Comment Netflix et Disney vont chambouler le monde de la publicité télévisée

«Stranger Things» ou «Star Wars» avec des pubs, c'est pour bientôt: avec leurs futures formules, moins chères, Netflix et Disney+ pourraient encore se renforcer au détriment, en premier lieu, des chaînes traditionnelles. (AFP)
«Stranger Things» ou «Star Wars» avec des pubs, c'est pour bientôt: avec leurs futures formules, moins chères, Netflix et Disney+ pourraient encore se renforcer au détriment, en premier lieu, des chaînes traditionnelles. (AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 25 septembre 2022

Comment Netflix et Disney vont chambouler le monde de la publicité télévisée

  • Après s'être longtemps refusé à ouvrir sa plateforme aux réclames, Netflix ne cesse d'accélérer le calendrier de lancement de sa formule, désormais prévu le 1er novembre
  • «Il n'y a pas si longtemps, on disait que l'abonnement allait tuer la publicité», rappelle le directeur général du cabinet EDO. «Aujourd'hui, on voit bien que ce n'était pas vrai»

NEW YORK: "Stranger Things" ou "Star Wars" avec des pubs, c'est pour bientôt: avec leurs futures formules, moins chères, Netflix et Disney+ pourraient encore se renforcer au détriment, en premier lieu, des chaînes traditionnelles.

Après s'être longtemps refusé à ouvrir sa plateforme aux réclames, Netflix ne cesse d'accélérer le calendrier de lancement de sa formule, désormais prévu le 1er novembre, selon plusieurs médias américains, pour griller la politesse à Disney+, annoncé pour le 8 décembre.

"Ces lancements vont créer le plus grand espace publicitaire premium depuis plus d'une génération", avance Dallas Lawrence, du cabinet Samba TV. "Ça va être un moment majeur pour les annonceurs."

"Il n'y a pas si longtemps, on disait que l'abonnement allait tuer la publicité", rappelle Kevin Krim, directeur général du cabinet EDO. "Aujourd'hui, on voit bien que ce n'était pas vrai."

La manne est considérable. Ross Benes, du cabinet Insider Intelligence, estime que les revenus publicitaires tirés du streaming pourraient atteindre 30 milliards de dollars dans les deux ans, rien qu'aux Etats-Unis, et probablement au moins le double au niveau mondial.

Le marché est jusqu'ici écrasé par YouTube qui s'arroge, pour l'instant, 28,8 milliards de dollars de recettes en 2021.

Des concurrents à l'ADN plus proche de celui de Netflix et Disney, comme Peacock (NBCUniversal), Paramount+, HBO Max ou Discovery+, ont déjà lancé une déclinaison avec publicité, mais aucun n'a la taille des deux mastodontes: 220 millions d'abonnés pour Netflix, 152 millions pour Disney+.

Une partie devrait opter pour l'offre avec publicité, mais les plateformes espèrent aussi attirer de nouveaux venus en cassant les prix.

Selon un document interne cité par le Wall Street Journal, le géant aux lettres rouges vise 40 millions d'utilisateurs de sa formule "low cost" d'ici le troisième trimestre 2023.

Menace pour la télévision d'antan 

"Beaucoup de gens qui regardaient la télévision classique et faisaient partie des cibles publicitaires ne sont plus accessibles" aux marques parce qu'ils ne sont plus téléspectateurs des chaînes traditionnelles, explique Colin Dixon, éditeur du site spécialisé dans le streaming nScreenMedia.

Le streaming "permet aux annonceurs d'accéder à des gens hors d'atteinte depuis quelque temps, au moment où leur attention est la plus soutenue", dit-il, car l'abonné à la demande choisit son programme et son heure, à la différence de la télévision à l'ancienne.

Cette ouverture devrait affaiblir la télévision historique "qui n'aura pas déployé pleinement une stratégie orientée vers le streaming", prévient Dallas Lawrence, plutôt les petites et moyennes chaînes, car les quatre grandes stations américaines majeures ont toutes déjà développé une présence en ligne.

Mais même ces dernières, ABC (propriété de Disney), CBS, NBC et Fox vont souffrir, car elles étaient jusqu'ici les seules à pouvoir offrir des audiences massives aux publicitaires. "Une fois que Netflix et Disney auront ouvert les portes de +Stranger Things+, +Star Wars+ ou +Marvel+, ça va être la ruée", selon l'analyste.

En outre, "les données que vous récoltez de la publicité en streaming sont beaucoup plus conséquentes et plus riches que ce que vous offre la télévision d'antan", souligne-t-il.

Pour tous les contenus qui ne sont pas en direct, "les publicités vont à chaque téléspectateur individuellement, ce qui permet davantage de ciblage", abonde Kevin Krim.

Jusqu'ici vierges de publicité, Disney et Netflix se retrouvent face à une page blanche et peuvent rompre avec les formats traditionnels, jouer sur les durées, le placement et même associer des partenaires à la création de nouveaux programmes.

A la différence des chaînes classiques ou des autres plateformes, les deux nouveaux venus ouvrent aussi l'accès à des dizaines de pays en même temps, une configuration inédite.

"Si vous êtes une multinationale, vous pouvez aller voir un seul interlocuteur et acheter des espaces publicitaires dans le monde entier", détaille Colin Dixon. "C'est une offre assez puissante."

Quant à savoir si Disney et Netflix peuvent prendre des parts de marché au-delà de leurs compétiteurs directs, jusque chez Facebook, Google ou Amazon, Ross Benes souligne que la vidéo à la demande n'y est pas parvenue jusqu'ici.

"Les budgets marketing dans le numérique augmentent, ce qui permet à la fois à la télévision en ligne et aux réseaux sociaux" comme YouTube et TikTok de "recevoir plus de revenus publicitaires".


Inflation, prix de l'énergie, ces menaces qui pèsent sur les fromages grecs

Le berger Yannis Karganis trait ses animaux dans sa ferme sur l'île égéenne de Naxos, le 11 novembre 2022. (AFP).
Le berger Yannis Karganis trait ses animaux dans sa ferme sur l'île égéenne de Naxos, le 11 novembre 2022. (AFP).
Short Url
  • Au moment où la Grèce se débat avec une inflation qui a grimpé à 12% en septembre avant de refluer légèrement en octobre (9,1%), de lourdes menaces pèsent sur un secteur agricole qui emploie 11% de la population active
  • Dans tout le pays, la détresse sociale monte face à l'envolée des prix de l'énergie notamment: une grève générale pour dénoncer la vie chère a paralysé la Grèce début novembre

NAXOS : Derrière sa ferme dévorée par les bougainvilliers, le Grec Yannis Karganis trait ses brebis en broyant du noir. Assommé par la flambée des prix, cet agriculteur de l'île grecque de Naxos craint désormais pour la survie de sa petite fromagerie.

"Je ne gagne rien avec mes fromages. Je travaille jour et nuit et malgré cela, je ne peux pas vivre", se désole ce septuagénaire qui produit chaque année deux tonnes de gravièra de Naxos, un fromage réputé dans toute la Grèce et au-delà.

"L'an dernier, nous achetions le sac de semences 14 euros. Cette année, c'est 21 euros. Le prix de l'essence est monté en flèche, à 2,30 euros le litre en ce moment", souffle dans son verre de raki cet agriculteur, une tignasse poivre-et-sel dressée sur un visage ridé comme un pruneau.

Sur cette île agricole de l'archipel des Cyclades, comme dans le reste du pays, éleveurs et fromagers sont à cran.

Au moment où la Grèce se débat avec une inflation qui a grimpé à 12% en septembre avant de refluer légèrement en octobre (9,1%), de lourdes menaces pèsent sur un secteur agricole qui emploie 11% de la population active.

Détresse sociale

Dans tout le pays, la détresse sociale monte face à l'envolée des prix de l'énergie notamment: une grève générale pour dénoncer la vie chère a paralysé la Grèce début novembre.

Si rien ne change, "à moyen terme, il n'y aura plus de lait sur le marché grec, ni de viande, ni de pommes de terre, ni rien qui provienne du secteur" agricole, prophétise Dimitris Kapounis, le président de l'Union des coopératives agricoles de Naxos (EAS).

Petit ou gros producteur, la crise touche tout le monde sur cette île aux traditions rurales bien enracinées.

Avec sa pâte dure et son fort caractère, le gravièra, composé à 80% de lait de vache et à 20% de lait de brebis ou de chèvre, dispose du précieux label européen AOP (Appellation d'origine protégée).

Les Grecs l'aiment saupoudré sur les pâtes, frit ou en fromage de table. Il s'exporte aussi dans une dizaine de pays, des Etats-Unis à l'Allemagne.

Cette année, la production de plus de 1 250 tonnes par an accuse déjà une chute de 130 tonnes.

En cause? Le manque de lait dû notamment à la hausse des prix de la nourriture pour animaux provoquée par la guerre en Ukraine d'où sont importées les céréales et les coûts de transport élevés dus eux aussi au conflit en cours.

Abattus

Au bout d'une route de montagne aux flancs râpés avec vue plongeante sur la mer Égée, le berger Yannis Vavoulas, les yeux sur son troupeau, livre lui aussi ses tourments.

"Nous ne nourrissons pas (les bêtes) comme nous le devrions", explique cet homme de 42 ans. "Nous les nourrissons 2 ou 3 fois (par jour mais) avec peu de nourriture" donc les bêtes produisent moins de lait.

La crise est si aigüe que certains éleveurs ont dû abattre une partie de leur cheptel, réduisant encore la production de lait.

Yorgos Margaritis, qui élève 250 vaches, a déjà pris cette décision douloureuse. "Tous ces animaux que vous voyez auraient dû être inséminés" pour vêler. "Ils seront abattus".

A la rentrée, le gouvernement a bien ficelé un paquet d'aides d'urgence de 280 millions d'euros pour plus de 10 000 jeunes agriculteurs. Mais elles n'ont pas mis un terme à l'angoisse qui ronge les agriculteurs.

"Si les producteurs de lait ne sont pas aidés pour qu'au moins la production de fromage vers l'Europe soit maintenue, alors nous sommes tous perdus", se lamente dans son hâloir Yannis Kavouras, 56 ans, à la tête de la plus grosse fromagerie de Naxos.

Et impossible de faire venir du lait d'autres régions. La fabrication du gravièra AOP répond à un cahier des charges rigoureux.

Et les coûts de transport pour faire venir des marchandises du continent s'avèrent prohibitifs. Il faut plus de 5 heures de bateau pour relier le port du Pirée près d'Athènes à Naxos.

"Si les producteurs n'apportent plus de lait, qu'est-ce que je vais utiliser?", lance-t-il, une charlotte enfoncée sur la tête. "De l'eau?".


France: Hausse de 20% des exportations sur les neuf premiers mois

Cette ascension "a continué au premier trimestre 2022 pour atteindre 139.400, le niveau le plus élevé depuis 20 ans"  (Photo, AFP).
Cette ascension "a continué au premier trimestre 2022 pour atteindre 139.400, le niveau le plus élevé depuis 20 ans" (Photo, AFP).
Short Url
  • Au cours des trois premiers trimestres de 2022, l'ensemble des secteurs exportateurs ont vu leurs exportations progresser
  • Toutefois, l'inflation élevée, qu'elle vienne de l'énergie ou d'autres biens, plombe les chiffres du commerce extérieur

PARIS: Les exportations françaises de biens ont atteint, 439 milliards d'euros sur les trois premiers trimestres de 2022, soit une hausse de 20% par rapport à la même période de l'an dernier, selon un bilan publié dimanche par Business France.

Après une année 2021 où les exportations françaises de biens avaient "bénéficié d'un rebond post-pandémique" et étaient "reparties à la hausse", avec une progression de 17% à 501 milliards d'euros, "la croissance des exportations de biens s'est accélérée" début 2022, précise Business France.

En outre, cette croissance s'est accompagnée d'une "augmentation du nombre d'exportateurs, passé de 130.300 à 137.500", note l'organisme. Cette ascension "a continué au premier trimestre 2022 pour atteindre 139.400, le niveau le plus élevé depuis 20 ans", indique-t-il.

Au cours des trois premiers trimestres de 2022, l'ensemble des secteurs exportateurs ont vu leurs exportations progresser en valeur, par rapport à leur niveau pré-crise sanitaire sur la même période en 2019.

Les secteurs exportateurs français traditionnels - agroalimentaire et secteur agricole (+28%), textile (+30%), produits pharmaceutiques, chimiques, parfums et cosmétiques (+24%) -, en particulier, "consolident leur niveau d'exportations", selon le bilan.

Toutefois, l'inflation élevée, qu'elle vienne de l'énergie ou d'autres biens, plombe les chiffres du commerce extérieur, se traduisant par un déficit commercial historiquement mauvais en 2022. Le gouvernement français table ainsi sur un solde négatif de 156 milliards d'euros, d'après les documents du projet de loi de finances pour 2023.

Les prix de l'énergie montent, en effet, depuis plus d'un an, tirés notamment par la forte reprise économique qui a suivi les blocages liés à la Covid-19. Une hausse accélérée depuis l'invasion russe en Ukraine, qui a aussi imposé une pression importante sur les prix alimentaires

La détérioration de la balance énergétique qui en découle est la justification avancée par les douanes depuis des mois pour expliquer cette envolée du déficit commercial français.

En septembre, le déficit sur douze mois glissants s'établissait déjà à 149,9 milliards d'euros, contre 85 milliards d'euros en 2021, un niveau de déficit déjà historique.


Le Canada veut rivaliser avec la Chine en Asie-Pacifique

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly (Photo, AFP).
La ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly (Photo, AFP).
Short Url
  • Pour renforcer sa présence, Ottawa le développement des échanges commerciaux et des investissements
  • «Cette stratégie envoie un message clair : le Canada est bien présent dans la région et il est là pour rester»

OTTAWA: Le Canada a présenté dimanche une enveloppe de 2,3 milliards de dollars canadiens (1,65 milliard d'euros environ) pour sa stratégie économique et diplomatique dans la région Asie-Pacifique, où Ottawa souhaite se hisser en "partenaire authentique et fiable" face à la Chine.

Pour renforcer sa présence et son influence en Asie-Pacifique, Ottawa prévoit un renforcement de ses capacités militaires dans le Pacifique, avec notamment l'envoi d'une frégate, le développement des échanges commerciaux et des investissements, l'appui à des programmes "d'aide internationale féministe", le financement d'infrastructures "durables" et le renforcement du réseau diplomatique canadien, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

"L'avenir de l'Indo-Pacifique est le nôtre ; nous avons un rôle à jouer pour le façonner. À cette fin, nous devons être un partenaire authentique et fiable" parmi les alliés occidentaux, a fait valoir la cheffe de la diplomatie canadienne, Mélanie Joly, dans ce communiqué.

"Cette stratégie envoie un message clair : le Canada est bien présent dans la région et il est là pour rester", a-t-elle insisté.

Cette feuille de route vise "à approfondir notre engagement dans l'Indo-Pacifique au cours des 10 prochaines années, en augmentant notre apport à la paix et à la sécurité régionales", indique le document.

Cette stratégie est dévoilée à la suite d'une tournée du Premier ministre Justin Trudeau et de Mme Joly dans la région, qui ont assisté à plusieurs sommets : celui de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (Asean) à Phnom Penh, au Cambodge, celui du G20 à Bali, en Indonésie et celui du forum de la Coopération économique Asie-Pacifique (Apec), à Bangkok.

Le Canada, à couteaux tirés avec la Chine, ne cache pas le fait que sa stratégie pour la région a été formulée en réaction à l'influence de Pékin.

"Il y a un problème fondamental avec le fait que la Chine, actuellement, ne respecte pas les normes internationales et tente de les modifier ou de les interpréter à son propre bénéfice", a estimé la ministre Joly auprès du quotidien québécois La Presse. "Il y a un risque géopolitique à faire des affaires en Chine", a-t-elle souligné.