En Afrique du Sud, le peuple zoulou couronne un roi controversé

Plus de 200 Zoulou habillés de manière traditionnelle défilent dans les rues de Johannesburg, le 5 mai 2021, pour rendre un dernier hommage à la reine zouloue Shiyiwe Mantfombi Dlamini Zulu décédée le 29 avril 2021. (AFP)
Plus de 200 Zoulou habillés de manière traditionnelle défilent dans les rues de Johannesburg, le 5 mai 2021, pour rendre un dernier hommage à la reine zouloue Shiyiwe Mantfombi Dlamini Zulu décédée le 29 avril 2021. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 19 août 2022

En Afrique du Sud, le peuple zoulou couronne un roi controversé

  • Dans ce pays d'Afrique australe aux 11 langues officielles, les souverains et chefs traditionnels sont reconnus par la Constitution
  • Rois sans pouvoir exécutif, ils exercent une profonde autorité morale et sont vénérés par leur peuple

NONGOMA : Le rite est tenu secret: Misuzulu Zulu, le nouveau roi des Zoulous, souverain coutumier le plus puissant d'Afrique du Sud, sera couronné samedi après une querelle sans fin pour la succession au trône du légendaire "peuple du ciel".

Dans ce pays d'Afrique australe aux 11 langues officielles, les souverains et chefs traditionnels sont reconnus par la Constitution. Rois sans pouvoir exécutif, ils exercent une profonde autorité morale et sont vénérés par leur peuple.

Vendredi, le palais de KwaKhethomthandayo, à Nongoma, petite ville de la province du KwaZulu-Natal (KZN, sud-est) et berceau de la plus grande ethnie d'Afrique du Sud, bourdonnait. Des hommes ont monté des chapiteaux, d'autres ont sacrifié les vaches qui seront servies à la fête.

La veille, le roi a tué un lion dans une réserve voisine, dernière étape avant le couronnement.

Pour succéder à son père Goodwill Zwelithini, mort l'année dernière après 50 ans de règne, Misuzulu Zulu, 47 ans, entrera comme le veut la tradition dans "l'enclos à bétail" du palais. Seuls quelques membres de la famille royale et amaButho (guerriers) seront autorisés à pénétrer dans cette sorte de temple de la Nation zouloue.

Le souverain "sera ensuite présenté à la nation" qui doit l'accepter comme roi, explique à l'AFP Gugulethu Mazibuko, spécialiste en cultures africaines à l'Université du KZN.

A 82 ans, Siphiwe Joshua Mbatha assistera pour la seconde fois à un couronnement: "Une page de notre histoire". Serrant son imperméable, il explique que la fine pluie qui tombe est "un bon présage", dans la culture africaine.

Guerre de palais

Les onze millions de Zoulous du pays, soit quasiment un Sud-Africain sur cinq, répondent généralement en masse aux invitations à célébrer leur culture.

Les femmes, en tenues traditionnelles, hululent et frappent le sol en cadence. 

De longues colonnes d'hommes vêtus de peaux de bêtes et armés de sagaies miment la guerre, héritage du glorieux passé belliqueux contre le colon.

Car la grandeur et la renommée du peuple zoulou, qui résonnent au-delà des frontières africaines, reposent originellement sur les exploits de Chaka, impitoyable guerrier et créateur de l'armée qui, au XIXe siècle, remporte une bataille sanglante contre l'Empire britannique.

Des guerriers pieds nus, habillés de jupes en peau de singe et de bracelets, défont une armée régulière. L'imaginaire fait le reste, les historiens trouvent un surnom: "les Spartiates d'Afrique".

Aujourd'hui, c'est au sein du palais que la bataille fait rage. Fils de la favorite du roi défunt, Misuzulu Zulu est contesté par la première épouse, qui clame être la seule légitime et a porté son courroux devant les tribunaux.

Coup de théâtre de dernière minute, la justice a annoncé vendredi qu'elle réexaminera son recours pour contester le testament. Le roi Goodwill Zwelithini avait au total six femmes et au moins 28 enfants.

A ce jour, trois princes de différentes lignées prétendent au trône. Cette guerre de palais fait du peuple zoulou "une risée", a déploré vendredi lors d'une conférence de presse, Mangosuthu Buthelezi, membre influent de la famille royale.

Paix royale

Outre la couronne, la fortune du roi est également au centre de la dispute.

Le roi zoulou est un riche propriétaire de terres gérées par un trust dont il est seul administrateur. Il détient près de 30.000 km2, soit la superficie de la Belgique. Et près de 1.500 propriétés dont il peut tirer des loyers.

Connu pour mener un train de vie fastueux, le roi Zwelithini percevait environ 75.000 euros anneuls de l'Etat pour son usage personnel et un budget de 4,2 millions d'euros pour le fonctionnement du royaume, selon un barème du gouvernement.

Un soutien à un souverain qui joue un rôle de garant de la paix sociale. "Il veille au bien-être de ses sujets, se soucie de la pauvreté et du développement de la communauté", plaidant par exemple pour la création d'infrastructures, explique Sihawukele Ngubane de l'Université du KZN.

Dans les prochains mois, le président Cyril Ramaphosa scellera le couronnement en reconnaissant formellement le roi des Zoulous, espérant mettre fin aux rivalités qui menacent la paix sur le royaume.


La Cédéao décide de créer une force régionale face au djihadisme et aux coups d'Etat

Les dirigeants des Etats d'Afrique de l'Ouest se sont réunis dimanche à Abuja (Photo, AFP).
Les dirigeants des Etats d'Afrique de l'Ouest se sont réunis dimanche à Abuja (Photo, AFP).
Short Url
  • Plusieurs pays de la région sont en proie à la propagation djihadiste qui, partie du nord du Mali, a gagné le centre de ce pays,
  • Les armées nationales sont impuissantes et coopèrent avec des acteurs extérieurs, l'ONU, la France ou encore la Russie

ABUJA, Nigeria: Les dirigeants d'Afrique de l'Ouest ont décidé dimanche à Abuja la création d'une force régionale vouée à intervenir non seulement contre le djihadisme, mais aussi en cas de coup d'État, comme la région en a connu plusieurs depuis deux ans, a indiqué un haut responsable.

Propagation djihadiste 

Plusieurs pays de la région sont en proie à la propagation djihadiste qui, partie du nord du Mali, a gagné le centre de ce pays, mais aussi le Burkina Faso et le Niger, et s'étend vers le sud et le golfe de Guinée. Les armées nationales sont largement impuissantes et coopèrent avec des acteurs extérieurs, l'ONU, la France ou encore la Russie.

L'insécurité est un facteur primordial des coups d'État militaires qui ont secoué la région depuis 2020, au Mali, au Burkina et, pour d'autres raisons, en Guinée.

Des responsables militaires de la région se réuniront dans la deuxième moitié de janvier pour discuter des modalités d'établissement de la force régionale, a dit M. Touray.


«Pas de solution diplomatique» à la guerre en Ukraine, selon une responsable de Memorial

 Irina Chtcherbakova, historienne et membre du conseil d'administration du groupe de défense des droits Memoria (Photo, AFP).
Irina Chtcherbakova, historienne et membre du conseil d'administration du groupe de défense des droits Memoria (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon la militante russe, des appels prématurés à la paix sont «puérils»
  • «La solution qui se présente maintenant est une solution militaire»

HAMBOURG: Il n'y actuellement "pas de solution diplomatique" à la guerre en Ukraine, a estimé dimanche Irina Chtcherbakova, qui a cofondé l'ONG russe de défense des droits de l'homme Memorial, dissoute par les autorités et lauréate du prix Nobel de la Paix 2022.

"Je suis absolument convaincue qu'il n'y a pas de solution diplomatique avec le régime de Poutine, tant qu'il est encore là", a déclaré à Hambourg Irina Chtcherbakova, qui a quitté la Russie après l'invasion de l'Ukraine par les forces russes et réside actuellement en Allemagne.

"La solution qui se présente maintenant est une solution militaire", même si ultérieurement, la diplomatie peut jouer un rôle pour la résolution du conflit, a estimé Mme Chtcherbakova, qui a reçu à Hambourg le prix Marion Doenhoff pour ses années de militantisme en Russie au service de la cause des droits de l'homme.

"Mais ces décisions, cette diplomatie ne pourront intervenir que lorsque l'Ukraine estimera avoir gagné la guerre et pouvoir y mettre fin", a-t-elle estimé.

Selon la militante russe, des appels prématurés à la paix sont "puérils". "Rien ne sera jamais plus comme avant", a-t-elle relevé.

Le prix Marion Doenhoff a été remis à Mme Chtcherbakova par le chancelier allemand Olaf Scholz.

Les efforts de Mme Chtcherbakova montrent la voie vers un "meilleur avenir pour la Russie", même si cette perspective "parait encore invraisemblable", a déclaré le chancelier.

La guerre ne devrait pas se terminer par "une victoire de l'expansionnisme" russe", mais il ne faut pas oublier que la Russie sera "toujours là" après la fin des hostilités, a poursuivi M. Scholz.

Memorial, lauréat du prix Nobel 2022 avec le militant des droits de l'homme bélarusse Ales Bialiatski et le Centre pour les libertés civiles (Ukraine), recevra la récompense à Oslo samedi 10 décembre.

Fondée en 1989, Memorial a œuvré pendant des décennies pour faire la lumière sur les crimes commis sous le régime totalitaire de Staline et pour préserver la mémoire de ses victimes tout en collectant des informations sur la violation des libertés et des droits en Russie.

L'organisation a été dissoute par la justice russe fin 2021.


Critiques aux Etats-Unis après un appel de Trump à abandonner la Constitution

L'ancien président américain Donald Trump (Photo, AFP).
L'ancien président américain Donald Trump (Photo, AFP).
Short Url
  • Trump a affirmé qu'une «fraude de ce genre et de cette envergure permet l'abrogation de toutes les règles, y compris celles de la Constitution»
  • Des propos qui ont été immédiatement condamnés par la Maison Blanche

WASHINGTON: La classe politique américaine a vivement condamné dimanche un appel la veille de l'ancien président Donald Trump à abandonner la Constitution américaine pour revenir sur le résultat de l'élection présidentielle de 2020 remportée par Joe Biden.

Réitérant ses allégations infondées de fraude massive lors du scrutin, Donald Trump a affirmé samedi sur son réseau Truth Social qu'une "fraude de ce genre et de cette envergure permet l'abrogation de toutes les règles, réglementations et articles, y compris ceux de la Constitution".

Des propos qui ont été immédiatement condamnés par la Maison Blanche.

"La Constitution américaine est un document sacro-saint qui garantit depuis 200 ans que la liberté et l'État de droit prévalent dans notre beau pays", a commenté samedi un porte-parole de l'exécutif, Andrew Bates, dans un communiqué.

"Attaquer la Constitution et tout ce qu'elle représente est un anathème pour l'âme de notre pays et il faut le condamner", a-t-il ajouté. "On ne peut pas n'aimer l'Amérique que lorsqu'on gagne."

Dimanche, des élus des deux partis se sont offusqués des propos de l'ancien président, qui a par ailleurs récemment annoncé qu'il comptait se présenter à l'élection présidentielle de 2024.

"La semaine dernière, il dînait avec des antisémites. Maintenant, il appelle à mettre fin à la démocratie constitutionnelle en Amérique", a tweeté le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, à propos d'un dîner dans la résidence de Floride de Donald Trump auquel a participé Nick Fuentes, un suprémaciste blanc et négationniste notoire.

Donald Trump "est hors de contrôle et un danger pour notre démocratie. Tout le monde doit condamner cette attaque contre notre démocratie", a ajouté M. Schumer.

Questionné sur les propos de M. Trump sur Fox News, l'ancien vice-président Mike Pence, qui a pourtant pris ses distances avec le milliardaire américain depuis l'attaque contre le Capitole le 6 janvier 2021, s'est abstenu de les condamner.

"Les candidats qui se sont concentrés sur le passé, particulièrement ceux qui se sont concentrés sur la remise en cause de la dernière élection, n'ont pas eu de bons résultats aux élections de mi-mandat" le mois dernier, a-t-il simplement rappelé.

L'ancien conseiller à la sécurité nationale de M. Trump, le très conservateur John Bolton, s'est quant à lui offusqué de la suggestion de son ancien patron. "Tous les vrais conservateurs doivent s'opposer à sa campagne pour l'élection présidentielle de 2024", a-t-il tweeté.