Au procès de l'attentat de Nice, la revendication «opportuniste» de l'Etat islamique

Ce croquis d'audience réalisé le 5 septembre 2022 montre les accusés Enkeledja Zace, Artan Henaj, Maksim Celaj, Chokri Chafroud, Endri Elezi, Ramzi Arefa et Mohamed Ghraieb alors qu'ils assistent à la journée d'ouverture du procès des suspects de l'attentat au camion de Nice en 2016, qui a fait 86 morts et plus de 400 blessés, au palais de justice de Paris. (AFP).
Ce croquis d'audience réalisé le 5 septembre 2022 montre les accusés Enkeledja Zace, Artan Henaj, Maksim Celaj, Chokri Chafroud, Endri Elezi, Ramzi Arefa et Mohamed Ghraieb alors qu'ils assistent à la journée d'ouverture du procès des suspects de l'attentat au camion de Nice en 2016, qui a fait 86 morts et plus de 400 blessés, au palais de justice de Paris. (AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 08 septembre 2022

Au procès de l'attentat de Nice, la revendication «opportuniste» de l'Etat islamique

  • Un enquêteur de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), témoignant par visioconférence sous couvert de l'anonymat, a décortiqué jeudi devant la cour d'assises spéciale de Paris cette revendication «opportuniste»
  • A l'époque, comme l'ont souligné d'autres enquêteurs devant la cour, le groupe jihadiste, «attaqué de tous les côtés», était en perte de vitesse

PARIS : Le 16 juillet 2016 à 10H15, deux jours après l'attentat au camion-bélier sur la promenade des Anglais de Nice, un communiqué du groupe Etat islamique (EI) revendiquait le massacre commis par le Tunisien Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, un homme sans convictions religieuses selon son entourage.

Un enquêteur de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), témoignant par visioconférence sous couvert de l'anonymat, a décortiqué jeudi devant la cour d'assises spéciale de Paris cette revendication "opportuniste".

A l'époque, comme l'ont souligné d'autres enquêteurs devant la cour, le groupe jihadiste, "attaqué de tous les côtés", était en perte de vitesse.

Mais cela ne l'empêchait pas d'appeler ses sympathisants à tuer les "incroyants", "en particulier les méchants et sales Français", par "tous les moyens" en "les  écrasant avec une voiture" notamment. Dans ce contexte, l'attentat de Nice est tombé à pic pour l'organisation.

La première revendication, a détaillé l'enquêteur, a été émise par "l'agence de presse" de l'EI, Amaq. En arabe, puis en français, un bref communiqué évoquait une "opération d'écrasement à Nice" par "un soldat de l'EI".

"C’est la plus haute hiérarchie de l’EI qui s'exprime par ce biais", fait remarquer l'enquêteur.

Un peu plus tard, le bulletin d'information de la radio de l'EI, Al-Bayan, revendique à son tour l'attentat.

Dans ce document audio, diffusé jeudi dans la salle d'audience, on parle d'"un soldat du califat" qui a mené "une opération spéciale en utilisant un poids-lourd pour écraser les citoyens de la France croisée". Le nom de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel n'est pas cité.

«Aucune allégeance explicite»

D'abord diffusé en arabe, le communiqué radiophonique est ensuite lu en français par le jihadiste originaire de Seine-Saint-Denis Adrien Guihal, qui a rejoint la Syrie en 2015.

C'est le même Adrien Guihal, 37 ans aujourd'hui, qui avait revendiqué au nom de l'EI l'attentat de Magnanville, qui avait coûté la vie à un couple de policiers en juin 2016.

Un avocat de parties civiles aimerait savoir si la DGSI a pu interroger Adrien Guihal, détenu depuis 2018 par les forces kurdes. "Non", répond l'enquêteur, "aucun canal judiciaire" ne le permet.

L'agent de la DGSI note les différences entre la revendication "opportuniste" de l'attentat de Nice et d'autres revendications du groupe Etat islamique.

Ainsi, l'expression "soldat du califat" ou "soldat de l'EI" est un terme un peu "attrape-tout", dit l'enquêteur. La revendication des attentats du 13-Novembre parlait des "lions du califat", terme accordé par l'EI à ses combattants aguerris.

"Le massacre du 14 juillet coche toutes les cases de l'attentat inspiré, que l'Etat islamique découvre en même temps que tout le monde", poursuit l'enquêteur.

Par rapport aux revendications d'attentats "projetés" (comme ceux du 13 novembre 2015) ou "soutenus" (comme l'attentat de l'Hypercacher en janvier de la même année), la revendication de l'attentat de Nice ne comporte aucun signe d'allégeance de son auteur à l'EI.

"Il n'y a aucune allégeance explicite ou signe ou symbole de ralliement à cette idéologie au moment de son passage à l'acte", fait remarquer un avocat de la défense.

"Il était consommateur assidu de propagande de l'EI au moment des faits, donc ça a nécessairement joué un rôle", se défend l'enquêteur, tout en reconnaissant que la fascination du Tunisien pour l'EI ne constitue "pas forcément la motivation unique de son geste".

"J'ai bien conscience de sa personnalité complexe, multi-facettes, mais parmi elles, il y avait sa fascination pour l’EI", insiste-t-il.


Le paracétamol, emblème des craintes concernant l'accès aux médicaments

De janvier à novembre, Sanofi observe une augmentation de 47% des demandes de livraisons de Doliprane sur la gamme pédiatrique de la part des pharmacies françaises. (AFP)
De janvier à novembre, Sanofi observe une augmentation de 47% des demandes de livraisons de Doliprane sur la gamme pédiatrique de la part des pharmacies françaises. (AFP)
Short Url
  • Face à des tensions d'approvisionnement, les autorités ont recommandé aux pharmaciens, courant novembre, de ne pas vendre plus de deux boîtes par patient
  • En cause, la menace d'une triple épidémie mêlant grippe, Covid-19 et bronchiolite, qui pèse en particulier sur les formes pédiatriques

PARIS: Peut-on encore trouver du Doliprane en France ? Face à des pénuries croissantes de médicaments, l'antidouleur préféré des Français cristallise les craintes des patients.

Le paracétamol est omniprésent dans les armoires à pharmacie. Le Doliprane, sa version produite par le laboratoire français Sanofi, était même en tête des marques préférées des Français en 2021, devant Samsung et Doctolib, selon un sondage Yougov.

Mais face à des tensions d'approvisionnement, les autorités ont recommandé aux pharmaciens, courant novembre, de ne pas vendre plus de deux boîtes par patient. En cause, la menace d'une triple épidémie mêlant grippe, Covid-19 et bronchiolite, qui pèse en particulier sur les formes pédiatriques.

"Cette pénurie est mondiale, elle est liée à une pénurie de médicaments et de paracétamol en particulier, liée à la crise de la Covid, qui a modifié de manière importante les comportements de consommation et la distribution entre la ville et l'hôpital", a souligné devant le Sénat, mercredi, Roland Lescure, le ministre de l'Industrie.

Substitution 

Il y a, notamment, une explosion de la demande. De janvier à novembre, Sanofi observe une augmentation de 47% des demandes de livraisons de Doliprane sur la gamme pédiatrique de la part des pharmacies françaises. Le laboratoire, qui produit plus d'un million de boîtes de cet antalgique par jour, dit faire tourner le site de Lisieux, en Normandie, à pleine capacité 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

Le laboratoire Upsa note lui aussi une progression de l'activité. Il explique avoir ainsi doublé en 2022 sa production de paracétamol, l'Efferalganmed pédiatrique. Mais le laboratoire admet "au regard de l'importance et la soudaineté des ruptures actuelles des références d'autres opérateurs, qu'il ne pourra absorber l'ensemble des volumes actuellement en rupture."

Quelles conséquences dans les pharmacies ? "Pour les formes adultes de paracétamol, il existe plein de solutions de substitution", rappelle Philippe Besset, président de la FSPF, premier syndicat des pharmaciens.

Mais "sur la forme pédiatrique, 95% du marché est produit par Sanofi, il n'est pas possible de reporter tous les volumes sur un autre acteur", dit-il à l'AFP, expliquant n'avoir plus de Doliprane en suppositoires depuis deux mois dans sa pharmacie.

"Ce n'est pas un problème de production" mais "surtout de distribution", a expliqué sur BFM TV vendredi François Braun, le ministre de la Santé, pointant du doigt les effets d'un "mouvement social" dans la distribution.

Interrogé, Sanofi a souligné de son côté que le mouvement social en cours dans le groupe n'impactait pas les sites produisant cet antalgique, reconnaissant quelques ralentissements sur un des sites de distribution en France, mais pas de nature à créer des pénuries en pharmacie.

François Braun a appelé à éviter tout mouvement de panique. "Hier, en une journée, ont été consommées trois journées de stock", a-t-il regretté.

Les autorités ont convenu de faire temporairement passer les commandes par les grossistes-répartiteurs pour la suspension pédiatrique, afin de mieux répartir les lots sur le territoire.

Apaiser les craintes 

En réalité, le paracétamol n'est pas seul concerné par les ruptures d'approvisionnement. Le phénomène frappe notamment certains antibiotiques, au risque d'un problème majeur de santé publique selon certains médecins. Sont aussi concernés des insulines, un traitement de tumeurs de la vessie...

Mais le paracétamol a un statut emblématique qui cristallise les inquiétudes.

"C'est le produit d'une histoire", remarque auprès de l'AFP Etienne Nouguez, sociologue à Sciences Po, qui a notamment travaillé sur les médicaments. "Il y a l'idée que le Doliprane, parmi tous les antalgiques, est le moins à risque, ce qui conduit à oublier que cela peut être dangereux aussi" en cas de surconsommation, dit-il.

Le sociologue voit dans ce médicament "une arme aux mains des médecins et des parents pour gérer la bobologie et tous les inconforts. C'est un objet du quotidien, qui apaise les angoisses si l'enfant a mal à la tête. Manquer de cet objet-là n'est pas seulement un risque pour la santé de l'enfant mais cela met en danger le fonctionnement interne de la famille", analyse-t-il.

En 2021, le président Macron avait annoncé un plan de souveraineté sanitaire, comprenant la relocalisation en France du principe actif du paracétamol. Mais les fabricants de génériques ne sont pas convaincus, estimant que les prix trop bas pour leurs produits ne permettent pas le maintien de l'activité sur le territoire.


Fête des lumières à Lyon: poésie, humour et... sobriété énergétique

Une procession religieuse lors de l'édition annuelle de la Fête des Lumières à Lyon, dans le centre-est de la France, le 8 décembre 2022. (AFP)
Une procession religieuse lors de l'édition annuelle de la Fête des Lumières à Lyon, dans le centre-est de la France, le 8 décembre 2022. (AFP)
Short Url
  • Deux millions de visiteurs, à 70% originaires de la métropole lyonnaise d'après la mairie, sont attendus jusqu'à dimanche soir, curieux de découvrir les 30 œuvres présentées
  • La Tribune de Lyon se félicitait cette semaine du maintien de la fête, «exception heureuse à la sobriété». «On se rattrapera dès lundi, c'est promis», assure l'hebdomadaire local

LYON: Un champ de lucioles, un chat sorti du métaverse, des œuvres d'art qui chantent ACDC et Dalida... la Fête des lumières prend ses quartiers jeudi à Lyon, sous le signe de la poésie, de l'humour mais aussi de la sobriété énergétique.

"La Fête des lumières fait partie de l'ADN de la ville, pour nous c'est vraiment important de la maintenir", a soutenu le maire EELV Grégory Doucet, qui prône par ailleurs les économies d'énergie pour sa ville cet hiver.

Dans le centre, où un espace piétonnier favorise les déambulations nocturnes, ou dans le parc de la Tête d'Or, des œuvres lumineuses sont installées un peu partout, tandis que des bâtiments se transforment en écrans géants.

Sur la façade de la cathédrale Saint-Jean, "Time", petit bijou artistique conçu à partir d'algorithmes génératifs, invite à réfléchir sur le temps qui passe. Sur la place des Terreaux, on peut se déhancher au son de Britney Spears ou de Diam's interprétées par des... portraits du musée des Beaux-Arts. Ailleurs, une installation alerte sur le dérèglement climatique.

Deux millions de visiteurs, à 70% originaires de la métropole lyonnaise d'après la mairie, sont attendus jusqu'à dimanche soir, curieux de découvrir les 30 œuvres présentées, dont 17 nouvelles collaborations, avec des artistes venus de France, d'Espagne, d'Italie ou du Congo.

Mais alors que la crise énergétique a imposé la sobriété comme mot d'ordre, la tenue de cette Fête des lumières dans une municipalité écologiste n'est-elle pas paradoxale?

«Moment fédérateur»

Lyon "est engagée dans un plan de sobriété" qui vise "à baisser de 10% nos consommations énergétiques sur un an. On a déjà commencé en régulant les températures de chauffe (des bâtiments publics), en baissant l'éclairage public, y compris en éteignant la nuit entre 02H00 et 04H30", explique M. Doucet.

"La Fête des lumières a une consommation relativement limitée: la facture d'électricité, c'est 3.500 euros", soit seulement 0,1% de la facture annuelle d'électricité pour l'éclairage, "car les œuvres sont essentiellement basées sur la technologie LED", "très peu énergivore", affirme-t-il. Au total, le budget de la Fête s'élève à près de 3 millions d'euros.

Et surtout, "c'est un moment populaire, fédérateur", justifie le maire, en évoquant une édition 2022 encore plus inclusive et accessible.

La Tribune de Lyon se félicitait cette semaine du maintien de la fête, "exception heureuse à la sobriété". "On se rattrapera dès lundi, c'est promis", assure l'hebdomadaire local.

Interrogée par l'AFP, Anne-Marie Ducroux, présidente de l'association ANPCEN qui plaide pour la sobriété lumineuse, ne se dit pas opposée à ce type d'événements, mais juge essentiel qu'ils soient gérés "de manière responsable et raisonnable avec des horaires adaptés, une prévention des lumières intrusives et une réduction des puissances utilisées", car au motif que les dispositifs "économisent des kilowattheures par rapport aux années précédentes, on s'autorise soit à en mettre plus, soit plus longtemps, soit de manière plus puissante".

Tournant

Rappelant qu'aux origines de cette fête en hommage à la Vierge Marie, les Lyonnais allumaient des lumignons à leurs balcons ou fenêtres, Mme Ducroux souligne qu'elle est devenue une fête "touristique, économique"; elle ne verrait ainsi pas d'un mauvais œil qu'elle redevienne davantage ce qu'elle était.

"On incite chaque année les habitants à mettre des lumignons", mais "on ne peut pas revenir à des temps différents", estime Julien Pavillard, directeur des événements à Lyon. "On peut être sobre, mais il ne faut pas oublier qu'une fête ça apporte beaucoup d'énergie".

Pourtant, reconnaît-il, "une réflexion est en cours sur comment les festivals lumière peuvent évoluer, car on sent qu'on est à un tournant, comme la société en général".

Le futur de ces festivals sera ainsi le thème du Lyon Light Festival Forum, organisé jeudi et vendredi par l'association internationale LUCI.

"On a des enjeux forts. Il va falloir faire mieux avec moins: comment réduire l'impact environnemental dans les productions, les technologies, les matériels utilisés?", explique Mark Burton-Page, directeur général de LUCI, qui fédère 35 festivals lumière.

Des initiatives sont déjà en cours. A Eindhoven, aux Pays-Bas, le festival Glow, en novembre, a éteint ses installations une heure plus tôt hors week-ends, tandis que celui de Berlin assure avoir utilisé cette année 75% d’électricité de moins que durant son édition précédente.


Emmanuel Macron, seul dirigeant occidental à la conférence franco-arabe sur l’Irak à Amman

Le président irakien Barham Saleh (à droite) partage un moment de détente avec son homologue français Emmanuel Macron lors de leur conférence de presse conjointe après leur rencontre du 28 août 2021 à Bagdad. (Photo de Ludovic MARIN / AFP)
Le président irakien Barham Saleh (à droite) partage un moment de détente avec son homologue français Emmanuel Macron lors de leur conférence de presse conjointe après leur rencontre du 28 août 2021 à Bagdad. (Photo de Ludovic MARIN / AFP)
Short Url
  • L’objectif de la conférence est de réunir autour d’une même table les pays voisins de l’Irak
  • En ce qui concerne la France et son président, la conférence a lieu à un moment de grande dégradation des relations avec l’Iran

PARIS: Accaparé tout au long des derniers mois par la guerre en Ukraine, le président français, Emmanuel Macron, a choisi de clôturer son année diplomatique par un voyage au Moyen-Orient.
À la suite d’un entretien téléphonique entre le président et le Premier ministre irakien, Mohammed Chia al-Soudani, le palais de l’Élysée a confirmé le 4 décembre la préparation d’une prochaine conférence pour la coopération et le partenariat entre les pays limitrophes de l’Irak.

Cette conférence en format dit «de Bagdad» se tiendra pourtant à Amman pour des raisons liées à la faible sécurité qui règne dans la capitale irakienne.
La conférence réunira, selon des sources diplomatiques françaises, «les principaux dirigeants de la région avant la fin de l’année» en présence de M. Macron, seul chef d’État occidental présent parmi les participants.

Aucun autre détail n’a été dévoilé, étant donné que le sommet est à ce stade au centre de tractations intenses entre les parties prenantes.
Des sources parisiennes informées avancent toutefois la date du 20 décembre pour la tenue de la conférence, avec la participation à haut niveau de l’Arabie saoudite, de l’Égypte, de la Turquie, de l'Iran, des Émirats arabes unis (EAU), du Qatar, du Koweït ainsi que de la France, et de la Jordanie en tant que pays hôte.

L’objectif de cette conférence est de réunir autour d’une même table les pays voisins de l’Irak pour débattre dans un cadre informel des conflits qui les opposent et de faire évoluer la paix et la stabilité dans la région.
Dans le cadre de cette initiative, lancée par l’ancien Premier ministre irakien, Moustapha al-Kadhimi, et adoubée par le président français, une première réunion s’est tenue à Bagdad en août 2021.
Malgré l’ombre provoquée par la chute de Kaboul aux mains des talibans et la débâcle suscitée par le retrait américain d’Afghanistan, la conférence s’était tenue dans un climat apaisé.

Dialogue et portes ouvertes

Le président Macron l’avait lui-même concédé, lors de la conférence de presse qu’il avait tenue à l’issue de la réunion, affirmant qu’il y avait eu auparavant un vrai travail «d’approche et d’engagement» de la part de l’Irak et de la France «à l’égard de l’ensemble des parties prenantes».
Il avait également estimé qu’il y avait eu «une prise de conscience de toutes les puissances de la région que le contexte de l’époque imposait de réengager des discussions et de coopérer».

C’est ainsi qu’on avait vu lors de cette conférence le ministre des Affaires étrangères de l’Arabie saoudite, Faisal ben Farhane, et l’ancien ministre des Affaires étrangères de l’Iran, Mohammed Jawad Zarif, réunis pour la première fois depuis longtemps autour d’une même table pour parler et échanger.

Ce genre d’exercice ne pouvait que séduire Emmanuel Macron, qui est lui-même un dirigeant qui privilégie la voie du dialogue et des portes ouvertes.
Ce n’est d’ailleurs pas un hasard qu’il soit le seul dirigeant occidental à maintenir des contacts suivis avec le président russe, Vladimir Poutine, malgré la guerre que mène la Russie en Ukraine.
Il est par conséquent logique qu’il cherche à perpétuer l’esprit de la conférence de Bagdad, précisément dans le contexte particulièrement tendu qui règne dans la région.
Il est également important pour lui de montrer que la guerre en Ukraine n’entrave pas sa capacité à s’occuper des problèmes du Moyen-Orient.

Les prémices de cette volonté ont été exprimées publiquement au mois de septembre dernier, à l’issue des entretiens que M. Macron a eus avec le roi Abdallah II de Jordanie.
L’Élysée avait annoncé que les deux dirigeants appelaient à la tenue dans «les meilleurs délais» d’une nouvelle conférence sur les enjeux au Moyen-Orient dans le format de «Bagdad».
C’est chose faite ou presque, car la tension régionale et les menaces sont telles qu’il n’est pas impossible qu’un incident vienne torpiller la conférence, d’où l’extrême réserve des sources officielles françaises à s’exprimer sur le sujet.

Dégradation des relations avec l’Iran

Un rapide tour d’horizon suffit pour constater le sérieux de la menace militaire qui plane sur la région.
L’Irak a récemment essuyé des raids aériens turcs contre des positions de combattants kurdes, ainsi qu’une série de frappes iraniennes contre des groupes d’opposition kurdes iraniens basés au Kurdistan irakien.
Par ailleurs, les dernières élections législatives ont donné lieu à une véritable modification du pouvoir irakien.
Contrairement à M. Al-Kadhimi qui avait pour objectif de ramener l’Irak dans son giron arabe, M. Al-Soudani est connu pour son alignement et sa proximité avec l’Iran dont l’influence s’est notamment renforcée avec sa désignation à la tête du gouvernement.

En ce qui concerne la France et son président, la conférence a lieu à un moment de grande dégradation des relations avec l’Iran.
Les raisons à cela sont multiples et elles relèvent en premier lieu de l’attitude de l’Iran dans les négociations sur le dossier nucléaire. Emmanuel Macron n’a eu de cesse de fustiger ce comportement.
S’ajoute à cela la détention arbitraire par l’Iran de sept ressortissants français, une situation qui a poussé le président français à dénoncer des «mensonges» d’État pour justifier leur arrestation.

Pour sa part, Téhéran n’a pas hésité à qualifier M. Macron de «clown de l’Élysée», exprimant ainsi son indignation face au soutien de la France aux manifestations hostiles au pouvoir iranien.
Dans un tel climat, peut-on s’attendre à des échanges apaisés lors de la prochaine conférence à Amman?