Les princes William et Harry réunis à nouveau autour du cercueil d'Elizabeth II

Les petits-enfants de la reine Elizabeth II, le prince Harry, duc de Sussex et le prince William, prince de Galles (Photo, AFP).
Les petits-enfants de la reine Elizabeth II, le prince Harry, duc de Sussex et le prince William, prince de Galles (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 18 septembre 2022

Les princes William et Harry réunis à nouveau autour du cercueil d'Elizabeth II

  • Les princes William et Harry, souvent qualifiés de frères ennemis, ont été de nouveau réunis samedi soir
  • Les heures sont désormais comptées pour se recueillir devant la dépouille de la souveraine

LONDRES : Les dignitaires et têtes couronnées qui vont assister aux funérailles d'Etat de la reine Elizabeth II, décédée il y a neuf jours, commencent à affluer à Londres, et notamment le président américain Joe Biden qui a atterri samedi soir près de la capitale placée sous haute surveillance.

Le locataire de la Maison Blanche et son épouse doivent aller se recueillir dimanche à 17H00 GMT devant la dépouille de la monarque, toujours exposée 24 heures sur 24 au public à Londres.

On ignore si la salle de Westminster Hall sera pour l'occasion évacuée afin de garantir la sécurité du président américain. Lors des veillées funèbres observées par les membres de la famille royale ou d'autres chefs d'Etat, le flot de visiteurs n'avait pas été interrompu.

Joe Biden assistera dimanche soir à une réception organisée par le roi Charles III au palais de Buckingham pour les dignitaires présents.

Pour le roi, le bal diplomatique a commencé samedi par une rencontre avec les représentants de 14 autres royaumes du Commonwealth, parmi lesquels le Canada, la Nouvelle-Zélande ou l'Australie. Elizabeth II était très attachée à cette organisation aujourd'hui secouée par les tentations républicaines de certains membres, dans les Caraïbes notamment, à la faveur de ce changement de souverain.

Londres se prépare fébrilement à ses premières obsèques d'Etat depuis celles de l'ancien Premier ministre Winston Churchill en 1965. L'évènement attire dans la capitale des invités de marque parmi lesquels, outre le président américain, son homologue français Emmanuel Macron, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président du Conseil européen Charles Michel.

Viendront également les présidents turc Recep Tayyip Erdogan et brésilien Jair Bolsonaro, l'empereur japonais Naruhito pour son premier voyage à l'étranger depuis son accession au trône en 2019, ou encore le prince saoudien Mohammed ben Salmane, dit "MBS".

De nombreuses têtes couronnées ont été conviées, à l'instar du prince Albert de Monaco ou encore du roi d'Espagne Felipe VI, ainsi que son père Juan Carlos Ier, qui a abdiqué en 2014 et vit désormais en exil aux Emirats arabes unis.

L'abbaye de Westminster, où se tiendront les funérailles lundi à 10H00GMT, peut accueillir 2.000 personnes.

Pour la police, l'événement s'annonce encore plus imposant que les jeux Olympiques qui avaient eu lieu à Londres en 2012.

Le protocole a été vu et revu depuis de nombreuses années et les troupes royales répètent inlassablement dans les rues le parcours et les gestes pour l'évènement.

«Frères ennemis» réunis 

Pendant ce temps, les proches de la défunte ont continué à lui rendre hommage, en même temps que la population patientant plus de 13 heures pour apercevoir quelques secondes le cercueil.

Les princes William et Harry, souvent qualifiés de frères ennemis, ont été de nouveau réunis samedi soir à l'occasion d'une veillée funèbre des huit petits-enfants d'Elizabeth II autour de la dépouille de la très populaire souveraine, morte le 8 septembre à l'âge de 96 ans après plus de 70 ans de règne.

Les deux frères étaient en uniforme - Harry ne le portait plus depuis son retrait fracassant de la monarchie - contrairement à leurs six cousins Peter, Zara, Beatrice, Eugenie, Louise, réputée être la petite-fille préférée de la reine, et James, rarement apparu en public.

Dos au cercueil, tête baissée, visiblement émus, ils se sont recueillis pendant une dizaine de minutes à Westminster Hall, sous les regards des visiteurs.

Brouillés depuis 2020, les deux enfants du roi Charles III et de feu la princesse Diana avaient déjà créé la surprise en apparaissant ensemble avec leurs épouses Kate et Meghan deux jours après le décès de la reine, lors d'un bain de foule devant le château de Windsor.

Le prince William, héritier de la Couronne et qui porte désormais le titre de prince de Galles, est en froid avec son frère cadet depuis qu'Harry avait annoncé en mars 2020 prendre ses distances avec la famille royale, provoquant un séisme au Royaume-Uni.

Dernière chance de voir la reine

"I love you William!": l'aîné des deux frères jouit d'une forte popularité, comme il a à nouveau pu le vérifier samedi midi, lorsqu'il est allé avec son père à la rencontre des Britanniques faisant la queue pour s'incliner devant le cercueil.

Les heures sont désormais comptées pour se recueillir devant la dépouille de la souveraine, placée dans un cercueil clos surmonté de la somptueuse couronne impériale.

Le public a jusqu'à lundi matin 06H30 (05H30 GMT) pour rendre un dernier hommage à Elizabeth II, ultimes adieux dans le recueillement, parfois les larmes, pour une reine devenue un symbole d'unité et de stabilité lors de son règne, d'une longueur record dans l'histoire du Royaume-Uni.

"C'était si émouvant, avec une ambiance vraiment agréable, paisible et calme. La queue a été longue mais ça avait des airs de célébration", confie à l'AFP Jenna O'Sullivan, 36 ans, après une attente de 14 heures pour voir le cercueil.

Rare incident dans les hommages continus : un homme a été interpellé vendredi soir après avoir quitté la queue et s'être approché du cercueil, ont rapporté les autorités.

Elizabeth II sera inhumée dans l'intimité dans la chapelle Saint-Georges au château de Windsor, à l'ouest de Londres, auprès de son père le roi George VI et de son époux le prince Philip.


L'échange Griner-Bout n'a pas mis fin à la «crise» russo-américaine

Américains et Russes s'accusent mutuellement de détenir leurs ressortissants respectifs à des fins politiques. Plusieurs échanges de prisonniers ont eu lieu ces dernières années. (AFP)
Américains et Russes s'accusent mutuellement de détenir leurs ressortissants respectifs à des fins politiques. Plusieurs échanges de prisonniers ont eu lieu ces dernières années. (AFP)
Short Url
  • Américains et Russes s'accusent mutuellement de détenir leurs ressortissants respectifs à des fins politiques
  • Selon M. Peskov, «le principal résultat c'est qu'un citoyen russe qui était prisonnier pendant 14 ans des Américains, de façon absolument illégale, a pu rentrer au pays»

MOSCOU: Le Kremlin a souligné vendredi que l'échange de prisonniers entre les Etats-Unis et la Russie impliquant la basketteuse américaine Brittney Griner et l'ex-marchand d'armes Viktor Bout n'avait pas mis fin à la "crise" entre les deux pays.

"Ces négociations concernaient uniquement l'échange, il est probablement incorrect de faire des conclusions hypothétiques disant que ce serait un pas vers une sortie de la crise que nos relations bilatérales traversent actuellement", a indiqué le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

"Nos relations bilatérales sont toujours dans un état déplorable", a-t-il ajouté, dans une interview au média russe Izvestia.

Selon M. Peskov, "le principal résultat" de cet échange, qui s'est déroulé jeudi, "c'est qu'un citoyen russe qui était prisonnier pendant 14 ans des Américains, de façon absolument illégale, a pu rentrer au pays".

Brittney Griner, 32 ans, qui avait été arrêtée en Russie en février pour des accusations de trafic de cannabis, et Viktor Bout, 55 ans, qui purgeait une peine de 25 ans dans une prison américaine, ont été échangés dans un aéroport aux Emirats arabes unis.

Un haut responsable américain a affirmé que la discussion avec Moscou était restée focalisée sur la libération de Brittney Griner, et les Etats-Unis l'ont fait savoir à l'Ukraine ainsi qu'à d'autres alliés.

Américains et Russes s'accusent mutuellement de détenir leurs ressortissants respectifs à des fins politiques. Plusieurs échanges de prisonniers ont eu lieu ces dernières années.


Londres sanctionne 30 personnalités et entités pour violations des droits humains

«C'est notre devoir de promouvoir des sociétés ouvertes et libres dans le monde», a déclaré le ministre des Affaires étrangères britannique James Cleverly, cité dans un communiqué
«C'est notre devoir de promouvoir des sociétés ouvertes et libres dans le monde», a déclaré le ministre des Affaires étrangères britannique James Cleverly, cité dans un communiqué
Short Url
  • Ces sanctions visent «des personnes corrompues, celles ayant violé et abusé les droits humains, ainsi que les auteurs de violences sexuelles dans des conflits», a détaillé le ministère
  • Londres cible aussi dix officiels iraniens liés au système judiciaire et carcéral du pays

LONDRES: Le Royaume-Uni a annoncé vendredi avoir sanctionné 30 entités ou personnalités originaires de 11 pays, dont l'Iran, la Russie, la Birmanie, la Serbie ou la Moldavie, "opprimant les libertés fondamentales dans le monde".

"C'est notre devoir de promouvoir des sociétés ouvertes et libres dans le monde. Aujourd'hui nos sanctions vont plus loin pour exposer ceux qui sont derrière les violations odieuses de nos droits les plus fondamentaux", a déclaré le ministre des Affaires étrangères britannique James Cleverly, cité dans un communiqué.

Elles visent "des personnes corrompues, celles ayant violé et abusé les droits humains, ainsi que les auteurs de violences sexuelles dans des conflits", a détaillé le ministère.


Mondial: le bourreau marocain du Portugal en 1986 prédit une nouvelle «surprise» samedi

L'entraîneur marocain # 00 Walid Regragui est projeté dans les airs alors que les joueurs marocains célèbrent leur victoire aux tirs au but lors du match de football des huitièmes de finale de la Coupe du monde Qatar 2022 entre le Maroc et l'Espagne au stade Education City d'Al-Rayyan, à l'ouest de Doha, en décembre. 6, 2022. (AFP)
L'entraîneur marocain # 00 Walid Regragui est projeté dans les airs alors que les joueurs marocains célèbrent leur victoire aux tirs au but lors du match de football des huitièmes de finale de la Coupe du monde Qatar 2022 entre le Maroc et l'Espagne au stade Education City d'Al-Rayyan, à l'ouest de Doha, en décembre. 6, 2022. (AFP)
Short Url
  • Abderrazak Khairi croit en un nouvel exploit des Lions de l'Atlas contre la bande à Cristiano Ronaldo, samedi en quart de finale du Mondial au Qatar
  • «Il n'y a pas d'impossible dans le football, c'est ça la magie de ce sport. Aujourd'hui, la sélection marocaine le prouve», avertit l'ex-attaquant marocain

RABAT: Son doublé contre le Portugal à la Coupe du Monde de 1986 au Mexique avait envoyé le Maroc au deuxième tour et la Seleçao à la maison: Abderrazak Khairi croit en un nouvel exploit des Lions de l'Atlas contre la bande à Cristiano Ronaldo, samedi en quart de finale du Mondial au Qatar.

"Face au Portugal, le Maroc est capable de créer la surprise", prédit l'ex-international marocain, principal artisan de la victoire surprise contre le Portugal (3-1) il y a 36 ans.

"La mission ne sera pas facile mais j'y crois", assure Khairi, 60 ans, dans un entretien téléphonique avec l'AFP à Rabat, depuis le Qatar, où il officie comme consultant auprès d'une chaîne arabe.

Le 11 juin 1986, il fut élevé au rang de héros après avoir crucifié les Portugais en inscrivant un doublé lors du dernier match de la phase de poules.

Un triomphe historique qui avait permis au Maroc de devenir la première équipe africaine et arabe à se hisser en huitièmes de finale d'une Coupe du monde. Si les hommes de Walid Regragui l'emportent samedi, les Lions de l'Atlas deviendront la première équipe africaine à atteindre la demi-finale d'un Mondial.

"Après les deux matches nuls contre la Pologne et l'Angleterre, la pression était à son comble", se remémore Khairi, qui jouait avec le numéro 17.

"Le Portugal était redoutable mais on portait les espoirs d'un peuple, d'un continent et de tout le monde arabe", témoigne l'ex-ailier gauche.

"Mentalement, ce n'était pas facile mais on voulait tout donner".

«Joie indescriptible»

Khairi, en état de grâce, avait ouvert le score à la 19e minute et doublé la marque huit minutes plus tard à peine, avant qu'Abdelkrim Merry, alias "Krimau", ne marque un troisième but à la 62e minute. La Seleçao avait sauvé l'honneur à la 80e par Diamantino Miranda.

Cet exploit, toujours vivace dans la légende du football marocain, est aujourd'hui évoqué par les fans qui rêvent d'une nouvelle victoire samedi, après avoir vu les Lions éliminer l'Espagne aux tirs au but en huitièmes de finale mardi.

"Quand j'ai marqué les deux buts, ma joie était indescriptible. Ces mêmes joueurs qu'on regardait à la télé, on a réussi à les battre", se souvient encore l'ancienne icône des FAR de Rabat, le club de l'armée marocaine dont il était devenu entraineur.

"Quand j'en parle, je suis instinctivement submergé d'un formidable flot d'émotions. Les souvenirs sont intacts, c'est comme si c'était hier", souffle-t-il.

Après la prouesse face aux Portugais, tout le Maroc avait jubilé comme il l'a fait après la victoire de mardi contre la Roja.

"Personne ne croyait en nous, mais on l'a fait !", exulte fièrement Khairi, tant d'années plus tard.

Le Maroc, dirigé alors par le brésilien José Faria, s'inclinera ensuite face à l'Allemagne au deuxième tour au Mexique, sur un coup franc de Lothar Matthäus à la 88e minute.

«Le plus loin possible»

Malgré la défaite, les Lions sont sortis de la compétition la tête haute.

"On a gagné l'amour du public et on a surtout ouvert la voie à une plus importante représentation des nations africaines en Coupe du monde", se félicite Abderrazak Khairi.

Au Mondial suivant, en Italie, le Cameroun est entré à son tour dans l'histoire en devenant la première équipe africaine à atteindre les quarts, avant le Sénégal en 2002.

En 2010, le Ghana a échoué à la porte des demi-finales lors d'un match épique, et controversé, contre l'Uruguay.

"Il n'y a pas d'impossible dans le football, c'est ça la magie de ce sport. Aujourd'hui, la sélection marocaine le prouve", avertit l'ex-attaquant marocain.

"Certes, cette équipe marocaine est différente (de la nôtre) car le football a beaucoup évolué en 36 ans, mais sa constante est la détermination et l'envie de représenter au mieux son pays", analyse-t-il, "et les joueurs le font à merveille".

Dernier facteur déterminant, les supporters: "Jouer dans un pays arabe avec une présence soutenue du public marocain est une bénédiction", reconnaît-il.

"J'espère qu'ils iront le plus loin possible !".