Daech pourrait se servir des NFT pour faire de la propagande, alertent les experts

Daech pourrait se tourner vers le marché des jetons non fongibles (NFT) pour diffuser sa propagande (Photo, Shutterstock/AFP).
Daech pourrait se tourner vers le marché des jetons non fongibles (NFT) pour diffuser sa propagande (Photo, Shutterstock/AFP).
Short Url
Publié le Mardi 06 septembre 2022

Daech pourrait se servir des NFT pour faire de la propagande, alertent les experts

  • Les experts craignent que la technologie ne soit exploitée par Daech pour diffuser des messages terroristes
  • Les nouvelles technologies comme les NFT et la blockchain ont suscité de nombreuses critiques en raison de leur faible niveau de sécurité

LONDRES: Selon les experts du terrorisme et du renseignement, Daech pourrait se tourner vers le marché des jetons non fongibles (NFT) pour diffuser sa propagande. Cette mise en garde est survenue après qu'une annonce numérique félicitant le groupe terroriste d'avoir attaqué un convoi de talibans a été détectée sur plusieurs plateformes NFT.

La nouvelle a été reçue avec grande inquiétude. En effet, les experts craignent, en raison de la nature de la blockchain, que la technologie ne soit exploitée par Daech pour diffuser des messages terroristes.

D'après les analystes du renseignement, le NFT pourrait indiquer que Daech ainsi que d'autres organisations terroristes adoptent la technologie blockchain pour éviter les sanctions et générer des liquidités pour leurs entreprises.

«Depuis que j'ai remarqué, en 2016, que des efforts étaient déployés dans l'espace des crypto-monnaies pour permettre la publication de contenus médiatiques sur les blockchains, j'ai eu l'impression que les groupes terroristes finiraient par utiliser cette capacité pour publier des messages», a révélé Yaya Fanusie, ancien analyste économique et antiterroriste à la CIA, à Arab News. «Ce n'était qu'une question de temps».

Les NFT sont des articles numériques qui appartiennent à la personne qui les achète, et dont l'enregistrement de l'achat est conservé dans un grand livre public inaltérable, la blockchain. Même si les transactions peuvent être retracées, elles ont la particularité d'être irréversibles et les personnes qui les échangent utilisent souvent des pseudonymes.

Le NFT en question, «IS-NEWS #01», a d'abord été découvert par Raphael Gluck, cofondateur de Jihadoscope, une société qui surveille l'activité des djihadistes sur le web et les réseaux sociaux, et qui a trouvé le NFT sur des comptes de réseaux sociaux pro-ISIS.

«IS-NEWS #01» a été créé par un partisan du groupe et comporte un message dans lequel les militants islamiques basés en Afghanistan sont félicités pour l'attaque qu'ils ont menée contre une position des talibans à Kaboul.

Ce partisan a créé deux autres NFT, dont l'un montre un technicien portant une combinaison de laboratoire et un masque à gaz qui, selon les experts, pourrait être un combattant de Daech expliquant à des étudiants comment fabriquer des explosifs.

Les responsables des services de renseignement américains estiment qu'il s'agit d'une «expérience visant à tester une nouvelle stratégie d'approche et de financement pour Daech». Par ailleurs, les analystes pensent que les trois NFT sont une tentative des partisans de Daech de voir si les marchés des NFT interdiraient ou limiteraient la disponibilité du contenu.

«Il s'agit bien d'une expérience... pour trouver des moyens de rendre le contenu indestructible», dit Gluck.

Bien qu'ils ne soient pas disponibles à l'achat, les trois jetons numériques ont été affichés sur plusieurs plateformes NFT, dont Rarible et OpenSea, et en ont ensuite été retirés.

La place de marché OpenSea a immédiatement retiré les objets de collection numériques et fermé le compte du créateur. La société a ensuite publié une déclaration indiquant que la plateforme avait une «politique de tolérance zéro vis-à-vis de l'incitation à la haine et à la violence».

Toutefois, les NFT sont toujours disponibles sur une plateforme appelée IPFS, un réseau pair-à-pair conçu pour stocker et récupérer des données sur Internet, ce qui rend presque impossible leur élimination totale du réseau.

«Personne ne peut rien faire pour détruire ces NFT», indique Mario Cosby, analyste de blockchain. «Ils sont à l'abri de la censure».

Les organisations militantes de la région ont eu du mal à maintenir une source de revenu fiable. Cela les a donc incitées à axer leurs opérations sur la diffusion de fausses informations et de campagnes sur Internet pour stimuler leurs efforts de collecte de fonds.

Les nouvelles technologies comme les NFT et la blockchain ont suscité de nombreuses critiques en raison de leur faible niveau de sécurité. Les experts ont déjà fait part de leur inquiétude quant à l'utilisation potentielle de ces technologies par des organisations terroristes et d'autres groupes criminels.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Peur, épuisement et pénurie de munitions dans l'Est ukrainien après deux ans de guerre

Peur, épuisement et pénurie de munitions dans l'Est ukrainien après deux ans de guerre
Short Url
  • Les défenses ukrainiennes tremblent, affaiblies par le manque d'hommes et de munitions
  • Depuis des mois, les mauvaises nouvelles s'accumulent: l'échec de la contre-offensive estivale de Kiev, le tarissement de l'aide occidentale, les pénuries d'armements…

KOSTIANTYNIVKA: Lioudmyla Polokova erre parmi les décombres de son école, frappée en janvier par deux missiles russes. L'enseignante sait qu'il est loin le jour où, peut-être, y résonneront de nouveau des rires d'enfants.

Marchant sur le sol jonché de bris de verre et de pages arrachées, elle raconte son épuisement, après deux années à vivre avec les bombes russes qui s'abattent sur sa ville de Kostiantynivka et sur le reste du Donbass ukrainien.

A 18 kilomètres de là, sur le front, les forces russes sont à l'offensive. Les défenses ukrainiennes tremblent, affaiblies par le manque d'hommes et de munitions.

"Nous sommes fatigués d'entendre que nos hommes meurent. Nous sommes fatigués de voir tout ça de nos propres yeux, de ne pas dormir la nuit à cause du bruit, à cause des missiles", confie à l'AFP cette prof de 62 ans depuis la cour d'école, qui surplombe un cimetière et des cheminées d'usines soviétiques.

Elle veut encore croire en "des jours meilleurs", alors que l'Ukraine marquera le 24 février le deuxième anniversaire de l'invasion russe. Mais dans toute la région, un sentiment croissant d'abattement est palpable.

Depuis des mois, les mauvaises nouvelles s'accumulent: l'échec de la contre-offensive estivale de Kiev, le tarissement de l'aide occidentale, les pénuries d'armements, la consolidation de la machine de guerre russe, et désormais aussi la chute d'Avdiïvka, ville forteresse ukrainienne abandonnée aux Russes le 17 février.

Et chez les soldats ukrainiens, le sentiment de vaciller au bord d'un abîme grandit.


«Nous devrions tous les tuer», réagit un membre du Congrès américain sur Gaza

Andy Ogles est connu pour son soutien ferme et inconditionnel à Israël (Photo, AFP).
Andy Ogles est connu pour son soutien ferme et inconditionnel à Israël (Photo, AFP).
Short Url
  • Les propos d’Ogles sont «révélateurs de la complicité de Washington» dans les souffrances des habitants de Gaza, avertissent les experts
  • Une vidéo controversée révèle que les États-Unis ont opposé leur veto à la résolution de l’ONU sur le cessez-le-feu pour la troisième fois

LONDRES: Un membre du Congrès américain a suscité l’indignation après avoir lancé «Nous devrions tous les tuer» en référence aux Palestiniens de Gaza.

Mardi, le représentant américain de la cinquième circonscription du Tennessee, Andy Ogles, a été approché par un groupe d’activistes propalestiniens à Washington.

L’un d’entre eux lui a dit: «J’ai vu les images de corps d’enfants déchiquetés. C’est l’argent que je paye en impôts qui va bombarder ces enfants.»

«Vous savez quoi? Je pense que nous devrions tous les tuer, si cela peut vous rassurer. Le Hamas et les Palestiniens attaquent Israël depuis vingt ans. Il est temps de payer les pots cassés», a répondu Ogles.

La vidéo choquante du membre républicain du Congrès a suscité une condamnation générale sur les réseaux sociaux, les experts avertissant que les propos d’Ogles sont révélateurs de la complicité de Washington dans les souffrances des habitants de Gaza. 

«Pour ceux d’entre vous qui se demandent comment les nazis, Daech, etc. peuvent tuer des gens sans discernement, vous voyez maintenant des dirigeants et des personnes éminentes dans les sociétés démocratiques soi-disant éclairées démontrer que l’adhésion aveugle à toute idéologie peut transformer des gens ordinaires en monstres diaboliques», a écrit Faisal Kutty, avocat, auteur et défenseur des droits de l’homme, sur la plate-forme X.

«Ces personnes ont toutes vendu leur âme au plus offrant», a-t-il ajouté.

Indignation

Ogles, connu pour son soutien ferme et inconditionnel à Israël, a déjà voté en faveur de la censure de la députée Rashida Tlaib, accusée d’avoir soutenu l’attaque menée par le Hamas contre Israël le 7 octobre. Ogles a également proposé une loi visant à empêcher les Palestiniens d’entrer aux États-Unis.

L’indignation suscitée par les propos d’Ogles survient alors que l’administration Biden est de plus en plus critiquée pour avoir opposé son veto à une résolution sur le cessez-le-feu au Conseil de sécurité de l’ONU. Il s’agit du troisième veto américain depuis le 7 octobre.

L’Unicef a mis en garde contre une augmentation potentielle des décès évitables d’enfants à Gaza en raison de la malnutrition et de la maladie. Jason Lee, de l’ONG Save the Children, a qualifié la situation d’«astronomique» et a averti qu’aucun mot ne pouvait décrire l’ampleur de la mort et de la destruction dans l’enclave.

L’armée israélienne aurait tué plus de 12 400 enfants à Gaza depuis le 7 octobre, et plus de 600 000 enfants sont actuellement bloqués à Rafah. Save the Children a révélé le nombre alarmant d’amputations: en moyenne, plus de dix enfants par jour à Gaza ont perdu une jambe ou les deux depuis le mois d’octobre.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Washington va sanctionner plus de 500 entités liées à la «machine de guerre» russe

Les Etats-Unis annonceront vendredi de nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie, visant plus de 500 entités liées "à ses soutiens et à sa machine de guerre" (Photo, AFP).
Les Etats-Unis annonceront vendredi de nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie, visant plus de 500 entités liées "à ses soutiens et à sa machine de guerre" (Photo, AFP).
Short Url
  • La Maison Blanche avait indiqué plus tôt dans la journée que des sanctions majeures contre la Russie seraient annoncées vendredi
  • Joe Biden a rencontré jeudi à San Francisco la veuve et la fille d'Alexeï Navalny

WASHINGTON: Les Etats-Unis annonceront vendredi de nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie, visant plus de 500 entités liées "à ses soutiens et à sa machine de guerre", a indiqué jeudi à l'AFP une porte-parole du département américain du Trésor.

"Il s'agira de la tranche la plus importante depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par Poutine", a-t-elle précisé, soulignant que ces sanctions seront prises à la fois par le département du Trésor et par le département d'Etat.

La Maison Blanche avait indiqué plus tôt dans la journée que des sanctions "majeures" contre la Russie seraient annoncées vendredi, en réponse au décès de l'opposant russe d'Alexeï Navalny, mais aussi pour marquer les deux années écoulées depuis l'invasion de l'Ukraine.

Le président américain Joe Biden a rencontré jeudi à San Francisco la veuve et la fille d'Alexeï Navalny. Le démocrate de 81 ans a accusé le président russe Vladimir Poutine d'être "responsable" de sa mort, annoncée le 16 février.

"Nous avons déjà des sanctions mais nous sommes en train d'en considérer des supplémentaires", avait-il déjà dit lundi.

Les Etats-Unis et l'Union européenne appliquent déjà une batterie de sanctions contre Moscou depuis le déclenchement de la guerre consécutive à l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février 2022.

L'administration Biden assure régulièrement l'Ukraine de son soutien, mais l'aide militaire américaine de 60 milliards de dollars est actuellement bloquée au Congrès.

Le Royaume-Uni, de son côté, a annoncé jeudi des sanctions supplémentaires contre la Russie, visant plus de 50 personnalités et entreprises, notamment dans des secteurs qui permettent à l'armée russe de se fournir en munitions, missiles et explosifs, et des "sources clés de revenus pour la Russie", comme le commerce de métaux, de diamants et de ressources énergétiques.

Londres a également annoncé de nouvelles livraisons de missiles aux Ukrainiens.