A Berlin, le monde du ferroviaire optimiste malgré les crises

Des visiteurs font la queue devant une locomotive Euro9000 réalisée par le fabricant suisse de matériel ferroviaire Stadler, lors du salon de l'industrie ferroviaire Innotrans 2022 à Berlin, le 21 septembre 2022. (Photo : John Macdougall / AFP)
Des visiteurs font la queue devant une locomotive Euro9000 réalisée par le fabricant suisse de matériel ferroviaire Stadler, lors du salon de l'industrie ferroviaire Innotrans 2022 à Berlin, le 21 septembre 2022. (Photo : John Macdougall / AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 23 septembre 2022

A Berlin, le monde du ferroviaire optimiste malgré les crises

  • De mardi à vendredi dans la capitale allemande, le petit monde de l'industrie ferroviaire s'est retrouvé en envisageant l'avenir avec sérénité
  • Le clou du salon est l'exposition de 124 trains, locomotives et wagons sur les 3,5 km de rails de la foire de Berlin

BERLIN : Dans l'immense salon InnoTrans de Berlin, on trouve de tout pour faire rouler son train, son métro, son monorail ou son tram: des rails, des bogies, des compresseurs, des pantographes, des panneaux d'affichage, des sièges, des toilettes, des climatiseurs, des couteaux et des fourchettes...

De mardi à vendredi dans la capitale allemande, le petit monde de l'industrie ferroviaire s'est retrouvé en envisageant l'avenir avec sérénité, porté par des besoins de mobilité plus écologiques et plus sobres, malgré les crises du moment.

«Nous sommes ici pour retrouver nos clients», explique Susanne Friis Eden, directrice de l'équipementier danois Dan Dryer, qui propose des tables à langer design pour les trains dans l'un des 43 halls du parc des expositions de la capitale allemande.

Elle ne les avait pas vus depuis quatre ans, l'édition 2020 du salon berlinois --qui a théoriquement lieu tous les deux ans-- ayant été annulée pour cause de Covid.

«Ce n'est pas un salon dédié à l'innovation, c'est un salon dédié aux retrouvailles des gentlemen du ferroviaire pour parler des dossiers en cours», résume Jean-Pierre Cresci, analyste chez Oliver Wyman. «On remplace les réunions sur Teams par de vraies rencontres!» Mais sans grands frissons.

Les chiffres de fréquentation n'étaient pas encore connus jeudi. Si la foule polyglotte de visiteurs, plutôt masculine, est parfois imposante chez 2.834 exposants venus de 56 pays (il y en avait 3.068 en 2018), les effets des crises actuelles se font sentir.

«Il y a des mesures d'économies. Les clients viennent souvent seuls ou à deux», et non plus en délégations plus imposantes, témoigne le PDG d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge.

Le grand constructeur chinois CRRC, qui avait fait grande impression en 2018, est resté discret cette année. Quelques vidéos un brin futuristes, une maquette, des prospectus et des hôtesses peu bavardes en ont déçu beaucoup.

Il faut dire que la percée chinoise annoncée sur le marché européen du ferroviaire n'a pas (encore) eu lieu. «On en entend moins parler qu'il y a quelque temps», confirme Alexandre Charpentier, analyste chez Roland Berger.

Les visiteurs peuvent se consoler chez le régional de l'étape, Siemens, au stand particulièrement imposant, et chez ses concurrents Alstom, Hitachi Rail, CAF, Talgo, Wabtec, Hyundai... et bien d'autres, jusqu'aux PME invitées par les bureaux d'aide aux exportations de leurs pays.

Le clou du salon est l'exposition de 124 trains, locomotives et wagons sur les 3,5 km de rails de la foire de Berlin.

- Hydrogène à gogo –

Le plaisir de se retrouver pour parler de trains et faire des affaires ne cache pas quelques inquiétudes.

«Toute l'industrie a des raisons d'être optimiste, mais le scénario macroéconomique actuel n'aide pas beaucoup», juge le directeur général du constructeur espagnol CAF, Javier Martínez Ojinaga. Incertitudes géopolitiques, pressions sur les coûts et perturbations dans la chaîne logistique érodent les marges et «contrarient les bonnes perspectives».

«Mais à long terme, la mobilité par le rail sera gagnante», dit-il.

L'Unife --l'association européenne des constructeurs ferroviaires-- prévoit un joli rebond avec une croissance de 3% par an dans le monde d'ici à 2027. En Europe occidentale, région déjà bien équipée, elle table sur +3,8% par an.

C'est sur la défense du climat que capitalise le secteur pour croître.

Avec, encore plus qu'à l'édition de 2018, des solutions pour remplacer le diesel: des batteries et de l'hydrogène. Le coréen Hyundai présente même une (petite) maquette de tram à hydrogène.

«C'est à qui montrera qu'il a le plus beau train à hydrogène», s'amuse le patron d'Alstom, dont le groupe a pris une longueur d'avance puisque ses trains sont déjà en service commercial quand ses concurrents n'en sont qu'aux essais.

Les énergies fossiles ne sont pas mortes, pourtant. Etihad Rail entend lancer des trains diesel aux Emirats, tandis que certains trains hybrides présentés ici rouleront encore en partie au gazole.

C'est notamment le cas de «Blues», un train régional trimode, diesel/électrique/batteries, lancé en grande pompe par Hitachi Rail et Trenitalia.

«Nous avons encore besoin du diesel», explique le PDG de la compagnie italienne, Luigi Corradi. «C'est très important d'avoir une solution contre la pollution dès aujourd'hui», ajoute-t-il, notant que les diesel pourront être remplacés plus tard par des batteries.


Tourisme: comment le Maroc compte séduire le marché britannique

Des touristes se promènent dans la vieille ville de Marrakech, au Maroc, le 12 mai 2022. (Photo, AFP)
Des touristes se promènent dans la vieille ville de Marrakech, au Maroc, le 12 mai 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Dans le cadre de sa stratégie de reconquête des principaux marchés émetteurs de touristes, le Maroc accorde une grande importance au marché britannique
  • «À la fin du mois d’août 2022, le taux de reprise de ce marché a atteint 72%»

CASABLANCA: Dans le cadre de sa stratégie de reconquête des principaux marchés émetteurs de touristes, le Maroc accorde une grande importance au marché britannique. Ce dernier figure parmi les plus stratégiques pour la destination Maroc puisqu’il est le troisième marché en flux, avec 600 000 arrivées en 2019, et le deuxième en valeur, avec 2,2 millions de nuitées. Il arrive également en deuxième position pour le mois d’août 2022 en termes de recherches et de réservations selon TripAdvisor, le troisième au niveau des arrivées touristiques et de nuitées à la fin de juillet 2022 et le quatrième le mieux desservi – avec un peu plus d’un million de sièges en 2022. Une position que le Maroc compte consolider: le pays a pour objectif de doubler les arrivées de touristes britanniques et de les porter à 1,2 million d’ici à 2027. 

C’est à cette fin que le Maroc a mis en place une «task force du marché britannique» menée par l’Office national marocain du tourisme (ONMT) et composée d’acteurs majeurs des secteurs public et privé. Sa mission consiste à mieux vendre la destination Maroc auprès des prescripteurs britanniques. Et ce n’est pas un hasard si l’Association des voyagistes et agents de voyage de Grande-Bretagne (Abta), l’une des plus importantes associations touristiques du monde, a choisi Marrakech pour organiser son congrès annuel en octobre dernier.

Quelques jours plus tard, le Maroc a participé en force au World Travel Market (WTM) 2022, qui se déroulait à Londres. Une importante délégation, conduite par la ministre du Tourisme, Fatim-Zahra Ammor, et le président de l’ONMT, Adel el-Fakir, qui regroupe une trentaine d’opérateurs touristiques marocains parmi les plus influents, a fait le déplacement à cette grand-messe de l’industrie touristique mondiale.

Le Maroc a mobilisé d’importants moyens en déployant sa visibilité sur un stand de nouvelle génération d’une superficie de 630 m2, une première pour le pays, qui lui a valu le prix Best Stand Design («Meilleure conception du stand») lors de l’édition 2022 du WTM.

«Les touristes britanniques sont friands de destinations ensoleillées et de gastronomie. Ils privilégient aussi la sécurité, l’hospitalité et les sites touristiques attrayants. Le Maroc, qui offre ces atouts, se positionne donc parmi leurs destinations de choix. À la fin du mois d’août 2022, le taux de reprise de ce marché a atteint 72%. Notre participation à ce grand salon s’inscrit dans le cadre de cette reprise et de la consolidation de notre présence sur ce marché stratégique, auquel un plan d’action est consacré», confie Adel el-Fakir.

Par ailleurs, de nombreuses réunions de travail ont été organisées entre le président de l’ONMT et les patrons des grands opérateurs du secteur comme TUI Group, Expedia, TripAdvisor ou Easyjet Holidays. Des conventions et des mémorandums d’entente ont également été signés avec les tour-opérateurs LoveHolidays et Intrepid Travel. Ces accords ont pour objectif de passer de 48 000 à 121 000 touristes sur le marché marocain pour le premier et de 10 000 à 50 000 touristes pour le second à l’horizon 2025. 

«Au niveau des relations publiques, des rencontres ont été mises en place avec les plus grands groupes média britanniques et internationaux, parmi lesquels CNN, The Sun, The Daily Telegraph, The Guardian, City A.M., Euronews, Wanderlust ou Travel Mode TV. Ce rendez-vous incontournable des opérateurs touristiques internationaux a été l’occasion pour la destination Maroc de renforcer sa visibilité, de préparer la saison hiver 2022 et l’année 2023 sous les meilleurs auspices», souligne l’ONMT.


Le Moyen-Orient tire profit des possibilités touristiques pour stimuler la croissance régionale

Les leaders du secteur touristique de la région se sont exprimés lors du Sommet mondial du voyage et du tourisme à Riyad, mardi. (Capture d'écran)
Les leaders du secteur touristique de la région se sont exprimés lors du Sommet mondial du voyage et du tourisme à Riyad, mardi. (Capture d'écran)
Short Url
  • L’enthousiasme est palpable à Oman, un pays qui investit dans le développement du capital humain afin de stimuler le tourisme à la fois au sein du pays et dans toute la région
  • Le royaume de Bahreïn s’apprête à recevoir plus de cinquante mille touristes au cours des six mois à venir – jusqu’en mai de l’année prochaine – dans le cadre de la saison des croisières 2022-2023

RIYAD: Pendant des décennies, le Moyen-Orient a assuré son succès économique en tirant profit de ses riches ressources naturelles, comme le pétrole. Cependant, la région a dorénavant pris une autre voie pour renforcer son secteur touristique en utilisant le pouvoir discret de la culture et de la nature.
«Nous avons la chance d’être la première région d’Arabie saoudite qui a une stratégie approuvée par le gouvernement parmi les treize provinces. Toutes les mesures pour protéger la nature et la culture du Royaume sont en cours», déclare le prince Turki ben Talal, président de l’Aseer Development Authority. Il a tenu ces propos lors du Sommet mondial du voyage et du tourisme à Riyad, mardi.
Cette institution est sous le feu des projecteurs depuis le mois de septembre dernier, lorsque le prince héritier, Mohammed ben Salmane, a fait part d’une stratégie visant à transformer la région d’Asir en une destination touristique mondiale en tant que «région montagneuse arabe», en investissant 50 milliards de riyals saoudiens (13,3 milliards de dollars; 1 dollar = 0,97 euro).
«L’idée est de faire d’Asir un lieu où il fait bon vivre et pas seulement une région agréable à visiter. Nous voulons que toutes les personnes qui se rendent à Asir veuillent y retourner. C’est vraiment notre vœu le plus cher», affirme le prince Turki.
L’enthousiasme est palpable à Oman, un pays qui investit dans le développement du capital humain afin de stimuler le tourisme à la fois au sein du pays et dans toute la région.
«Un certain nombre d’Omanais travaillent au Qatar pour la Coupe du monde et également dans le secteur de l’hôtellerie. Ils ont été formés à Oman grâce à un programme international. Nous aidons ainsi le pays et la région», soutient Hashil al-Mahrouki, PDG d’Oman Tourism Development Co.
D’autre part, le royaume de Bahreïn est prêt pour son tourisme de croisière, car il s’apprête à recevoir plus de cinquante mille touristes au cours des six mois à venir – jusqu’en mai de l’année prochaine – dans le cadre de la saison des croisières 2022-2023.
Le tourisme de croisière fait partie intégrante de la stratégie nationale 2022-2026 qui vise à promouvoir Bahreïn comme centre touristique mondial.
«Nous avons réussi à mettre en place des offres touristiques uniques qui permettent au royaume de Bahreïn de raconter son Histoire», déclare Fatima al-Sairafi, ministre du Tourisme de Bahreïn.
La mer Rouge constitue un atout majeur qui permet de créer des possibilités touristiques dans la région. Les pays collaborent pour attirer le trafic touristique mondial vers le Moyen-Orient.
«La commercialisation des croisières dans la région de la mer Rouge a de bien meilleures chances de succès que la simple commercialisation de l’Arabie saoudite», déclare Fawaz Farooqui, directeur général de Cruise Saudi, une filiale détenue à 100 % par le Fonds public d’investissement (PIF) qui travaille avec le gouvernement pour construire l’écosystème de croisières en mer et de circuits touristiques sur le territoire.
La société a collaboré avec l’Égypte et la Jordanie pour développer le tourisme de croisière dans la région et elle est actuellement en pourparlers avec Oman pour hisser les voiles lorsque le vent sera favorable.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Chine: le zéro Covid plombe l'activité manufacturière

Un travailleur portant un équipement de protection individuelle (EPI) se tient à l'entrée d'une zone résidentielle confinée en raison des restrictions liées au coronavirus Covid-19 à Pékin le 29 novembre 2022. (Photo de Noel CELIS / AFP)
Un travailleur portant un équipement de protection individuelle (EPI) se tient à l'entrée d'une zone résidentielle confinée en raison des restrictions liées au coronavirus Covid-19 à Pékin le 29 novembre 2022. (Photo de Noel CELIS / AFP)
Short Url
  • La Chine continue à suivre une stratégie anti-Covid inflexible
  • Ces mesures entraînent la fermeture inopinée d'usines, perturbent les chaînes logistiques, empêchent parfois des ouvriers de rejoindre leur lieu de travail voire contraignent certaines entreprises à fermer définitivement

PEKIN: L'activité manufacturière en Chine a poursuivi sa chute en novembre, pour le deuxième mois consécutif et plus fortement que prévu, en raison des restrictions anti-Covid qui pénalisent lourdement l'économie, selon des chiffres officiels publiés mercredi.

L'indice des directeurs d'achat (PMI), reflet de la santé du monde industriel, s'est établi à 48 points contre 49,2 en octobre, a annoncé le Bureau national des statistiques (BNS).

Un nombre inférieur à 50 témoigne d'un repli de l'activité. Des analystes sondés par l'agence Bloomberg avaient anticipé une contraction, mais plus modérée (49).

"En novembre, en raison de plusieurs facteurs comme les foyers épidémiques étendus et fréquents qui ont touché la Chine et le contexte international devenu plus complexe et critique, le PMI a chuté", a souligné dans un communiqué Zhao Qinghe, statisticien du BNS.

La Chine continue à suivre une stratégie anti-Covid inflexible.

Cette politique se traduit par des confinements de bâtiments voire de villes entières dès l'apparition de cas positifs, des tests PCR quasi obligatoires plusieurs fois par semaine ou encore le placement en quarantaine des personnes positives.

Ces mesures entraînent la fermeture inopinée d'usines, perturbent les chaînes logistiques, empêchent parfois des ouvriers de rejoindre leur lieu de travail voire contraignent certaines entreprises à fermer définitivement.

Habituée en temps normal à quelques dizaines voire centaines de nouveaux cas positifs quotidiens, le pays a fait face en novembre, et notamment ces dernières semaines, à plusieurs dizaines de milliers de nouvelles contaminations journalières au coronavirus.

Un chiffre qui reste toutefois très modeste comparé à la population chinoise (1,4 milliard d'habitants).

"La situation épidémique continue d'assombrir les perspectives économiques", a estimé Sheana Yue, analyste du cabinet Capital Economics.

«Douloureux»

"Il y a un risque croissant que les autorités locales perdent le contrôle (...) si les mesures (sanitaires) sont assouplies. Si c'est le cas, elles risquent d'imposer un confinement national strict similaire à celui de début 2020", met-elle en garde.

De son côté, le PMI non-manufacturier, qui englobe le secteur des services et de la construction, s'est lui aussi affiché en net repli ce mois-ci, à 46,7 points - moins 2 points par rapport à octobre (48,7).

Les secteurs du transport, de l'hôtellerie-restauration et du divertissement ont notamment vu leur activité baisser "de façon significative" en raison des récents foyers épidémiques, a souligné Zhao Qinghe.

"Ces indices PMI décevants convaincront-ils Pékin d'accélérer la réouverture du pays?", s'interroge dans une note Ting Lu, économiste pour la banque Nomura.

"Soyons un peu plus prudents", souligne-t-il, rappelant que l'indice était également très bas lors du dur confinement de Shanghai au printemps, sans entraîner d'assouplissement majeur.

"En réalité", ces mauvais résultats "nous disent que le processus de réouverture pourrait être lent, douloureux et semé d'embûches", indique Ting Lu.

Le gouvernement a fixé cette année un objectif de croissance d'environ 5,5%, après 8,1% en 2021. Mais nombre d'économistes le jugent désormais irréaliste.

De rares manifestations ont par ailleurs éclaté le weekend dernier dans plusieurs villes de Chine contre la politique zéro Covid. Mais les autorités n'ont pas manifesté la volonté d'assouplir significativement cette stratégie à court terme.