Rentrée littéraire: coup d'envoi pour les prix d'automne

Dans la librairie Les Volcans, à Clermont-Ferrand, en 202. AFP / Thierry ZOCCOLAN
Dans la librairie Les Volcans, à Clermont-Ferrand, en 202. AFP / Thierry ZOCCOLAN
Short Url
Publié le Lundi 05 septembre 2022

Rentrée littéraire: coup d'envoi pour les prix d'automne

  • On l'attend avec impatience dans le milieu des lettres: la première sélection du prix Goncourt arrive mercredi
  • Pour les auteurs qui y placent leur livre, parmi quelques centaines de concurrents, c'est un signal qu'ils comptent et sont dans la course

PARIS: Les prestigieux prix littéraires d'automne donnent cette semaine le coup d'envoi de leur édition 2022, avec peu d'élus et beaucoup de déçus dans cette bataille impitoyable entre romanciers qu'est la rentrée de septembre.

On l'attend avec impatience dans le milieu des lettres: la première sélection du prix Goncourt arrive mercredi. Elle compte traditionnellement une quinzaine de romans.

Pour les auteurs qui y placent leur livre, parmi quelques centaines de concurrents, c'est un signal qu'ils comptent et sont dans la course. Ou, quand ils n'ont que très peu de chances de l'emporter, ils savent que leur livre a suscité de la sympathie.

"C'est une vraie surprise, je suis ravie! D'autant que ce n'est qu'un deuxième roman", disait à l'AFP Lilia Hassaine après avoir été incluse en septembre 2021. Mais elle ne se faisait pas d'illusions, face à des confrères qui connaissaient mieux qu'elle la mécanique... et les membres de l'Académie Goncourt.

Pour les stars de cette rentrée, l'enjeu est important. Question qui est dans tous les esprits, cette année: avec son "Cher connard", Virginie Despentes, ex-jurée du Goncourt, a-t-elle convaincu?

D'après ceux qui ont adoré ce roman sur l'addiction et le mouvement #Metoo, elle se doit d'être sur la liste. "Je pense que c'est un ouvrage qui fera date", affirmait par exemple à l'AFPTV une libraire parisienne, Delphine Bouetard.

D'autres pensent que son style trop brut pourrait déplaire à ses anciens commensaux du restaurant Drouant.

Attirer l'attention

À en croire les libraires, se placer dans cette première sélection ne garantit pas d'accélérer ses ventes dans les jours qui suivent. Mais cela attire l'attention de la critique et de la presse sur des titres parfois restés discrets.

Les deux derniers lauréats du Goncourt peuvent en témoigner.

Hervé Le Tellier, en 2020, était vu en août comme un second couteau, avec
"L'Anomalie" (12.500 exemplaires pour le premier tirage). Mais en septembre, en figurant parmi de nombreuses listes (prix Goncourt, Renaudot, Médicis, Décembre), il avait intrigué tous les journalistes littéraires.

Quant à Mohamed Mbougar Sarr, en 2021, en publiant à 31 ans un roman exigeant ("La plus secrète mémoire des hommes"), il avait attiré l'attention d'un nombre impressionnant de jurys: Goncourt, Renaudot, Femina, Médicis et Académie française.

C'est mercredi également que le Renaudot publie sa première sélection, un prix que Virginie Despentes a déjà remporté en 2010.

Le même jour, Le Monde remet pour la dixième fois son prix littéraire. Dix titres ont été sélectionnés par la rédaction du quotidien. Des premiers romans qui font parler d'eux, comme "En salle" de Claire Baglin ou "Ils vont tuer vos fils" de Guillaume Perilhou, côtoient des têtes d'affiche de cette rentrée, comme "La Vie clandestine" de Monica Sabolo ou "Quand tu écouteras cette chanson" de Lola Lafon.

Jeudi, jour de la première sélection du Femina, la Fnac décerne son prix littéraire. Il est d'autant plus convoité que cette enseigne, l'un des plus gros vendeurs de livres en France, fait dans ses magasins la promotion du titre primé, qui peut être français ou étranger.

Cinq sont finalistes, dont l'Américain d'origine finlandaise Karl Marlantes pour "Faire bientôt éclater la terre", et une révélation de cette rentrée 2022, Maria Larrea avec "Les gens de Bilbao naissent où ils veulent".


Le mannequin britannique Naomi Campbell aperçu à Abu Dhabi avec sa fille

La star des défilés, âgée de 52 ans, a partagé des images d’elle dans ce haut-lieu touristique des Émirats arabes unis, vêtue d’une abaya à imprimé léopard et d’un voile gris. (Instagram)
La star des défilés, âgée de 52 ans, a partagé des images d’elle dans ce haut-lieu touristique des Émirats arabes unis, vêtue d’une abaya à imprimé léopard et d’un voile gris. (Instagram)
Short Url
  • Naomi Campbell a visité la grande mosquée cheikh Zayed avec sa fille d’un an et demi
  • La star des défilés a partagé des images d’elle dans ce haut-lieu touristique des Émirats arabes unis, vêtue d’une abaya à imprimé léopard et d’un voile gris

DUBAÏ: Le mannequin britannique Naomi Campbell a été aperçu à Abu Dhabi en train de visiter la grande mosquée cheikh Zayed cette semaine.

La star des défilés, âgée de 52 ans, a partagé des images d’elle dans ce haut-lieu touristique des Émirats arabes unis, vêtue d’une abaya à imprimé léopard et d’un voile gris.  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Dr Naomi Campbell (@naomi)

Campbell a visité la mosquée avec sa fille. Sur certaines des photos qu’elle a partagées sur Instagram, on peut voir le mannequin debout dans l’une des salles de la mosquée, tenant les mains de sa petite fille.  

«La splendeur de la grande mosquée cheikh Zayed», a-t-elle écrit sur Instagram à ses 14 millions de followers. «Merci pour cette visite à couper le souffle», a-t-elle ajouté, remerciant les organisateurs.  

Depuis qu’elle a annoncé la naissance de sa fille en mai 2021, Naomi Campbell n’a partagé que quelques images de son enfant.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Dana Hassan: art, narration et Beyrouth

L'œuvre de Dana Hassan, bien que centré autour de la figure de Beyrouth, porte en elle un message universel. (Photo fournie)
L'œuvre de Dana Hassan, bien que centré autour de la figure de Beyrouth, porte en elle un message universel. (Photo fournie)
Short Url
  • «J'ai toujours envie de déconstruire l'art»
  • La narration pour Dana Hassan précède la peinture

BEYROUTH: Les œuvres de Dana Hassan intriguent. La narration y précède le visuel. Si Beyrouth est au cœur de son travail, il n'en demeure pas moins qu'il s'en dégage une dimension universelle qui plaît énormément aux quatre coins du monde. Arab News en français a rencontré la créatrice libanaise qui vit actuellement à Chypre.

La centralité de Beyrouth

Le départ forcé de la capitale libanaise durant la guerre civile libanaise a provoqué chez Dana Hassan une déchirure à laquelle elle continue de faire écho dans son œuvre.

Après des études de commerce à l'université américaine de Beyrouth (AUB), elle complète son cursus en suivant un Bachelor of Arts (BA) en illustration et bande dessinée au sein de l'Académie libanaise des beaux-arts (Alba), car elle sent qu’il manque quelque chose dans sa vie. À Alba, ses professeurs sont contents de sa technique, «une technique basée sur l'expérimentation et la remise en question de ce que je perçois comme art. J'ai toujours envie de déconstruire l'art», précise-t-elle.

img 1
Dana Hassan. (Photo fournie)

Cette déconstruction n'est pas le fruit du hasard, mais d'un travail méticuleux. En octobre 2019, elle reçoit les honneurs de la Banque mondiale en étant sélectionnée avec quatorze autres artistes internationaux pour exposer son œuvre If Not Now, When? à Washington. Elle aime questionner les normes. Elle a ainsi demandé que son œuvre soit exposée horizontalement sur une surface plane et non suspendue verticalement. C'est grâce aux concours d’art internationaux que son nom a pu émerger de Washington jusqu'à Nicosie en passant par Londres et Venise.

Le départ forcé de la capitale libanaise durant la guerre civile libanaise a provoqué chez Dana Hassan une déchirure à laquelle elle continue de faire écho dans son œuvre.

La centralité de Beyrouth dans son œuvre s’est accentuée après l'explosion du port le 4 août 2020. «Cette explosion m'a plongée dans mon enfance et dans des blessures que je pensais enfouies à jamais.» Elle écume les rues de Beyrouth afin de mettre en lumière les tissus urbains représentés comme des strates de mémoire. La métaphore de Beyrouth en tant que mère est prégnante notamment dans la pièce Ode to a Mother exposée au Venice International Art Fair en 2020.

img 1
Beyrouth et les strates de mémoire. If Not Now, When? a été exposé au quartier-général de la Banque mondiale à Washington en octobre 2019. (Photo fournie)

La primauté de la narration

La narration est au cœur de son processus artistique. Véritable fil conducteur, elle précède la peinture et indique implicitement un mode d'expression. Lors de l'exposition baptisée «Wall Calls for Peace» au Line Contemporary Art Space à Londres, son œuvre avait pour ambition de montrer une ville qui unit les habitants sous un même toit. 

img 1
Beyrouth et le tissu urbain. Cette œuvre met en lumière tout le travail de terrain entrepris par Dana Hassan. Comme son nom l'indique Under the Same Roof vise à transformer symboliquement la capitale libanaise en un seul bâtiment. (Photo fournie)

Si son œuvre se cristallise autour de Beyrouth, le message qui en découle est universel. Elle en a fait le constat lors de la dernière exposition à laquelle elle a participé, à Nicosie. «Lors de l’exposition baptisée “Under the same roof”, les gens ont su s'identifier à mon œuvre. Ils ont considéré mon œuvre comme étant un reflet de leur propre pays.» Ses sentiments pour la capitale libanaise ont été amplifiés depuis son départ vers l'île d'Aphrodite. Elle se sent parfois comme déracinée. L'art lui permet d'exprimer ce sentiment si amer. «J'ai récemment peint un tableau dont j'ai déchiré la toile que j'ai ensuite tissée au fur et à mesure.»

La narration continue de guider son pinceau. Elle a pour projet ultérieur de participer à une œuvre collective. «Je veux peindre une toile puis passer le relais à d'autres artistes et ainsi de suite jusqu'à ce que l'œuvre devienne la propriété de toute la communauté.» Dana Hassan, une exploratrice de l'art à sa façon!

 


«Un ours sur Mars?» La Nasa publie une intrigante photo de la planète rouge

Intrigante, la photographie a été prise le mois dernier par le satellite Mars Reconnaissance Orbiter (Photo, AFP).
Intrigante, la photographie a été prise le mois dernier par le satellite Mars Reconnaissance Orbiter (Photo, AFP).
Short Url
  • Le visage de l'ours est en réalité formé par «deux cratères», qui forment les yeux et une «colline» éventrée qui ressemble à un museau
  • Le tout donne l'impression d'apercevoir le visage souriant d'un ourson en peluche

LOS ANGELES: Baloo, Winnie et les Bisounours ont désormais de la compagnie au firmament des ursidés célèbres: une étrange formation géologique ressemblant à une tête d'ourson a été repérée à la surface de Mars par la Nasa.

Intrigante, la photographie a été prise le mois dernier par le satellite Mars Reconnaissance Orbiter de l'agence spatiale américaine, qui tourne en orbite autour de la planète rouge avec la caméra embarquée haute résolution HiRISE, la plus puissante jamais envoyée par l'être humain dans le système solaire.

"Un ours sur Mars?", s'interroge ainsi le compte Twitter du projet HiRISE, qui a publié le cliché mercredi.

Selon les scientifiques de l'université d'Arizona, qui pilotent le projet, le visage de l'animal est en réalité formé par "deux cratères", qui forment les yeux et une "colline" éventrée qui ressemble à un museau. Ces éléments sont entourés par une "fracture circulaire", qui délimite les contours de la tête et pourrait être formée par un dépôt de lave ou de boue.

Le tout donne l'impression d'apercevoir le visage souriant d'un ourson en peluche. Un sacré hasard, pour donner une formation géologique qui s'étale sur deux kilomètres.

La caméra HiRISE est l'un des six instruments embarqués par ce satellite de la Nasa, qui tourne autour de Mars depuis 2006. Ultra-précise, elle permet de prendre des clichés très détaillés pour cartographier la surface de la planète rouge en vue de futures missions menées par des robots ou des humains.

Depuis dix ans, les scientifiques qui la gèrent ont par exemple pu photographier des avalanches sur Mars, et ont découvert des traces sombres qui pourraient être de l'eau salée s'écoulant le long de ravines.

Ils ont également repéré des tourbillons de poussière sur la surface de la planète, et une autre formation géologique qui ressemble étrangement à l'insigne de la force Starfleet, chargée d'explorer l'espace dans la série télévisée Star Trek.

Mais même avec des images en haute définition, les petits bonshommes verts censés peupler Mars dans l'imaginaire populaire s'avèrent jusqu'ici introuvables.