Irak: Le président en faveur d'élections après des combats meurtriers

Les tensions sont montées en flèche en Irak dans le cadre d'une crise politique qui a laissé le pays sans nouveau gouvernement. (AFP)
Les tensions sont montées en flèche en Irak dans le cadre d'une crise politique qui a laissé le pays sans nouveau gouvernement. (AFP)
Les combats entre les forces irakiennes rivales ont fait rage mardi pour la deuxième journée consécutive, des tirs de roquettes résonnant dans la Zone verte de Bagdad. (AFP)
Les combats entre les forces irakiennes rivales ont fait rage mardi pour la deuxième journée consécutive, des tirs de roquettes résonnant dans la Zone verte de Bagdad. (AFP)
Une fusillade a éclaté à l'intérieur de la zone verte lorsque les partisans de Sadr ont ouvert le feu avec des RPG et des fusils. (AFP)
Une fusillade a éclaté à l'intérieur de la zone verte lorsque les partisans de Sadr ont ouvert le feu avec des RPG et des fusils. (AFP)
Des Irakiens assistent à des funérailles de masse, pour des partisans du leader chiite Moqtada Sadr qui ont été tués lors d'affrontements dans la Zone verte de Bagdad. (AFP)
Des Irakiens assistent à des funérailles de masse, pour des partisans du leader chiite Moqtada Sadr qui ont été tués lors d'affrontements dans la Zone verte de Bagdad. (AFP)
Des véhicules blindés de la sécurité irakienne arrivent lors d'affrontements avec Saraya al-Salam (Brigade de la paix), l'aile militaire affiliée au clerc chiite Moqtada al-Sadr. (AFP)
Des véhicules blindés de la sécurité irakienne arrivent lors d'affrontements avec Saraya al-Salam (Brigade de la paix), l'aile militaire affiliée au clerc chiite Moqtada al-Sadr. (AFP)
Des partisans du leader populiste irakien Moqtada al-Sadr s'affrontent à des partisans du Cadre de coordination, un groupe de partis chiites, dans la Zone verte de Bagdad, en Irak, le 29 août 2022. (Reuters)
Des partisans du leader populiste irakien Moqtada al-Sadr s'affrontent à des partisans du Cadre de coordination, un groupe de partis chiites, dans la Zone verte de Bagdad, en Irak, le 29 août 2022. (Reuters)
Short Url
Publié le Mercredi 31 août 2022

Irak: Le président en faveur d'élections après des combats meurtriers

  • La tenue de nouvelles législatives, réclamées par Moqtada Sadr, nécessite la dissolution du Parlement qui peut être demandée par un tiers des élus ou par le Premier ministre avec l'accord du président de la République
  • Selon un dernier bilan fourni par une source médicale, au moins 30 partisans de Moqtada Sadr ont été tués par balles depuis lundi et 570 personnes blessées dans la Zone Verte

BAGDAD: Le président irakien Barham Saleh s'est prononcé mardi en faveur d'élections législatives anticipées après le retrait des partisans du dirigeant chiite Moqtada Sadr de la Zone Verte à Bagdad, théâtre de combats ayant fait 30 morts en 24 heures.

Riche en pétrole, le pays est secoué par une grave crise socio-économique doublée d'une impasse politique depuis les législatives d'octobre 2021.

"La tenue de nouvelles élections anticipées (...) avec un consensus national représente une sortie" de crise, a déclaré M. Saleh dans un discours télévisé. Un tel scrutin "garantirait la stabilité politique et sociale et répondrait aux aspirations des Irakiens", a-t-il ajouté.

La tenue de nouvelles législatives, réclamées par Moqtada Sadr, nécessite la dissolution du parlement, qui peut être demandée par un tiers des élus ou par le Premier ministre avec l'accord du président de la République. Cette dissolution doit ensuite être approuvée à la majorité absolue de l'assemblée.

L'allocution de Barham Saleh est survenue quelques heures après la fin d'affrontements meurtriers à Bagdad entre des partisans de Moqtada Sadr, d'un côté, et les forces de l'ordre et des partisans du Cadre de coordination, alliance rivale de Moqtada Sadr qui regroupe des groupes pro-Iran dont celui du Hachd al-Chaabi, de l'autre.

Le Premier ministre Mustafa al-Kadhemi a pour sa part déclaré que des enquêtes ont été ouvertes sur ces affrontements et a menacé de démissionner si la paralysie politique se poursuit. "S'ils veulent continuer à semer le chaos, le conflit, la discorde et la rivalité (...) je prendrai la mesure morale et patriotique qui s'impose et quitterai mon poste au moment opportun", a-t-il déclaré dans un discours.

«Excuses» de Sadr

Lundi, aussitôt après l'annonce de l'influent Moqtada Sadr de son "retrait" de la vie politique dont il est pourtant un acteur incontournable, des milliers de ses partisans avaient envahi le siège du gouvernement dans la Zone Verte, secteur ultra-protégé de la capitale qui accueille aussi l'ambassade américaine, ce qui avait débouché sur des combats.

"Si tous les membres du Courant sadriste ne se retirent pas dans les 60 minutes de partout (à Bagdad), même du sit-in (devant le parlement), je les désavouerai", a lancé mardi Moqtada Sadr lors d'une conférence de presse dans son fief de Najaf (centre).

Dénonçant des actes "entachés de violence", il a présenté ses "excuses au peuple irakien".

Après son appel, ses partisans ont quitté la Zone Verte et les armes se sont tues. Les combattants ont laissé la place aux employés municipaux qui ont nettoyé les traces d'affrontements.

Les combats entre d'un côté les Brigades de la paix, une faction armée aux ordres de Moqtada Sadr, et de l'autre les forces de l'ordre et le Hachd al-Chaabi, d'ex-paramilitaires intégrés aux forces régulières de l'autre, avaient repris mardi matin après une nuit relativement calme.

Selon un dernier bilan fourni par une source médicale, au moins 30 partisans de Moqtada Sadr ont été tués par balles depuis lundi et 570 personnes blessées dans la Zone Verte.

Le Cadre de coordination, qui avait condamné une "attaque contre les institutions de l'Etat", a appelé le "parlement et les autres institutions à reprendre leurs activités".

L'ambassade des Etats-Unis a salué la fin des combats et exhorté "tous les Irakiens à laisser les institutions gouvernementales continuer leur travail".

L'Irak est plongé dans l'impasse politique depuis les élections législatives d'octobre 2021 remportées par Moqtada Sadr, les barons de la politique ayant été incapables de s'accorder sur le nom d'un nouveau Premier ministre. Et le pays n'a donc ni nouveau gouvernement, ni nouveau président depuis le scrutin.

Pour sortir de la crise, Moqtada Sadr et le Cadre de coordination s'accordent sur un point: il faut de nouvelles élections. Mais si Moqtada Sadr insiste pour dissoudre le parlement avant tout, ses rivaux veulent d'abord la formation d'un gouvernement.

«Violence et déstabilisation»

Arrivé premier aux législatives avec 73 sièges (sur 329) mais incapable de former une majorité, M. Sadr avait fait démissionner ses députés en juin, affirmant vouloir "réformer" le système et en finir avec la "corruption".

Il sait qu'il peut compter sur l'appui d'une large frange de la communauté chiite, majoritaire en Irak.

Ses partisans ont campé pendant un mois aux abords du parlement dans la Zone Verte. Mardi, dès l'appel de leur chef à se retirer, les sadristes ont démonté les tentes qu'ils avaient installées avant de quitter les lieux.

En choisissant de les envoyer dans la Zone Verte, puis de les en retirer, Moqtada Sadr "montre (...) l'ampleur de sa base, en particulier à ses opposants", estime Renad Mansour, du centre de réflexion Chatham House.

"La stratégie de la violence et de la déstabilisation fait partie de la tactique de négociation de Sadr", juge-t-il.


Damas responsable d'une attaque au chlore à Douma en Syrie en 2018

Cette photo montre des bâtiments détruits à Douma le 15 août 2018. (AFP)
Cette photo montre des bâtiments détruits à Douma le 15 août 2018. (AFP)
Short Url
  • Les enquêteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) pensent que la Syrie est responsable d'une attaque au chlore en 2018 à Douma
  • Cette attaque a tué 43 personnes

LA HAYE: Les enquêteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) pensent que la Syrie est responsable d'une attaque au chlore en 2018 à Douma qui a tué 43 personnes, selon un rapport très attendu publié vendredi.

"Il existe des motifs raisonnables de croire que les forces aériennes arabes syriennes sont les auteurs de l'attaque aux armes chimiques du 7 avril 2018 à Douma", a déclaré dans un communiqué l'OIAC, basée à La Haye.


Tombes égyptiennes anciennes et objets découverts près des pyramides de Gizeh

Les autorités estiment que les tombes découvertes remontent aux cinquième et sixième dynasties de l'Ancien Empire. (AFP)
Les autorités estiment que les tombes découvertes remontent aux cinquième et sixième dynasties de l'Ancien Empire. (AFP)
Short Url
  • Le cercueil n’aurait pas été touché depuis quatre mille trois cents ans, selon l'archéologue principal, Zahi Hawass
  • «Les travaux de fouille de la mission réalisée avec le Conseil suprême des antiquités égyptiennes ont permis de trouver des tombes qui datent de l'époque de l'Ancien Empire»

LE CAIRE: L'archéologue le plus renommé d'Égypte a annoncé la découverte de dizaines de vestiges, parmi lesquels deux tombes anciennes, dans une nécropole pharaonique située à proximité du Caire.
Zahi Hawass, ancien ministre du gouvernement et directeur des fouilles, a déclaré que les découvertes faites à Saqqarah, près des pyramides de Gizeh, remontaient aux cinquième et sixième dynasties de l'Ancien Empire. Ces dernières ont régné de 2500 à 2100 avant Jésus-Christ.

egypte
«Les travaux de fouille de la mission réalisée avec le Conseil suprême des antiquités égyptiennes ont permis de trouver des tombes qui datent de l'époque de l'Ancien Empire, ce qui indique la présence d'un immense cimetière avec de nombreuses tombes importantes», a-t-il précisé.
«La première d'entre elles est la tombe de Khnoumdjedef, prêtre et responsable des nobles dans le complexe pyramidal d'Ounas, le dernier roi de la cinquième dynastie. La tombe est colorée et présente des scènes de la vie quotidienne.

egypte
«La seconde est destinée à Messi, connu comme le gardien des secrets et le commandant adjoint du grand palais», a indiqué M. Hawass.
L'équipe a également découvert un certain nombre de statues en calcaire coloré. Elles représenteraient des serviteurs de Messi.
Elle a en outre découvert un cercueil en calcaire qui serait celui d’un homme appelé Haka Shabis dans une pièce cachée au fond d'un puits de 15 mètres, a fait savoir M. Hawass.

egypte
«Il est apparu que ce cercueil n'avait pas été touché depuis environ quatre mille trois cents ans. Lorsque nous avons ouvert son couvercle, nous avons trouvé la momie d'un homme recouverte de feuilles d'or. Cette momie est considérée comme la plus complète et la plus ancienne momie non royale trouvée à ce jour.»
Il y avait également plusieurs statues du juge et écrivain Fatak, situées à côté d'une table d'offrandes et d'un cercueil qui contenait ses restes momifiés.
Le Dr Moustafa Waziri, secrétaire général du Conseil suprême des antiquités égyptiennes, a déclaré que si de nombreuses statues avaient été déterrées dans la région de Saqqarah au cours du siècle dernier, très peu avaient la taille des dernières découvertes.

egypte
«De nombreuses amulettes, des outils cosmétiques, des statues de l'idole Ptah Sokar, d’autres qui représentent des divinités, des poteries et des récipients votifs ont également été trouvés», a-t-il révélé.
Selon M. Hawass, la région archéologique de Saqqarah recèle encore de nombreux secrets qui attendent d'être découverts.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Attaque contre l'ambassade d'Azerbaïdjan en Iran: un mort

Une enquête est en cours, ajoute le communiqué, sans plus de précisions. (Arab News)
Une enquête est en cours, ajoute le communiqué, sans plus de précisions. (Arab News)
Short Url
  • Un homme armé d'une Kalachnikov a tué le chef de la garde de la mission diplomatique
  • Deux autres gardiens de l'ambassade ont été blessés et se trouvent dans un «état satisfaisant», selon le communiqué

BAKOU: L'ambassade d'Azerbaïdjan en Iran a été attaquée vendredi matin par des inconnus armés et  l'incident a fait un mort et deux blessés, a déclaré le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères dans un communiqué.

"Le 27 janvier (...), une attaque armée s'est produite contre l'ambassade d'Azerbaïdjan en Iran. Un homme armé d'une Kalachnikov a tué le chef de la garde de la mission diplomatique", indique le communiqué.

Deux autres gardiens de l'ambassade ont été blessés et se trouvent dans un "état satisfaisant", selon la même source.

Une enquête est en cours, ajoute le communiqué, sans plus de précisions.

L'Iran, où résident des millions d'Azéris, a longtemps accusé son voisin de fomenter un sentiment séparatiste sur son territoire.

Les relations entre Bakou et Téhéran sont traditionnellement délicates, l'Azerbaïdjan turcophone étant un proche allié de la Turquie, une rivale historique de l'Iran.

Téhéran redoute également que le territoire azerbaïdjanais ne soit utilisé pour une éventuelle offensive contre l'Iran par Israël, le principal fournisseur d'armes à Bakou.