Incendie fixé en Gironde, 400 hectares brûlés en Charente

Un pompier tente d'éteindre un incendie dans une forêt près de Saumos, dans le sud-ouest de la France le 14 septembre 2022 (Photo, AFP).
Un pompier tente d'éteindre un incendie dans une forêt près de Saumos, dans le sud-ouest de la France le 14 septembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 16 septembre 2022

Incendie fixé en Gironde, 400 hectares brûlés en Charente

  • En Charente, plusieurs foyers, toujours actifs, ont ravagé des forêts de pins et de feuillus de trois communes
  • Dans la zone, les autorités ont recensé un total de 16 départs de feu dans la journée

SAUMOS: Dans le Sud-Ouest, plusieurs incendies toujours en cours ont brûlé 400 hectares dans le sud de la Charente jeudi soir, alors que les pompiers de la région, marquée par de multiples feux cet été, venaient de fixer un gigantesque incendie dans le département voisin de la Gironde, quelques heures plus tôt.

En Charente, plusieurs foyers, toujours actifs, ont ravagé des forêts de pins et de feuillus de trois communes situées à une trentaine de kilomètres au sud d'Angoulême, mobilisant quatre Canadair, trois Dash et deux hélicoptères et près de 580 sapeurs-pompiers, a indiqué la préfecture dans un communiqué jeudi soir.

Dans la zone, les autorités ont recensé un total de 16 départs de feu dans la journée, entraînant ce que le journal régional La Charente Libre décrit à ce stade comme "le plus gros incendie qu'ait connu la Charente dans son histoire".

Dans le département voisin de la Gironde, marquée par une série de feux de forêts gigantesques tout au long d'un été historiquement sec, un incendie qui a ravagé 3 400 hectares depuis lundi est désormais "fixé".

"On est sur un feu stabilisé, qui reste dans les limites qui sont celles qu'on lui connait depuis plus de 24 heures, ce qui nous permet de le déclarer fixé", a annoncé vers 17h le sous préfet de Lesparre-Médoc Fabrice Thibier devant la presse.

Sur place, dans cette zone du sud du Médoc située entre la côte Atlantique et l'agglomération bordelaise, "la situation est favorable parce que la météo est bien meilleure", a expliqué le colonel des pompiers de Gironde Charles Lafourcade.

"Un vent d'ouest fort a apporté de l'humidité", avec un taux d'humidité de l'air "supérieur à 50%" tout au long de la journée de jeudi.

Pour vendredi, "on a les mêmes prévisions, donc le feu ne devrait pas bouger. On a des moyens aériens et au sol qui tiennent ce périmètre", a assuré M. Lafourcade, estimant que le feu sera "maîtrisé", c'est-à-dire sous contrôle et sans flammes importantes, d'ici "quelques jours".

Dans les communes de Saumos et Saint-Hélène, situées entre la station balnéaire de Lacanau et Bordeaux, 1 700 personnes sur plus de 1 800 évacuées depuis lundi ont été autorisés à regagner leur domicile dès 18h, a indiqué la préfecture.

Pour le maire de Saint-Hélène Lionel Montillaud, "c'est un immense soulagement parce que les gens ont été inquiets, bousculés par la démarche de les évacuer, ça va les rassurer aussi sur l'état de leur habitation et leur confort évidemment".

«Toutes les pistes explorées»

"On est quand même en risque feu de forêt orange dans le département," a rappelé le sous-préfet Fabrice Thibier. "On réintègre mais avec beaucoup de prudence. On est un peu encore dans la crise puisque le feu n'est pas encore déclaré éteint".

La zone qui a brulé restera interdite d'accès jusqu'à nouvel ordre, pour laisser notamment 700 pompiers et la Défense des forêts contre les incendies (DFCI) abattre des arbres endommagés et arroser les parcelles brûlées.

Une enquête judiciaire a été ouverte sur l'origine de l'incendie et "toutes les pistes sont explorées et aucune n’est plus privilégiée", a indiqué jeudi soir le parquet de Bordeaux à l'AFP, après avoir un temps évoqué "la piste criminelle" en début de semaine.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, selon l'observatoire régional de l'air Atmo Nouvelle-Aquitaine, "un nouveau vent, venu d'ouest, a dirigé le panache de fumée directement vers l'agglomération bordelaise", et "le département doit s'attendre à un dépassement du seuil réglementaire des particules en suspension" également vendredi.

Les odeurs de bois brûlé étaient encore présentes dans l'air de Bordeaux jeudi après-midi.

Ce feu est le quatrième d'ampleur en Gironde cet été. Près de 30 000 hectares avaient déjà brûlé depuis juillet lors de trois gigantesques incendies, à La Teste-de-Buch et Landiras à deux reprises, dans un contexte de sécheresse historique.


La Grande mosquée de Paris réclame une «meilleure protection» des lieux de culte

Un manifestant lève le poing lors d'un rassemblement appelé par le groupe d'ultra-droite français "Les Natifs" place du Panthéon à Paris le 1er décembre 2023, pour rendre hommage à Thomas, un adolescent décédé le 19 novembre 2023 à Crépol après avoir été blessé à l'arme blanche lors d'un bal dans ce petit village de la Drôme. (Photo Geoffroy Van Der HASSELT  AFP)
Un manifestant lève le poing lors d'un rassemblement appelé par le groupe d'ultra-droite français "Les Natifs" place du Panthéon à Paris le 1er décembre 2023, pour rendre hommage à Thomas, un adolescent décédé le 19 novembre 2023 à Crépol après avoir été blessé à l'arme blanche lors d'un bal dans ce petit village de la Drôme. (Photo Geoffroy Van Der HASSELT AFP)
Short Url
  • Vendredi soir, un rassemblement à l'appel d'un groupuscule de l'ultradroite (Les Natifs) en hommage au jeune Thomas tué lors d'une fête de village dans la Drôme a réuni environ 200 personnes place du Panthéon à Paris
  • «Les musulmans de France vivent avec l’angoisse d’être pris pour cibles», alerte encore Chems-eddine Hafiz, dénonçant les «agissements de groupuscules néonazis»

PARIS : La Grande mosquée de Paris a appelé samedi à un «sursaut républicain» pour «déjouer les dérives extrémistes», après des rassemblements d'ultradroite et des tags sur des mosquées, réclamant notamment une «meilleure protection» des lieux de culte musulmans.

Son recteur Chems-eddine Hafiz a exprimé, dans un communiqué, «son extrême préoccupation, au lendemain d’un rassemblement à Paris, très clairement hostile à notre République».

«Des saluts nazis ont été effectués devant le Panthéon (...) Des écoles publiques proches des lieux ont dû être fermées par peur d'attaques. Ce rassemblement est une nouvelle et grave concrétisation des discours de haine qui se propagent par l’intermédiaire de certains médias et de certaines personnalités politiques», accuse-t-il.

Vendredi soir, un rassemblement à l'appel d'un groupuscule de l'ultradroite (Les Natifs) en hommage au jeune Thomas tué lors d'une fête de village dans la Drôme a réuni environ 200 personnes place du Panthéon à Paris, où il a pu se tenir après la suspension par la justice de l'arrêté préfectoral d'interdiction.

«Des croix gammées sont taguées dans nos rues, des lieux de culte sont dégradés et nos concitoyens courent le risque d’être agressés en raison de leurs appartenances réelles ou supposées à une religion. (...) Les musulmans de France vivent avec l’angoisse d’être pris pour cibles», alerte encore Chems-eddine Hafiz, dénonçant les «agissements de groupuscules néonazis».

La Grande mosquée réclame plusieurs mesures, dont «une meilleure protection des lieux de culte musulman et des établissements culturels ou scolaires liés», après des tags constatés à Cherbourg, Valence, Nantes et Millau.

L'institution demande aussi une «meilleure prise en compte des plaintes (...) pour faits de haine et de racisme», qui ne sont selon le recteur «pas toujours considérées comme sérieuses», une «tolérance zéro à l'égard des discours de haine diffusés (...) par les adeptes d’une guerre civile en France», et une lutte «intense» contre ces groupes «animés par la haine de l'autre, en particulier des musulmans et des juifs».


Attaque mortelle près de la Tour Eiffel: Le parquet antiterroriste saisi, l'assaillant en garde à vue

La police judiciaire intervient sur les lieux d'une agression au couteau à Paris le 2 décembre 2023 (Photo, AFP).
La police judiciaire intervient sur les lieux d'une agression au couteau à Paris le 2 décembre 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Un Allemand a été tué et deux personnes ont été blessées samedi soir à Paris dans une attaque au couteau et au marteau près de la tour Eiffel
  • L'assaillant, Armand Rajabpour-Miyandoab, un Français né en 1997 de parents iraniens, a été interpellé peu après les faits et placé en garde à vue

PARIS: Un Allemand a été tué et deux autres personnes ont été blessées samedi soir dans une agression au couteau et au marteau près de la tour Eiffel à Paris, où le parquet antiterroriste (Pnat) s'est saisi de l'enquête sur l'attaque perpétrée par un Français, connu pour islamisme radical et troubles psychiatriques.

L'assaillant, Armand Rajabpour-Miyandoab, un Français né en 1997 de parents iraniens, a été interpellé peu après les faits et placé en garde à vue.

Il s'est attaqué à coups de couteau à un homme de nationalité allemande né en 1999 et s'en est pris à deux autres personnes à coups de marteau, à proximité du pont de Bir Hakeim enjambant la Seine.

Le Pnat a indiqué à l'AFP avoir ouvert une enquête pour assassinat et tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste et pour association de malfaiteurs terroriste criminelle.

Connu pour islamisme radical et troubles psychiatriques, l'agresseur a crié "Allah Akbar" au moment des faits, selon une source policière.

Il aurait dit aux policiers l'ayant interpellé qu'il "ne pouvait plus supporter que les musulmans meurent, tant en Afghanistan qu'en Palestine" et aurait aussi déclaré qu'il "en voulait" pour "ce qui se passait à Gaza" et que la France serait "complice de ce que faisait Israël" là-bas, a précisé le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin lors d'un point presse sur place.

Les enquêteurs vont se pencher sur le suivi médical de l'auteur, un homme au "profil très instable, très influençable", selon une source sécuritaire à l'AFP. "Est-ce qu'il était suivi médicalement comme il aurait dû l'être et comme il l'a été un temps, c'est une question qui se posera?", a dit une source policière à l'AFP.

Cet homme avait déjà été interpellé en 2016 par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour un projet d'action violente à La Défense, à l'ouest de Paris. Il avait été condamné à cinq ans d'emprisonnement et était sorti après quatre ans de détention, selon cette source.

Armand Rajabpour-Miyandoab, qui vivait chez ses parents en Essonne selon Gérald Darmanin, a publié sur les réseaux sociaux une vidéo de revendication de son attaque, ont confirmé à l'AFP des sources policières et sécuritaires.

Dans la vidéo, l'assaillant évoque "l'actualité, le gouvernement, le meurtre de musulmans innocents", a détaillé la source sécuritaire.

A ce stade, les enquêteurs ne savent pas quand elle a été tournée, mais elle a été postée en ligne "concomitamment" au passage à l'acte, selon cette source.

La victime décédée est un touriste allemand, selon Gérald Darmanin.

"L'attaque s'est passée peu après 21H00 entre le quai de Grenelle et Bir Hakeim, l'assaillant s'en est pris à un couple de touristes", a rapporté le ministre de l'Intérieur. "L'homme est décédé sous les coups de couteau" et l'attaquant "s'en est pris à la femme de ce touriste allemand" mais elle a eu la vie sauve "grâce à un chauffeur de taxi qui a vu la scène".

L'assaillant a alors traversé le pont. Poursuivi par les policiers, il a manifestement agressé deux autres personnes dont la vie n'est pas en danger: une personne serait blessée d'un coup de marteau au niveau de l'oeil et une autre serait particulièrement "choquée", selon le récit de Gérald Darmanin.

Les deux blessés sont un Français, âgé d'une soixantaine d'années, et un touriste étranger, a-t-il précisé. La nationalité de ce dernier n'a pas été précisée à ce stade.


«Ras-le-bol !»: Grève nationale des livreurs Uber, qui réclament une meilleure rémunération

Une cinquantaine de livreurs travaillant pour Uber Eats manifestent place de la Bataille de Stalingrad à Paris  (Photo, AFP).
Une cinquantaine de livreurs travaillant pour Uber Eats manifestent place de la Bataille de Stalingrad à Paris (Photo, AFP).
Short Url
  • Malgré le froid, ils étaient quelques dizaines à s'être rassemblés sur la place Stalingrad à Paris
  • «Avec l'inflation, les salaires augmentent partout, on est les seuls à voir notre rémunération baisser»

PARIS: "C'est quoi la prochaine étape, bientôt il faudra payer pour livrer ?" Les chauffeurs Uber ont manifesté samedi à travers la France, pour réclamer une meilleure rémunération après un changement dans l'algorithme du groupe qu'ils estiment désavantageux.

Malgré le froid, ils étaient quelques dizaines à s'être rassemblés sur la place Stalingrad à Paris, chasubles de syndicat sur le dos et pour certains vélo à la main.

"Je suis là pour dénoncer cette nouvelle tarification qui a été faite de manière totalement unilatérale par Uber", a expliqué à l'AFP Adrien, livreur de 37 ans, qui ne souhaite pas donner son nom de famille. Deliveroo et Stuart, "c'est le même délire", a-t-il aussi critiqué.

Depuis le 10 octobre, un nouveau système a été mis en place par Uber Eats dans les agglomérations de Lille, Rouen et Valence, pour "valoriser le temps passé à réaliser la course", a justifié la plateforme.

Généralisée depuis le 1er novembre, cette nouvelle tarification "peut faire varier certaines courses à la hausse et d'autres à la baisse, mais ne vise pas à diminuer la rémunération moyenne par course", avait assuré vendredi à l'AFP Uber Eats, qui dit avoir même noté "une légère augmentation du revenu moyen par course de 1,4%" dans les villes pilotes.

Mais des livreurs évoquent une autre réalité: "J'ai constaté que les courses à un ou deux kilomètres sont payées 2,85 euros sur Uber, alors qu'avant elles étaient à 3,30 euros", a affirmé Adrien, qui utilise Uber depuis 2020 et récemment aussi Deliveroo. "Il y en a ras-le-bol !"

"Avec l'inflation, les salaires augmentent partout, on est les seuls à voir notre rémunération baisser. Ça sera quoi la prochaine étape? 0,50 euro la course? Devoir payer pour livrer?", proteste celui qui a l'impression d'être la "variable d'ajustement" du système.

«Pas rentable»

L'appel à la grève a été lancé par Union-Indépendants, la fédération CGT Transports et SUD Commerces. Des rassemblements de livreurs grévistes sont prévus samedi et dimanche, notamment à Paris, Bordeaux, Nice, Strasbourg, Lyon, Toulouse, Marseille et Armentières, dans le nord de la France.

Des mouvements de protestation de livreurs indépendants, qui sont en France quelque 65.000 à passer par Uber Eats, avaient déjà eu lieu en novembre.

A Bordeaux, une vingtaine de livreurs, accompagnés d’une dizaine de militants de la CGT et du porte-parole du NPA Philippe Poutou, se sont eux aussi réunis place de la Victoire en fin de matinée pour réclamer l’amélioration de leur rémunération et de leurs conditions de travail.

"Ce n'est pas un travail rentable. Tu vas sacrifier toute ta journée pour avoir 50 euros", a dénoncé auprès de l'AFP Ousmane Doumbia, coursier Uber Eats de 22 ans. Les "courses de 2 km pour 3 euros, qui en réalité sont plus longues", si "tu les fais en moto, si tu comptes l'essence, l'Urssaf, l'entretien de la moto, à la fin tu n'as rien".

"D'après nos estimations, le nouveau système entraîne une baisse (de rémunération) de 10 à 40%", a assuré Lilian Pouill, livreur de 22 ans venu manifester à Paris. Résultat: "Je travaille plus pour compenser la perte."

«Esclavage moderne»

Selon la députée LFI Danièle Simonet, présente au rassemblement parisien, les plateformes utilisent leur promesse de rémunérer au minimum horaire de 11,75 euros pour "faire baisser le prix des courses" pour les livreurs, ces "tâcherons du XXIe siècle".

"C'est 11,75 euros de l'heure effective de course", sans compter le temps d'attente, a-t-elle dit à l'AFP. Donc "vous cumulez des courses pendant une heure pour qu'elles soient rémunérées au total à 11,75 euros, ça veut dire que vous faites fortement chuter le prix de chaque course individuelle."

"Ça crée une situation d'esclavage moderne", a protesté David Belliard, élu à la mairie de Paris, ville où les "livraisons de repas ont explosé ces dernières années". M. Belliard demande à ces plateformes, qui "exploitent ces gens", de requalifier leurs contrats en salariat. Il regrette que ce système de rémunération pousse les livreurs "à prendre évidemment des risques inconsidérés pour eux et ceux qui sont autour".

"La plupart d'entre nous veulent rester indépendants", a affirmé Adrien, mais "avec  un minimum de protection et surtout, une meilleure rémunération!"