de drones et le "sabotage" présumé des gazoducs Nord Stream, la Norvège, désormais principal fournisseur de gaz de l'Europe, renforce la sécurité autour de ses installations pétrogazières considérées comme une potentielle cible vulnérable. 

Aussi spectaculaires soient-elles, les fuites de gaz, précédées d'explosions, sur Nord Stream 1 et 2 qui relient l'Allemagne et la Russie sous la Baltique n'ont pas d'incidence sur l'approvisionnement de l'Europe: les deux gazoducs n'étaient pas en service du fait de la guerre en Ukraine. 

Mais un sabotage --la piste largement privilégiée par les dirigeants européens-- de ce type sur les installations norvégiennes auraient des effets catastrophiques pour le continent, qui peine déjà à couvrir ses besoins en énergie à l'approche de l'hiver. 

Conséquence de la réduction par Moscou de ses livraisons de gaz en représailles aux sanctions prises par les Européens après l'offensive russe en Ukraine, la Norvège est devenue le principal fournisseur gazier de l'Europe, à laquelle elle est reliée par un vaste réseau de pipelines. 

Le pays scandinave produit actuellement à plein régime: selon des prévisions officielles, ses exportations de gaz pourraient atteindre un niveau record de 122 milliards de m3 cette année. 

A comparer aux quelque 150 milliards de m3 de gaz par an fournis par la Russie à l'Union européenne avant la guerre. 

Face à ces enjeux considérables, la police norvégienne a annoncé mercredi la prolongation et le renforcement des mesures de sécurité déjà en place dans le secteur pétrolier pour en réduire la vulnérabilité. 

"La situation est prise très au sérieux et plusieurs mesures ont déjà été mises en place pour garantir la meilleure sécurité possible", a indiqué une responsable de la police, Tone Vangen, sans fournir de précisions par souci de confidentialité. 

La veille, le ministre du Pétrole et de l'Energie, Terje Aasland, avait fait une annonce dans le même sens, évoquant "les signalements d'une activité accrue de drones" près de plateformes pétrolières. 

Equinor, le géant national de l'énergie, a en effet fait état de vols "de drones non identifiés à proximité de certaines installations", un phénomène qui n'avait pas été observé jusqu'alors. 

"Nous prenons cela très au sérieux et nous le signalons à la police", a expliqué un porte-parole du groupe, Eskil Eriksen, sans vouloir fournir de détails. 

Les gazoducs, maillon faible  

En écho aux autorités, les compagnies pétrolières du pays disent avoir accru la vigilance autour de leurs plateformes, bases et installations en mer et sur terre. 

S'étendant sur des milliers de kilomètres, parfois à de grandes profondeurs, les gazoducs font figure de maillon faible de la chaîne d'approvisionnement énergétique, vitale pour l'Europe. 

"Ils sont vulnérables, ouverts à tous les vents", estime Tor Ivar Strømmen, chercheur à l'Académie navale royale norvégienne, qui souhaiterait une série de mesures allant d'une inspection des conduites pour s'assurer que des explosifs n'y ont pas été placés au suivi attentif de la navigation maritime dans ces eaux. 

Le Premier ministre, Jonas Gahr Støre, a affirmé mercredi à l'agence NTB qu'il n'y avait pas "de menace spécifique contre la Norvège". 

Mais le professeur et directeur de l'Institut norvégien d'études sur les questions de défense, Sven Holtsmark, juge quant à lui "probable" que Moscou, souvent accusé de recourir à l'arme énergétique, tente de saboter des infrastructures norvégiennes. 

"Avant, l'idée que la Russie s'en prenne à des installations norvégiennes aurait semblé complètement absurde mais on ne peut plus se permettre d'exclure cette possibilité" pour entamer le soutien que les Européens apportent à l'Ukraine, a-t-il déclaré. 

"La caisse à outils (du président russe) Vladimir Poutine se vide et la guerre en Ukraine ne semble pas devoir s'arrêter de sitôt: pour moi, il est donc logique que Poutine décide le sabotage d'installations norvégiennes, d'autant que ce serait difficile de prouver que c'est la Russie qui est derrière", affirme l'expert. 


Chine: 17 morts dans l'incendie d'un restaurant

Un incendie dans un restaurant du nord-est de la Chine mercredi a fait 17 morts et trois blessés, selon les autorités locales. (Shutterstock)
Un incendie dans un restaurant du nord-est de la Chine mercredi a fait 17 morts et trois blessés, selon les autorités locales. (Shutterstock)
Short Url
  • Le feu a pris peu avant 12H40 locale (04H40 GMT) dans un établissement situé dans la grande ville de Changchun, capitale de la province du Jilin, a indiqué le gouvernement local sur le réseau social Weibo
  • «Les blessés ont été envoyés à l'hôpital et les démarches relatives aux personnes décédées ont débuté»

PÉKIN: Un incendie qui a frappé mercredi un restaurant dans le nord-est de la Chine a fait 17 morts et trois blessés, selon les autorités. 

Le feu a pris peu avant 12H40 locale (04H40 GMT) dans un établissement situé dans la grande ville de Changchun, capitale de la province du Jilin, a indiqué le gouvernement local sur le réseau social Weibo. 

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux par les médias chinois montraient des flammes faisant rage au rez-de-chaussée d'un bâtiment et une dense fumée grise s'échappant par les portes et les fenêtres. 

"Les pompiers se sont immédiatement rendus sur les lieux" et les opérations de secours étaient terminées vers 15H00, indique le communiqué des autorités. 

"Les blessés ont été envoyés à l'hôpital et les démarches relatives aux personnes décédées ont débuté." 

Selon le communiqué, une enquête a été lancée pour déterminer les causes du drame et un ou des représentants du restaurant sont actuellement entendus par la police. 

Si la sensibilisation à la lutte anti-incendie et les normes de sécurité ont progressé en Chine ces dernières décennies, des feux de bâtiments surviennent encore régulièrement. 

Mi-septembre, un spectaculaire incendie avait dévasté un gratte-ciel de 218 mètres de haut à Changsha (centre de la Chine). Le sinistre n'avait toutefois fait aucune victime, selon les pompiers. 

En juin 2021, dans la province du Henan (centre), l'incendie d'une école d'arts martiaux avait fait 18 morts, pour la plupart des élèves âgés de sept à 16 ans. 

En 2017, deux incendies avaient tué plus d'une vingtaine de personnes dans des quartiers de Pékin habités par des travailleurs migrants venus d'autres provinces. 

En 2010, les flammes avait ravagé un immeuble résidentiel de 28 étages à Shanghai, tuant 58 personnes.