L'extrême droite italienne soutient Orban face à Bruxelles

La dirigeante d'extrême droite Giorgia Meloni, s'adresse à ses partisans lors d'un rassemblement dans le cadre de la campagne pour les élections générales, sur la Piazza Duomo à Milan, en Italie, le 11 septembre 2022. (Photo, AFP)
La dirigeante d'extrême droite Giorgia Meloni, s'adresse à ses partisans lors d'un rassemblement dans le cadre de la campagne pour les élections générales, sur la Piazza Duomo à Milan, en Italie, le 11 septembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 19 septembre 2022

L'extrême droite italienne soutient Orban face à Bruxelles

La dirigeante d'extrême droite Giorgia Meloni, s'adresse à ses partisans lors d'un rassemblement dans le cadre de la campagne pour les élections générales, sur la Piazza Duomo à Milan, en Italie, le 11 septembre 2022. (Photo, AFP)
  • Meloni appelle à «rapprocher les nations européennes au lieu de les éloigner et de les diviser en utilisant la question de l'Etat de doit comme arme idéologique pour frapper ceux qui ne sont pas considérés comme dans la ligne»
  • La Commission européenne a proposé dimanche aux Etats membres de suspendre 7,5 milliards d'euros de financements européens à la Hongrie, en raison de risques liés à la corruption, en attendant la mise en œuvre de réformes

ROME: La dirigeante d'extrême droite Giorgia Meloni, donnée favorite aux législatives du 25 septembre en Italie, a critiqué la proposition de Bruxelles de suspendre des financements à la Hongrie en raison de risques liés à la corruption. 

"Les vrais anti-européens sont ceux qui, alors que nous sommes attaqués et que l'UE devrait être plus forte que jamais, disent qu'il faut une Europe de 1ère division et une autre de seconde division, et qui font tout pour jeter la Hongrie dans les bras de Poutine", a-t-elle déclaré dans un entretien au journal ultra-conservateur Il Giornale publié lundi. 

La Commission européenne a proposé dimanche aux Etats membres de suspendre 7,5 milliards d'euros de financements européens à la Hongrie, en raison de risques liés à la corruption, en attendant la mise en œuvre de réformes. 

Le parti de Mme Meloni, Fratelli d'Italia, qui entretient des liens étroits avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban, fait campagne sur un programme nationaliste demandant notamment "une Europe différente" avec plus de pouvoirs pour les Etats-membres. 

Dans son interview, Mme Meloni appelle à "rapprocher les nations européennes au lieu de les éloigner et de les diviser en utilisant la question de l'Etat de doit comme arme idéologique pour frapper ceux qui ne sont pas considérés comme dans la ligne". 

La Commission a notamment cité des "irrégularités" et "carences" en Hongrie dans les procédures de passation de marchés publics et la proportion "anormalement" élevée de candidatures uniques pour ces contrats. 

Dans une autre interview dimanche, Giorgia Meloni a critiqué la politique de Bruxelles à l'égard de la Pologne, elle aussi mise en cause pour ses atteintes à l'Etat de droit, alors qu'elle prend en charge de nombreux réfugiés d'Ukraine. 

Elle a toutefois ajouté: "Orban fera ses choix, je ne fais pas ce que dit Orban (...) Je prends seulement en compte l'intérêt national de l'Italie". 

Fratelli d'Italia est le parti dominant d'une coalition incluant également la Ligue antimigrants de Matteo Salvini et le parti conservateur Forza Italia de Silvio Berlusconi. 

Selon les derniers sondages autorisés avant le scrutin, cette coalition est donnée largement en tête avec 46% des intentions de vote. 

Lors d'un rassemblement de son parti dimanche, Salvini a déclaré : "Je respecte les choix démocratiques de tous les pays du monde. Orban a fait de bonnes choses, il a aussi fait des erreurs". 

Quant à Berlusconi, qui se présente comme plus modéré, il a souligné que les politiques d'Orban "sont différentes des nôtres, de même que sa vision de l'Europe". 


Royaume-Uni: Rishi Sunak nomme un nouveau président pour le Parti conservateur

Greg Hands arrive au 10 Downing Street pour assister à la réunion hebdomadaire du Cabinet à Londres, le 7 février 2023. (Photo, AFP)
Greg Hands arrive au 10 Downing Street pour assister à la réunion hebdomadaire du Cabinet à Londres, le 7 février 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Greg Hands, qui était depuis octobre ministre du Commerce international, a été nommé ministre sans portefeuille, et président des Tories
  • Il aura la tâche difficile de coordonner la campagne du parti au pouvoir depuis 13 ans, et au plus bas dans les sondages, aux prochaines élections législatives, qui devraient avoir lieu dans moins de deux ans

LONDRES: Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a nommé mardi Greg Hands nouveau président du Parti conservateur, après avoir limogé fin janvier son prédécesseur, épinglé pour ne pas avoir déclaré ses démêlés avec le fisc.

Cette nomination a entraîné un léger remaniement ministériel marqué par la création de quatre ministères, alors que Rishi Sunak, au pouvoir depuis un peu plus de 100 jours, est fragilisé par des affaires dans son gouvernement et une crise sociale qui dure.

Greg Hands, qui était depuis octobre ministre du Commerce international, a été nommé ministre sans portefeuille, et président des Tories.

Il aura la tâche difficile de coordonner la campagne du parti au pouvoir depuis 13 ans, et au plus bas dans les sondages, aux prochaines élections législatives, qui devraient avoir lieu dans moins de deux ans.

Le précédent chef du Parti conservateur, Nadim Zahawi a été limogé après s'être rendu coupable d'une "violation grave du code ministériel". Il avait trouvé un accord de principe avec le fisc en août 2022, alors qu'il était ministre des Finances de Boris Johnson, avant de l'entériner le mois suivant.

Selon la presse, Nadhim Zahawi a réglé ce qu'il devait au fisc, assorti de pénalités, pour près de cinq millions de livres sterling (5,7 millions d'euros).

Avec le remaniement ministériel, Grant Shapps, qui était depuis octobre le ministre des Entreprises et de l'Energie, devient ministre pour la Sécurité énergétique et la Neutralité carbone.

Kemi Badenoch devient ministre des Entreprises et du Commerce.

Michelle Donellan, qui était ministre de la Culture, est nommée ministre pour la Science, l'Innovation et la Technologie. Lucy Frazer devient ministre de la Culture, des Médias et du Sport.

Ces changements permettront de s'assurer que les équipes de Rishi Sunak "se concentrent sur les promesses du Premier ministre", dont la réduction de moitié de l'inflation, et la croissance de l'économie, selon un communiqué de Downing Street.


Séisme en Turquie et Syrie: 23 millions de personnes pourraient être touchées, selon l'OMS

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, s'exprime lors d'une conférence de presse au siège de l'OMS à Genève, en Suisse, le 14 décembre 2022. (Fichier/AP)
Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, s'exprime lors d'une conférence de presse au siège de l'OMS à Genève, en Suisse, le 14 décembre 2022. (Fichier/AP)
Short Url
  • «Les cartes des événements montrent que 23 millions de personnes sont potentiellement exposées, dont environ 5 millions de personnes vulnérables», a déclaré une responsable de l'Organisation mondiale de la santé
  • «L'OMS connaît la forte capacité de réponse de la Turquie et considère que les principaux besoins non satisfaits pourraient se situer en Syrie dans l'immédiat et à moyen terme», a-t-elle ajouté

GENEVE : Quelque 23 millions de personnes pourraient être touchées par les séismes qui ont secoué le Sud-Est de la Turquie et le Nord de la Syrie, a indiqué mardi l'OMS, promettant son soutien sur le long terme après l'envoi d'aide d'urgence.

"Les cartes des événements montrent que 23 millions de personnes sont potentiellement exposées, dont environ 5 millions de personnes vulnérables", a déclaré une responsable de l'Organisation mondiale de la santé, Adelheid Marschang, lors d'une réunion régulière du Conseil exécutif de l'organisation.

"L'OMS connaît la forte capacité de réponse de la Turquie et considère que les principaux besoins non satisfaits pourraient se situer en Syrie dans l'immédiat et à moyen terme", a-t-elle ajouté.

Le séisme, suivi de puissantes répliques, a tué plus de 5 000 morts en Turquie et en Syrie, faisant également des milliers de blessés et de sans abri par un froid glacial, mais le bilan est encore provisoire.

"L'acheminement de l'aide par la frontière vers le nord-ouest de la Syrie risque d'être ou est déjà perturbé en raison des dégâts causés par le tremblement de terre. En soi, cela constitue déjà une énorme crise", a relevé Mme Marschang.

A ses côtés, le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a d'abord appelé à observer une minute de silence pour les victimes.

"Nous travaillerons en étroite collaboration avec tous les partenaires pour soutenir les autorités de Turquie et de Syrie, dans les heures et les jours critiques à venir, ainsi que dans les mois et les années à venir, alors que les deux pays se rétablissent et se reconstruisent", a-t-il ensuite dit.

Il a annoncé l'envoi de "trois vols charters dans les deux pays" avec des matériels médicaux, y compris des trousses chirurgicales, depuis la plateforme logistique humanitaire de Dubaï.

"Nous mobilisons des matériels d'urgence et nous avons activé le réseau d'équipes médicales d'urgence de l'OMS pour fournir des soins de santé essentiels aux blessés et aux personnes les plus vulnérables", a-t-il ajouté.

Le Dr Tedros a également expliqué qu'une cartographie des dommages est en cours, afin de comprendre où l'OMS doit concentrer son attention.

"C'est maintenant une course contre la montre. Chaque minute, chaque heure qui passe, les chances de retrouver des survivants vivants diminuent", a-t-il affirmé, se disant "particulièrement préoccupé par les zones où nous n'avons pas encore d'informations".

"Les répliques sismiques, la rigueur des conditions hivernales, les dégâts causés aux routes, à l'alimentation électrique, aux communications et aux autres infrastructures continuent d'entraver l'accès et les autres opérations de recherche et de sauvetage", a souligné le chef de l'OMS


Lavrov promet l'aide russe aux pays du Sahel et du Golfe de Guinée contre le djihadisme

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov rencontre le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop à Bamako, le 7 février 2023 (Photo, AFP).
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov rencontre le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop à Bamako, le 7 février 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • M. Lavrov s'exprimait lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue malien Abdoulaye Diop au cours d'une visite présentée par les deux parties
  • M. Lavrov a promis au Mali la poursuite du soutien militaire matérialisé par des livraisons d'armements et l'envoi de centaines d'hommes

BAMAKO : Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a promis mardi l'aide de Moscou aux pays du Sahel et du Golfe de Guinée face aux djihadistes.

"La lutte contre le terrorisme est bien sûr d'actualité pour les autres pays de la région", a dit M. Lavrov lors d'une visite au Mali. "Nous allons leur apporter notre assistance pour surmonter ces difficultés. Cela concerne la Guinée, le Burkina Faso et le Tchad, et en général la région sahélo-sahélienne et même les pays riverains du Golfe de Guinée", a-t-il déclaré.

M. Lavrov s'exprimait lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue malien Abdoulaye Diop au cours d'une visite présentée par les deux parties comme une première "historique" de la part d'un chef de la diplomatie russe dans le pays sahélien.

La visite de M. Lavrov dans ce pays en proie à la violence djihadiste et à une profonde crise multidimensionnelle concrétise le rapprochement opéré par les colonels maliens depuis 2021, en même temps qu'ils rompaient l'alliance militaire avec la France et ses partenaires.

M. Lavrov a promis au Mali la poursuite du soutien militaire matérialisé par des livraisons d'armements et l'envoi de centaines d'hommes, décrits en fonction des sources comme des instructeurs de l'armée russe ou des mercenaires de Wagner, un groupe de sécurité privé aux agissements décriés.

Il a aussi promis un engagement russe accru sur le continent confronté selon lui aux "approches néocoloniales" des Occidentaux.

"Nous allons apporter notre soutien au règlement des problèmes sur le continent africain, nous partons constamment du principe qu'il faut régler les problèmes africains avec des solutions africaines", a-t-il déclaré.