Pyrénées: fermeture polémique de la route transfrontalière du col de Banyuls

Dans la pratique, piétons, vélos et même certains véhicules peuvent passer par le col, malgré les rochers érigés en travers de la route (fournie)
Dans la pratique, piétons, vélos et même certains véhicules peuvent passer par le col, malgré les rochers érigés en travers de la route (fournie)
Short Url
Publié le Samedi 20 août 2022

Pyrénées: fermeture polémique de la route transfrontalière du col de Banyuls

  • Cette fermeture visant à lutter contre le terrorisme et l'immigration illégale est considérée par certains comme «une absurdité administrative»
  • Côté français, une plaque rappelle que des réfugiés espagnols fuyant la dictature de Francisco Franco (1939-1975) sont entrés en France par là

PARIS : Des Catalans français et espagnols réclament la réouverture d'une petite route reliant la France à l'Espagne par le col de Banyuls, dont la fermeture depuis janvier 2021 double, voire triple, le temps nécessaire pour atteindre l'autre côté des Pyrénées.

Cette fermeture visant à lutter contre le terrorisme et l'immigration illégale est «une absurdité administrative», lâche Pierre Becque, président de l'association Albères (le massif où se trouve le col, NDLR) sans frontière, la main appuyé sur un des blocs rocheux mis en place au col pour bloquer la route.

Pour José Rueda, un Catalan espagnol de 32 ans qui vient vendanger depuis sept ans près de la petite ville française de Banyuls-sur-Mer, «venir par le col était très facile. Maintenant, on dépense plus en essence. Certains venaient travailler pour la journée et repartaient dormir à Espolla ou Figueras», côté espagnol. «Ceux-là ne viennent plus», ajoute-t-il avec regret.

Alors que des travailleurs frontaliers ou saisonniers espagnols passaient par le col pour gagner du temps, nombre d'habitants de Banyuls prenaient la petite route pour faire des courses côté espagnol et y acheter notamment des cigarettes ou de l'alcool à meilleur prix.

Le maire de Banyuls-sur-Mer, Jean-Michel Solé, dénonce «une atteinte aux libertés individuelles et de commerce» et rappelle les «liens forts» entre sa commune et Espolla, un des villages espagnols proches du col.

-«Voisins»-

Dans la salle du conseil municipal, le maire d'Espolla, Carles Lagresa, est flanqué du drapeau catalan. «Nous sommes voisins. Ce passage nous permettait d'être en contact avec toute la côte de la Catalogne Nord», dit-il à l'AFP, faisant allusion aux stations balnéaires de la Catalogne française, Collioure, Banyuls, Argelès-dur-Mer.

«Moi-même, j'ai de la famille à Banyuls, même si elle est un peu éloignée. Et mon grand-oncle est enterré là-bas», ajoute-t-il, rappelant aussi le manque à gagner pour les commerçants.

Derrière le comptoir du bar tabac d'Espolla, Cristina Juanola confirme: «Les gens de la zone de Banyuls, qui avaient l'habitude de passer par le col» le font maintenant par les passages frontaliers de Port Bou ou La Jonquère, et s'arrêtent aux tabacs ou aux cafés qu'il y a là-bas», regrette-t-elle.

A l'instar d'autres préfets des départements pyrénéens, celui des Pyrénées-Orientales a interdit à partir du 11 janvier 2021 la circulation sur cinq passages frontaliers, dont le col de Banyuls, invoquant «la menace terroriste» et les «mouvements soutenus» de migrants.

Cette interdiction faisait suite à la venue dans le département, le 5 novembre 2020, du président Emmanuel Macron qui avait annoncé un durcissement des contrôles aux frontières.

Sollicitée par l'AFP, la préfecture des Pyrénées-Orientales a confirmé la réouverture d'un des cinq cols en mai 2021, mais n'a fait aucun commentaire sur les demandes de réouverture de celui de Banyuls.

- Interdit républicain -

D'Espolla au col, le trajet en voiture prend une quinzaine de minutes. La route serpente à travers les vignobles et la garrigue, avant d'arriver aux blocs coupant le passage. Un autre quart d'heure suffirait pour arriver à Banyuls-sur-Mer.

Par les autres routes, il faut entre une heure et une heure et demie, selon la saison, pour faire Espolla-Banyuls.

Dans la pratique, piétons, vélos et même certains véhicules peuvent passer par le col, malgré les rochers érigés en travers de la route. Arrivé du côté français, un conducteur de 4x4 donne quelques coups de volant, fait une marche arrière sur quelques mètres, puis passe côté espagnol par une petite piste très pentue.

«Ces blocs n'arrêtent rien du tout», commente aussitôt Pierre Becque, jugeant peu probable que des immigrés illégaux ou des terroristes empruntent ce passage, avec ou sans blocs.

Quelques mètres plus loin, côté français, une plaque rappelle que des réfugiés espagnols fuyant la dictature de Francisco Franco (1939-1975) sont entrés en France par là.

Puis, pendant la Seconde guerre mondiale, des personnes refusant le travail obligatoire imposé par les nazis, ou des juifs persécutés, ont fui par ce point frontalier, mais dans l'autre sens, précise Pierre Becque.

«Du temps de Franco, on pouvait passer. Maintenant, la République française nous l'interdit», résume à sa façon Jacques Solane, un autre membre de l'association Albères sans frontière.


Polémique à Lyon autour d'une conférence avec le Franco-Palestinien Salah Hamouri

Salah Hamouri (Photo, AFP).
Salah Hamouri (Photo, AFP).
Short Url
  • «Je ne peux donner ma caution morale à des personnes qui, au lieu de promouvoir la paix dans la cité, vont bien au contraire attiser les tensions communautaires», explique Daniel Dahan
  • Parmi les participants à cette table ronde figure Salah Hamouri, avocat franco-palestinien expulsé le 18 décembre par Israël, après plusieurs mois de détention

LYON: Le grand rabbin de Lyon a annoncé vendredi qu'il se retirait d'un groupe interconfessionnel créé par la mairie de Lyon, pour protester contre l'invitation par cette dernière de l'avocat franco-palestinien Salah Hamouri à une conférence à l'occasion des 30 ans des Accords d'Oslo.

"Je ne peux donner ma caution morale à des personnes qui, au lieu de promouvoir la paix dans la cité, vont bien au contraire attiser les tensions communautaires", explique dans un communiqué Daniel Dahan, pour justifier son retrait de l'instance Concorde et Solidarité.

Créée en 2002 à la suite de l'attentat contre la synagogue du quartier de La Duchère à Lyon, elle rassemble les représentants des cultes chrétien, juif et musulman.

"La quitter ou donner des raisons de la quitter serait abandonner sur le bas-côté de la longue route du dialogue que nous entretenons depuis plus de 20 ans", a regretté dans un communiqué le recteur de la Grande Mosquée de la ville, Kamel Kabtane.

Une conférence intitulée "Trente ans après la signature des Accords d'Oslo, regards sur la Palestine", sous l'égide du maire de Lyon Grégory Doucet (EELV), est prévue mercredi à l'hôtel de ville.

Parmi les participants à cette table ronde figure Salah Hamouri, avocat franco-palestinien expulsé le 18 décembre par Israël, après plusieurs mois de détention.

Vivant depuis en France, il est soupçonné par Israël de liens – ce qu'il nie – avec le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), organisation jugée terroriste par l'Etat hébreu et l'Union européenne.

La France avait condamné cette expulsion, la jugeant "contraire au droit".

"J'ai changé d'endroit mais le combat continue. (...) Aujourd'hui, je sens que j'ai une responsabilité énorme pour ma cause et mon peuple", avait déclaré M. Hamouri dès son arrivée en France.

«Particulièrement troublé»

Dans un entretien au quotidien régional Le Progrès vendredi, M. Doucet, rappelant que cette conférence est "un focus sur les territoires palestiniens", a défendu cette invitation: "On l'invite pour ce qu'il est. Quelqu'un qui connaît la situation dans les territoires palestiniens, qui a passé un temps significatif en détention (...). Moi, je ne porte pas de jugement sur la justice israélienne. Je ne vais pas non plus me faire son avocat (...) J'offre la possibilité aux gens de l'entendre."

Soucieux de "montrer que l'on n'est pas dans une optique partiale", M. Doucet, également critiqué par une partie de la droite locale, avait indiqué mercredi avoir proposé aux représentants "d'instances ou associations juives lyonnaises" de "convier autour de la table" un représentant "de leur choix".

Dans une lettre adressée à M. Doucet dont l'AFP a obtenu copie, le président LR du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez s'est dit "particulièrement troublé" par cette invitation à M. Hamouri et demande à l'édile écologiste d'y renoncer.

"Quand il s'agit d'un sujet aussi complexe et sensible que celui du conflit israélo-palestinien, cela ne peut se faire que dans le respect de l'esprit qui a présidé à la conclusion de ces accords (d'Oslo, NDRL): la recherche de la concorde et la quête de la paix. Une dimension qui semble ici faire défaut", a-t-il écrit.

Parallèlement à la décision du grand rabbin, l'Organisation juive européenne (OJE), qui lutte contre l'antisémitisme, a indiqué vendredi à l'AFP, par la voix de son avocate Julie Buk Lament, avoir saisi le tribunal administratif de Lyon en référé-liberté pour demander la suspension de cette conférence, au nom de "la neutralité du service public" et de la participation d'un "membre d'une organisation reconnue terroriste par la France et l'Union européenne".


Rapatriement de Syrie: Quatre autres femmes mises en examen et écrouées à Paris

Ces Françaises avaient été capturées lors de la chute de l'EI en 2019 (Photo, AFP).
Ces Françaises avaient été capturées lors de la chute de l'EI en 2019 (Photo, AFP).
Short Url
  • Ces quatre femmes ont été mises en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle
  • L'une d'entre elles l'a aussi été pour financement du terrorisme

PARIS: Quatre femmes rentrées mardi d'un camp de prisonniers dans le nord-est de la Syrie ont été mises en examen vendredi à Paris et écrouées, a-t-on appris auprès du parquet national antiterroriste (Pnat).

Ces quatre femmes ont été mises en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle. L'une d'entre elles l'a aussi été pour financement du terrorisme et celles qui avaient emmené leurs enfants dans la zone irako-syrienne l'ont également été pour soustraction d'un parent à ses obligations légales.

Elles ont toutes été placées en détention provisoire.

Mardi, sept autres femmes, qui étaient visées par un mandat d'arrêt, avaient déjà été mises en examen pour association de malfaiteurs terroriste et pour certaines soustraction d'un parent à ses obligations légales et incarcérées.

Au total, 15 femmes et 32 enfants, proches de djihadistes de l'organisation de l'Etat islamique (EI) qui se trouvaient dans le camp de Roj sous administration kurde, à une quinzaine de kilomètres des frontières irakienne et turque, ont été rapatriés mardi.

Parmi les 15 femmes, quatre jeunes majeures avaient été emmenées sur zone par leurs parents alors qu'elles étaient mineures.

Comme aucun élément ne permet de conclure à l'association de malfaiteurs terroriste les concernant, elles ont fait l’objet d’une prise en charge administrative ou judiciaire ordonnée par le juge des enfants, selon le Pnat.

Le rapatriement de mardi est le troisième d'ampleur, après celui du 5 juillet 2022 quand la France avait rapatrié 16 mères et 35 mineurs et celui du 20 octobre qui avait permis le retour de 15 femmes et 40 enfants.

Ces Françaises avaient été capturées lors de la chute de l'EI en 2019. Et nombre de leurs enfants sont nés dans les camps.

Les mineurs rentrés "ont été remis aux services chargés de l'aide à l'enfance et feront l'objet d'un suivi médico-social", avait précisé mardi le ministère français des Affaires étrangères.

La France a été particulièrement frappée par des attentats djihadistes, notamment en 2015, fomentés par le groupe EI. Elle avait ainsi procédé, jusqu'à l'été dernier, à des rapatriements ciblés d'orphelins ou de mineurs dont les mères avaient accepté de renoncer à leurs droits parentaux.

Mais sous le feu des critiques, elle avait dû infléchir sa politique.


Le Français Sébastien Raoult sera présenté à une juge américaine vendredi

Paul Raoult, 63 ans, le père de Sébastien Raoult détenu, montre un téléphone portant le portrait de son fils à Epinal, dans l'est de la France, le 1er août 2022. (Photo, AFP)
Paul Raoult, 63 ans, le père de Sébastien Raoult détenu, montre un téléphone portant le portrait de son fils à Epinal, dans l'est de la France, le 1er août 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le jeune homme de 21 ans a comparu en personne, assisté d'un traducteur, devant la juge fédérale Michelle Peterson qui lui a signifié les charges pesant contre lui
  • L'accusation ayant évoqué un «risque de fuite», la magistrate a décidé qu'il serait maintenu en détention jusqu'à la prochaine audience, fixée au 3 avril

SEATTLE: Le Français Sébastien Raoult, extradé mercredi du Maroc vers les Etats-Unis, a plaidé "non coupable" de cybercrimes vendredi dans un tribunal de Seattle (nord-ouest).

Le jeune homme de 21 ans a comparu en personne, assisté d'un traducteur, devant la juge fédérale Michelle Peterson qui lui a signifié les charges pesant contre lui.

Un avocat commis d'office a expliqué qu'il plaidait "non coupable" à ce stade de la procédure.

L'accusation ayant évoqué un "risque de fuite", la magistrate a décidé qu'il serait maintenu en détention jusqu'à la prochaine audience, fixée au 3 avril.

Sébastien Raoult avait été arrêté le 31 mai à l'aéroport de Rabat-Salé à la demande de la justice américaine. Il a été extradé mercredi par le Maroc, malgré les vives protestations de sa famille et de son avocat.

Il est poursuivi par la justice américaine avec deux autres ressortissants français, Gabriel Bildstein, 23 ans et Abdel-Hakim El-Ahmadi, 22 ans.

Les trois hommes sont accusés d'avoir formé le groupe de hackeurs "ShinyHunters" et d'avoir, à partir de 2020, dérobé des données confidentielles à 60 entreprises, dont certaines situées dans la région de Seattle, pour les revendre sur le darkweb.

Selon différents experts, ils ont pris pour cible le compte de Microsoft sur la plateforme de partage de code informatique Github, le site d'e-commerce indonésien Tokopedia, la marque de vêtement américaine Bonobos ou encore l'opérateur téléphonique américain AT&T.

Ils font face à neuf chefs d'inculpation, notamment pour association de malfaiteurs, fraude informatique, usurpation d'identité, passibles chacun de peines allant de 2 à 27 ans de priso