Côte d'Ivoire: polluée, «la perle des lagunes» d'Abidjan a perdu de son éclat

Du plastique et d'autres déchets sur des monticules de sable déversés dans la lagune par le ruissellement des eaux usées et de la pluie, sur les rives de la lagune Ebrié dans le village de Beago à Yopougon, Abidjan le 20 juillet 2022. (Photo, AFP)
Du plastique et d'autres déchets sur des monticules de sable déversés dans la lagune par le ruissellement des eaux usées et de la pluie, sur les rives de la lagune Ebrié dans le village de Beago à Yopougon, Abidjan le 20 juillet 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 23 août 2022

Côte d'Ivoire: polluée, «la perle des lagunes» d'Abidjan a perdu de son éclat

Du plastique et d'autres déchets sur des monticules de sable déversés dans la lagune par le ruissellement des eaux usées et de la pluie, sur les rives de la lagune Ebrié dans le village de Beago à Yopougon, Abidjan le 20 juillet 2022. (Photo, AFP)
  • La lagune, appelée lagune Ebrié du nom de l'ethnie qui peuple ses berges, s'étend sur des dizaines de km, d'Abidjan à Grand-Bassam à l'est, au parc d'Azagny à l'ouest: elle est considérée comme la plus grande superficie d'eau saumâtre d'Afrique de l'Ouest
  • Agé de 73 ans, Paul Abé Bléssoué accuse les déchets urbains et industriels de Yopougon, la plus grande commune d'Abidjan, d'avoir transformé son village de 3 000 habitants en un dépotoir à ciel ouvert

ABIDJAN: Elle fait le charme de la capitale économique ivoirienne Abidjan et de ses environs, mais la "perle des lagunes", immense plan d'eau saumâtre de 120 000 hectares, a perdu de son éclat, victime d'une pollution plastique à outrance. 

La lagune, appelée lagune Ebrié du nom de l'ethnie qui peuple ses berges, s'étend sur des dizaines de km, d'Abidjan à Grand-Bassam à l'est, au parc d'Azagny à l'ouest: elle est considérée comme la plus grande superficie d'eau saumâtre d'Afrique de l'Ouest. 

Et les rives de Béago, l'un des villages du bord de la lagune, croulent sous les déchets plastique qui s'étendent sur au moins un km. 

"La situation à Béago est alarmante, il n’y a plus de poisson à cause de la pollution et l'activité de la pêche a été abandonnée", déplore Paul Abé Bléssoué, le chef du village. 

Agé de 73 ans, il accuse les déchets urbains et industriels de Yopougon, la plus grande commune d'Abidjan, d'avoir transformé son village de 3 000 habitants en un dépotoir à ciel ouvert. 

Entouré de notables, il estime que l'existence même de Béago est menacée. "Si on n'y prend garde, Béago pourrait disparaitre dans quelques années, abandonné par ses habitants", dit-il près de deux mangroves, dernier écosystème encore présent. 

Selon Yaya Koné, président de Coliba Africa, société spécialisée dans le recyclage des déchets plastique, "460.000 tonnes" de ces déchets "sont produits chaque année en Côte d'Ivoire, dont plus de la moitié (290 000 tonnes) à Abidjan" et "seulement 3% sont réutilisés et valorisés". 

Les 97% qui restent "se retrouvent dans la nature, notamment dans la lagune et la mer", affirme-t-il en rappelant que "malheureusement, le plastique ne peut se dégrader totalement". 

Coliba Africa vient de lancer un projet de formation de 6 000 collecteurs de déchets plastiques. 

"Les objets en plastique sont les substances qui ont le plus pollué nos baies", relève Ayenon Séka, de l'Institut de géographie tropicale de l'université de Cocody à Abidjan, mégalopole de près de six millions d'habitants. 

Autour de la baie de Biétry, quartier où vivent de nombreux Européens situé non loin du camp militaire français et de l'aéroport international, à la pollution plastique s'ajoute l'extraction de sable et la construction anarchique de remblais. 

Baie morte, paradis perdu 

"La baie de Bietry est une baie morte, car extrêmement polluée, une vraie catastrophe écologique", note l'industriel Bernard Derrien, 76 ans, résident de Biétry depuis 1998. "1,6 million de mètres carrés de la surface" de la baie "ont été remblayés pour y installer des usines", ajoute-t-il. 

Gérard Frère, un Français qui vit à Abidjan depuis 67 ans, propriétaire d'un hôtel de la baie, se souvient avec nostalgie des jours anciens: "A Biétry on était dans un coin de paradis, maintenant c'est un refuge de pôtô-pôtô", zone boueuse infestée de moustiques et exposée constamment aux inondations, en langage populaire, dit-il. 

Spécialisé dans la pêche sportive, il a vu son activité baisser de moitié en raison de "la pollution qui décourage de nombreux adeptes. Car ici, c'est pollué de chez pollué!". Il affirme que "30 centimètres de (déchets) plastique sont tapis au fond de la lagune". 

Face à cette situation, de nombreux experts prônent l'installation d'un vaste réseau d'assainissement de l'eau de la lagune. 

"C'est maintenant, sinon il sera trop tard pour réagir", avertit Bernard Derrien qui préconise "des travaux de très grande envergure, un réseau d'assainissement sur la ville d'Abidjan pour arriver à arrêter cette pollution et ramener la lagune à son état originel". 

Spécialiste en télédétection appliquée à l’océanographie à l'université d'Abidjan, Kouadio Affian reste cependant pessimiste, car en Côte d'Ivoire, "le citoyen" n'a pas conscience "qu'en jetant une bouteille de plastique dans la rue, elle pourrait se retrouver dans la lagune". 

"Abidjan ma lagune", association récemment créée par des riverains du quartier de Biétry, entend promouvoir une campagne de dépollution pour la sauver car, regrettent-ils, elle ne mérite plus du tout son nom de "perle des lagunes". 

 


Ethiopie: une attaque dans une église orthodoxe fait deux morts

Un prêtre à l'église Bole Medhanialem d'Addis-Abeba, le 20 juin 2021, lors d'un service matinal alors que les femmes se rassemblent (Photo, AFP).
Un prêtre à l'église Bole Medhanialem d'Addis-Abeba, le 20 juin 2021, lors d'un service matinal alors que les femmes se rassemblent (Photo, AFP).
Short Url
  • Deux personnes ont été tuées et quatre autres grièvement blessées à Shashemene, dans la région d'Oromia, selon le Tewahedo Media Center
  • L'archevêque Abune Henok a appelé les autorités d'Oromia, la région la plus étendue d'Ethiopie, à cesser la «persécution» des chrétiens orthodoxes

NAIROBI: Deux jeunes chrétiens orthodoxes ont été tués samedi lors d'une attaque dans une église de cette obédience dans le sud de l'Ethiopie, a annoncé un média lié à ce culte.

Deux personnes ont été tuées et quatre autres grièvement blessées à Shashemene, dans la région d'Oromia, selon le Tewahedo Media Center (TMC), organe de l'église ortodoxe dans ce pays. Abune Henok, l'archevêque du diocèse d'Addis Abeba, y a qualifié cette attaque de "honteuse et déchirante".

Le TMC a accusé les forces de sécurité d'avoir mené cette attaque dans la ville située à environ 250 kilomètres au sud de la capitale.

Il était impossible dans l'immédiat de vérifier ces informations de manière indépendante.

L'archevêque Abune Henok a appelé les autorités d'Oromia, la région la plus étendue d'Ethiopie, à cesser la "persécution" des chrétiens orthodoxes, selon le TMC.

Cet incident intervient dans un contexte de tensions au sein de l'Eglise orthodoxe éthiopienne Tewahedo, après que des évêques rebelles ont créé le mois dernier leur propre synode dans la région d'Oromia, la plus peuplée du pays.

L'unité de cette Eglise, l'une des plus anciennes au monde et qui compte environ 40% des 115 millions d'Ethiopiens, est dès lors menacée.

L'Eglise Tewahedo, dirigée par le patriarche Abune Mathias depuis une décennie, a déclaré la scission illégale et excommunié les évêques impliqués.

L'Eglise a également accusé le gouvernement du Premier ministre Abiy Ahmed d'interférer dans ses affaires et de faire des déclarations qui de fait reconnaissent le "groupe illégitime".

M. Abiy, lui-même issu de la communauté Oromo, a appelé cette semaine les responsables au dialogue et affirmé que les deux parties avaient "leur propre vérité".

Les prêtres dissidents accusent l'Eglise de discrimination et d'hégémonie linguistique et culturelle, en faisant valoir qu'elle ne s'adresse pas aux congrégations en Oromia dans leur langue maternelle, des plaintes balayées par le patriarcat.

Le Conseil œcuménique des Eglises (COE) a publié vendredi une déclaration exprimant sa "profonde inquiétude" face aux tensions au sein de l'institution éthiopienne.

"Nous appelons tous les dirigeants politiques d'Ethiopie à soutenir l'Eglise orthodoxe éthiopienne Tewahedo dans ses efforts pour parvenir à l'unité et à la paix entre ses membres", a déclaré le secrétaire général du COE, Jerry Pillay.


Chili: 16 morts dans des incendies de forêts, selon un nouveau bilan

Vue d'un incendie à Santa Juana, dans la province de Concepcion, Chili, le 3 février 2023 (Photo, AFP).
Vue d'un incendie à Santa Juana, dans la province de Concepcion, Chili, le 3 février 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Samedi, sur 251 feux actifs, 80 sont hors de contrôle, a précisé le Service national de prévention et de réponse aux catastrophes
  • Ces incendies se produisent pendant une vague de chaleur extrême avec des températures proches de 40ºC

CONCEPCION, Chili: Au moins 16 personnes sont mortes dans plus de 250 incendies de forêt survenus dans le centre du Chili, où sévit une intense vague de chaleur, selon un nouveau bilan présenté samedi par les autorités.

Samedi, sur 251 feux actifs, 80 sont hors de contrôle, a précisé le Service national de prévention et de réponse aux catastrophes (Senapred).

Selon lui, 24 autres personnes ont été blessées et 88 habitations ont été détruites.

Un précédent bilan faisait état vendredi de 13 morts. Parmi eux, un pilote de nationalité bolivienne et un mécanicien de nationalité chilienne qui se sont écrasés dans un hélicoptère qui luttait contre les feux, selon le Senapred.

Ces incendies se produisent pendant une vague de chaleur extrême avec des températures proches de 40ºC, ce qui fait craindre aux autorités une catastrophe comme celle de 2017.

Cette année là, un gigantesque incendie de forêt avait fait 11 morts, quelque 6 000 sinistrés, détruit plus de 1 500 maisons et ravagé 467 000 hectares de terres.


Ethiopie: le gouvernement annonce l'envoi de fonds au Tigré

Dans cette photo d'archive prise le 05 juin 2022, Abiy Ahmed, Premier ministre éthiopien, observe une minute de silence lors d'une cérémonie en l'honneur des membres de la police fédérale à Addis-Abeba, en Éthiopie. (Photo, AFP)
Dans cette photo d'archive prise le 05 juin 2022, Abiy Ahmed, Premier ministre éthiopien, observe une minute de silence lors d'une cérémonie en l'honneur des membres de la police fédérale à Addis-Abeba, en Éthiopie. (Photo, AFP)
Short Url
  • 90 millions de dollars seront envoyés vers la capitale du Tigré afin d'y faire redémarrer les services bancaires dans cette région ravagée par la guerre
  • Vendredi, le Premier ministre avait rencontré pour la première fois des chefs tigréens depuis un accord de paix signé en novembre

NAIROBI: Le gouvernement éthiopien a annoncé samedi qu'il avait commencé à envoyer l'équivalent d'environ 90 millions de dollars vers la capitale du Tigré afin d'y faire redémarrer les services bancaires dans cette région ravagée par la guerre.

"Conformément à la décision prise par le Premier ministre Abiy, la Banque nationale a commencé à envoyer cinq milliards de birr à Mekele pour les distribuer à partir de lundi", a tweeté Redwan Hussein, conseiller à la sécurité nationale d'Abiy Ahmed.

Il a ajouté qu'à partir de samedi, la compagnie aérienne nationale Ethiopian Airlines augmentait le nombre de ses vols vers la région, passant de trois à cinq par jour.

Vendredi, le Premier ministre avait rencontré pour la première fois des chefs tigréens depuis un accord de paix signé en novembre, après un conflit sanglant ayant opposé le gouvernement fédéral aux rebelles de cette région du nord de l'Ethiopie.

L'accord de paix du 2 novembre à Pretoria, en Afrique du Sud, prévoit notamment un désarmement des forces rebelles, le rétablissement de l'autorité fédérale au Tigré et la réouverture des accès et communications vers cette région coupée du monde depuis mi-2021.

Depuis l'accord signé dans la capitale sud-africaine, les combats se sont arrêtés et les livraisons d'aide au Tigré ont repris, sachant que cette région fait de longue date face à de graves pénuries de nourriture, de carburant, d'argent et de médicaments.

La guerre, qui avait éclaté en novembre 2020, a déplacé plus de deux millions de personnes et placé des centaines de milliers de personnes dans des conditions proches de la famine, selon l'ONU. Les Etats-Unis évaluent le nombre de morts à 500.000.